Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Glotz (Marc), Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle

Bernardswiller, ID Édition, 2018, 384 p.
François Igersheim
p. 502-505
Référence(s) :

Glotz (Marc), Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle, Bernardswiller, ID Édition, 2018, 384 p.

Texte intégral

1L’ouvrage relate l’histoire de deux familles de la noblesse alsacienne, les Coehorn et les Mullenheim, au XIXe siècle, sur lesquelles on ne disposait que de données indirectes. Il se fonde sur quatre sources majeures. Marie Lafarge, empoisonneuse de mari, a été la fille d’un premier lit de la première femme d’Eugène de Coehorn, maire de Saint-Pierre, conseiller général et député du Bas-Rhin, qui est le frère de Mélanie, épouse Bussierre mère de Mélanie, épouse Pourtalès. Marie Lafarge a passé quelques années à Strasbourg à la fin de Restauration et au début de la Monarchie de Juillet, avec sa mère et son nouveau beau-père. Ses mémoires écrites en prison ont été publiées. Elle écrit bien, sa langue de vipère est de velours ! Le second ensemble est constitué des lettres que la fille d’Eugène, Jeanne de Coehorn épouse Mullenheim envoie de 1870 à 1901 à sa cousine germaine Adèle de Dunten, épouse de Reinhard de Dalvigk, ancien Premier ministre francophile du Hesse-Darmstadt. L’auteur a ensuite recours aux souvenirs de Louis de Mullenheim, le mari de Jeanne de Coehorn rédigés de 1880 à 1881, auquel il raccroche ce qui est visiblement un Journal. Enfin, on revient à la correspondance de Jeanne de Coehorn à Adèle de Dalvicg, puis aux lettres que Jeanne de Coehorn-Mullenheim adresse à sa fille Charlotte, épouse Sigismond de Reinach-Hirtzbach (qui a déjà fait l’objet des travaux de M. Glotz). La forme est celle d’une publication de textes signalés par des dates en gras et des guillemets et assortis des commentaires du spécialiste incontesté de la noblesse alsacienne qu’est M. Glotz en un récit continu de 1825 à 1901. L’ouvrage ne comprend pas d’indications de sources ni de bibliographie – à l’exception des notes de bas de page – ce qui est quand même dommage. Mais ces correspondances doivent se trouver dans les AP des Reinach-Hirtzbach, déposées aux ADHR. L’on n’a pas d’indications sur le livre de souvenirs de Louis de Mullenheim.

2M. Glotz nous restitue l’histoire familiale de cette noblesse alsacienne campagnarde établie au centre de l’Alsace à partir du XVIe siècle ; une petite carte agrémentée des photos des châteaux aurait été la bienvenue, tant leur vie semble se dérouler sur un petit nombre de kilomètres : de quoi aller le dimanche après-midi ou en soirée les uns chez les autres. C’est qu’il s’agit d’une famille élargie. Même pour ceux qui sont très riches, comme les Bulach, on ne vit pas sur le grand pied comme les Bussierre et les Pourtalès, mariés dans la grande banque, qui sont de véritables people de l’époque occupant les rubriques société et les colonnes des illustrés nationaux : « Les revenus étaient modiques et il fallait pourvoir à l’éducation de cinq enfants, note Louis de Mullenheim. Ma mère s’appliqua à faire régner l’économie ».

3Histoire familiale : les femmes y occupent une place centrale et pas seulement parce que les correspondances sont celles de femmes, qui échangent des nouvelles sur la santé des uns et des autres, enfants, maris, sœurs, tantes, dames de compagnie, racontent les fêtes et décrivent les toilettes. Un peu protégée par le régime dotal – introduit en Alsace par la noblesse française immigrée au XVIIe siècle –, la femme ne l’est pas de la maladie : le nombre de mortes en couches est important. Veuve jeune encore au bout de dix ans de mariage, ce qui est souvent le cas pour les femmes de la noblesse mariées à des hommes bien plus âgés qu’elles, Jeanne de Coehorn, décède de pneumonie à 56 ans, ce qui ne témoigne pas d’une santé très robuste. On est cependant surpris de la mutation que subit le ton et le contenu de sa correspondance à partir de son veuvage en 1881. Elle gérait déjà la maison : la voilà devenue chef de famille. La plume est devenue plus souple, l’horizon plus vaste, le ton plus gai, les descriptions vivantes et on la lit avec un véritable plaisir. Jeanne de Coehorn lit le mensuel catholique libéral le Correspondant et le cite. Elle traite Ferdinand de Durckheim, dont elle vient de lire les Erinnerungen parus en 1887, d’ingrat envers sa mère patrie, la France, pour s’être rallié à l’Allemagne.

4Voici dans les Souvenirs de Mullenheim, le tableau de la noblesse alsacienne légitimiste, ralliée au bonapartisme et à ce Second Empire, si piqué de noblesse. Mullenheim a été blessé à Sedan, rejoint l’armée après l’armistice, participe à la répression de la Commune, mais refuse de servir la France républicaine et rejoint l’Alsace. A t-il opté ? Apparemment son retour en Alsace a été désapprouvé par les Bussierre. Il ne revêt pas de mandat local, comme les Zorn de Bulach, mais participe à la vie politique en soutenant le parti catholique et son quotidien l’Union. Voici la noblesse alsacienne exilée dans sa province –, les Reinach-Werth, les Bancalis, les Turckheim. Felix de Reinach-Werth, ancien préfet français a pu, après la chute de Mac Mahon, vivre dans son château de Niedernai, en ayant gardé sa nationalité française.

5L’éducation et l’établissement des enfants puis des petits-enfants, si l’on a vécu assez pour les voir naître et grandir, occupent une place centrale. Jeanne pouvait se féliciter en mai 1870 à la veille de son mariage – et de la guerre – avec Louis de Mullenheim : « ce mariage m’apparente à presque toute la noblesse du pays et je suis touchée de la manière avec laquelle je suis accueillie en tant que cousine ». En 1880, Louis se plaint : « les bonnes maisons sont devenues rares en Alsace depuis l’annexion », et voila qu’un jeune voisin noble fréquente une fille « pas du tout chapitrable ». Pour sa fille Charlotte, Jeanne a cherché mari à Saint-Dié, où il y avait « un jeune homme pas mal, une belle situation, mais une famille si peu comme il faut ». Charlotte se marie avec Sigismond de Reinach, chapitrable lui… Clothilde, la seconde se marie avec le fils, officier français, d’Alfred Sury d’Aspremont, qui a séjourné longtemps à Strasbourg, où il a fondé le catholique L’Union et est désormais établi à Soleure. L’auteur a-t-il raison de titrer sa dernière partie, « Le crépuscule de la monarchie » ? Le fils Mullenheim, élevé comme tant d’autres à la Malgrange, puis dans les écoles préparatoires jésuites que la République a exilées à Jersey ou en Belgique, a embrassé la carrière militaire de la République française, est entré dans la marine. Crépuscule de la monarchie ou persistance de la noblesse ? La Revue Alsacienne illustrée fait son enquête en 1905 et 1906 dans les châteaux de cette vieille aristocratie qui était « une des gloires de notre province du temps de l’Alsace française » : le château des Coehorn à Ittenwiller, figure parmi ceux qui sont illustrés, avec les Bussierre, les Pourtalès, les Turckheim et les de Dietrich, que l’on croise également dans ces pages.

6Il faut être reconnaissant à M. Glotz d’avoir publié ce journal et cette correspondance et de les avoir commenté de façon savante, dans ce qui est un ouvrage très bienvenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Glotz (Marc), Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 502-505.

Référence électronique

François Igersheim, « Glotz (Marc), Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2974

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page