Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rétro d’expos, quarante ans d’expositions, Strasbourg, 1895-1937

Barr, Le Verger éditeur, 2017, 128 p.
Marie Pottecher
p. 522-523
Référence(s) :

Rétro d’expos, quarante ans d’expositions, Strasbourg, 1895-1937, Barr, Le Verger éditeur, 2017, 128 p.

Texte intégral

1Parmi les événements programmés autour de l’exposition Strasbourg, laboratoire d’Europe, la contribution des Archives de la Ville et de l’Eurométropole comptait sans nul doute parmi les plus audacieuses : proposer une exposition… sur les expositions. Au fil d’un parcours qui rassemblait 150 objets et documents, quatre décennies de pratique d’exposition industrielles, artistiques, commerciales ou artisanales sont évoquées.

2Le catalogue qui accompagnait l’exposition permet dans un premier temps de comprendre les enjeux que revêtaient ses manifestations. Comme le rappelle Benoît Jordan, celles-ci s’inscrivent dans une pratique déjà bien rodée et partagée à l’échelle européenne et américaine depuis la première moitié du XIXe siècle. Pour la Ville, qui en est parfois à l’origine, comme ce fut le cas pour l’exposition artisanale et industrielle de 1895, il s’agit de mettre en avant sa modernité, véritable opération de promotion, ce que nous rappelle Laurence Perry, mais également de s’assurer certaines rentrées pécuniaires. On apprend en effet que nombre de ces événements s’avérèrent économiquement très rentables. Les industriels, commerçants et artisans également sont investis. À ce titre, la Chambre de commerce joua un rôle moteur indéniable dans l’organisation de ces expositions, dont ils attendaient des retombées directes. La présidence ou le patronage de ces expositions sont également l’objet de choix délicats. Véritable moteur économique pour la ville et la région environnante, certaines manifestations ont également joué un rôle d’impulsion en matière de développement urbain, accélérant l’aménagement de secteurs ouverts depuis peu à l’urbanisation, comme ce fut le cas pour l’Orangerie lors de l’exposition de 1895 ou de la Plaine des Bouchers lors de l’exposition de 1913. Pour les plus importantes, ces expositions donnent lieu à des constructions spécifiques, souvent éphémères, dont certaines par leur architecture, participent pleinement du propos.

3Ces éléments de synthèse posés, le catalogue offre ensuite une présentation de certaines expositions. Si certaines sont bien connues du public, telles les foires expositions du Wacken, dont Carine Vogler évoque les dix premières éditions, ou l’exposition d’art français de 1907, d’autres le sont moins. On peut toutefois s’étonner de l’absence de chapitre consacré à certains événements majeurs comme l’exposition scientifique et industrielle d’hygiène organisée en 1923 à l’occasion du centenaire de Louis Pasteur, alors que d’autres, plus anecdotiques, comme l’exposition de poupées de 1935, bénéficient d’un article dédié.

4Le catalogue se referme enfin sur un très intéressant article abordant la présence de Strasbourg dans les expositions dans le monde. Cet aspect, peu connu du public local, rend en effet sensible les enjeux de ces manifestations pour les municipalités, qui restent dans les grandes lignes les mêmes aujourd’hui : être présent dans les grands événements internationaux, promouvoir et maîtriser son image.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Pottecher, « Rétro d’expos, quarante ans d’expositions, Strasbourg, 1895-1937 », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 522-523.

Référence électronique

Marie Pottecher, « Rétro d’expos, quarante ans d’expositions, Strasbourg, 1895-1937 », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3110

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page