Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Dreyer (Angelika), Die Fresken von Joseph MAGES (1728-1769) ; Zwischen barocker Frömmigkeit und katholischer Aufklärung

Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2017
Louis Schlaefli et Benoît Jordan
p. 551-552
Référence(s) :

Dreyer (Angelika), Die Fresken von Joseph MAGES (1728-1769) ; Zwischen barocker Frömmigkeit und katholischer Aufklärung, Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2017

Texte intégral

1Voici une thèse de doctorat, soutenue à Munich, et portant sur un artiste-peintre dont la courte vie (1728-1769) intéresse l’Alsace. Originaire du Tyrol, Joseph Mages s’est formé à Augsbourg et œuvra surtout en Bavière et en Souabe, au service des abbayes de la région, ainsi que de particuliers souhaitant embellir leurs demeures. Sa présence en Alsace constitue donc une exception dans la cartographie de sa production. On savait qu’il était intervenu à Ebersmunster, édifice emblématique du baroque alsacien comme l’avaient signalé Roger Lehni (ici prénommé Robert), G. Andrès ou encore R. Bornert. On doit à Mages l’Assomption qui orne la coupole et trois peintures dans le chœur, les vertus chrétiennes, saint Jean à Patmos, une Trinité, ainsi que des tableaux, une délicate Annonciation, une Adoration des bergers, tout comme une Visitation et un apôtre manifestement inspirés de gravures de Marco Pitteri d’après Piazetta.

2L’étude détaillée de Mme Dreyer place l’artiste et ses œuvres au centre d’une société dont l’univers mental est marqué par la piété de la contre-réforme, le conflit contre les Turcs et l’hérésie, la dévotion piétiste autour de la Passion. L’artiste n’y est jamais seul : J. Magès a noué des rapports amicaux avec le peintre strasbourgeois Jean-Jacques Sorg dès l’époque de la présence de ce dernier à Augsbourg (1765), et avec d’autres artistes peintres ou stucateurs. C’est là un des apports importants de ce beau volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Schlaefli et Benoît Jordan, « Dreyer (Angelika), Die Fresken von Joseph MAGES (1728-1769) ; Zwischen barocker Frömmigkeit und katholischer Aufklärung », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 551-552.

Référence électronique

Louis Schlaefli et Benoît Jordan, « Dreyer (Angelika), Die Fresken von Joseph MAGES (1728-1769) ; Zwischen barocker Frömmigkeit und katholischer Aufklärung », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3381

Haut de page

Auteurs

Louis Schlaefli

Articles du même auteur

Benoît Jordan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page