Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Kauffmann (Claude) et Gauchet (Grégoire), Histoire des sports d’hiver et du ski en Alsace

Pontarlier, Éditions du Belvédère, 2016, 175 p.
André Gounot
p. 534-536
Référence(s) :

Kauffmann (Claude) et Gauchet (Grégoire), Histoire des sports d’hiver et du ski en Alsace, Pontarlier, Éditions du Belvédère, 2016, 175 p.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage illustré en grand format peut paraître un peu contradictoire : le ski ne serait-il donc pas pour les sports d’hiver ce qu’est le « roi football » pour les sports d’été ? Sans doute la séparation entre sports d’hiver et ski a été choisie pour mieux souligner la place prépondérante que les auteurs accordent à l’analyse historique de cette discipline. L’histoire du ski n’est cependant pas traitée avec plus de profondeur que celle de la randonnée, du patinage sur glace ou de la luge et l’ouvrage n’ambitionne pas une présentation synthétique et cohérente de l’histoire des sports d’hiver dans notre région. En revanche, c’est un « beau livre » contenant des photographies spectaculaires et de nombreuses informations sur les zones les plus variées de pratiques hivernales en Alsace.

2D’après leur avant-propos, Cl. Kauffmann et G. Gauchet entendent combler une lacune historiographique : la place qu’occupaient les Vosges et l’Alsace jusqu’à la fin des années 1930 comme « puissante et influente terre de sports d’hiver » est « souvent ignorée par les histoires du ski en France » déclarent-ils. Ont-ils cependant ignoré les travaux de l’historien du sport alsacien S. Stumpp qui a soutenu en 2007 à Strasbourg une thèse sur le ski associatif en Alsace au temps du Reichsland (1896-1914), avant de publier jusqu’en 2015 et dans des revues scientifiques reconnues une douzaine d’articles liés à l’histoire du ski et des pratiques de montagne ? De la même manière, il aurait été utile de consulter les ouvrages d’Y. Morales sur le ski en France et plus particulièrement dans le Jura, pour mieux mettre en perspective le caractère original de cette pratique en Alsace, et ceux de l’Américain J. B. Allen pour parler avec plus d’assurance de processus transnationaux auxquels les deux auteurs font parfois allusion. On peut regretter que les produits de l’histoire du sport, qui s’est établie il y a environ 30 ans dans le champ universitaire français, ne soient pas davantage sollicités. Et de fait, les différentes parties de l’ouvrage ne font pas toujours apparaître de façon claire les différences entre pratiques utilitaires, ludiques et compétitives. Quant aux sources primaires, la courte bibliographie mentionne trois revues spécialisées régionales qui couvrent cependant moins de 20 ans de la longue période étudiée.

3On ne peut cependant pas appliquer les critères de jugement d’un livre scientifique à un livre de vulgarisation, et il faut donc se demander quel est l’apport de cet ouvrage pour les non spécialistes. Ses sept chapitres s’attachent à donner des aperçus non seulement de l’histoire des sports d’hiver en général jusqu’à leur introduction au sein de notre région (chapitres 1-3) mais aussi à présenter, dans les chapitres construits à partir d’une logique topographique, les innovations, constructions et aventures humaines qu’ont connues les lieux emblématiques des sports d’hiver alsaciens jusqu’à aujourd’hui. C’est d’ailleurs dans ces chapitres que l’on retrouve, à divers endroits, des indications sur le versant compétitif des sports d’hiver, sans doute le mieux illustré par les manches de la Coupe du monde de slalom en 1983 et 1987 au Markstein. Les nombreux témoignages de pratiquants (repris de sources dont on aurait toutefois aimé trouver les références exactes) et les petites anecdotes des stations d’hiver racontées avec verve permettent à l’imagination du lecteur de s’installer dans ces temps anciens où les périodes d’enneigement des Vosges étaient longues, et où un tour de patinage sur l’Ill à Strasbourg ou sur le Vieux Bassin devant la gare de Mulhouse ne paraissait pas si exceptionnel. Aussi les auteurs présentent-ils certaines conséquences quelque peu oubliées de la conjoncture politique : ainsi, le développement du tourisme hivernal et des infrastructures de transport le permettant doit beaucoup à l’importance que lui accordaient les Prussiens. L’histoire fascinante du réseau ferroviaire alsacien, étonnamment dense à l’époque, est abordée à travers l’un des quatorze zooms thématiques insérés dans les différents chapitres, dont plusieurs sont dédiés à des thèmes majeurs comme par exemple le rôle de l’armée dans le développement du ski ou l’apparition de stations thermales.

4Il reste que cet ouvrage se distingue avant tout par l’énorme quantité et la richesse des images, gravures, dessins et lithographies, affiches, cartes postales et de vœux et, bien entendu, de nombreux photos de qualité montrant du matériel ancien, des éléments d’infrastructure, des amateurs exerçant leur sport ainsi que de merveilleux paysages. Finalement, nous sommes face à un ouvrage esthétique, orné de documents iconographiques et d’anecdotes pléthoriques qui offre un aperçu en couleur de l’histoire des sports d’hiver en Alsace. S’il n’est pas le résultat d’un travail de spécialistes, il est néanmoins la production de deux passionnés, et la mise en page colorée et aérée témoigne du souci de fournir une documentation attrayante, que les amoureux des sports d’hiver consulteront avec plaisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Gounot, « Kauffmann (Claude) et Gauchet (Grégoire), Histoire des sports d’hiver et du ski en Alsace », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 534-536.

Référence électronique

André Gounot, « Kauffmann (Claude) et Gauchet (Grégoire), Histoire des sports d’hiver et du ski en Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3172

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page