Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jalabert (Laurent) éd., Dire et transmettre la foi dans le monde luthérien. Insomnis cura parentum de Johann Michael Moscherosch (1643)

Paris, Honoré Champion, 2016, (coll. Vie des Huguenots, 76), 338 p.
Marc Lienhard
p. 490-492
Référence(s) :

Jalabert (Laurent) éd., Dire et transmettre la foi dans le monde luthérien. Insomnis cura parentum de Johann Michael Moscherosch (1643), Paris, Honoré Champion, 2016, (coll. Vie des Huguenots, 76), 338 p.

Texte intégral

1L’ouvrage présente et édite en traduction française un des livres de Moscherosch, homme de lettres, moraliste et administrateur du XVIIe siècle. Il s’agit d’un ensemble de lettres adressées par un père à ses enfants pour les guider dans leur vie religieuse. Ce livre a moins retenu l’attention qu’une autre publication de Moscherosch, critique de la société de son temps et intitulé : Gesichte Philanders von Sittewald. L’Insomnis cura Parentum expose davantage les conceptions religieuses de Moscherosch.

2La présentation de Laurent Jalabert (p. 9-198) se compose de trois parties. La première, intitulée « Un écrivain allemand du XVIIe siècle », évoque « une existence tourmentée » puis « une plume sous le sceau de la religion et de la guerre », la seconde expose « la genèse d’un livre » en traitant du « contexte religieux et éditorial » et de « l’écriture d’Insomnis cura parentum ». La troisième montre le passage du livre à la pratique religieuse. Cette présentation est suivie d’une traduction française du texte de Moscherosch établie par A. Voisin (p. 199-315). Une bibliographie très étoffée clôt le volume.

3L’auteur expose avec précision la vie tourmentée de Moscherosch au temps de la guerre de Trente ans, ses multiples changements professionnels, ses épreuves familiales, sa précarité financière, son caractère peu accommodant et impulsif. Tantôt il est au service des princes ou seigneurs de la campagne, lieu de perdition selon Moscherosch, tantôt à celui des villes (surtout de Strasbourg) qu’il idéalise. Marqué par les épreuves de la guerre qu’il accepte comme venant de Dieu, soucieux du salut de ses enfants, il rédige son ouvrage. L’auteur situe ce livre dans la tradition de nombreux livres de piété de piété luthériens du XVIe et du XVIIe siècle, auxquels s’ajoutent au XVIIe siècle des ouvrages de piété anglais. L. Jalabert relève la parenté du livre de Moscherosch avec l’ouvrage de l’Anglaise E. Jocelyn (The Mothers Legacie. To her unborn Childe, 1622 ; trad. franç. : Le testament d’une mère à son enfant à naistre. Escrit par une dame anglaise nommée Elizabeth Jocelyn femme d’un chevalier etc., Sedan, 1628).

4Les conceptions religieuses de Moscherosch s’inscrivent dans l’orthodoxie luthérienne, présente à Strasbourg chez Jean Schmidt qu’il vénère, et dans le pré-piétisme tel qu’il apparaît notamment dans les livres Du vrai christianisme d’Arndt. Dans son écrit, il se réfère de multiple manière au texte et aux exemples bibliques, mais aussi à Luther, à J. Schmidt et à Arndt. Pessimiste, il précise que la fin des temps est proche. En attendant, il veut inciter ses enfants à la crainte de Dieu. Confrontés au diable, omniprésent dans le texte, et à leur péché, les hommes doivent mettre leur confiance dans le Christ seul, s’unir à lui qui assume leurs péchés et leur donne la justice, et accepter la croix pour le suivre. Cette attitude de foi doit être vécue dans la vie quotidienne et conduire à l’amour, à la paix et à l’humilité, et le chrétien doit s’examiner sans cesse pour progresser.

5De manière suggestive, l’exposé de L. Jalabert traite aussi de la pratique religieuse en soulignant la place de la Hausandacht, c’est-à-dire la lecture familiale de la Bible, les prières et le chant, l’instruction religieuse donnée par les parents et l’exemplarité nécessaire de leur conduite. Il est question aussi du culte dominical célébré dans les églises (terme qu’il faut préférer dans l’espace luthérien à celui de « temple »). Bref, le présent ouvrage complète utilement nos connaissances sur Moscherosch et plus généralement sur la piété luthérienne au XVIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lienhard, « Jalabert (Laurent) éd., Dire et transmettre la foi dans le monde luthérien. Insomnis cura parentum de Johann Michael Moscherosch (1643) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 490-492.

Référence électronique

Marc Lienhard, « Jalabert (Laurent) éd., Dire et transmettre la foi dans le monde luthérien. Insomnis cura parentum de Johann Michael Moscherosch (1643) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 18 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2881

Haut de page

Auteur

Marc Lienhard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page