Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hirstein (James) dir., Beatus Rhenanus (1485-1547) et une réforme de l’Eglise : engagement et changement

Turnhout, Brepols, 2018, 561 p.
Marie Barral-Baron
p. 486-488
Référence(s) :

Hirstein (James) dir., Beatus Rhenanus (1485-1547) et une réforme de l’Eglise : engagement et changement, Turnhout, Brepols, 2018, 561 p.

Texte intégral

1C’est une véritable pépite pour les études humanistes qu’offre James Hirstein avec ce volume d’actes de colloque consacré à Beatus Rhenanus de Sélestat (1485-1547). Familier des lettres et de la bibliothèque de l’érudit qu’il fréquente depuis des années, et alors qu’il s’est lancé dans une édition critique raisonnée de sa correspondance (cf. Epistulae Beati Rhenani, Brepols), J. Hirstein propose avec cet ouvrage une lecture nouvelle et vivifiante du Sélestadien. Grand humaniste, ami d’Érasme, ce dernier est réputé en son temps pour son autorité morale et scientifique au sein de la République des Lettres. Envisagé le plus souvent comme un disciple d’Érasme, son portrait fluctue entre l’image du « catholique réformateur » et celui du « protestant secret ».

2Or, en 2014, J. Hirstein découvre dans la bibliothèque de l’humaniste à Sélestat un texte fondateur de Martin Luther (le De libertate christiana, 1520) qui porte des corrections à la fois de la main de Luther et de la main de Rhenanus… Mieux encore : c’est ce texte qui a servi de modèle à une nouvelle édition du De la liberté du chrétien à Bâle, chez l’imprimeur Adam Petri, ce qui prouve que Rhenanus fut en fait l’éditeur scientifique de ce traité fondateur du réformateur. Cette formidable découverte interroge l’historien, car elle signifie que Rhenanus serait en fait, du moins au début, un partisan engagé de la Réforme. C’est tout le sujet du présent volume qui propose d’interroger à nouveaux frais la foi et l’environnement intellectuel, religieux et amical de Rhenanus.

3Dans une ample introduction très érudite, J. Hirstein présente ce nouveau visage de Rhenanus, en proposant notamment une relecture critique des articles de W. Teichmann (1905) et R. Walter (1983). Une réflexion qu’il poursuit dans un premier article où il interroge la conduite, parfois taxée de nicodémite, du Sélestadien et dans un second texte où il analyse les annotations de Rhenanus et propose un tableau très détaillé de celles-ci. Afin de saisir la formation du Sélestadien et ses amitiés, L. Naas examine l’émergence de l’idée de réforme de l’Église chez Rhenanus du fait de l’influence du prédicateur Geiler de Kaysersberg ; M. Arnold décrypte les liens entre Bucer et Luther au prisme d’une lettre du 1er mai 1518, tandis que S. E. Buckwalter revisite cette relation entre 1523 et 1544. P. Opitz s’interroge sur les liens entre Rhenanus et Zwingli (1518-1522), alors que P. Walter revient sur ceux qui se tissent avec Érasme et que M. Samuel-Scheyder analyse le séjour d’Ulrich von Hutten à Sélestat en novembre 1522. Pour comprendre les choix et les postures du Sélestadien, C. Marchand s’intéresse à un corpus très original, puisqu’elle étudie les 27 lettres conservées de son famulus, comme M. Meyer s’intéresse aux sept lettres manuscrites conservées d’Otto Brunfels à Rhenanus (1520), pour explorer la possibilité d’une relation maître/élève entre les deux hommes. D’autres articles interrogent davantage le contexte de vie et de travail du Sélestadien : F. Rapp propose un croquis tout en finesse des mouvements de réforme qui éclosent en ce début du XVIe siècle, tandis que G. Bischoff dresse une vaste fresque de « Beatus Rhenanus en son temps ». Les cités de Sélestat et de Bâle sont aussi à l’honneur : M.‑O. Burckel examine les textes réformateurs imprimés par Matthias et Lazare Schürer à Sélestat (1518-1522) et V. Sebastiani étudie l’imprimerie à Bâle du temps de Rhenanus. Dans un autre registre, Y. Lehmann revient sur la conversion de Rhenanus au platonisme chrétien, alors que M. Cutino analyse l’influence de la patristique dans l’annotation de Tertullien (1521).

4Magnifique volume en sa forme comme sur le fond, il est de surcroît heureusement complété par plusieurs index et bibliographies, faisant ainsi le bonheur de ses lecteurs. Travail précieux et précis, il permet surtout de mieux saisir la complexité de ces hommes du premier XVIe siècle et la fébrilité qui les animait lorsqu’il s’agissait de se situer face à la Réforme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Barral-Baron, « Hirstein (James) dir., Beatus Rhenanus (1485-1547) et une réforme de l’Eglise : engagement et changement », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 486-488.

Référence électronique

Marie Barral-Baron, « Hirstein (James) dir., Beatus Rhenanus (1485-1547) et une réforme de l’Eglise : engagement et changement », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2850

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page