Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karagiannis-Mazeaud (Edith) dir., Strasbourg, ville de l’imprimerie. L’édition princeps aux XVe et XVIe siècles (textes et images). Traditions et innovations

Turnhout, Brepols Publishers, 2017, (Coll. Bibliologia. Elementa ad librorum studia pertinentia, 44), 220 p.
Hubert Meyer
p. 481-483
Référence(s) :

Karagiannis-Mazeaud (Edith) dir., Strasbourg, ville de l’imprimerie. L’édition princeps aux XVe et XVIe siècles (textes et images). Traditions et innovations, Turnhout, Brepols Publishers, 2017, (Coll. Bibliologia. Elementa ad librorum studia pertinentia, 44), 220 p.

Texte intégral

1Les textes de cette publication, édités par É. Karagiannis-Mazeaud (Université de Strasbourg), sont issus des communications prononcées lors du colloque organisé les 23 et 24 mars 2012 à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg « en l’honneur de Strasbourg, ville de l’imprimerie et de l’édition princeps aux XVe et XVIe siècles et de la cuvée princeps du Master professionnel des métiers de l’édition de l’Université de Strasbourg ».

2À travers treize études de chercheurs de diverses disciplines, nous sont proposés des éclairages sur la notion d’édition princeps et sur le réseau éditorial dans la deuxième moitié du XVe siècle et au XVIe siècle. Par la même occasion est mis en valeur le rôle de premier plan que joua l’Alsace et principalement Strasbourg dans le domaine de l’édition imprimée où les éditions princeps sont nombreuses. Ces études sont complétées par une liste (provisoire) des éditions (supposées) princeps de la Médiathèque André Malraux (à Strasbourg) établie par Antoine Simonin pour les incunables et Kartarzyna Blazejewska pour les imprimés du XVIe siècle (uniquement pour les lettres A-E). Le volume se termine par trois index (des noms, des lieux, des titres des textes cités) très précieux pour la recherche.

3Les auteurs illustrent largement l’importance de l’Alsace dans l’éclosion du livre imprimé avec les premières expériences de Gutenberg à Strasbourg et la présence d’un « appétit intellectuel sans équivalent ailleurs ». Le rôle de la bibliothèque paroissiale de Sélestat dans la diffusion de l’humanisme ainsi que de l’école latine de Sélestat a permis la formation d’intellectuels de talent dont certains se tourneront vers l’imprimerie-édition comme Jean Mentel, proto-typographe alsacien, et ses gendres Adolphe Rusch et Martin Schott, mais aussi Matthias Schürer. Une part importante de ces éditions est présente dans les bibliothèques alsaciennes et certains auteurs illustrent leur propos avec des titres d’œuvres présentes dans le fonds ancien de la Bibliothèque André Malraux de Strasbourg et de la BNUS.

4De nombreux domaines de la connaissance de cette époque apparaissent à travers la présentation d’éditions princeps. La réflexion des auteurs va au-delà du simple passage du manuscrit à l’imprimé. Ils examinent les choix éditoriaux, les raisons de l’importance de la région dans l’éclosion du livre favorisée par les retombées du concile de Bâle. Ils ouvrent le débat sur une définition du concept d’édition princeps, sur sa nature et ses rapports avec le monde de l’humanisme. L’édition princeps est abordée dans son sens habituel de première impression d’un manuscrit médiéval. La notion est élargie à « l’œuvre qui paraît la première fois ». Plusieurs exemples d’éditions princeps sont décortiqués comme par exemple le Narrenschiff (1494) de Sébastien Brant, le De laudibus sanctae crucis (1503) de Raban Maur, le Feldtbuch des Wundtartzney (1517) de Hans von Gersdorff, les Annales de Tacite (1515) par Béroalde, la première édition française de la Bible avec privilège du Roi (1528), les Odes (1550) de Ronsard, quelques exemples d’éditions princeps grecques publiées à Venise, Milan, Florence, Rome, Paris, mais aussi l’unique édition princeps éditée à partir d’un manuscrit en Transylvanie au XVIe siècle par Johann Honter à Brassovia… Par ces études, nous entrons dans le monde éditorial à travers des éclairages sur les imprimeurs, sur les premières éditions, sur les rééditions avec retouches, sur les techniques nouvelles, sur l’apport de l’image au texte, sur les rapports entre l’auteur, l’imprimeur, l’éditeur, l’illustrateur et sur leurs réseaux mais aussi sur l’influence du monde politique et religieux sur leur production. Les études regorgent de nombreux détails très informatifs. Ainsi il est signalé que Ronsard à travers son édition princeps des Odes cherche également à défendre l’usage des langues et des dialectes. Pour la bible imprimée par Robert Estienne en 1528 avec le premier privilège français, l’édition princeps ne concerne pas le texte de la bible mais uniquement l’apparat critique et les index. De nombreuses autres informations sont signalées dans l’ouvrage.

5Il faut remercier l’éditeur d’avoir choisi d’illustrer chaque propos par des illustrations tirées des documents originaux, malheureusement en noir et blanc dans le texte, bien que certaines soient reprises en couleur hors texte. Un livre remarquable donc pour un domaine très particulier. Un nouvel éclairage de l’histoire du livre s’ouvre sur les innovations apportées par les éditions princeps. Ce colloque a entrouvert un peu plus les portes sur les richesses patrimoniales des fonds anciens et précieux des bibliothèques, qui méritent d’être toujours mieux connus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Meyer, « Karagiannis-Mazeaud (Edith) dir., Strasbourg, ville de l’imprimerie. L’édition princeps aux XVe et XVIe siècles (textes et images). Traditions et innovations », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 481-483.

Référence électronique

Hubert Meyer, « Karagiannis-Mazeaud (Edith) dir., Strasbourg, ville de l’imprimerie. L’édition princeps aux XVe et XVIe siècles (textes et images). Traditions et innovations », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2810

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page