Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Oswald (Grégory) dir., Cartusia Molshemensis, La chartreuse de Molsheim (1598-1792)

Molsheim, Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, 2017, 144 p.
Fabien Baumann
p. 492-493
Référence(s) :

Oswald (Grégory) dir., Cartusia Molshemensis, La chartreuse de Molsheim (1598-1792), Molsheim, Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, 2017, 144 p.

Texte intégral

1Jusqu’à présent, l’ouvrage de référence sur la chartreuse remontait à 1990. Il s’agissait d’une publication réunissant toutes les connaissances sur l’histoire de l’établissement religieux, notamment une étude monumentale pionnière menée par J.-Ph. Meyer et Auguste Schmitt. Cet ouvrage étant épuisé depuis longtemps et la recherche ayant évolué grâce aux nombreuses études et découvertes faites depuis par L. Schlaefli et par G. Oswald – pour ne citer que ces principaux auteurs – une synthèse des connaissances actuelles était nécessaire pour offrir au grand public une monographie mise à jour sur la seule chartreuse d’Alsace.

2C’est la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs qui s’est attelée à la tâche en confiant à G. Oswald le soin de rédiger ce nouvel ouvrage, deux ans après la publication du tome consacré aux Jésuites à Molsheim, dans la collection « Histoire et Patrimoine ». L’étude, qui se veut plurielle, se compose de plusieurs chapitres reprenant l’histoire de la Chartreuse, à commencer par celle de Koenigshoffen, démolie en 1591, dont le transfert est à l’origine du couvent molsheimois installé en 1598, puis par l’évolution architecturale de l’établissement jusqu’à la Révolution française. Les connaissances sont présentées de manière synthétique, avec de nombreuses notes en bas de pages renvoyant à une bibliographie. Des encadrés permettent aussi au lecteur de découvrir des détails sur un personnage illustre, un détail architectural, voire un événement, tel l’assassinat du prieur Jean Leuken en 1619 et le terrible châtiment infligé à son assassin…

3L’iconographie, entièrement en couleur – on compte pas moins de 209 figures légendées – présente des photographies, des gravures, des dessins et des reconstitutions très crédibles. Le choix de la couleur permet de mieux appréhender les documents anciens, telles les illustrations extraites des Annales de la chartreuse (conservés aujourd’hui à la chartreuse de Pleterje, en Slovénie), ainsi que l’étude consacrée aux vitraux de la chartreuse. Issus d’un programme iconographique très ambitieux, ils ont été réalisés entre 1621 et 1631 par les frères Linck et figuraient parmi les plus célèbres d’Alsace, attirant moult historiens et érudits, jusqu’au célèbre Goethe qui eut le privilège de les admirer en 1771.

4Cette publication d’une grande qualité, permet désormais au plus grand nombre, par son iconographie et sa présentation très pédagogique, de mieux comprendre l’histoire de cette chartreuse qui a été pendant près de deux siècles l’un des hauts lieux spirituels et intellectuels de la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Baumann, « Oswald (Grégory) dir., Cartusia Molshemensis, La chartreuse de Molsheim (1598-1792) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 492-493.

Référence électronique

Fabien Baumann, « Oswald (Grégory) dir., Cartusia Molshemensis, La chartreuse de Molsheim (1598-1792) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 23 avril 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2892

Haut de page

Auteur

Fabien Baumann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page