Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen âge en Alsace, 1880-1930

Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2017, 190 p.
Laurent Baridon
p. 515-516
Référence(s) :

Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen âge en Alsace, 1880-1930, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, 2017, 190 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le catalogue de l’exposition éponyme qui s’est tenue en 2018 à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg dans le cadre du projet Laboratoire d’Europe, Strasbourg, 1881-1930. Richement illustré, introduit par deux préfaces, il est constitué de deux parties principales. La première comporte cinq études tandis que la seconde présente les différents documents du catalogue selon des sections thématiques introduites par des auteurs spécialistes de différents domaines. Une bibliographie et une chronologie, réduites à l’essentiel, complètent l’information. La première étude, rédigée par J. Louis, est consacrée à l’inspiration médiévale dans les arts à l’époque du Reichsland. Elle introduit d’emblée à la question centrale : en Alsace le néo-gothique a été le vecteur d’un débat sur l’identité culturelle. L’ouvrage s’intéresse donc aux productions culturelles de toute nature ainsi qu’aux acteurs de premier et de second plan qui ont contribué à ce phénomène. Fr. Pétry étudie les chemins du médiévalisme en mettant en évidence le goût pour les légendes, son lien avec le fantasme d’un mode de vie médiéval tout en présentant la figure centrale de Robert Forrer et ses liens avec les arts graphiques autour de 1900. Il met également en évidence les tendances francophiles de la plupart de ces acteurs. G. Bischoff, ensuite, étudie les acteurs de l’histoire médiévale. Fl. Siffer quant à lui aborde la personnalité centrale de Charles Spindler et évoque le cercle de Saint-Léonard. Parfaite incarnation de la double culture, cet artiste est lié à la personnalité de R. Forrer et son œuvre participe du goût pour la littérature médiévale.

2Le catalogue qui succède à ces études se consacre successivement à la cathédrale de Strasbourg, à ses restaurations, à ses décors et à l’iconographie qu’elle a suscitée. Il met en évidence le rôle de Georges Spetz, amateur d’art, mécène et collectionneur ; il montre l’importance de la production d’images et d’objets liturgiques, comme celle des livres médiévaux dans les collections de la bibliothèque ; il établit les modalités de la naissance de l’archéologie médiévale, les tensions autour de la restauration château du Haut-Koenigsbourg ainsi que le fort courant du médiévalisme littéraire et ses prolongements touristiques ou populaires. De nombreux objets méconnus sont présentés : outre les nombreuses gravures et estampes de nature scientifique ou publicitaire, on peut découvrir des médailles dont certaines satiriques contre Winston Churchill, des objets et du mobilier liturgique aussi bien qu’une cruche en forme de tonneau conçue par Léo Schnug. Grâce à l’ensemble de ces textes, il est désormais plus facile de comprendre pourquoi ce goût pour le Moyen Âge, dont l’apogée est chronologiquement décalée par rapport au contexte européen, a si profondément marqué la recherche historique, les mentalités, l’architecture, les arts graphiques et décoratifs, en Alsace au tournant des XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Baridon, « Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen âge en Alsace, 1880-1930 », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 515-516.

Référence électronique

Laurent Baridon, « Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen âge en Alsace, 1880-1930 », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3042

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page