Navigation – Plan du site
Comptes rendus

D’Angelo (Jean-Jacques) et Mirville (Philippe), La Cité du Train : musée du patrimoine SNCF

Strasbourg, Est Libris, 2016, 284 p.
Nicolas Stoskopf
p. 536-537
Référence(s) :

D’Angelo (Jean-Jacques) et Mirville (Philippe), La Cité du Train : musée du patrimoine SNCF, Strasbourg, Est Libris, 2016, 284 p.

Texte intégral

1C’est un catalogue que Ph. Mirville, président de la Cité du Train, et Jean-Jacques d’Angelo, photographe de la SNCF et responsable de la valorisation de l’image du musée du train, réalisent ici sous la forme d’un bel et copieux ouvrage illustré. Il offre toutes les qualités du genre, mais aussi ses défauts. Du côté des premières, 135 fiches passent en revue le matériel roulant classé « patrimoine SNCF », exposé au public ou conservé dans les réserves. Chacune de ces fiches, accompagnée d’une illustration, présente l’histoire de l’objet, ses caractéristiques techniques et, le cas échéant, les conditions de sa restauration et de son exposition à la Cité du Train. Le visiteur du musée dispose ainsi d’une base documentaire solide qui lui permet d’approfondir ses connaissances et de consolider des souvenirs nécessairement un peu confus après avoir côtoyé une telle accumulation de matériel. Du côté des défauts, le catalogue est fidèle au plan de visite de la Cité du Train, reprenant les uns après les autres ses différents espaces d’exposition, « le parcours spectacle », « les quais de l’histoire », « le panorama ferroviaire », etc.

2Si l’approche muséographique se veut progressive, inductive, pédagogique en démarrant la visite par le train des vacances que tout le monde est censé connaître, l’incohérence thématique et chronologique pose davantage de problèmes dans un livre : celui-ci démarre par la Micheline de 1931, se poursuit par une voiture de troisième classe de 1911, divers matériels de montagne, la voiture des aides de camp de Napoléon III, etc. Comprenne qui pourra ! On ne retrouve une logique historique qu’en parcourant « les quais de l’histoire » à partir de la p. 103. Par ailleurs, un glossaire des termes techniques ou quelques encadrés supplémentaires n’auraient pas été un luxe inutile pour permettre au lecteur béotien de comprendre ce qui est des évidences pour les auteurs, des cheminots aguerris. Enfin, vu d’Alsace et particulièrement de Mulhouse, on peut regretter qu’il ne soit pas fait davantage référence à la riche histoire ferroviaire de la région. La Cité du Train ne peut certes exposer des locomotives d’André Koechlin, de Stehelin & Huber ou de J. J. Meyer qui n’ont pas été conservées (il faut se contenter de deux locomotives SACM et d’un wagon De Dietrich), mais le livre aurait pu rappeler, par le texte ou l’image, que la Cité du Train était longée par l’ancienne ligne Mulhouse-Thann, à laquelle elle est d’ailleurs raccordée, et située à quelques centaines de mètres de l’usine SACM de Mulhouse. Mais non, le visiteur comme le lecteur doivent l’ignorer : tout se passe comme si la Cité du Train tenait absolument se présenter comme un musée « hors-sol » !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « D’Angelo (Jean-Jacques) et Mirville (Philippe), La Cité du Train : musée du patrimoine SNCF », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 536-537.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « D’Angelo (Jean-Jacques) et Mirville (Philippe), La Cité du Train : musée du patrimoine SNCF », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3192

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page