Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mistler (Anne), dir., Le palais du Rhin, Ancien palais impérial

Bernardswiller, I.D. L’édition, 2017, 104 p.
Nicolas Lefort
p. 512-513
Référence(s) :

Mistler (Anne), dir., Le palais du Rhin, Ancien palais impérial, Bernardswiller, I.D. L’édition, 2017, 104 p.

Texte intégral

1Depuis les travaux pionniers de Klaus Nohlen sur Les bâtiments officiels de la place impériale à la fin des années 1970, édités en français seulement en 1997, le « palais du Rhin » a fait l’objet de plusieurs publications en raison de son importance dans l’histoire architecturale et urbanistique de Strasbourg, et de sa situation à la jonction entre l’ancienne ville et la Neustadt dont il constitue un élément majeur. Un album, publié par le service de l’Inventaire chez le même éditeur, avait déjà été consacré au monument en 2000 (Strasbourg, Le palais du Rhin, Ancien palais impérial, 32 p.). Initié par la DRAC Grand Est à l’occasion du classement du palais comme « domaine national » et de l’inscription de la Neustadt au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2017, le présent ouvrage est composé d’une vingtaine de chapitres et d’encadrés thématiques, rédigés par les spécialistes des services patrimoniaux qui occupent le bâtiment et qui contribuent à sa conservation, à sa restauration et à sa mise en valeur : monuments historiques (CRMH), « bâtiments de France » (UDAP67), archéologie (SRA) et, à nouveau, l’Inventaire du patrimoine, passé entre temps de l’état à la Région.

2Le livre commence par évoquer l’histoire de la construction, par l’architecte berlinois Hermann Eggert, entre 1883 et 1889, du « palais impérial » (Kaiserpalast) commandité par Guillaume Ier. Les chapitres qui suivent peuvent être regroupés en deux grandes parties équilibrées. La première est consacrée à la place du bâtiment dans la Neustadt, son architecture néo-Renaissance et la symbolique très politique de son décor, avec des éclairages sur des aspects techniques originaux (le système de chauffage à air pulsé, la technique de couverture en tuile canal) et sur certaines parties de l’ensemble monumental (la salle des fêtes, l’aménagement paysager et le patrimoine végétal du parc, le bâtiment annexe des écuries). La seconde partie s’intéresse à la vie du monument au cours du XXe siècle, notamment à ses affectations successives, sa patrimonialisation et sa restauration.

3Propriété de l’état français en vertu du traité de Versailles du 28 juin 1919, le palais devient en 1920 le siège de la Commission centrale de la navigation sur le Rhin (CCNR), plus ancienne organisation internationale encore en activité, qui lui a donné son nom de « palais du Rhin ». Pendant l’entre-deux-guerres, il accueille plusieurs instituts de l’Université de Strasbourg (histoire de l’art, géographie mais aussi histoire de l’Alsace), ainsi que l’école régionale d’architecture de sa création en 1921 à son déménagement en 1987. La présence actuelle des services de la DRAC Grand Est et de l’Inventaire trouve son origine – sans que cela soit clairement dit par les auteurs – dans l’installation du service des monuments historiques d’Alsace et de ses archives (l’ancien Denkmalarchiv), dans le bâtiment des écuries en 1919, puis au rez-de-chaussée du palais en 1920, une affectation paradoxale pour un service dont les architectes méprisaient l’architecture et le décor du monument. Endommagé par le bombardement de 1944, menacé de démolition dans les années 1950, ce patrimoine « allemand » fait l’objet d’une reconnaissance tardive et progressive par la France, avec une protection au titre des monuments historiques en plusieurs étapes (inscription partielle en 1977, classement en 1993). Malheureusement, il manque à cette partie de l’ouvrage quelques remarques sur l’histoire de la connaissance et de la protection de l’architecture historiciste en Alsace, et à l’échelle de la France, pour éclairer l’évolution du regard sur ce bâtiment depuis les années 1970.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Mistler (Anne), dir., Le palais du Rhin, Ancien palais impérial », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 512-513.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Mistler (Anne), dir., Le palais du Rhin, Ancien palais impérial », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3021

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page