Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

La démobilisation et le retour des soldats et prisonniers alsaciens-lorrains au sortir de la guerre

The demobilization and return to Alsace-Lorraine of soldiers and prisoners after Worl War I
Die Entlassung und Rückkehr der Soldaten und Gefangenen aus Elsass-Lothringen nach dem Ende des Krieges
Raphaël Georges
p. 91-106

Résumés

Le « grand tournant » de 1918 (C. Baechler) a été vécu de façon particulièrement sensible par les soldats alsaciens-lorrains. Mobilisés au service de l’Empereur, ils terminent la guerre dans une armée vaincue et en proie à une agitation révolutionnaire sans précédent, avant de retrouver leurs provinces parées des couleurs tricolores. Nous tâcherons d’expliquer dans cet article les caractéristiques propres à leur sortie de guerre. En raison du rattachement programmé de l’Alsace-Lorraine à la France, ils sont démobilisés dès l’hiver 1918, plus tôt que leurs camarades allemands et que les combattants français. Néanmoins, à l’inverse de ces derniers, ce ne sont pas des festivités publiques qui les attendent à leur retour mais un climat de suspicion et des mesures de contrôle. Prises au dépourvu devant leur démobilisation rapide, les autorités françaises entendent s’assurer de la loyauté de chacun de ces hommes. En outre, pour compenser le risque de diffusion d’une influence pro-allemande, elles décident de libérer et rapatrier de façon anticipée les prisonniers alsaciens-lorrains détenus dans les camps de faveur de Saint-Rambert-sur-Loire, Lourdes et Paris, ainsi que les engagés volontaires. On espère alors que ces hommes feront la promotion de la France dans les provinces fraîchement reconquises. Ainsi, cette contribution envisage de démontrer que le retour des soldats alsaciens-lorrains résulte pour une large part de décisions prises hâtivement en fonction des évènements et non à la suite d’un plan organisé.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Le retour rapide et désorganisé des soldats alsaciens-lorrains de l’armée allemande
Le contrôle des démobilisés par les autorités françaises
La libération des prisonniers des camps spéciaux français et des engagés volontaires : un enjeu politique d’assimilation

Aperçu du texte

L’Alsace-Lorraine connaît à la fin de la guerre d’importants mouvements de population, parmi lesquels on retient souvent l’entrée des troupes françaises et le départ des civils allemands, deux manifestations du rattachement de l’Alsace-Lorraine à la France. La première continue d’être commémorée tandis que la seconde est passée à la postérité à travers les dessins satiriques de Hansi. Ces flux, hautement symboliques d’un point de vue national, ne sont cependant pas les seuls à traverser l’Alsace-Lorraine ou à y converger à la fin de l’année 1918. Ils s’accompagnent de la retraite des troupes allemandes au-delà du Rhin, du retour des réfugiés et des proscrits alsaciens-lorrains ainsi que, surtout, de celui des soldats démobilisés ou libérés de captivité, tout aussi impatients de regagner leurs foyers. Leur démobilisation représente un épisode marquant de la fin de la guerre, non seulement pour chaque famille alsacienne-lorraine – à cette échelle chaque retour est un événement en soi ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Georges, « La démobilisation et le retour des soldats et prisonniers alsaciens-lorrains au sortir de la guerre », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 91-106.

Référence électronique

Raphaël Georges, « La démobilisation et le retour des soldats et prisonniers alsaciens-lorrains au sortir de la guerre », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3451 ; DOI : 10.4000/alsace.3451

Haut de page

Auteur

Raphaël Georges

Docteur en histoire contemporaine de l’Université de Strasbourg (EA 3400 ARCHE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page