Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Uberfill (François), Rosheim 1870-1914, une ville au temps du Reichsland

Bernardswiller, ID Édition, 2017, 192 p.
François Igersheim
p. 509-511
Référence(s) :

Uberfill (François), Rosheim 1870-1914, une ville au temps du Reichsland, Bernardswiller, ID Édition, 2017, 192 p.

Texte intégral

1La conclusion livre la clé du travail. En 1788, l’intendant Chaumont de la Galaizière se serait plaint des Rosheimois, se partageant les recettes de leurs forêts et totalement indifférents à l’embellissement de la cité. Mal informé ou de mauvaise foi, si l’en en croit le récit de la construction de l’église Saint-étienne sur les plans de Salins de Monfort (1782-1786). Pas du tout : les Rosheimois avaient vivement contesté la dépense et c’est ce qui leur valut les sarcasmes de l’intendant. Cent trente ans plus tard, en 1918, voilà nos édiles rosheimois au pinacle et leur ville transformée. En cette année du Centenaire de 1918, Alphonse Troestler, président de la Société des amis de Rosheim et ancien maire de la ville, veut offrir à ses concitoyens et à un large public, l’histoire qu’a vécue Rosheim au temps du Reichsland.

2C’est à Fr. Uberfill qu’est confiée cette tâche, en 192 pages, assorties d’une iconographie somptueuse, à analyser au même titre que son texte. En dix chapitres, il relate les mandatures municipales des deux maires importants de la période, Peterolff et Weiss, étudie l’évolution de l’économie, de la population, de l’enseignement, la vie religieuse et la conservation du patrimoine.

3La focale de l’étude politique est centrée exclusivement sur l’action municipale et leur œuvre en particulier immobilière : un hôtel-de-ville agrandi, une place centrale réaménagée, un hôpital… La carrière politique de Peterolff – il est conseiller général de Rosheim et député au Parlement régional/Landesausschuss, un pilier du premier parti autonomiste alsacien –, n’est pas abordée… Il en va de même pour la mandature de Weiss, moins illustre et plus contesté que son prédécesseur. Mais sûrement, pour déterminants qu’ils soient, la vie de Rosheim ne se résume pas aux conflits entre la municipalité en place et son opposition. Voilà l’ancien curé Simon Raess qui se plaint de son successeur négligeant alors que « la social-démocratie a envahi la paroisse ». Et voici le jeune abbé modernisateur Joder, qui fonde son cercle de jeunes gens, avec ses sections sportives et sa musique – clairons et tambours –, devenue Aloysia en 1893-1894. Le curé Feltz et le directeur d’école organiste, assurent la mutation de la Caecilia en une chorale mixte, étape aussi de la vie culturelle et religieuse de la ville. Et à quel syndicat, socialiste ou chrétien, appartiennent donc ces ouvrières et ouvriers qui adhèrent, dans le sillage d’une grève victorieuse de 1905 ? La population de Rosheim a donc vécu les mobilisations ardentes de la période et ses débats passionnés.

4Rosheim a refusé la création d’un collège (Mittelschule). Mais Molsheim est à 7 km, sur une ligne de chemin de fer. Aires matrimoniales, hospitalières, zones de chalandises, zones d’emploi, recettes fiscales. Le tableau des données comparées de Molsheim-Rosheim-Wasselonne (p. 96) est plus que suggestif : Molsheim et Rosheim ne sont-elles pas une seule et même agglomération, démographique, économique et fiscale ? Voilà qui est le ressort de l’histoire locale. Bien sûr que dans une période de modernisations et d’urbanisation intenses comme l’ont été ces quarante années de Reichsland, le rôle des réseaux, politiques, administratifs, religieux, associatifs est déterminant et particulièrement dans ce piémont alsacien si densément peuplé. Mais ils s’implantent dans des populations marquées par cette mentalité populaire enracinée depuis des temps immémoriaux dans la défense de l’honneur du lieu : Stadtehre, Dorfsehre, si prégnante (et nécessairement consensuelle) : elle est le premier auteur du présent ouvrage.

5On savait que l’Empereur Guillaume II avait été au Haut-Koenigsbourg, mais Fr. Uberfill nous relate, et c’est une des heureuses surprises de son travail, sa randonnée en voiture au Mont-Saint-Odile, le 3 mai 1899, en passant par Rosheim. Après les études qu’il avait faites sur celles de Strasbourg, voilà une entrée de Guillaume II dans une petite ville alsacienne, mais qui a préparé et ordonnancé les décors – arcs de triomphe et corbeilles de fleurs et de branches de sapins aux fenêtres, drapeaux rouges et blancs dans les rues – vive cet autonomisme-là, inspirés du rituel des processions religieuses. Il ne reste que quelques témoignages indirects du bel album Jugendstil de souvenirs, fait par l’école des Arts déco, sous la direction de Seder, dont la facture dépassa le devis, suscitant l’aigreur des édiles.

6En conclusion, ce monument aux morts des guerres françaises du Second Empire confié au Kriegerverein de Rosheim, trait qu’on croirait emprunté au répertoire comique alsacien… Les voyez vous en 1912 (p. 185) en cortège à Rosheim, ces anciens combattants de la guerre française de 1870-1871, visages burinés, grosses moustaches, en fracs et en hauts de forme, le ventre barré des chaînes de leurs montres à gousset : héros de légende ou petits notables opportunistes ? Ils ont fait comme ils ont pu. Mais c’est encore une des belles images de cet ouvrage dont l’intérêt dépasse celui de l’histoire locale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Uberfill (François), Rosheim 1870-1914, une ville au temps du Reichsland », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 509-511.

Référence électronique

François Igersheim, « Uberfill (François), Rosheim 1870-1914, une ville au temps du Reichsland », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3000

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page