Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Raymond E. Waydelich

Freiburg im Breisgau, Modo, 2017, 190 p.
Thérèse Willer
p. 542-543
Référence(s) :

Raymond E. Waydelich, Freiburg im Breisgau, Modo, 2017, 190 p.

Texte intégral

1La Städische Galerie Offenburg et le Kunstverein Offenburg-Mittelbaden ont consacré du 11 mars au 28 mai 2017 une rétrospective à l’artiste Raymond-Emile Waydelich (né à Strasbourg en 1938), qui a été accompagnée d’un catalogue d’exposition édité par la Städische Galerie Offenburg sous la direction d’Ute Dahmen.

2Le catalogue reprend les sept sections de l’exposition qui correspondent à autant d’étapes du parcours de Waydelich : Lydia Jacob Story, Archéologie du Futur, Memory Painting, Pop & Poesie, Les Personnages, Le Monde, L’Alsace. Elles ont le mérite de mettre en valeur la diversité des matériaux qui constituent cet œuvre multiforme : sculptures, assemblages en boîtes, sérigraphies, objets, collages. L’historien d’art Claude Rossignol dans son texte très documenté « Life is but a Dream » contextualise l’œuvre de l’artiste, la commissaire de l’exposition et historienne Gerlinde Brandenburger-Eisele dans « Mémoire et imagination » en raconte l’étendue des thèmes et des expressions.

3Cet artiste, qui se qualifie lui-même d’inclassable, est proche de certains mouvements de l’Histoire de l’art au XXe siècle. Il se dit héritier du surréalisme, aime Marcel Duchamp et le Pop Art et de toute évidence n’est pas étranger au Nouveau Réalisme. Cl. Rossignol évoque à juste titre la dimension spatio-temporelle de son œuvre alors que Jean-Jacques Lévêque, défenseur de l’« Archéologique Art », l’a inscrit dans cette mouvance en l’exposant au Pavillon français de la Biennale de Venise en 1978 avec « L’Homme de Frédehof, 2820 ap. J.-C. ».

4Il faut saluer la volonté de réaliser avec ce catalogue une publication bilingue en français et en allemand : elle correspond parfaitement à l’esprit de l’artiste qui aime effacer les frontières. Malgré la qualité indéniable de son contenu iconographique et scientifique, il aurait été instructif pour le lecteur de voir préciser dans la légende des reproductions les différentes provenances des œuvres prêtées à la Städische Galerie Offenburg et au Kunstverein Offenburg-Mittelbaden. On peut à ce propos se poser la question de l’absence dans la liste intitulée « Dans les collections et les espaces publics », de collections qui ont acquis des œuvres de Waydelich comme celle du Mamcs. Enfin, si les auteurs des textes ont été cités, il n’en est pas de même pour ceux de la rédaction des notices – qui pourtant constitue un exercice délicat – à l’exception de celle sur le monument funéraire de la famille Zaegel-Held à Obernai par l’historienne d’art Catherine Jordy.

5Malgré les multiples expositions et performances de R. E. Waydelich en Europe et à New York de 1964 à nos jours, il est étonnant qu’aucun ouvrage de fond n’ait encore été consacré à son œuvre. Ce catalogue, qui réussit à en donner une vue d’ensemble, pourrait constituer les prémices d’un travail scientifique sur un artiste qui le mériterait largement, à l’aube de son 80e anniversaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thérèse Willer, « Raymond E. Waydelich », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 542-543.

Référence électronique

Thérèse Willer, « Raymond E. Waydelich », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3237

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page