Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

Le sort des populations après 1918

Commissions de triage, expulsions, épuration des administrations et des institutions scolaires et universitaires
The future of the population after 1918: setting up commissions meant to sort, expell and cleanse administrations, including schools and universities
Das Schicksal der Bevölkerung nach 1918: Sortierungskommissionen, Ausweisungen, Säuberung der Verwaltung, des Schulwesens und der Universität
François Uberfill
p. 107-128

Résumés

Après le refus d’organiser le référendum promis, se pose la question du sort des populations : que faire des Allemands présents en Alsace et des Alsaciens qui s’étaient compromis avec le régime du Reichsland ? Dès décembre 1918, les mairies distribuèrent des cartes destinées à classer les populations en quatre catégories suivant des critères ethniques.

Sous la pression de la rue chauffée à blanc par une presse revancharde, des commissions de triage qui avaient déjà fonctionné dans les vallées vosgiennes libérées en 1914, furent instituées, chargées de juger des milliers d’Alsaciens accusés d’avoir fraternisé avec le régime allemand et de s’être montrés deutschfreundlich, amis des Allemands. Ces commissions, au nombre de douze pour le Bas-Rhin, fonctionnèrent pendant six mois, jusqu’à ce que le Commissaire général Alexandre Millerand mit un terme à leurs travaux.

Parallèlement eurent lieu des expulsions sauvages. En janvier 1919, Clemenceau les règlementa et confia leur organisation aux forces militaires de la IVe Armée. C’est ainsi que près de 45 000 Allemands sur les 130 000 installés en Alsace furent renvoyés dans leur état d’origine, dont les deux tiers étaient établis à Strasbourg. Les expulsions touchèrent en priorité les anciennes élites du Reichsland, mais affectèrent également fortement le monde ouvrier.

Le souvenir de ces mesures a entretenu un ressentiment durable vis-à-vis de la France et a contribué à donner naissance au malaise alsacien.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Le contexte des premiers mois du retour à la France
L’accueil réservé aux troupes françaises
Les modalités du changement monétaire
La tension sur l’emploi
Le rôle de la presse
Le tri des populations : le classement par cartes et les commissions de triage
Le classement de la population
L’instruction de janvier 1919 de Clemenceau
Bilan des commissions de triage
Les traces laissées par les commissions
Les expulsions des Allemands immigrés et de leurs descendants. Quelques données du problème
Une présence nombreuse, essentiellement concentrée dans les villes
Départs volontaires ou départs forcés ?
La priorité : l’expulsion des élites
Le sort du corps pastoral
Quel sort pour les professions libérales ?
L’exception de l’administration municipale
Le cas des ouvriers
Essai d’évaluation numérique des départs

Aperçu du texte

Entre l’automne 1918 et l’été 1919, les événements se précipitent en Alsace. Une succession de décisions dont on ne sait pas toujours d’où elles émanent et à qui elles sont destinées renforcent le climat d’incertitude, en particulier dans les villes. À Strasbourg où de nombreux Allemands se sont installés depuis 1870, l’atmosphère est tendue, tant parmi les Allemands immigrés que parmi les Alsaciens. Les décisions imposées durant les six premiers mois du retour de l’Alsace à la France s’inscrivent durablement dans les mémoires.

Contrairement à ce qui a été souvent affirmé, la plupart des mesures prises par les nouvelles autorités ne sont pas le fruit de l’improvisation. En effet, dès le début de l’année 1915, le sort des populations présentes sur le sol alsacien est l’une des préoccupations de la Conférence d’Alsace-Lorraine. Durant la semaine du 19 au 26 avril, l’un de ses membres les plus influents, l’abbé Wetterlé, impose le système des cartes attribuées en fonction de la national...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Le sort des populations après 1918 », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 107-128.

Référence électronique

François Uberfill, « Le sort des populations après 1918 », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3455 ; DOI : 10.4000/alsace.3455

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Professeur agrégé, e. r.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page