Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Forcade (Olivier) et alii dir., Exils intérieurs. Les évacuations à la frontière franco-allemande (1939-1940)

Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2017, 397 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 538-540
Référence(s) :

Forcade (Olivier) et alii dir., Exils intérieurs. Les évacuations à la frontière franco-allemande (1939-1940), Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2017, 397 p.

Texte intégral

1Dédié à la mémoire de François Roth, le grand historien du Reichsland, de la Lorraine et de l’Allemagne, décédé en 2016, ce volume envisage dans une approche résolument transnationale une question jusque-là essentiellement traitée sous forme de monographies séparées, voire étanches. D’un côté, plus de 600 000 Alsaciens et Mosellans qui habitent le long de la ligne Maginot sont envoyés en « France de l’Intérieur » en 1939-1940 du fait de leur trop grande proximité avec ce qui pourrait devenir un front très animé ; de l’autre – ce qui est très peu connu du public français – 1,2 millions de riverains du Westwall ou Ligne Siegfried (habitants de la Sarre, du Palatinat et du Pays de Bade) – chiffre considérablement révisé à la hausse grâce aux recherches récentes – sont évacués à l’intérieur de l’Allemagne. Même si elle est ordonnée par une puissance légitime, l’évacuation, rappellent les auteurs de ce volume, n’en est pas moins un déplacement forcé, qui modifie radicalement le mode de vie des personnes concernées. De telles migrations contraintes ont déjà eu lieu à grande échelle pendant la Première Guerre mondiale (dans le Sud de l’Alsace notamment – du fait des Français comme des Allemands –, ou à Nancy en août-septembre 1918).

2Après une solide introduction, dans laquelle sont posés les jalons d’un questionnement auquel le livre apporte des réponses, et qui comprend un solide point historiographique, ainsi qu’une étude des sources disponibles, la première partie décrit la planification et l’organisation des évacuations : leur genèse (N. Williams), un organisme dédié, le Service central des réfugiés (A. Rolland) ; et, du côté allemand, le rôle du parti nazi dans leur mise en œuvre (A. Nolzen). Une deuxième partie est consacrée à la mobilisation et à la protection des ressources : financement des évacuations (M. Dubois), transfert des usines (L. Stein), de l’Université de Strasbourg à Clermont-Ferrand (R. Möhler). « Entre inclusion est exclusion », la troisième partie aborde la propagande et la politique sociale : la guerre des mots et des images, les rumeurs (Maude Williams), l’assistance aux évacués en France et en Allemagne (D. Hadwiger), les déplacements des établissements psychiatriques (J. Nicklas). Par trois études de cas, l’accueil et les difficultés de la cohabitation entre évacués et natifs, ou même entre plusieurs catégories de personnes déplacées, sont évoquées dans une quatrième partie : les habitants du district de Saint-Ingbert (Sarre) en Thuringe (T. Fehrmann), Jurassiens, Alsaciens et Lorrains dans le Tarn (Léa Dumas) ; Alsaciens dans les Landes (A. Savoye). Enfin, vient la perspective comparatiste, très judicieuse, quand sont étudiés les expériences des réfugiés espagnols de la guerre civile (S. Catros), des Polonais de la frontière allemande (P. Sekowski) et des habitants de la frontière franco-italienne (D. Grillère-Lacroix). En guise de conclusion, E. Kübler s’intéresse fort à propos à l’après-guerre : « L’évacuation entre mémoire et oubli » – et notamment à la pérennité des jumelages de communes pour laquelle la guerre a créé une communauté de destin – comment ne pas penser à Oradour (Haute-Vienne), Charly (Moselle) et dans une moindre mesure Schiltigheim (Bas-Rhin), dont l’histoire est intrinsèquement liée depuis juin 1944.

3L’évacuation constitue un tour de force pour deux pays confrontés au même moment à une mobilisation générale de leur armée et aux premiers combats. Globalement bien planifiée et réalisée – même si c’est parfois avec ces moyens rustiques, comme des voitures hippomobiles et des wagons à bestiaux –, elle connaît toutefois, inévitablement, quelques ratés. Dans les deux pays, on assiste à un choc culturel sur les lieux d’installation. On a beau être compatriotes, les différences sont grandes, plus encore sans doute dans le cas français qu’allemand, notamment aux points de vue linguistiques et religieux. Dans les lieux de départ, l’espace est entièrement abandonné à l’armée et à des sentinelles du pouvoir civil (préfectures, sous-préfectures, mairies). Les autorités sont chargées de faire respecter les biens, toutefois des cas de pillages sont tout de même signalés, et le plus souvent de leur part. Le « soldat laboureur » peut se muer en pillard, même dans la disciplinée Allemagne nationale-socialiste. Comme en 1914-1918, l’armée de la nation ne respecte pas forcément la propriété de ses propres concitoyens, une situation qui devient la norme en France lors de la Débâcle. Le retour des évacués (ou le retour tardif – en 1945 – ou même le non-retour, notamment dans le cas de milliers d’Alsaciens-Mosellans, qui se sont trouvés bien dans leur lieu d’asile ou d’exil) est peu évoqué dans ce volume, mais c’est sans doute parce qu’il mériterait un ouvrage à lui seul. En résumé, par son approche nouvelle, résolument franco-allemande, ce livre, agrémenté d’un intéressant cahier photographique, d’utiles cartes, de sources rigoureusement présentées, d’une riche bibliographie et d’un index, constitue un apport très important à l’histoire d’un phénomène sur lequel les connaissances des historiens et du public progressent et s’affinent tandis que parallèlement disparaissent les derniers témoins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « Forcade (Olivier) et alii dir., Exils intérieurs. Les évacuations à la frontière franco-allemande (1939-1940) », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 538-540.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « Forcade (Olivier) et alii dir., Exils intérieurs. Les évacuations à la frontière franco-allemande (1939-1940) », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3210

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page