Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Xaysongkham (Stéphane), La maison du Cardinal Armand Gaston de Rohan

Strasbourg, Publication de la Société savante d’Alsace, 2014, 255 p.
Éric Hassler
p. 500-501
Référence(s) :

Xaysongkham (Stéphane), La maison du Cardinal Armand Gaston de Rohan, Strasbourg, Publication de la Société savante d’Alsace, 2014, 255 p.

Texte intégral

1Force est de constater que les cardinaux de Rohan n’ont qu’assez peu suscité l’intérêt des historiens. Si l’on excepte leurs magistrales réalisations palatiales, désormais bien étudiées, bon nombre d’aspects de la présence des quatre cardinaux demeurent encore dans l’ombre. C’est d’autant plus regrettable que la documentation ne manque pas et que la diversification des approches de l’histoire des élites comme de la cour a ouvert de multiples pistes d’investigations à qui veut bien les saisir. Tel est le cas de S. Xaysongkham qui livre dans cet ouvrage, tiré d’un mémoire de Master (2011), une radioscopie de la maison domestique du premier des quatre cardinaux. Une radiographie en partie prosopographique puisque l’étude se base sur un millier de notices biographiques (CD-ROM) issues du dépouillement des sources comptables, auxquelles l’auteur a adjoint fort à propos l’étude de documents notariaux (état-civil, contrats de mariages, inventaires, testaments).

2Trois parties structurent le propos : d’abord l’étude des hautes sphères de la maison princière, œuvrant dans les instances gouvernementales (Régence, chambre des comptes) ou de passage à Saverne ; la seconde partie s’attache à étudier la domesticité quand la dernière partie proposer de balayer l’organigramme de la maison. L’objectif est de restituer sur tout son spectre la substance sociale de ce groupe attaché au service du premier cardinal, dont les relations sociales sont passées au peigne fin, avec un louable souci de reconstitution historique, voire de l’anecdote. Une des grandes réussites de l’ouvrage est de montrer combien cette institution princière s’insère dans un tissu urbain qui donne du sens à la « ville de résidence » (Residenzstadt) chère à l’historiographie germanique. L’auteur dresse ainsi le tableau d’une maison princière ecclésiastique, sans toutefois prendre la hauteur nécessaire à l’analyse d’une telle structure. Versailles est par trop souvent convoqué. Une comparaison plus systématique avec les grandes maisons princières françaises eût été souhaitable – l’étude incontournable de Katia Béguin sur les Condé semble ici ignorée – ou, plus encore, avec les maisons des cours ecclésiastiques rhénanes dont participe encore l’évêché de Strasbourg. Et les Rohan ne l’avaient pas oublié : Louis Châtellier a bien montré combien l’investiture impériale des fiefs d’Empire demeurait une grande affaire tout au long du XVIIIe siècle. Dans leurs prétentions à siéger à la diète d’Empire, l’entretien d’une maison princière devenait un enjeu politique. On regrettera enfin de menues coquilles, un traitement parfois un peu naïf de certaines sources et une bibliographie qui ne reprend pas l’intégralité des références utilisées. Cela ne retire rien à l’utilité de cette étude qui donne à réfléchir et ouvre de nouvelles perspectives de recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Hassler, « Xaysongkham (Stéphane), La maison du Cardinal Armand Gaston de Rohan », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 500-501.

Référence électronique

Éric Hassler, « Xaysongkham (Stéphane), La maison du Cardinal Armand Gaston de Rohan », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 23 avril 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2942

Haut de page

Auteur

Éric Hassler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page