Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cartonnages entre art & industrie (1860-1920)

Strasbourg, Bibliothèque alsatique du Crédit Mutuel, 2016, 172 p.
Aziza Gril-Mariotte
p. 505-506
Référence(s) :

Cartonnages entre art & industrie (1860-1920), Strasbourg, Bibliothèque alsatique du Crédit Mutuel, 2016, 172 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage prolonge l’exposition organisée par la Bibliothèque alsatique du Crédit Mutuel, du 27 janvier au 5 avril 2017. On ne peut que saluer cette initiative tant l’histoire artistique et technique de la reliure industrielle au XIXe siècle reste méconnue, alors que ces éditions sont recherchées par les collectionneurs.

2Le texte de C. Esch et S. Schmutz-Foesser remet en perspective le goût des alsatiques dans le contexte de la production de cartonnages qui connaît un développement industriel, à partir des années 1860. Les cartonnages de ces alsatiques déclinent des décors évoquant l’attachement aux provinces perdues pour accompagner une littérature engagée. Ces couvertures connaissent la même évolution artistique que les ouvrages contemporains. Les éditeurs rivalisent d’inventivité pour les livres d’étrennes ou de prix dans le contexte de l’essor de l’enseignement primaire. Les auteurs présentent les grandes maisons d’édition en Alsace et à l’étranger qui participent à leur diffusion, notamment parmi les plus connues, Pierre-Jules Hetzel, éditeur de Jules Verne, originaire d’Alsace qui s’engage dans l’édition d’alsatiques. De nombreux artistes ont participé à la création de compositions dont la diffusion doit entretenir le souvenir de l’Alsace en France, avant que les cartonnages conçus par Hansi participent à la construction d’images iconiques. Des maisons d’édition sollicitent des dessinateurs comme Gustave Doré ou Charles Grad pour proposer une littérature variée avec des couvertures richement illustrées. L’âge d’or du cartonnage se situe entre un processus industriel qui implique une standardisation et la diffusion de modèles artistiques.

3Les ouvrages de l’exposition font l’objet de notices détaillées et d’une photo pleine page mettant en valeur leurs couvertures. Cinquante-deux alsatiques offrent un aperçu de l’art du cartonnage, entre les années 1870 et la fin des années 1920, dont l’ornementation retrace l’évolution des modes décoratives. Les classiques de la littérature enfantine, Enfants d’Alsace et de Lorraine, La mythologie du Rhin, avec leur couverture rouge, couleur de la percaline, rehaussée d’or et de noir, présentent parfois de compositions richement ornées comme celle du dessinateur mulhousien Henri Meyer pour Un capitaine de quinze ans de Jules Verne.

4I. Blivet conclut en évoquant l’évolution technique d’une pratique artisanale en atelier au processus industriel avec des machines-outils. Elle détaille les procédés techniques et les matériaux qui permettent à la toile enduite d’imiter les effets du cuir grainé et dont les reliefs, rehaussés d’or et de couleurs, mettent en valeur les compositions des artistes.

5Ce bel ouvrage, richement illustré, est utilement complété par un glossaire et un dictionnaire des principaux dessinateurs, graveurs et éditeurs. Il invite à découvrir un aspect moins connu des alsatiques qui s’inscrit dans la créativité des reliures d’éditeur durant cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aziza Gril-Mariotte, « Cartonnages entre art & industrie (1860-1920) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 505-506.

Référence électronique

Aziza Gril-Mariotte, « Cartonnages entre art & industrie (1860-1920) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/2980

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page