Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Goerig-Hergott (Frédérique), dir., Otto Dix - le Retable d’Issenheim (catalogue d’exposition)

Colmar-Paris, Musée Unterlinden-éditions Hazan, 2016, 264 p.
Nicolas Lefort
p. 532-534
Référence(s) :

Goerig-Hergott (Frédérique), dir., Otto Dix - le Retable d’Issenheim (catalogue d’exposition), Colmar-Paris, Musée Unterlinden-éditions Hazan, 2016, 264 p.

Texte intégral

1L’ouvrage Otto Dix - le Retable d’Issenheim est le catalogue de la première grande exposition organisée par le Musée Unterlinden de Colmar depuis l’inauguration en janvier 2016 de son extension due aux architectes bâlois Herzog & de Meuron. Vingt ans après « Otto Dix et les maîtres d’anciens » (1996), cette nouvelle exposition s’est donnée pour objectif de révéler l’importance qu’a eu le Retable d’Issenheim de Grünewald (1512-1519) dans le parcours du peintre allemand (1891‑1969), de la période expressionniste des années 1920 jusqu’aux dernières années de sa carrière, encore relativement méconnues du grand public et peu étudiées par les historiens de l’art.

2Les études sont dues à des spécialistes allemands et français : Christoph Bauer, Aude Driau, Gitta Ho, Erdmuthe Mouchet, Daniel Schlier et Birgit Schwarz, sous la direction de la conservatrice en chef Frédérique Goerig-Hergott. La reproduction du Retable, dans son ensemble et dans ses détails, facilite et éclaire la comparaison avec les œuvres de Dix publiées dans le catalogue qui suit.

3Divisée en cinq sections chronologiques, l’exposition commence par évoquer la rencontre du jeune peintre avec le chef-d’œuvre de Grünewald. Présenté au Musée Unterlinden depuis 1853, le Retable est réintégré dans le patrimoine allemand depuis l’annexion de l’Alsace-Lorraine en 1871. Envoyé à Munich en 1917 pour être restauré, il est alors considéré comme « le bien spirituel et artistique le plus précieux du peuple allemand » et connaît un immense succès. Les très nombreuses publications parues à cette époque et la fréquentation d’amis artistes du mouvement expressionniste fascinés par Grünewald marquent profondément Otto Dix. L’influence du Retable est présente dès les premières œuvres religieuses du peintre et remarquée pour la première fois par la critique lors de l’exposition de Tranchée (1923), un tableau disparu dans lequel les souffrances des soldats sont représentées à la manière des personnages de Grünewald.

4C’est qu’Otto Dix a été traumatisé par son expérience de soldat allemand de la Grande Guerre et en peint les atrocités avec une vérité crue. Son chef-d’œuvre le plus connu est le triptyque La Guerre (1929‑1932), non présenté à l’exposition de Colmar en raison de sa fragilité. Réalisé pendant l’entre-deux-guerres, il représente 24 heures de la vie d’un soldat et contient de nombreuses références à la Crucifixion de Grünewald : les corps en décomposition et criblés de balles des soldats renvoient à celui du Christ sur la croix, le doigt pointé du cadavre suspendu est celui de saint Jean-Baptiste, etc.

5Après la prise du pouvoir par les nazis en 1933, Dix est destitué de ses fonctions de professeur à l’Académie des beaux-arts de Dresde. Classé comme « artiste dégénéré », 260 de ses œuvres sont saisies, retirées des collections publiques et certaines détruites. Ne souhaitant pas quitter l’Allemagne – l’art étant pour lui une expression « nationale » – le peintre connaît une longue période d’exil intérieur qui renforce son sentiment d’identification à saint Antoine anachorète, figure importante du Retable d’Issenheim.

6Incorporé dans le Volkssturm, Dix est fait prisonnier de guerre et interné au camp de Colmar-Logelbach où il fait l’expérience de l’enfermement et de la faim. Il rencontre le peintre d’art religieux Robert Gall (1904-1974), avec qui il se lie d’amitié, et trouve (enfin ?) l’occasion de voir le Retable à deux reprises. Il peint alors de nombreuses œuvres dans lesquelles figurent les paysages des Vosges voisines et des environs, notamment la silhouette de l’église blanche de Logelbach (triptyque de La Madone aux barbelés, 1945).

7Après sa libération en février 1946, Otto Dix retourne en Allemagne où il continue à peindre des représentations de prisonniers de guerre et des scènes religieuses qui cherchent à concilier le développement de formes adaptées à l’époque avec les références au modèle ancien du Retable d’Issenheim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Goerig-Hergott (Frédérique), dir., Otto Dix - le Retable d’Issenheim (catalogue d’exposition) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 532-534.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Goerig-Hergott (Frédérique), dir., Otto Dix - le Retable d’Issenheim (catalogue d’exposition) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3162

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page