Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Muller (Claude), dir., Regards sur l’Alsace du XVIIIe siècle

Nancy, éditions du Signe, 2017
Indravati Félicité
p. 497-498
Référence(s) :

Muller (Claude), dir., Regards sur l’Alsace du XVIIIe siècle, Nancy, éditions du Signe, 2017

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une journée d’études tenue à Strasbourg en 2016 à l’initiative de l’Institut d’histoire d’Alsace. L’histoire de la région est ancrée dans l’espace européen et dans les courants historiographiques les plus récents. Les auteurs ont privilégié une perspective ouverte de l’histoire de l’Alsace, et c’est l’un des grands mérites du recueil que de suivre l’évolution récente qui tend à « désenclaver » l’histoire régionale, une démarche qui n’est pas entièrement nouvelle mais s’est affirmée ces dernières années.

2Les dix-huit contributions rassemblées s’organisent au sein de quatre parties. La première reprend la conception leroy-ladurienne d’une « civilisation rurale » fondée sur des permanences fortes, sans négliger les lieux où coexistent progrès et tradition. Les ressources agricoles et naturelles (vigne et sel) mettent en lumière les interactions politiques et économiques, tandis que la dégradation de l’environnement est analysée avec son corollaire, l’émergence d’une conscience « écologique ».

3La deuxième partie est dédiée aux élites et notamment, comme l’indique le titre, à leur « introspection ». Quatre des cinq contributions réunies ici sont en effet consacrées à l’entre-soi aristocratique, que ce soit à la cour ou à travers la construction de la mémoire familiale, les femmes occupant dans cette perspective une place particulière. La perception de Strasbourg par les voyageurs russes enrichit cette section d’un regard extérieur original, les Russes étant déçus par un urbanisme encore médiéval.

4La troisième section évoque la situation particulière de l’Alsace, « province-frontière » entre la France et le Saint-Empire, mais aussi connectée au reste du continent par des liens multiples. Le rôle de l’Alsace dans la guerre de Succession d’Espagne demeure un angle mort de l’historiographie que vient combler la première contribution. Le parcours du maréchal de Saxe complète la vision d’une Alsace dont le pouvoir français continue de se méfier, tout en reconnaissant sa valeur militaire et stratégique. Les liens entre pouvoir, société et religion sont examinés à l’aune du paradigme de la confessionnalisation. La circulation des idées complète ce tableau.

5La dernière partie est consacrée à l’expérience individuelle et collective du moment révolutionnaire. Le parcours de Philippe-Frédéric de Dietrich, entre Paris et Strasbourg, permet d’aborder le thème des appartenances multiples dans l’Alsace des Lumières. La mobilisation militaire des Strasbourgeois entre 1792 et 1795 tout comme le cas des mennonites de Salm, petite principauté rattachée à la France en 1793, prolongent ces aspects tout en illustrant la problématique de la loyauté. Le périodique Le Courrier de Strasbourg permet d’aborder la question du bilinguisme.

6Cet ouvrage très riche voit son titre pleinement justifié par la richesse de l’iconographie et la diversité des thèmes traités ; il devrait susciter l’intérêt des chercheurs au-delà du cercle des spécialistes de l’Alsace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Indravati Félicité, « Muller (Claude), dir., Regards sur l’Alsace du XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 497-498.

Référence électronique

Indravati Félicité, « Muller (Claude), dir., Regards sur l’Alsace du XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 23 avril 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2917

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page