Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pottecher (Marie), Haegel (Olivier) et Doucet (Hervé) dir., La Neustadt de Strasbourg, Un laboratoire urbain (1871-1930)

Lyon, Lieux Dits, 325 p.
Sophie Eberhardt
p. 511-512
Référence(s) :

Pottecher (Marie), Haegel (Olivier) et Doucet (Hervé) dir., La Neustadt de Strasbourg, Un laboratoire urbain (1871-1930), Lyon, Lieux Dits, 325 p.

Texte intégral

1En 1960, l’architecte en chef des monuments historiques juge le palais du Rhin sis au cœur de la Neustadt de Strasbourg « fort laid ». En 2017, le quartier est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Cette reconnaissance prestigieuse, représentant l’aboutissement du projet conduit par l’Eurométropole de Strasbourg, marque le récent intérêt et le nouveau regard porté sur cet ensemble urbain. La Neustadt est considérée aujourd’hui comme un héritage commun, un héritage partagé. Initié dès le rattachement de l’Alsace-Loraine à l’Empire allemand (1871), l’immense chantier de la Neustadt tripla presque la surface de la ville. Modèle de l’urbanisme du XIXe siècle, l’extension urbaine de Strasbourg se caractérise par la diversité des fonctions qui y sont implantées, son harmonie, ses qualités paysagères et hygiéniques ainsi que les liens étroits qui l’unissent avec la ville historique.

2L’ouvrage constitue la synthèse du travail conduit par l’équipe de l’Inventaire général du Patrimoine culturel de la région Grand Est en lien avec l’Université de Strasbourg. Il témoigne de l’élan émanant des acteurs institutionnels et académiques pour mieux étudier et faire connaître ce quartier depuis la fin des années 2000. Le livre s’articule autour de cinq grandes parties, consacrées respectivement à l’extension comme laboratoire, à l’élévation de la ville au rang de capitale par l’Empire allemand, au colossal chantier constitué par ce projet, à la ville providence et à la vie dans le quartier, notamment l’habitat. Il documente et met en valeur un territoire d’expérimentation facilité par une politique municipale ambitieuse et novatrice. Complétant l’état de connaissance de la Neustadt, il explore des aspects qui méritaient d’être approfondis comme la réalisation concrète de l’extension urbaine, ses nombreux acteurs qui « ont fait la ville », la production architecturale et son décor. L’ouvrage permet alors de mieux comprendre comment, depuis la décision politique jusqu’à sa réalisation, la Neustadt est marquée par sa propre temporalité, par des actions communes, individuelles, voire contradictoires d’intérêts et de particuliers. Il souligne également la formidable alliance entre la production de masse, le progrès spectaculaire des techniques et le foisonnement décoratif qui, entre 1880 et 1914, a fait sortir de terre près de 1 800 bâtiments dans la Neustadt. L’ouvrage rappelle enfin qu’aujourd’hui le quartier constitue à la fois l’un des derniers témoins à grande échelle la pensée urbaine allemande et un modèle de ville durable qui a su répondre aux besoins des habitants.

3Richement et soigneusement illustré, l’ouvrage offre une vision d’ensemble, documentée par un travail de terrain exhaustif et une exploitation méticuleuse des sources. Il s’adresse tant aux novices qu’aux experts. Aussi participera-t-il sans doute au développement de la recherche sur ce thème ou d’autres liés à l’urbanisme, à l’architecture et au patrimoine de Strasbourg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Eberhardt, « Pottecher (Marie), Haegel (Olivier) et Doucet (Hervé) dir., La Neustadt de Strasbourg, Un laboratoire urbain (1871-1930) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 511-512.

Référence électronique

Sophie Eberhardt, « Pottecher (Marie), Haegel (Olivier) et Doucet (Hervé) dir., La Neustadt de Strasbourg, Un laboratoire urbain (1871-1930) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3012

Haut de page

Auteur

Sophie Eberhardt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page