Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vivre à Koenigshoffen à l’époque romaine : un quartier civil de Strasbourg-Argentorate du Ier-IVe siècle après J.-C.

Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2017, 272 p. (fouilles récentes en Alsace, 10)
Anne-Marie Adam
p. 474-475
Référence(s) :

Vivre à Koenigshoffen à l’époque romaine : un quartier civil de Strasbourg-Argentorate du Ier-IVe siècle après J.-C., Strasbourg, Musées de la Ville de Strasbourg, 2017, 272 p. (fouilles récentes en Alsace, 10)

Texte intégral

1Publié à l’occasion de l’exposition homonyme, présentée au Musée archéologique de Strasbourg, ce livre est toutefois beaucoup plus qu’un catalogue d’exposition. L’importance durant l’Antiquité du faubourg occidental de Strasbourg et de sa relation avec l’établissement militaire d’Argentorate a attiré très tôt l’attention des érudits, dont les travaux et les querelles scientifiques sont évoqués dans une première section historiographique de l’ouvrage, rédigée par Bernadette Schnitzler. Au cours des deux siècles passés, à la faveur de l’urbanisation progressive du quartier, les découvertes de vestiges funéraires, mais aussi artisanaux ont permis de cerner les contours et les caractéristiques de la nécropole et de l’agglomération civile qui se partageaient l’espace, aux portes du camp légionnaire.

2Mais un changement d’échelle s’est produit récemment, avec la fouille préventive conduite en 2014-2015 à l’entrée de la Route des Romains, qui a permis d’allier à une superficie assez importante (7 500 m2) une approche scientifique moderne et pluridisciplinaire. La présentation des acquis de cette opération fournit l’occasion d’un bilan global sur l’occupation du quartier de Koenigshoffen, de la Protohistoire au Moyen Âge, avec une mise en contexte qui intègre les données les plus récentes sur la topographie et la chronologie de l’installation militaire romaine à Strasbourg (non pas dès l’époque de Drusus, comme le veut la tradition, mais au début du règne de Tibère, selon les derniers travaux de Stéphane Martin et Gertrud Kuhnle).

3La nouvelle fouille a permis à la fois de reconstituer pour la première fois, sur une longueur de 75 mètres, l’aspect originel de la nécropole, avec ses monuments variés, échelonnés le long de la voie, et d’appréhender l’organisation d’un vaste secteur d’habitat qui se superpose à la zone funéraire à partir du IIe siècle de notre ère. Plusieurs sépultures, bien préservées par ce remblaiement postérieur, ont fourni une documentation complète (déposition du défunt avec son mobilier, aspect du monument, stèle inscrite), qui permet, comme pour la tombe de l’affranchi Publius Rufrenus Modestus, de croiser les approches, d’une façon inédite jusqu’à maintenant dans l’archéologie locale.

4En attendant les publications plus exhaustives que méritent ces découvertes (récemment prolongées par de nouvelles fouilles à la « Porte des Romains »), ce 10e tome des « Fouilles récentes en Alsace » constitue donc un ouvrage de référence pour l’archéologie strasbourgeoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Adam, « Vivre à Koenigshoffen à l’époque romaine : un quartier civil de Strasbourg-Argentorate du Ier-IVe siècle après J.-C. », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 474-475.

Référence électronique

Anne-Marie Adam, « Vivre à Koenigshoffen à l’époque romaine : un quartier civil de Strasbourg-Argentorate du Ier-IVe siècle après J.-C. », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2745

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page