Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Varia

Trésors des bibliothèques et archives d’Alsace

Strasbourg, La Nuée Bleue, 2017, 456 p.
Joseph Schmauch
p. 543-544
Référence(s) :

Trésors des bibliothèques et archives d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2017, 456 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, l’association Cordial (Coopération régionale pour la documentation et l’information en Alsace), renoue avec les beaux livres illustrant les trésors du patrimoine écrit, à l’image du Guide des fonds patrimoniaux des bibliothèques d’Alsace, paru en 1995. Les textes sont rédigés par des professionnels en charge de la conservation, soit sept auteurs, qui ont organisé l’ouvrage en suivant un cadre chronologique.

2Après une introduction historique, l’opus engage une présentation de 320 trésors du patrimoine écrit alsacien, « des premiers temps de l’écriture aux livres d’aujourd’hui. » L’ouvrage met en valeur des pièces exceptionnelles : folios de parchemins, cartes de lointaines contrées, reliures estampées, livres d’artistes… L’on y apprend que la BNU de Strasbourg conserve la plus importante collection française de tablettes cunéiformes issues de l’Antiquité mésopotamienne après Paris. Les richesses du Moyen Âge alsacien sont fort bien représentées, avec notamment le Livre des fiefs de l’abbaye de Murbach, un antiphonaire cistercien de l’abbaye de Pairis, le projet pour la cathédrale de Strasbourg. L’ouvrage réserve une place de choix à l’humanisme alsacien, mettant en lumière quelques monuments de cette période, comme les Commentaires de Luther sur les Épitres et les Évangiles ou la Cosmographie universelle de Sebastian Münster, mais également quelques œuvres plus atypiques, tel ce traité de Tertullien, annoté par Beatus Rhenanus et imprimé en 1521. L’âge industriel est illustré par des œuvres d’artistes, Godefroy Engelmann, Gustave Doré, Adolphe Braun, mais aussi à travers les productions de la Manchester alsacienne (échantillons textiles, fonds photographiques de la Société industrielle de Mulhouse). La période postérieure à 1871 s’appuie sur des œuvres illustrant l’Annexion au Reich (diplôme enluminé du Kaiser au sujet du Haut-Koenigsbourg), le réveil alsacien (Revue alsacienne illustrée, ex-libris de Léo Schnug), puis le retour à la France de 1918 représenté par ce papier peint sur l’Alsace libérée. Enfin, des ouvrages de bibliophilie illustrés par Hans Jean Arp ou Tomi Ungerer, aux estampes les plus contemporaines, les avant-gardes ne sont pas oubliées.

3Le genre du catalogue de trésors est assez traditionnel, toute bibliothèque conservant des fonds anciens se devant de sacrifier régulièrement à ce rite. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un très beau volume, à la présentation particulièrement soignée, enrichi de commentaires synthétiques et érudits. Les auteurs ont fait souvent le choix de la singularité parmi les exemples glanés dans les fonds à leur disposition. Un tel ouvrage vient rappeler l’importance quantitative du patrimoine écrit alsacien, conservé par des établissements publics mais aussi dans des bibliothèques de sociétés savantes ou des musées privés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Schmauch, « Trésors des bibliothèques et archives d’Alsace », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 543-544.

Référence électronique

Joseph Schmauch, « Trésors des bibliothèques et archives d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3256

Haut de page

Auteur

Joseph Schmauch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page