Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144Actes du colloque « De l’éblouis...République jacobine, déconcentrat...

Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

République jacobine, déconcentration ou décentralisation ?

Aux origines du commissariat général de la République française à Strasbourg
The Jacobin republic: deconcentration or decentralisation? A starting point for the appointmernt of a commissioner-general of the French Republic
Die Jakobinische Republik und ihr Hang zu Konzentration und Zentralisierung. Zu den Ursprüngen des Generalkommissariats der französischen Republik in Straßburg
Joseph Schmauch
p. 49-72

Résumés

Dès 1915, le gouvernement français a engagé une réflexion à propos du cadre administratif à donner à l’Alsace-Lorraine dans l’hypothèse d’une paix victorieuse, confiant cette question à différentes commissions spécialisées. Au lendemain de l’Armistice, Georges Clemenceau fait le choix de confier l’administration préfectorale à trois commissaires de la République résidant à Metz, Colmar et Strasbourg, avec pour mission de départementaliser et d’assimiler au plus vite l’ancienne Terre d’Empire. Or, face au mécontentement grandissant, de multiples interventions auprès du président de la République font ressortir les inconvénients et les dangers de la politique centralisatrice voulue par Clemenceau. Pour contrer le malaise naissant et s’inspirant des propositions de la Conférence d’Alsace-Lorraine, le gouvernement, crée au mois de mars 1919 un Commissariat général de la République à Strasbourg, véritable petit gouvernement bénéficiant de prérogatives étendues. Ces hésitations et ces contradictions laissent entrevoir le débat de fond opposant, à Paris, les partisans d’une organisation unitaire de la République et ceux, héritiers d’une tradition politique libérale et girondine, qui aimeraient mettre à profit le retour des provinces perdues à la mère patrie pour repenser l’organisation administrative dans le sens d’une meilleure prise en compte du fait régional.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . « Dans Strasbourg en fête », Le Petit Parisien, 27 novembre, dans Revue de presse réalisée par la (...)

1Novembre 1918. Les Alsaciens accueillent les troupes françaises, après quarante-sept ans d’annexion à l’Empire allemand, un événement dont rend compte, sur un ton dithyrambique, le journal Le Petit Parisien : « C’est avec frénésie qu’on acclame nos soldats. C’est avec une hâte fébrile qu’on transforme les enseignes, qu’on rend à la ville sa couleur française, qu’on rejette ce qui rappelle l’odieuse domination allemande1. » Une fête magnifiée par la visite en Alsace du président de la République Raymond Poincaré et du président du Conseil, Georges Clemenceau, les 9 et 10 décembre. Quatre mois plus tard, après moult tergiversations, le gouvernement fait le choix de nommer dans la capitale alsacienne une personnalité munie de pouvoirs étendus à la tête d’une administration régionale inédite : le Commissariat général de la République française en Alsace et en Lorraine. Comment est-on arrivé à une telle décision ? Par-delà les facteurs de circonstance, dans un climat de délitement de l’Union sacrée et d’apparition du « malaise alsacien », ce choix politique plonge ses racines dans les débats menés tout au long de la guerre au sujet des pays annexés : allait-on maintenir une administration régionale à Strasbourg, prenant la succession du défunt Reichsland, ou a contrario revenir au système départemental, cadre administratif traditionnel de la République française ? Était-il envisageable de revenir sans dommages au statu quo ante ? Il convient de rappeler, à ce sujet, l’héritage politico-administratif des années d’annexion. L’Alsace-Lorraine dispose, depuis la loi du 9 juin 1871, du statut de Terre d’Empire (Reichsland), et, par conséquent, d’institutions politiques qui lui sont propres. Par un vote du 31 mai 1911, le Reichstag a introduit dans les pays annexés une constitution, rapprochant l’Alsace-Lorraine d’un État fédéré (Bundesstaat), sans toutefois lui conférer des compétences analogues à celles des autres États allemands. Des dirigeants du catholicisme politique, comme l’abbé Wetterlé et Anselme Laugel, ainsi que les démocrates Jacques Preiss et Daniel Blumenthal, avaient engagé un combat pour obtenir au moins l’autonomie. Jusque dans les derniers mois de la guerre, les milieux nationalistes allemands étaient demeurés réticents à cette idée, perçue comme une forme de résistance à la germanisation.

2Confrontée à l’administration des secteurs méridionaux de la région occupés par ses armées, la France s’est de bonne heure préoccupée de réfléchir aux conditions de réintégration des départements annexés, dans l’éventualité d’une victoire face aux empires centraux. Assez vite se pose cette problématique fondamentale : convient-il d’assimiler les Alsaciens ou, au contraire, faut-il prendre en considération l’héritage des années allemandes ? Un compromis peut-il être trouvé entre la nécessaire unification (juridique et linguistique) et la prise en compte d’un particularisme forgé dans la résistance à la germanisation ? Il s’agit là d’un enjeu dépassant le modeste cadre des provinces reconquises. Quelles positions l’administration française adopte-t-elle dans ce débat ? Le personnel administratif nommé en Alsace parvient-il à prendre ses distances avec le corpus idéologique, laïque et assimilateur, dont il est issu ? Si l’on veut comprendre l’origine des choix opérés au lendemain du retour à la France, un retour en arrière est nécessaire : on s’intéressera aux structures (hommes, organisations, réseaux) chargés de penser l’Alsace française, on évaluera le poids du régionalisme dans la pensée politique du temps pour étudier, plus en détail, les orientations formulées dans l’hypothèse d’un retour des « Chères provinces » à la Mère Patrie.

Les hommes, les réseaux et les structures chargés de penser l’Alsace française

Alsaciens de Paris, de Nancy, de Belfort : un groupe social et un réseau politique

  • 2 . François Roth, Alsace-Lorraine. Histoire d’un « Pays perdu » de 1870 à nos jours, Nancy, Éd. Plac (...)
  • 3 . Jean-Marie Schmitt, « La Loge Alsace-Lorraine et les francs-maçons alsaciens de Paris après 1870  (...)
  • 4 . Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), 417 PAAP 55 (fonds Maurice Bompard). Annuai (...)
  • 5 . Hélène Sicard-Lenattier, Les Alsaciens-Lorrains à Nancy 1870-1914, Éd. Gérard Louis, 2002, p. 116 (...)
  • 6 . Laurent Heyberger, « Visions belfortaines de l’Alsace-Lorraine », Bulletin de la Société belforta (...)
  • 7 . Discours d’Eugène Neff, président de la Société belfortaine d’émulation, à l’occasion des 80 ans (...)

3Quarante-huit ans après la guerre de 1870-1871, les personnes nées dans les départements annexés et leurs descendants constituent un groupe social original, cohérent et influent. Dans la capitale, les Alsaciens-Lorrains disposent de relais auprès des milieux politiques, économiques ou de la presse d’opinion. Charles Risler, maire du VIIe arrondissement de Paris, allié à la famille de Jules Ferry, incarne l’aile progressiste et républicaine des Alsaciens de Paris. Lazare Weiller, « un industriel et un brasseur d’affaires2 », est quant à lui très inséré dans les milieux économiques. Dans le domaine de l’enseignement, les Alsaciens de Paris sont largement représentés à l’université : la Sorbonne compte dans son corps enseignant le médiéviste Christian Pfister, le germaniste Charles Andler ou encore le scientifique Paul Appell. Les protestants, groupés autour d’Henri Albert, ont fondé en 1903 l’hebdomadaire Le Messager d’Alsace-Lorraine. Pour les plus progressistes, la franc-maçonnerie constitue un lieu de sociabilité en même temps qu’un levier politique. On relève, au sein du Grand Orient de France, une Loge dénommée « Alsace-Lorraine », qui accueille des figures politiques d’envergure nationale attachées aux « Provinces perdues » comme le président du Conseil Jules Ferry ou Jean Macé, initié à Mulhouse3. Les mêmes se rencontrent au sein de l’Association générale d’Alsace et de Lorraine ou du Souvenir français, une association chargée de l’entretien des tombes des morts de la guerre de 1870‑1871. Héritiers de traditions artistiques séculaires, ils ont fondé des sociétés musicales (La Lyre d’Alsace-Lorraine ou l’Harmonie Alsace-Lorraine4). En dehors de la capitale, les Alsaciens sont nombreux également dans les villes de l’Est de la France. Hélène Sicard-Lenattier recense, en 1914, près de 20 000 personnes nées dans les provinces annexées et établies dans le département de Meurthe-et-Moselle5. À l’image d’Antonin Daum ou de Jacques Gruber, les Alsaciens s’impliquent dans le renouveau artistique que représente l’école de Nancy. À Belfort, ils sont présents dans l’industrie, où ils constituent un groupe social lié à Mulhouse, protestant, dreyfusard, lecteur du quotidien libéral Le Haut-Rhin Républicain et politiquement engagé au sein du Parti républicain démocratique6. Les Alsaciens se retrouvent en nombre au sein de la Société belfortaine d’émulation, une société savante qui oriente ses travaux sur des thématiques en lien avec l’histoire alsacienne et maintient une certaine nostalgie du « Grand Haut-Rhin7 ». La reprise d’activité de la loge maçonnique Tolérance et Fraternité, en 1877, est à mettre elle aussi sur le compte de l’arrivée des élites mulhousiennes, libérales et protestantes.

Fig. 1. « Ce ciel est notre azur. Ce champ est notre terre ! Cette Lorraine et cette Alsace, c’est à nous ! Victor Hugo »

Fig. 1. « Ce ciel est notre azur. Ce champ est notre terre ! Cette Lorraine et cette Alsace, c’est à nous ! Victor Hugo »

Affiche de propagande française par Hansi, Paris, Lapina, [1918]

Archives départementales du Territoire de Belfort (11 Fi 1.9.21)

Le départ en France de membres du parti francophile alsacien (août 1914)

  • 8 . Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, L’invasion (1914), t. V, p.  (...)
  • 9 . Paul Appell, Souvenirs d’un Alsacien (1858-1922), Paris, Payot, 1923, p. 218-226. Christian Baech (...)

4Après l’ultimatum autrichien à la Serbie, de nombreux Alsaciens francophiles sont persuadés que la guerre est imminente. Dans un contexte de dictature militaire, la répression allemande s’abat sur les représentants du parti francophile demeurés dans le Reichsland. De nombreux notables sont placés sous surveillance étroite ou frappés de mesures de proscription. D’autres, se sachant sur les listes noires du Ministère d’Alsace-Lorraine, prennent le parti de passer en France. C’est le cas de personnalités politiques majeures incarnant ce courant. Le maire de Colmar Daniel Blumenthal apparait à Paris le 20 août 1914, date à laquelle il est présenté au président Poincaré8. Au soir du 31 août 1914, le député socialiste Georges Weill, strasbourgeois d’origine, se trouve aux côtés du tribun socialiste Jean Jaurès, dont il est le dernier témoin survivant. Le 5 août, il s’engage dans l’armée française. Enfin, l’abbé Wetterlé, député catholique de Colmar et rédacteur en chef du Nouvelliste d’Alsace-Lorraine, quitte l’Alsace pour la Suisse dans la soirée du 25 juillet 1914, puis gagne Paris trois semaines plus tard 9. D’autres Alsaciens sont déjà présents dans la capitale, à l’image du pasteur Gerold, de l’avocat colmarien Paul-Albert Helmer ou encore du juriste Frédéric Eccard. L’industriel mulhousien Daniel Mieg est surpris en Bretagne quand la guerre éclate. Ces expatriés rejoignent les associations patriotiques ou caritatives existantes ; désormais au service de l’effort de guerre français, ils vont peser de tout leur poids dans les discussions qui s’engagent à propos de l’avenir des départements annexés.

Des institutions de préfiguration

  • 10 . Raymond Poincaré, Au service de la France, op. cit., t. V, p. 194.
  • 11 . Procès-verbaux de la Conférence d’Alsace-Lorraine (PVCAL), 1re séance, 10 février 1915.

5Réuni le 20 septembre 1914, le conseil des ministres estime à l’unanimité « que le gouvernement de la République pouvait s’engager à considérer la guerre comme terminée, le jour où serait évacué par l’ennemi le territoire national, y compris même l’Alsace-Lorraine10 ». Alors que les armées françaises se sont rétablies de manière inespérée sur la Marne, une commission spécialisée, dénommée Conférence d’Alsace-Lorraine voit le jour à Paris, le 10 février 1915 ; elle est chargée de « préparer des documents, étudier des solutions en vue du régime administratif futur de l’Alsace-Lorraine réunie à la France11 ». Cette conférence se veut une commission d’experts impliquant fonctionnaires, juristes, militaires et diplomates, chargés d’apporter une compétence technique ou une expérience de terrain. La présence, en nombre significatif, d’hommes politiques de premier plan, tant français qu’alsaciens-lorrains, donne toutefois à cet organisme les allures d’un petit parlement. La présidence de la Conférence d’Alsace-Lorraine est confiée au député Louis Barthou ; parlementaire averti, éloquent, dreyfusard modéré, il incarne la nouvelle vague des républicains venue bousculer les habitués des scandales politiques et financiers de la fin du siècle. Dès l’ouverture des travaux de la Conférence, le président du Conseil René Viviani avertit que :

  • 12 . PVCAL, 1re séance, 10 février 1915. « Il serait aussi injuste qu’impolitique de prétendre, d’un c (...)

La réunion de l’Alsace-Lorraine à la France soulèvera des questions nombreuses et délicates : personne ne peut songer à appliquer, sans délai ni adaptation, la législation et le régime administratif français aux territoires recouvrés. Les Alsaciens tiennent à leurs traditions et à leurs coutumes, qui leur ont permis de conserver leur intégralité et leur indépendance sous la domination allemande12.

  • 13 . Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, 1 077 p., p. 634.

6Un décret du 5 juin 1917 conduit à une première réorganisation des instances en charge de l’Alsace-Lorraine, créant six sous-commissions spécialisées au sein du ministère de la Guerre : une section de législation, une section d’organisation administrative, une section financière, une section économique, une section de l’instruction publique et enfin une commission chargée des beaux-arts. À cette date, la constitution du cabinet Clemenceau propulse au poste de sous-secrétaire d’État à la Guerre, en charge des questions d’Alsace-Lorraine, un proche du « Tigre », qui a une réputation de jacobin et d’anticlérical : Jules Jeanneney13. Cette nomination traduit, au cours de la dernière année de guerre, un changement d’approche quant aux conditions de la réintégration de l’Alsace-Lorraine, et la prééminence, au sein du gouvernement, des tendances les plus assimilatrices.

  • 14 Frédéric Eccard, Le livre de ma vie, Neuchâtel, éditions Victor Attinger, 1951, p. 71.
  • 15 . Archives nationales (AN), AJ30 109. Liste comprenant les noms indiqués par les membres du bureau (...)
  • 16 . Frédéric Eccard, Le livre de ma vie, op. cit., p. 70.
  • 17 . Bertrand Joly, « Maurice Barrès, président de la Ligue des patriotes », in Olivier Dard, Michel G(...)

7Au cours des deux premières années de guerre, bien que la Conférence d’Alsace-Lorraine soit le seul organisme public officiellement chargé d’une mission de préfiguration, on relève l’apparition d’une myriade d’initiatives privées, initiées par des Alsaciens et des Lorrains de Paris. Un Comité d’études politiques et administratives sur l’Alsace-Lorraine est fondé en 1915, sous l’impulsion d’Albert Kahn et de Daniel Mieg, et présidé par Jules Siegfried, ancien ministre du Commerce et ancien président de la Chambre des Députés14. Les représentants des milieux économiques constituent l’élément dominant au sein de ce comité Siegfried, caractérisé par une approche plus libérale des questions soulevées par le retour de l’Alsace à la France : on y trouve les sidérurgistes François de Wendel, Camille Cavallier, Robert Pinot ainsi que des représentants des différentes industries mulhousiennes : Daniel Mieg, Paul Kullmann ou Émile Dollfus. Au moment même où les premières réflexions sur l’avenir des pays annexés sont engagées, l’industriel François de Wendel, irrité de la faible représentation lorraine au sein de l’officielle Conférence d’Alsace-Lorraine, constitue à Paris un Groupe lorrain. On y retrouve le député nancéien Louis Marin ainsi que le chanoine Henri Dominique Collin, figure de proue du courant catholique en Lorraine annexée15. On perçoit, à travers la constitution du Groupe lorrain, la volonté de faire contrepoids aux Alsaciens de Paris. D’autres groupuscules, à l’audience plus limitée, émergent autour d’Henri Lichtenberger, professeur de littérature allemande à la Sorbonne, et de Frédéric Eccard16. Le déclenchement de la guerre voit le retour en grâce de la Ligue des Patriotes, assoupie depuis l’Affaire Dreyfus ; celle-ci s’implique dans l’effort de guerre et se dote d’organes spécialisés, parmi lesquels une section des Alsaciens-Lorrains présidée par Maurice Barrès, que fréquentent l’abbé Wetterlé ainsi que le chanoine Collin17. La multiplication des comités élargit le cercle des personnes investies dans la préparation d’un retour des pays annexés à la France et permet de nourrir le débat qui s’engage d’arguments contradictoires, même si les porosités entre organismes publics et privés sont nombreuses.

Fig. 2. « L’abbé Wetterlé en gare de Colmar », 12 décembre 1918

Fig. 2. « L’abbé Wetterlé en gare de Colmar », 12 décembre 1918

Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Albums Valois 324 199

  • 18 . Les procès-verbaux du Comité d’études ont été publiés récemment par la Société de Géographie : Le (...)
  • 19 . Lawrence E. Gelfand, The Inquiry. American Preparations for Peace (1917-1919), Westport, Greenwoo (...)
  • 20 . Georges-Henri Soutou, La Grande illusion. Quand la France perdait la paix (1914-1920), Paris, Tal (...)

8Il convient enfin d’évoquer la création d’un dernier organisme, en 1917, qui, sans être exclusivement consacré à l’Alsace-Lorraine, apporte sa pierre à la réflexion gouvernementale. Il s’agit du Comité d’études, créé à l’initiative d’Aristide Briand dans le but de préparer des arguments d’ordre historique, géographique ou économique dans l’hypothèse d’une victoire de l’Entente18. Ce comité réunit un ensemble de personnalités issues du monde académique et universitaire (l’Institut, la Sorbonne, Polytechnique, le Collège de France) ; l’Alsace y est incarnée par Christian Pfister et par le général Joseph Bourgeois. Cette démarche prospective est à mettre en regard avec les travaux de l’Inquiry19, chargée d’étudier les buts de guerre des États-Unis ou les Peace Books, élaborés par la délégation britannique à la conférence de la paix20. Conférence d’Alsace-Lorraine, sections d’études et comités privés vont être conduits à se positionner notamment vis-à-vis de la question régionale qui est au cœur du débat français sur la réforme de l’état au cours des deux décennies précédant le premier conflit mondial.

Le régionalisme dans la réflexion politique française

  • 21 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, sources et développements, Paris, Presses uni (...)
  • 22 . Auguste Comte, Système de politique positive, 1883, cité par Thiébaut Flory, Le mouvement régiona (...)
  • 23 . « Il ne faut pas s’y méprendre : si l’unité politique, c’est la force, l’unité administrative, c’ (...)
  • 24 . Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, la société civile contre le jacobinisme de 1789 (...)
  • 25 . Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Presses de la FNSP, 1972, 398  (...)
  • 26 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 11.

9Un mouvement favorable à un cadre d’administration plus vaste que le département s’est développé en France tout au long du XIXe siècle. Il s’agit d’un courant ancien de défense des libertés locales : Alexis de Tocqueville s’était déjà élevé contre les méfaits de la centralisation21. Le courant positiviste avait quant à lui réclamé « qu’on diminuât la domination matérielle de Paris sur les provinces françaises, imposée par un excès de centralisation22 ». Face à la persistance d’un sentiment d’appartenance à une même communauté économique ou culturelle, certains auteurs s’interrogent sur l’évolution des cadres administratifs du pays, formulant des propositions originales, plus ou moins réalistes. Le régionalisme fait l’objet d’une approche aussi bien politique (promotion de la démocratie locale) que technocratique (gestion rationnelle des fonds publics). Au « régionalisme » proprement dit, vient se greffer une réflexion plus générale sur la réforme des structures administratives et sur le rôle de l’État dans les départements. Ces réflexions séduisent des socialistes comme Alexandre Millerand ou Joseph Paul-Boncour qui, dans Le fédéralisme économique (1901), pressent un nouveau cadre administratif fondé sur les régions, en particulier dans le domaine économique. À gauche de l’échiquier politique, le régionalisme puise sa source dans le fédéralisme proudhonien ou dans le socialisme d’un Louis Blanc23. Les radicaux-socialistes ne sont pas en reste, la décentralisation et le découpage du pays en treize régions figurant au programme de Nancy depuis 1865. Lors des congrès du parti, on évoque la suppression des sous-préfets et l’on critique la centralisation excessive24, un programme que l’on se garde pourtant de mettre en œuvre une fois aux responsabilités ! La décentralisation est également défendue par des conservateurs, non sans ambigüités par rapport à la République. Le Lorrain Maurice Barrès n’accepte pas que les provinciaux soient devenus « des départementaux » ; pour lui, la Nation demeure la « famille des régions25 ». Pour Charles Maurras également, la monarchie, qui pourra seule réussir la décentralisation, doit retrouver le cadre de ses anciennes provinces26.

Fig. 3. Abbé Émile Wetterlé, L’Alsace-Lorraine de demain

Fig. 3. Abbé Émile Wetterlé, L’Alsace-Lorraine de demain

Annales d’Alsace publiées par l’Union amicale d’Alsace-Lorraine, Paris, Bibliothèques d’Alsace-Lorraine, [1917]

Archives départementales du Territoire de Belfort (5 J T2323)

  • 27 . Décret du 16 février 1895, Journal officiel, 17 février 1895. Cité par Pierre Rosanvallon, Le mod (...)
  • 28 . Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, op. cit., p. 372.
  • 29 . Julian Wright, The Regionalist movement in France 1890-1914, Jean Charles-Brun and French politic (...)
  • 30 . François Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944) : Argent et réseaux au service d’une nouvelle Républ (...)
  • 31 . « Un débat nouveau sur la République et la décentralisation », cité par Thiébaut Flory, Le mouvem (...)
  • 32 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 89.
  • 33 . François Dubasque, « Jean Hennessy (1874-1944), Itinéraire militant d’un politique entre milieux (...)
  • 34 . Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions. L’organisation administrative de la France d (...)

10Le régionalisme connait un nouvel élan au cours des dernières années du XIXe siècle. Une commission extraparlementaire, « chargée de procéder à l’étude des moyens de réaliser la décentralisation et la simplification des services administratifs », est instituée par décret en 189527. La même année, se constitue une Ligue républicaine pour la décentralisation, fondée par l’ancien ministre de l’Intérieur Émile de Marcère28, qui compte parmi ses membres Léon Bourgeois ou Maurice Barrès. En 1900, le relais est pris par la Fédération régionaliste française, à laquelle adhèrent des personnalités venues de différents horizons : on y trouve le député de la Vienne Jean Hennessy, le catholique rallié Jean Charles-Brun29, André Tardieu, Maurice Colrat, président de la Jeunesse démocratique ou encore des hommes venus du catholicisme social, tels Henry de Jouvenel, directeur de cabinet au ministère du Commerce, ou Anatole de Monzie, proche du Sillon30. Le régionalisme se heurte toutefois à une culture politique profondément jacobine, comme en témoignent les échanges virulents entre André Tardieu et Georges Clemenceau (ce dernier ne voit dans le régionalisme qu’un mouvement traditionnel rétrograde de tendance contre-révolutionnaire31). Ce n’est pourtant pas faute de projets : huit propositions de loi régionalistes ont été déposées au Parlement entre 1871 et 191332. Ces projets visent, pour la plupart, la création de régions ou de « grands départements ». On mentionnera la proposition de loi de Jean Hennessy, déposée à la Chambre le 6 mai 191333. Le député poitevin envisage un découpage administratif en dix-sept régions, inspiré des travaux du géographe Vidal de La Blache, et se propose de mettre sur pied des conseils régionaux représentatifs des intérêts économiques, auxquels seraient transférées des attributions jusque-là exercées au niveau départemental. Cette même proposition prévoit la suppression des départements. Le 24 octobre 1916, c’est au tour du député Étienne Rognon de déposer une proposition de loi, prévoyant la substitution de 32 régions aux 86 départements existants34. Ces différentes propositions de loi échouent cependant les unes après les autres, se heurtant à une culture administrative demeurée centralisatrice et méfiante vis-à-vis de tout renforcement des particularismes locaux.

Fig. 4. « Le Président de la République et M. Clemenceau à Colmar », 9 décembre 1918

Fig. 4. « Le Président de la République et M. Clemenceau à Colmar », 9 décembre 1918

Éd. Ch. Bergeret, Strasbourg, 1919 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, MCP002270)

  • 35 . Anselme Laugel, « Les vœux de nos provinces : le régionalisme alsacien », Revue hebdomadaire, 20  (...)
  • 36 . Archives départementales du Bas-Rhin, 121 AL 1208. Note de l’inspecteur général du commerce et de (...)

11Le retour de l’Alsace et de la Lorraine à la France intervient à un moment où la question régionale est examinée par le gouvernement, s’inscrivant dans une réflexion plus vaste sur la réforme de l’État35. Dès décembre 1918, le général Messimy, gouverneur de la place de Colmar, défend auprès de Clemenceau (loin d’être acquis à ces idées) le particularisme alsacien et la nécessité d’une administration de proximité. On retrouve ce même souffle régionaliste dans le projet de réforme des chambres de commerce, voulu par Étienne Clémentel, ministre du Commerce, de l’Industrie, des Transports maritimes, de la Marine marchande, des Postes et Télégraphes. Celui-ci envisage favorablement la création d’une région économique « Alsace », comprenant, outre les chambres de commerce de Strasbourg, de Mulhouse et de Colmar, celle de Belfort36. La proposition suscite un vif intérêt auprès des milieux d’affaires alsaciens sans toutefois aboutir. On peut légitimement interpréter la création du Commissariat général de la République française à Strasbourg, au printemps 1919, comme une tentative d’expérimentation et de mise en œuvre de ces théories.

Le programme conçu à Paris pour l’Alsace d’après-guerre

12Au sein de la Conférence d’Alsace-Lorraine comme des comités privés, les discussions portent sur des sujets aussi variés que la question du maintien de l’organisation et de la législation locale, l’assimilation linguistique ou encore l’introduction des lois laïques. Mais peut-on concilier harmonisation législative et respect des droits acquis par les Alsaciens-Lorrains ?

L’organisation administrative des départements recouvrés

  • 37 . Archives départementales du Haut-Rhin (ADHR), 2 J 208. Mémoire concernant l’organisation civile d (...)
  • 38 . Ibid.
  • 39 . AN, AJ30 94. Section d’étude d’organisation administrative, procès-verbal de la 2e séance, 22 déc (...)
  • 40 . AMAE, Guerre 166. Rapport de l’avocat mulhousien Joseph Riber intitulé « Observations sur le régi (...)

13Quelle organisation administrative retenir pour l’Alsace-Lorraine de demain : convient-il d’effacer le « honteux traité de Francfort », en faisant table rase d’une organisation régionale héritée du fédéralisme allemand ? Peut-on, au contraire, « oser » la décentralisation, en Alsace-Lorraine dans un premier temps, puis dans toute la France ? Plusieurs propositions sont formulées à ce sujet. Dans un Mémoire concernant l’organisation civile du département du Haut-Rhin daté du 15 août 1914, Paul-Albert Helmer trace les grandes lignes de ce que devra être l’administration de l’Alsace-Lorraine37. Il y préconise le rétablissement de l’organisation départementale dès le lendemain de la victoire, au détriment de l’organisation fédérale allemande38. La section d’étude d’organisation administrative, relevant du ministère de la Guerre, aboutit en 1917 à semblables conclusions, proposant la création, au lendemain de la victoire, d’une administration centrale chargée d’administrer depuis Paris les provinces reconquises ; l’institution d’un commissaire supérieur résidant à Strasbourg et disposant d’un budget propre rappellerait trop, selon lui, le Statthalter allemand39. Dans un rapport intitulé Observations sur le régime politique à octroyer à l’Alsace-Lorraine redevenue française, établi en 1915, l’avocat mulhousien Joseph Riber se propose lui aussi de rétablir au plus tôt l’organisation française, tout en introduisant des institutions régionales, inspirées du modèle colonial sous la forme d’un gouverneur rattaché directement à la présidence de la République, assisté d’un Conseil de Résidence, « appelé à donner son avis dans toutes les questions administratives d’une certaine importance40 ». Le Groupe lorrain formule, dans un rapport rédigé en février 1915 par le Baron de la Chaise, ses propres propositions à caractère nettement plus régionaliste. Celui-ci n’hésite pas à affirmer :

  • 41 . AN, 190 AQ 14 (papiers de Wendel). Groupe lorrain, Rapport du baron de la Chaise intitulé : « L’a (...)

Ce serait une grave erreur que de croire possible une administration de l’Alsace comme de la Lorraine sur le même modèle qu’avant 1870, de considérer ces quarante années de domination allemande comme un mauvais rêve et de réappliquer sans autres précautions à l’Alsace-Lorraine les procédés administratifs du reste de la France41.

  • 42 . AN, AJ30 97. Rapport d’Anselme Laugel sur l’organisation administrative à donner à l’Alsace-Lorra (...)

14Dans un rapport nuancé, rédigé à l’intention du comité d’études politiques et administratives, Anselme Laugel pose lui aussi le problème de l’organisation administrative. Bien que l’Alsace-Lorraine ne doive pas « dans l’avenir, former une exception au régime général de la France », Anselme Laugel envisage une administration régionalisée ayant autorité sur les trois départements. Sans doute n’exclut-il pas une réforme plus profonde applicable à l’ensemble du pays, qui irait dans le sens de l’organisation de grandes régions, cette solution présentant, en outre, l’avantage d’assurer « la marche d’un pas égal des trois départements vers l’unité française42 ».

15Ces rapports suscitent, comme on peut s’en douter, des débats techniques et passionnés, faisant apparaître des orientations divergentes. Le débat sur l’organisation régionale de l’Alsace-Lorraine permet en effet de dégager trois courants : les partisans du retour à l’Alsace et à la Lorraine de 1870, autour de George Weill et de Daniel Blumenthal, les partisans du maintien d’un statut transitoire dans le but de faciliter l’assimilation administrative et législative des provinces recouvrées, c’est-à-dire la plupart des fonctionnaires parisiens réalistes mais prudents, et enfin ceux qui entendent réorganiser l’Alsace-Lorraine française en tenant compte des évolutions intervenues sous le régime allemand, comme c’est le cas des membres du Groupe lorrain ou d’Anselme Laugel. On retrouvera ces différentes options au printemps 1919 lorsque l’on s’orientera vers la mise en place du Commissariat général à Strasbourg.

Maintien ou non d’un droit local ?

  • 43 . AMAE, Guerre 169. Note d’Albert Kammerer sur les principes applicables en matière d’unification d (...)
  • 44 . AN, AJ30 94. Section d’étude de législation, procès-verbal de la 7e séance, 14 janvier 1918.

16En 1914, l’Alsace-Lorraine constitue une entité hybride du point de vue juridique, dans la mesure où y cohabitent trois types de lois : lois françaises antérieures à 1870 maintenues sous le régime allemand, lois d’Empire introduites par le Reichstag et lois dites « d’Alsace-Lorraine » votées localement par la Délégation puis par le Landtag. Peut-on envisager de maintenir dans les provinces reconquises des lois spécifiques, même à titre ponctuel et transitoire ? Cette question est abordée pour la première fois dans une note du juriste Albert Kammerer à propos de l’unification des législations alsacienne et française, rédigée en mai 191543. Celle-ci préconise une analyse au cas par cas des textes juridiques en vigueur dans le Reichsland « en nous gardant de tout dogmatisme préconçu ». Deux ans plus tard, la section d’études législatives admet elle aussi la nécessité de maintenir un certain nombre de lois héritées de la période allemande, dans la mesure où « Le passage sous le régime allemand a créé pour les populations certains avantages, du moins certaines modalités ; il n’est pas possible, sans les brutaliser, de supprimer cet état de choses44 ».

Fig. 5. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg

Fig. 5. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg

Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, photographies Lucien Blumer, 1 Fi 251/18

  • 45 . AN, C 7491. Commission des affaires extérieures de la Chambre des députés, procès-verbal de la sé (...)
  • 46 . Ibid. Procès-verbal de la 27e séance, 9 décembre 1918.
  • 47 . AMAE, 417 PAAP 55 (papiers Bompard). Groupe lorrain, rapport sur l’organisation administrative de (...)

17Répondant à une question du député Ruffin (« La législation française est-elle insuffisante ? ») devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés au mois de novembre 1918, l’abbé Wetterlé et Georges Weill exposent des points de vue divergents sur le degré d’intégration législative des Provinces perdues. Aux yeux de Georges Weill, il convient de maintenir l’ensemble des lois en vigueur jusqu’au traité de paix, date à partir de laquelle la législation française devra être globalement introduite45. Wetterlé, tout en affichant une même volonté sur l’unité à atteindre, considère la législation française globalement insuffisante : il convient donc d’introduire en France l’ensemble des lois locales alsaciennes-lorraines jugées plus avancées, en particulier dans le domaine social. On retrouve ces dispositions dans la résolution adoptée le 28 décembre 1918 par la Conférence d’Alsace-Lorraine : maintien de la législation locale jusqu’à la ratification des préliminaires de paix, nécessité de prévoir des « tempéraments » et des « mesures de transition », préparation de lois introductives46. On évoquera également la solution originale et décentralisatrice présentée par le Groupe lorrain, qui se propose de soumettre toute introduction de loi française au vote conjoint des trois conseils généraux ; on devine, à travers cette proposition, le désir des Lorrains de voir maintenue une compétence législative au niveau local47. Il est intéressant de relever au cours de ces débats des clivages déjà observés au sujet de l’organisation administrative entre partisans de l’introduction intégrale de la législation française, au nom de l’unité nationale, ceux favorables au maintien à titre transitoire d’une législation locale et les plus audacieux, qui souhaiteraient faire bénéficier la France d’un certain nombre de lois alsaciennes-lorraines sans équivalent.

Questions linguistiques, régime des cultes : le droit à l’exception ?

  • 48 . AMAE, 43 PAAP 81 (papiers Cambon). Lettre adressée par Alfred Baudrillart à Jules Cambon au sujet (...)

18Les questions d’ordre linguistique et cultuel constituent un autre point de débat emblématique. On en connait la sensibilité en Alsace ; le cardinal Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, n’a-t-il pas usé de la menace, prévenant qu’il ne faudrait pas mettre les Alsaciens devant une forme de choix entre leur foi et leur patrie48 ?

  • 49 . PVCAL, 9e séance, 22 avril 1915.
  • 50 . AN, AJ30 94. Sous-commission de l’Enseignement primaire, procès-verbal de la 7e séance, 1er févri (...)

19Sur le plan linguistique, la résolution de la Conférence d’Alsace-Lorraine prévoyant le maintien d’un enseignement de l’allemand dans les écoles d’Alsace ne suscite guère de débat49. La section d’étude de l’enseignement primaire se fait, en revanche, l’apôtre de l’assimilation : l’allemand ne devra être enseigné qu’à partir du cours moyen et en tant que langue étrangère50. Dans le même temps, les pédagogues Ferdinand Brunot, Ludovic Meister et Charles Schweitzer esquissent dans la revue L’Alsace républicaine un programme linguistique, seul à même de susciter l’intérêt des enfants vis-à-vis de la langue française tout en tirant bénéfice des avantages de la double culture alsacienne :

  • 51 . ADHR, 27 J 9. Ferdinand Brunot, Ludovic Meister et Charles Schweitzer, « La question des langues (...)

Pour ne pas s’être aperçus de cette originalité particulière des provinces annexées, les Allemands, nous l’avons vu, ont fait fausse route. […] Faire fi d’une telle richesse intellectuelle et morale, et même essayer de la détruire, comme les Allemands l’ont essayé tyranniquement, c’est priver en réalité la collectivité nationale tout entière de bénéfices au moins si précieux que les ressources du sol et du sous-sol. L’école sera donc bilingue51.

  • 52 . PVCAL. Note de l’abbé Wetterlé sur la situation du culte catholique en Alsace-Lorraine.
  • 53 . Christian Baechler, « L’abbé Wetterlé, un prêtre patriote et libéral (1861-1931) », Archives de l (...)
  • 54 . AN, C 7491. Procès-verbal de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés, séa (...)

20Du point de vue du régime des cultes, les deux provinces annexées par l’Empire allemand continuent d’être régies, en 1914, par les dispositions concordataires en vigueur en France jusqu’au vote de la loi de Séparation des Églises et de l’État (9 décembre 1905). La politique hostile à l’Église catholique conduite par la République laïque a d’ailleurs contribué à détourner bien des catholiques alsaciens-lorrains, qui jusque-là nourrissaient une certaine nostalgie de la France, de la protestation et à leur faire accepter la germanisation. Depuis 1914, l’occupation des vallées vosgiennes par les armées françaises repose la question du régime des cultes alsacien-mosellan et, dans le même temps, celle des relations politiques à rétablir entre la France et le Saint-Siège. L’abbé Wetterlé présente devant la Conférence d’Alsace-Lorraine, le 5 juillet 1915, un rapport sur la situation existante, par lequel il recommande la prudence et le respect des croyances52. Il n’y aura, au moment du retour à la France, ni régime de séparation, ni abolition du concordat, le maintien du régime en vigueur des lois existantes apparaissant comme la « solution la meilleure et la plus rationnelle53 ». Francophile et libéral, l’abbé Wetterlé n’est pour autant pas hostile à une évolution progressive vers un régime davantage empreint de laïcité : le rétablissement de relations diplomatiques avec le Saint-Siège permettrait, selon lui, d’aboutir à une transaction honnête sur le régime des cultes de l’Alsace-Lorraine. Afin de faire valoir son point de vue, Wetterlé multiplie les contacts officieux avec les hommes politiques les plus influents en la matière, notamment Aristide Briand, père de la loi de 1905. L’ancien maire de Colmar, Daniel Blumenthal prend, quant à lui, position en faveur d’une introduction rapide des lois laïques françaises en Alsace-Lorraine. Selon lui, sur les 1 400 000 catholiques alsaciens, beaucoup seraient tièdes, et bon nombre d’entre eux, socialistes. Quant au député socialiste Georges Weill, invité à s’exprimer sur le sujet devant la Chambre des députés, il recommande « de la tolérance et du doigté », en autorisant par exemple les ecclésiastiques à donner l’enseignement religieux dans les locaux scolaires54. À demi-mots et sans rien céder sur le fond, Georges Weill laisse entendre que l’introduction de la législation laïque ne constituera pas une priorité immédiate au lendemain du retour de l’Alsace-Lorraine à la France.

Fig. 6. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg, au centre l’abbé émile Wetterlé

Fig. 6. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg, au centre l’abbé émile Wetterlé

Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, photographies Lucien Blumer, 1 Fi 251

21Tout au long de la guerre, on relève donc des différences d’approche au sein des commissions chargées de réfléchir à l’avenir de l’Alsace-Lorraine. La Conférence d’Alsace-Lorraine, en lien avec l’administration militaire établie à Thann et peuplée d’Alsaciens, se montre sensible au particularisme ou du moins à la nécessité de ménager des transitions. Du fait de sa composition et du climat d’« Union sacrée », elle apparait comme le lieu du compromis. Si elle prévoit l’intégration dans l’ensemble national, c’est moyennant une phase de maintien de la législation locale. La conscience de l’ampleur de la tâche à accomplir conduit parfois la Conférence sur la voie des innovations : intérêt pour les lois sociales en vigueur, prise en compte du bilinguisme, recherche d’un terrain d’entente avec les catholiques, sans pour autant abandonner les principes laïques de la République… certains membres alsaciens se plaisant déjà à imaginer la régionalisation de la France !

Conclusion

22Les semaines de novembre-décembre 1918 ont constitué des semaines de bonheur (on parle de Flitterwochen), un moment d’« éblouissement tricolore » et d’insouciance masquant les difficultés de prise en mains de l’Alsace par une administration française peu au fait des réalités locales. La nécessité de réorganiser l’administration de l’Alsace et de la Lorraine cinq mois à peine après leur libération révèle l’improvisation et la radicalité des politiques d’assimilation engagées au cours des mois qui suivent la signature de l’Armistice, à mille lieues des prudentes recommandations formulées pendant la guerre. Georges Clemenceau porte la lourde responsabilité d’avoir ravalé la Conférence d’Alsace-Lorraine au rang de comité Théodule, et d’avoir introduit sans attendre des usages administratifs inadaptés, reposant sur le postulat d’un alignement rapide des départements reconquis sur le régime commun. On peut attribuer la responsabilité de cet oubli aux circonstances dans lesquelles s’effectue le retour à la France, mais surtout à une culture politique de la « République indivisible » foncièrement hostile au maintien de particularismes juridiques ou linguistiques. La mise en place du Commissariat général de la République française, avec à sa tête un homme pragmatique et respectueux du particularisme, semble ouvrir la voie à l’apaisement et à la mise en œuvre de solutions administratives plus originales.

  • 55 . ADHR, 27 J 9. Ferdinand Brunot, Ludovic Meister et Charles Schweitzer, « La question des langues (...)

23D’ailleurs, si l’on veut bien adopter la hauteur de vue qui sied à l’historien, force est de constater que les réflexions conduites par la Conférence d’Alsace-Lorraine se sont révélées fécondes sur le long terme. Les cénacles parisiens dans lesquels se sont tenus les débats juridico-politiques, évoqués dans le cadre de cette communication, ont constitué de véritables « laboratoires d’idées » (aujourd’hui, l’on qualifierait probablement le Groupe lorrain ou le comité Siegfried de think tank). Dès les années vingt, les difficultés accompagnant le retour des pays annexés à la France réactivent des discussions interrompues par l’Armistice et ses illusions. Certaines orientations prises entre 1914 et 1919 vont engager l’avenir. Des options qui n’ont pas recueilli de majorité vont réapparaître ultérieurement, sous une autre forme. Nombre de propositions posées sur la table pendant les années de guerre vont cheminer, à travers des projets de loi, ne portant leurs fruits que bien des années plus tard. Ils sont à l’origine d’un droit local, fondé sur le compromis, comme de réformes portées sur le plan national et touchant de nombreux domaines (statut des entreprises, faillite personnelle, décentralisations, petites ou grandes régions). Ferdinand Brunot expliquait en 1917 : « Un peuple vit de raison et de justice. Seules les solutions qui s’en inspirent sont dignes de nous, de notre tradition nationale et du vrai patriotisme55 ». À travers mes recherches, la Conférence d’Alsace-Lorraine m’est apparue comme un puissant laboratoire d’innovation et de modernité. Sans doute reste-t-il bien du grain à moudre à partir de la réflexion engagée entre 1914 et 1919 !

Haut de page

Notes

1 . « Dans Strasbourg en fête », Le Petit Parisien, 27 novembre, dans Revue de presse réalisée par la Société belfortaine d’émulation, nov.-déc. 1918 (Archives départementales du Territoire de Belfort, SBE H 30/1).

2 . François Roth, Alsace-Lorraine. Histoire d’un « Pays perdu » de 1870 à nos jours, Nancy, Éd. Place Stanislas, 2010, p. 58.

3 . Jean-Marie Schmitt, « La Loge Alsace-Lorraine et les francs-maçons alsaciens de Paris après 1870 », Revue d’Alsace, no128, 2002, p. 335.

4 . Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), 417 PAAP 55 (fonds Maurice Bompard). Annuaire des œuvres, sociétés, associations et groupements alsaciens-lorrains de Paris [s.d.].

5 . Hélène Sicard-Lenattier, Les Alsaciens-Lorrains à Nancy 1870-1914, Éd. Gérard Louis, 2002, p. 116‑131.

6 . Laurent Heyberger, « Visions belfortaines de l’Alsace-Lorraine », Bulletin de la Société belfortaine d’émulation, 1999, p. 125.

7 . Discours d’Eugène Neff, président de la Société belfortaine d’émulation, à l’occasion des 80 ans de l’association, cité par Michel Rilliot, « 1872 : Société belfortaine d’émulation », Revue d’Alsace, no135, 2009, p. 40‑49.

8 . Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, L’invasion (1914), t. V, p. 134 (jeudi 20 août 1914).

9 . Paul Appell, Souvenirs d’un Alsacien (1858-1922), Paris, Payot, 1923, p. 218-226. Christian Baechler, « L’abbé Wetterlé, un prêtre patriote et libéral (1861-1931) », Archives de l’Église d’Alsace, no45, 1986, p. 243‑286.

10 . Raymond Poincaré, Au service de la France, op. cit., t. V, p. 194.

11 . Procès-verbaux de la Conférence d’Alsace-Lorraine (PVCAL), 1re séance, 10 février 1915.

12 . PVCAL, 1re séance, 10 février 1915. « Il serait aussi injuste qu’impolitique de prétendre, d’un coup, placer les provinces reconquises sous le régime de lois et règlements auxquels elles ne sont pas préparées et de ne pas tenir compte des régimes politiques, juridiques, sociaux, cultuels, scolaires ou fiscaux sous lesquels depuis quarante-quatre ans elles ont vécu ».

13 . Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, 1 077 p., p. 634.

14 Frédéric Eccard, Le livre de ma vie, Neuchâtel, éditions Victor Attinger, 1951, p. 71.

15 . Archives nationales (AN), AJ30 109. Liste comprenant les noms indiqués par les membres du bureau du Groupe lorrain [1915].

16 . Frédéric Eccard, Le livre de ma vie, op. cit., p. 70.

17 . Bertrand Joly, « Maurice Barrès, président de la Ligue des patriotes », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie et Jean-Marie Wittmann (éd.), Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Peter Lang, 2011, p. 93‑106.

18 . Les procès-verbaux du Comité d’études ont été publiés récemment par la Société de Géographie : Les Experts français et les frontières d’après-guerre. Les procès-verbaux du comité d’études 1917-1919, Introduction et notes par Isabelle Davion, préface par Georges-Henri Soutou, Bulletin de la Société de Géographie, juin 2015, 248 p.

19 . Lawrence E. Gelfand, The Inquiry. American Preparations for Peace (1917-1919), Westport, Greenwood Press, 1976, 387 p.

20 . Georges-Henri Soutou, La Grande illusion. Quand la France perdait la paix (1914-1920), Paris, Tallandier, 2015, 377 p.

21 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, sources et développements, Paris, Presses universitaires de France, 1966, p. 37.

22 . Auguste Comte, Système de politique positive, 1883, cité par Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 32.

23 . « Il ne faut pas s’y méprendre : si l’unité politique, c’est la force, l’unité administrative, c’est le despotisme ». Louis Blanc dans L’Action régionaliste, juin 1903, cité par Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 11.

24 . Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, la société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 2004, p. 375.

25 . Zeev Sternhell, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Presses de la FNSP, 1972, 398 p.

26 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 11.

27 . Décret du 16 février 1895, Journal officiel, 17 février 1895. Cité par Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, op. cit., p. 372.

28 . Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français, op. cit., p. 372.

29 . Julian Wright, The Regionalist movement in France 1890-1914, Jean Charles-Brun and French political thought, Oxford, Oxford University press, 2003, xvi-286 p.

30 . François Dubasque, Jean Hennessy (1874-1944) : Argent et réseaux au service d’une nouvelle République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 81‑82.

31 . « Un débat nouveau sur la République et la décentralisation », cité par Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 14.

32 . Thiébaut Flory, Le mouvement régionaliste français, op. cit., p. 89.

33 . François Dubasque, « Jean Hennessy (1874-1944), Itinéraire militant d’un politique entre milieux réformateurs et réseaux d’influence », Parlement[s], Revue d’histoire politique, no7, 2007/1, p. 21‑33.

34 . Jean-Louis Masson, Provinces, départements, régions. L’organisation administrative de la France d’hier à demain, Paris, Lanore Jacques Éd., 1984, p. 420.

35 . Anselme Laugel, « Les vœux de nos provinces : le régionalisme alsacien », Revue hebdomadaire, 20 novembre 1920, p. 264.

36 . Archives départementales du Bas-Rhin, 121 AL 1208. Note de l’inspecteur général du commerce et de l’industrie, mars 1919.

37 . Archives départementales du Haut-Rhin (ADHR), 2 J 208. Mémoire concernant l’organisation civile du département du Haut-Rhin, 15 août 1914.

38 . Ibid.

39 . AN, AJ30 94. Section d’étude d’organisation administrative, procès-verbal de la 2e séance, 22 décembre 1917.

40 . AMAE, Guerre 166. Rapport de l’avocat mulhousien Joseph Riber intitulé « Observations sur le régime politique à octroyer à l’Alsace-Lorraine redevenue française », avril 1915.

41 . AN, 190 AQ 14 (papiers de Wendel). Groupe lorrain, Rapport du baron de la Chaise intitulé : « L’administration future de l’Alsace-Lorraine, l’idée de l’autonomie en Alsace », février 1915.

42 . AN, AJ30 97. Rapport d’Anselme Laugel sur l’organisation administrative à donner à l’Alsace-Lorraine.

43 . AMAE, Guerre 169. Note d’Albert Kammerer sur les principes applicables en matière d’unification des législations alsacienne et française, 26 mai 1915.

44 . AN, AJ30 94. Section d’étude de législation, procès-verbal de la 7e séance, 14 janvier 1918.

45 . AN, C 7491. Commission des affaires extérieures de la Chambre des députés, procès-verbal de la séance du 15 novembre 1918, audition de l’abbé Émile Wetterlé et de Georges Weill.

46 . Ibid. Procès-verbal de la 27e séance, 9 décembre 1918.

47 . AMAE, 417 PAAP 55 (papiers Bompard). Groupe lorrain, rapport sur l’organisation administrative de la Lorraine recouvrée.

48 . AMAE, 43 PAAP 81 (papiers Cambon). Lettre adressée par Alfred Baudrillart à Jules Cambon au sujet de la situation en Alsace reconquise [1915]. « Il ne faut pas mettre les Alsaciens catholiques dans l’alternative d’avoir à choisir entre leur foi et leur nationalité, car tous les prêtres et la majeure partie des laïcs choisiraient leur foi, comme l’ont fait sous Louis XIV, lors de la révocation de l’édit de Nantes, les meilleurs des protestants ».

49 . PVCAL, 9e séance, 22 avril 1915.

50 . AN, AJ30 94. Sous-commission de l’Enseignement primaire, procès-verbal de la 7e séance, 1er février 1918.

51 . ADHR, 27 J 9. Ferdinand Brunot, Ludovic Meister et Charles Schweitzer, « La question des langues en Alsace-Lorraine », L’Alsace républicaine, revue mensuelle illustrée publiée par la Ligue Républicaine d’Alsace et de Lorraine.

52 . PVCAL. Note de l’abbé Wetterlé sur la situation du culte catholique en Alsace-Lorraine.

53 . Christian Baechler, « L’abbé Wetterlé, un prêtre patriote et libéral (1861-1931) », Archives de l’Église d’Alsace, no45, 1986, p. 243‑286.

54 . AN, C 7491. Procès-verbal de la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés, séance du 15 novembre 1918, audition de l’abbé Wetterlé et de Georges Weill sur les questions relatives à l’Alsace-Lorraine. « Il faut d’abord, dès la période d’Armistice, régler la question des évêques ; il faut aussi, en pratique, faire preuve d’une souplesse dont l’administration française n’est sans doute pas incapable ».

55 . ADHR, 27 J 9. Ferdinand Brunot, Ludovic Meister et Charles Schweitzer, « La question des langues en Alsace-Lorraine », art. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. « Ce ciel est notre azur. Ce champ est notre terre ! Cette Lorraine et cette Alsace, c’est à nous ! Victor Hugo »
Légende Affiche de propagande française par Hansi, Paris, Lapina, [1918]
Crédits Archives départementales du Territoire de Belfort (11 Fi 1.9.21)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2. « L’abbé Wetterlé en gare de Colmar », 12 décembre 1918
Crédits Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Albums Valois 324 199
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3. Abbé Émile Wetterlé, L’Alsace-Lorraine de demain
Légende Annales d’Alsace publiées par l’Union amicale d’Alsace-Lorraine, Paris, Bibliothèques d’Alsace-Lorraine, [1917]
Crédits Archives départementales du Territoire de Belfort (5 J T2323)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 4. « Le Président de la République et M. Clemenceau à Colmar », 9 décembre 1918
Crédits Éd. Ch. Bergeret, Strasbourg, 1919 (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, MCP002270)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-4.png
Fichier image/png, 3,6M
Titre Fig. 5. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg
Crédits Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, photographies Lucien Blumer, 1 Fi 251/18
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 6. Remise de décorations le 13 mai 1919 à Strasbourg, au centre l’abbé émile Wetterlé
Crédits Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, photographies Lucien Blumer, 1 Fi 251
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/3439/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Schmauch, « République jacobine, déconcentration ou décentralisation ? »Revue d’Alsace, 144 | 2018, 49-72.

Référence électronique

Joseph Schmauch, « République jacobine, déconcentration ou décentralisation ? »Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3439

Haut de page

Auteur

Joseph Schmauch

Docteur en histoire contemporaine de l’Université de Lorraine, chercher associé à l’EA 3945 CRULH, conservateur en chef du patrimoine, directeur des Archives départementales du Territoire de Belfort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search