Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nos cousins d’Amérique : L’émigration des habitants de la vallée de Villé aux États-Unis et au Canada

Villé, Société d’Histoire du Val de Villé, 2017, 324 p.
Philippe Edel
p. 523-525
Référence(s) :

Nos cousins d’Amérique : L’émigration des habitants de la vallée de Villé aux États-Unis et au Canada, Villé, Société d’Histoire du Val de Villé, 2017, 324 p.

Texte intégral

1Fruit d’un projet de longue haleine lancé en 2009, le livre que vient de consacrer la Société d’histoire du Val de Villé aux habitants de son territoire qui émigrèrent vers l’Amérique du Nord au cours du XIXe siècle et au début du XXe est remarquable à plus d’un titre. Initié par Christian Dirwimmer et coordonné par Jean-Louis Siffer, il s’agit d’abord d’un ouvrage collectif qui a associé plusieurs dizaines de bénévoles, chercheurs, traducteurs, rédacteurs, graphistes, correcteurs, tant en Alsace qu’aux États-Unis. Grâce à cette multitude de contributions, de nombreux documents officiels, articles de la presse locale, correspondances personnelles, arbres généalogiques, cartes postales, photos d’époque ont pu être exploités et illustrer très avantageusement cette publication dense, éditée en grand format sur papier glacé grâce au soutien de la Communauté de communes de la vallée de Villé. Les recherches ont permis d’identifier plus de huit cent soixante personnes qui ont fait le grand voyage vers le nouveau monde, principalement vers la région de Somonauk en Illinois, destination privilégiée des émigrés du Val de Villé. Sont décrits les destins de nombreuses familles qui s’y sont implantées, dont les Meyer, Schurra et Bettinger de Saint-Pierre-Bois, Fahrlaender de Dieffenbach-au-Val, Dontenville de Saint-Maurice, ainsi que les Steigeois qui se sont éparpillés entre New York et le Dakota. D’autres, comme les Vonrospach, Wœrly, Ulrich et Frering, sont allés jusqu’en Californie. Des coups de projecteur sont également donnés sur l’émigration de membres des communautés anabaptiste et israélite et sur le périple de l’abbé missionnaire-colonisateur Jean Gaire au Canada, rejoint par plusieurs familles d’Urbeis.

2Le propos se concentre dans la partie introductive. S’appuyant d’abord sur les travaux de Norman Layburn et de Nicole Fouché, les archives familiales des habitants et les liens maintenus entre lointains cousins, les auteurs citent aussi Internet comme précieux et incontournable outil de recherche et d’échanges, tant pour la messagerie électronique que pour les bases de données aujourd’hui mises en ligne – tels les registres d’immigrants ou listes de passagers – qui offrent des possibilités inconnues il y a encore deux décennies pour ce type d’investigation. Ils proposent une analyse des raisons de l’émigration dans le Val de Villé au XIXe siècle. Y est rappelé, chiffres à l’appui, que la vallée était restée tout au long du siècle largement dominée par l’agriculture, sans apparition d’industries, alors même qu’elle connaissait une poussée démographique particulièrement importante. L’intensification des activités agricoles et l’introduction du tissage à domicile n’arrivèrent cependant pas assurer la subsistance des habitants devenus plus nombreux et dont la situation sanitaire se dégradait. Ils évoquent également des raisons politiques de ces départs massifs, dont l’option après 1870 et l’importance des réseaux entre compatriotes issus de la vallée pour ceux qui se lancèrent dans l’aventure. L’introduction détaille enfin les conditions de l’expatriation, telles que l’attitude des autorités, les passeports, les agences d’émigration, le financement du voyage, les ports d’embarquement, les conditions de la traversée, l’arrivée à Ellis Island, le parcours d’immigration, l’acquisition de la nationalité américaine.

3Si les préfaciers de l’ouvrage précisent qu’il convient de ne pas oublier ces aïeux partis au loin et qu’il faut rendre hommage à leur courage de pionnier, ils signalent cependant que l’émigration n’est pas un phénomène nouveau et que l’histoire mondiale a connu de multiples migrations. Et de conclure que « nous sommes tous, quelque part, des enfants de migrants, ce livre [étant] une réponse à ceux qui prônent le repli et l’enfermement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Edel, « Nos cousins d’Amérique : L’émigration des habitants de la vallée de Villé aux États-Unis et au Canada », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 523-525.

Référence électronique

Philippe Edel, « Nos cousins d’Amérique : L’émigration des habitants de la vallée de Villé aux États-Unis et au Canada », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3122

Haut de page

Auteur

Philippe Edel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page