Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

Dieu, l’Allemagne et la France

Mgr Fritzen et Mgr Ruch face à la question du nationalisme
God, Germany and France. Mgr Fritzen and Mgr Ruch confronted with the question of nationalism
Gott, Deutschland und Frankreich. Die Bischöfe Fritzen und Ruch konfrontiert mit der Frage des Nationalismus
Claude Muller
p. 129-150

Résumés

L’armistice du 11 novembre 1918 signifie une rupture à bien des égards. La paix succède à la guerre, la France à l’Allemagne. Nouveau contexte, nouveaux hommes, y compris dans le gouvernement des âmes. Homme profondément doux, distingué et humble, Mgr Fritzen, un Allemand originaire de Clèves, avait réussi à s’imposer à l’Alsace, son clergé et ses fidèles, grâce à sa ligne de conduite, définie ainsi par lui-même : un évêque catholique et non un évêque allemand. Celui que Rome choisit pour lui succéder, Mgr Ruch, participe à l’éblouissement tricolore : la France d’abord, sans oublier tout de même la religion. La personnalité différente des deux évêques est en partie responsable de l’évolution de la conjoncture observée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Catholique plus qu’Allemand : Mgr Adolf Fritzen
Mgr Adolf Fritzen et la théodicée
L’évêque, le clergé et l’aumônerie militaire
La « résurrection nationale » : Mgr Charles Ruch
L’enthousiasme d’un aumônier
La nomination de Mgr Charles Ruch comme évêque de Strasbourg
Un nouvel évêque, une nouvelle personnalité, une rupture
La France et Dieu
Conclusion

Aperçu du texte

« J’ai grandi avec la haine du Boche dans le cœur. » Cette affirmation tonitruante est proclamée par le général de brigade Georges Demetz (1865-1942) à Bischwiller le 25 novembre 1918, lors du défilé post-armistice. Elle est représentative d’un état d’esprit quasi unanime après quatre années d’un conflit sanglant et interminable. Pour autant, ce trait particulièrement dur est-il représentatif du clergé catholique ? La présentation des deux évêques de Strasbourg, Mgr Adolf Fritzen, en fonction de 1891 à 1919, et de Mgr Charles Ruch, en place de 1919 à 1945, permet de préciser une différence, contemporaine de la rupture historique engendrée par le retour de l’Alsace à la France.

Catholique plus qu’Allemand : Mgr Adolf Fritzen

Né à Clèves le 10 août 1838, Adolf Fritzen devient évêque de Strasbourg en 1891, au terme de tractations assez épineuses. Inconnu en Alsace à son arrivée, accueilli plutôt froidement dans la région par les prêtres et les fidèles parce qu’Allemand, il réussit à gagn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

fr

Référence électronique

Claude Muller, « Dieu, l’Allemagne et la France », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3461 ; DOI : 10.4000/alsace.3461

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur et directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace de l’Université de Strasbourg (EA 3400 ARCHE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page