Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le vent de la Réforme : Luther 1517

Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2017, 191 p.
Julien Léonard
p. 484-486
Référence(s) :

Le vent de la Réforme : Luther 1517, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, 2017, 191 p.

Texte intégral

1Ce livre est le catalogue d’une belle exposition tenue l’an dernier à la BNUS pour le 500e anniversaire des 95 thèses de Luther. Il est coordonné par les trois commissaires généraux de l’événement. Comme le rappelle l’une des (nombreuses) préfaces, Strasbourg était en 2017 labellisée « Cité européenne de la Réforme », cas unique en France. Une des originalités de cette entreprise est de comparer les effets de la Réforme à Strasbourg avec ceux que l’on observe dans une ville lointaine, mais proche par bien des aspects, Riga, en Livonie, où l’exposition a ensuite été présentée.

2L’ouvrage est certes un vrai catalogue, avec une présentation des objets exposés, mais aussi un vrai livre d’histoire, car ces objets sont replacés dans leur contexte de façon scientifique. Les débats historiographiques, récents ou plus anciens sont abordés. Le livre se veut aussi très didactique et permet à tous, du curieux au chercheur, de trouver son bonheur, avec une chronologie, des définitions, des notices biographiques et un renvoi bibliographique très à jour.

3Après une introduction de mise en contexte générale par Francis Rapp, une première partie est consacrée à « Croire et prier vers 1517 ». Benoît Jordan nous emmène alors dans les arcanes de la vie religieuse au cœur du Rhin supérieur, au moment de l’irruption des thèses de Luther, dans le contexte de l’essor de l’imprimerie. Les « précurseurs », comme Jean Geiler de Kaysersberg, ne sont pas oubliés, mais on appréciera les points d’interrogation autour de ce terme, car les « précurseurs » de la Réforme ont trop longtemps été instrumentalisés dans l’historiographie dans une perspective téléologique. Cette première catégorie propose des objets méconnus, sur les dévotions traditionnelles bien sûr, mais aussi sur les pèlerinages, la charité, l’encadrement quotidien des fidèles, les sacrements, l’art, ou encore les aspects financiers.

4La deuxième partie porte plus précisément sur les 95 thèses et leur diffusion. Avec une synthèse du grand spécialiste français du luthéranisme, Matthieu Arnold, cette section insiste encore plus sur l’imprimerie comme vecteur et démultiplicateur des idées, sur les mécanismes de réforme, et sur le processus qui mène d’une simple protestation contre les indulgences à une rupture avec l’Église de Rome.

5La troisième partie se penche sur la diffusion de la Réforme à Strasbourg et Riga. Pour la ville alsacienne, le texte de Marc Lienhard insiste sur les figures locales de réformateurs (Matthieu Zell, Martin Bucer ou encore Wolfgang Capiton), dont la dimension dépasse très largement les murs de la cité. On y voit le rôle de la prédication, du catéchisme et des confessions de foi. Il est très intéressant de suivre le rôle de certaines femmes, comme Catherine Zell et Wibrandis Rosenblatt, dans deux styles différents, mais aussi de constater la présence d’opposants comme Thomas Murner. À propos de Riga, ville moins connue, membre de la Ligue hanséatique et peuplée d’environ 13 000 habitants, Gustav Strenga, montre des mécanismes très proches, notamment la prédication ou l’imprimerie, mais aussi des particularismes, comme une violente période iconoclaste.

6Une quatrième partie s’intéresse aux psaumes et cantiques de la Réforme, autour d’un texte de Beat Föllmi. Le chant devient très vite un élément important du culte, qui permet la pratique domestique, en langue vernaculaire. Les réformateurs s’y intéressent de près, autour d’une véritable « théologie de la musique ».

7Enfin, la dernière partie est consacrée aux traductions et à l’enseignement de la Bible, sujet ô combien central pour comprendre une Réforme luthérienne qui a pour fondement le Sola Scriptura et la traduction en allemand. Christian Herrmann montre parfaitement comment sont conciliées les exigences de traduction et de retour aux sources, avec des visées pédagogiques jusque dans la mise en pages. L’ouvrage s’achève sur le lien avec les portraits de Luther, jusque dans notre début de XXIe siècle et son iconographie en Playmobil®, symbole du succès (y compris commercial) qu’a été ce 500e anniversaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Léonard, « Le vent de la Réforme : Luther 1517 », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 484-486.

Référence électronique

Julien Léonard, « Le vent de la Réforme : Luther 1517 », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2838

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page