Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Von der Brüggen (Viktoria) et Mariani (Raphaël), dir., Jean-Jacques Karpff (1770-1829), « Visez au sublime » (catalogue d’exposition)

Colmar-Paris, Musée Unterlinden - éditions Hazan, 2017, 262 p.
Nicolas Lefort
p. 501-502
Référence(s) :

Von der Brüggen (Viktoria) et Mariani (Raphaël), dir., Jean-Jacques Karpff (1770-1829), « Visez au sublime » (catalogue d’exposition), Colmar-Paris, Musée Unterlinden - éditions Hazan, 2017, 262 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est le catalogue de la première rétrospective consacrée par le Musée Unterlinden au dessinateur et miniaturiste colmarien Jean-Jacques Karpff (1770-1829), dit Casimir, dont l’œuvre est peu connu en dehors de sa ville natale. Le sous-titre « Visez au sublime » provient d’une lettre à son ami Henri Lebert (1794-1862) et résume la démarche de l’artiste : donner « de l’âme » en recherchant la forme idéale associée à une maîtrise technique absolue.

2Après une première formation artistique à Colmar, Karpff part à Paris en 1790 où il est l’élève de Jacques-Louis David (1748-1825). Il se destine alors à la peinture d’histoire – considérée comme la plus prestigieuse de toutes –, mais les événements révolutionnaires causent la perte de son mécène, le comte de Narbonne-Lara, ce qui l’empêche de faire le voyage en Italie, pourtant encouragé par David. De retour dans sa ville natale en 1793, Karpff est désigné commissaire pour le district de Colmar en charge de l’inventaire et de la sauvegarde des biens artistiques soustraits aux congrégations religieuses. Il contribue à ce titre à la constitution des collections du musée national à l’origine du musée Unterlinden qui sera créé en 1853. Outre ses fonctions de conservateur, Karpff est chargé par la Société populaire de Colmar de l’organisation des fêtes civiques qui commémorent les événements de la Révolution. Il est aussi nommé professeur de dessin de la nouvelle école centrale du Haut-Rhin en 1796.

3Face aux difficultés financières, et ne se sentant pas l’âme d’un coloriste, Karpff opte pour le dessin et la miniature. Il devient un spécialiste du portrait en grisaille et reçoit commande de nombreux membres de la nouvelle élite colmarienne. En effet, l’art de la miniature connait son apogée en France sous la Révolution et le Consulat en raison de l’essor de la demande en portraits de faible coût et de petites dimensions provenant de la petite et moyenne bourgeoisie. L’exposition montre comment Karpff développe un style propre – jamais imité – qui le distingue des concurrents de sa génération et des artistes de la génération suivante : il renonce à la couleur et réalise des portraits monochromes, exclusivement à l’encre de Chine sur ivoire, qui se reconnaissent immédiatement par le traitement des ombres sous la forme de longues lignes parallèles tracées en diagonale – un travail minutieux et fastidieux – créant « une sorte de vibration optique ».

4Recommandé par le préfet du Haut-Rhin Félix Desportes, Karpff est invité à réaliser le Portrait en pied de l’impératrice Joséphine (1806), exposé au Salon en 1808, dont on a malheureusement perdu la trace. David l’aurait salué par la sentence, « on ne peut pousser plus loin l’art du dessin », qui sert d’épitaphe au tombeau du dessinateur. De retour à Paris, Karpff ne connaît pas le succès escompté mais des difficultés financières qui l’amènent à s’installer à Versailles, auprès de la poétesse Victoire Babois (1760-1839) – son amie depuis 1790 –, où il demeure jusqu’à la fin de sa vie.

5Artiste secondaire à la carrière contrariée, inventeur d’un style resté expérimental et sans descendance, Jean-Jacques Karpff figure néanmoins « au nombre des plus habiles manieurs de crayon de son temps » et méritait bien une exposition de la qualité de celle du Musée Unterlinden.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Von der Brüggen (Viktoria) et Mariani (Raphaël), dir., Jean-Jacques Karpff (1770-1829), « Visez au sublime » (catalogue d’exposition) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 501-502.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Von der Brüggen (Viktoria) et Mariani (Raphaël), dir., Jean-Jacques Karpff (1770-1829), « Visez au sublime » (catalogue d’exposition) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2958

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page