Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144Actes du colloque « De l’éblouis...Les Alsaciens-Lorrains dans la Ré...

Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

Les Alsaciens-Lorrains dans la République de Weimar :

Une vision nostalgique de la Heimat ou une critique acerbe de la politique française en Alsace-Lorraine ? (1918-1924)
Alsace-Lorraine-born residents in the Weimar republic: a nostalgic vision of the Heimat or a sharp criticism of the French policy in Alsace-Lorraine? (1918-1924)
Die Elsass-Lothringer in der Weimarer Republik: ein nostalgischer Blick auf die Heimat oder eine scharfe Kritik der französischen Politik in Elsass-Lothringen? (1918-1924)
Nathalie Wald
p. 175-189

Résumés

Au lendemain de la Grande Guerre, environ 150 000 Alsaciens-Lorrains ont quitté la Heimat pour s’installer dans la jeune République de Weimar. Même si une très large majorité d’entre eux ont été contraints de partir suite aux commissions de triage, d’autres, les Alt-Elsässer und Lothringer, ont fait le choix de quitter volontairement l’Alsace-Lorraine. Rapidement ce groupe pourtant très hétéroclite est parvenu à s’organiser par le biais d’organisations et d’associations afin de peser sur les décisions politiques. Leurs publications par l’intermédiaire de revues spécialisées ou d’articles dans les quotidiens leur ont ainsi permis d’occuper régulièrement l’espace médiatique et de mettre en avant leurs pensées. De fait, certains jeunes Alt-Elsässer und Lothringer comme Robert Ernst sont devenus de véritables chevilles ouvrières de ce réseau et ont réussi à diffuser et à entretenir une vision idéalisée de la Heimat. Cependant, loin de présenter l’Alsace uniquement comme une région aux fortes racines germaniques, il s’agissait surtout de démontrer le non-respect du droit à l’autodétermination ainsi que les mauvais traitements subis par la région depuis son retour dans le giron français. La parution, la diffusion et les critiques faites au sujet des articles publiés par Ernst ou ses proches permettent ainsi de mesurer la portée de leur opinion en Allemagne mais aussi en France et en particulier en Alsace.

L’étude aura donc pour objet la présentation de différents articles émanant d’Alsaciens-Lorrains installés outre-Rhin au début des années 1920 ainsi que la réception de ceux-ci dans la presse allemande et française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Elsass-Lothringische Mitteilungen, supplément « Unsere Heimat » no15, 4 novembre 1922. Il s’agit (...)
  • 2 . Ainsi Hans se retrouve à boire du vin rouge et il en vient à regretter la bière. Quant aux femmes (...)

1La revue hebdomadaire Elsass-Lothringische Mitteilungen a publié le 4 novembre 1922 une version remaniée de la fameuse chanson populaire alsacienne D’r Hans im Schnookeloch1. L’auteur, un certain Franz Hild, était un compositeur né à Strasbourg et établi à Nuremberg après-guerre. Dans cette réécriture, les quatre premiers couplets abordent la confrontation de l’Alsacien Hans avec les mœurs françaises introduites en 1918, le tout sur un ton plutôt léger et humoristique2. Les quatre couplets suivants sont cependant plus politiques :

2Hans était heureux
Qu’on parle désormais français.
Mais comme cela devait arriver
Il se rendit compte qu’il ne comprenait rien,
Et se dit ‘‘bon sang,
Parlez allemand !’’

3Naïf Hans ! Tu t’es finalement
Bien trompé en te réjouissant ;
Tu n’es pas devenu ministre
Et tu ne le seras sans doute jamais.
Et si tu n’es pas satisfait
Il ne te reste plus qu’à traverser le Rhin.

4Pauvre Hans, tu me fais de la peine,
Mais tu l’as voulu ainsi.
Et si tu n’y prends pas garde,
C’est à l’asile de Stephansfeld que tu finiras
Alors que tu as ‘‘en vérité’’
Déjà ta carte d’identité.

  • 3 . Traduction de l’original en alsacien.

5Hans du trou de moustiques
A tout ce qu’il désire.
Mais ce qu’il veut, il ne l’a pas.
Et ce qu’il a, il ne le veut pas.
Il se lamente, pleure et geint,
‘‘Si seulement le Welsch partait à nouveau3 !’’

6De fait, cette chanson résume bien l’état d’esprit des Alsaciens-Lorrains installés outre-Rhin après 1918. Elle évoque en particulier le regard qu’ils portent sur leur « petite patrie » ou Heimat.

7Loin de ridiculiser et de caricaturer le caractère versatile de l’Alsacien, il s’agit ici plutôt de dénoncer l’éblouissement des premières heures, tel qu’il a été dépeint à maintes reprises au lendemain de l’Armistice. En effet, la chanson montre clairement que cet éblouissement n’a que peu duré, et qu’il a rapidement cédé la place à une certaine amertume voire à un malaise. Ce malaise est, selon l’auteur, le résultat d’une forte incompréhension culturelle et linguistique entre la France et les Alsaciens-Lorrains, sentiment qui ne peut amener le personnage Hans que vers deux possibilités : la folie ou de départ d’Alsace.

8C’est d’ailleurs cette dernière option qui a été choisie par un groupe minoritaire d’Alsaciens-Lorrains. En s’installant outre-Rhin à la fin de la guerre, ceux-ci ont entretenu par leurs actions et leurs écrits une vision idéalisée et fantasmée de l’Alsace-Lorraine. En outre, ils ont activement participé à la diffusion de l’image d’une Heimat martyrisée dont la France bafouait les droits fondamentaux. Même si les membres de ce groupe s’en défendaient, cette prise de position prit souvent des allures de propagande germanophile, une attitude qui peut donc être perçue comme une forme d’irrédentisme à peine voilée.

Un réseau complexe d’Alsaciens-Lorrains dans la République de Weimar

  • 4 . Irmgard Grünewald, Die Elsass-Lothringer im Reich 1918-1933. Ihre Organisationen zwischen Integra (...)
  • 5 . Leur nombre est évalué à plusieurs centaines de personnes par Karl-Heinz Rothenberger, in Die els (...)
  • 6 . Rudolf Schwander, de parents alsaciens, fut maire de Strasbourg jusqu’en 1918, puis dernier Statt (...)
  • 7 . Souvent présenté comme le seul général alsacien de l’armée prussienne, Heinrich Scheüch a été trè (...)
  • 8 . Prêtre, signataire du manifeste du Elsässer Bund en 1918, il fit partie du Hilfsbund et constitua (...)
  • 9 . Pasteur et professeur de théologie protestante, il devint en 1924 le président du Wissenschaftlic (...)
  • 10 . Membre fondateur du Hilfsbund et co-fondateur de l’Institut, il était chargé de la question des e (...)
  • 11 . Robert Ernst est né à Hurtigheim en 1897 d’un père pasteur germanophile et d’une mère francophile (...)
  • 12 . Karl Brill était un ami proche de Robert Ernst. Issu d’un couple mixte, il s’installa en Allemagn (...)

9Les Alsaciens-Lorrains dans le Reich sont estimés à environ 150 0004 au milieu des années 1920. Mais ce chiffre correspond en fait à une réalité plus complexe, puisque se mêlaient dans ce groupe les expulsés à la suite des commissions de triage (les détenteurs des cartes « D »), ainsi que des Alt-Elsässer ou Alt-Lothringer, à savoir des Alsaciens et Lorrains « de souche5 ». Parmi ces derniers, on retrouve des personnalités diverses telles que Rudolf Schwander6, le général Scheüch7, Emil Scherer8, Gustav-Adolf Anrich9 ou Gustav Goetz10. À côté de ce premier groupe apparaît un autre composé d’éléments plus jeunes (souvent des étudiants et des jeunes actifs). Cette nouvelle génération est celle de Robert Ernst11 et de ses amis, notamment Karl Brill12. Leur départ volontaire outre-Rhin entre 1918 et 1919 semble de ce fait être un signe tangible de leur attachement à la patrie allemande ou du moins à la culture et au monde germaniques. On peut également souligner que la plupart d’entre eux sont issus de la petite bourgeoisie urbaine et qu’une partie non négligeable vient de milieux protestants.

10En arrivant en Allemagne, les Alsaciens-Lorrains ont participé à la fondation de nombreuses organisations. La plupart d’entre elles avaient pour but de créer une forme de groupe de pression auprès des autorités politiques afin de traiter la question de l’Alsace-Lorraine.

11Parmi celles-ci, certaines ont joué un rôle prépondérant :

  • le Hilfsbund für die Elsass-Lothringer im Reich avec ses sections locales (Ortsgruppen) fut créé en décembre 1918 à Berlin ; il avait pour but de rassembler les expulsés alsaciens et lorrains et de porter leurs revendications en matière de dédommagement auprès du gouvernement ; on estime à 30 000 le nombre de membres en 1920 ;

  • le wissenschaftliche Institut der Elsass-Lothringer im Reich an der Universität Frankfurt cherchait quant à lui à démontrer l’appartenance de l’Alsace-Lorraine à la nation culturelle allemande ; parmi ses membres figuraient Gustav Anrich et Georg Wolfram ;

  • le Verband der elsass-lothringischen Studendenbünde a été créé en 1919 par Robert Ernst et Karl Brill afin de rassembler tous les étudiants alsaciens-lorrains et maintenir vivace le souvenir de la Heimat et de ses traditions, notamment en organisant des rencontres et des manifestations telles que des représentations théâtrales en alsacien ;

  • la Alt-Elsässische Vereinigung, fondée par Robert Ernst en 1924, était une organisation plus spécifiquement dédiée aux Alt-Elsässer et Lothringer ; elle rassemblait les personnalités les plus influentes de ce groupe et s’attachait à peser sur les décisions prises par le ministère des Affaires étrangères (Auswärtiges Amt).

12À côté de ces organisations spécifiques aux Alsaciens-Lorrains, on retrouvait aussi certains d’entre eux dans des structures plus généralistes telles que :

  1. le Verein des Deutschtums im Ausland (VDA), qui prend ses racines dans des organisations plus anciennes datant de l’époque du Kaiserreich, et qui était le moyen privilégié de la promotion de la culture germanique en-dehors des frontières de l’Allemagne ; le VDA prit ainsi tout son sens avec les pertes territoriales liées au traité de Versailles ;

  2. le deutsche Schutzbund für Grenz-und Auslanddeutschen : créé en 1919, il avait des revendications bien plus politiques et n’hésitait pas à soutenir des mouvements irrédentistes dans certaines régions, notamment dans la Sarre occupée.

  • 13 . Dans les journaux français, elles étaient souvent évoquées comme des organes de diffusion d’idées (...)
  • 14 . Pour plus de précisions, voir les ouvrages de Rothenberger et de Grünewald (op. cit.).
  • 15 . C’est ce qui ressort de ses mémoires, Rechenschaftbericht eines Elsässer, publiés à Berlin en 195 (...)
  • 16 . C’est notamment ce que souligne Irmgard Grünewald lorsqu’elle évoque la création d’un service en (...)
  • 17 . Cette assertion se retrouve dans le Rechenschaftbericht (p. 146-147).

13La plupart de ces organisations sont bien connues, y compris en Alsace-Lorraine et en France13. Pourtant, malgré leur nombre et leur disparité14, elles entretenaient de fait de nombreux liens, certains certes conflictuels ou concurrentiels. Ainsi Robert Ernst, dont le rôle se renforça au sein de ce groupe d’Alsaciens-Lorrains, faisait vivre ce réseau avec une efficacité particulière, puisqu’il était membre de la plupart de ces organisations et multipliait les rencontres et les courriers avec leurs membres les plus influents15. Cependant, la distinction entre Alt-Elsässer und Lothringer et Alt-Deutschen a sans conteste eu tendance à peser dans les relations entre les différentes organisations, voire même au sein d’une même organisation16. De nombreuses dissensions internes secouèrent notamment ces mouvements lorsqu’il fut question de mener une action plus politique. C’est aussi ce qui ressort de l’activité de Robert Ernst. Il s’attacha en effet à davantage promouvoir les Alt-Elsässer und Lothringer, entre autres grâce à la publication de sa revue et la création de la Vereinigung entre 1923 et 1924. En prétendant qu’il était en tant qu’Alt-Elsässer sans doute mieux placé pour évoquer la question de l’Alsace-Lorraine que les Alt-Deutschen, il s’attira même certaines inimités dans le Hilfsbund17.

  • 18 . Voir le numéro du 3 janvier 1920.
  • 19 . En 1930, on compte au moins 327 abonnés (estimation faite d’après les cartes d’abonnés retrouvées (...)

14Une fois ces organisations créées, les Alsaciens-Lorrains se sont rapidement dotés de moyens de diffusion, notamment par l’intermédiaire de revues. Ainsi le Hilfsbund publia dès 1919 un hebdomadaire, les Elsass-Lothringer Mitteilungen. En 1920, l’association disait ainsi compter 10 000 lecteurs18. Quant au mensuel des Elsass-Lothringen Heimatstimmen, le nombre d’abonnés semble plus réduit (de l’ordre de quelques centaines19).

  • 20 . Irmgard Grünewald, Die Elsass-Lothringer im Reich 1918-1933, op. cit, p. 72.
  • 21 . Dans les Heimatstimmen de juillet 1923, Robert Ernst évoque la « kabbale » qui concerne la public (...)
  • 22 . Un exemple parlant est celui de la Frankfurter Zeitung en 1922 (Service historique de la Défense, (...)

15Que peut-on en conclure de l’audience de ces groupes dans l’espace public ? Selon l’étude d’Irmgard Grünewald20, la réception des Mitteilungen semble avoir été plutôt faible, la presse allemande relayant peu les aspirations des expulsés d’Alsace-Lorraine, d’autant plus que ceux-ci souffraient d’une certaine concurrence, notamment en comparaison avec les expulsés de l’Est. De plus, la tonalité critique des Mitteilungen envers la politique gouvernementale les a peut-être desservis. Quant aux Heimatstimmen, elles semblaient avoir un certain écho auprès des Alsaciens-Lorrains en Allemagne mais aussi dans la Heimat. Au vu des réactions que suscita la publication du mensuel dans certains journaux alsaciens, celui-ci devait être assez largement consulté21. Cependant cette diffusion était très inégale puisque certains grands quotidiens allemands refusaient de relayer les idées d’Ernst, notamment pour ne pas interférer dans les relations diplomatiques entre la France et l’Allemagne22.

Une Heimat aux traditions bien ancrées : ré-enchanter le mythe de l’Alsace-Lorraine

  • 23 . Éditorial de Robert Ernst dans les Heimatstimmen, no 1, janvier 1923.

16Lors de la première assemblée générale du Hilfsbund, ses membres ont réaffirmé l’un des buts de leur organisation : il s’agissait d’entretenir l’idée de l’Alsace-Lorraine (der Elsass-Lothringer Gedanken), ainsi que l’amour de la petite partie (die Liebe der alten Heimat). De la même manière, dans les Heimatstimmen, Robert Ernst défendit l’appartenance de tous les Alsaciens-Lorrains à une même Heimat mais aussi à une même communauté, l’Elsässertum23. Afin de justifier cette proximité, les deux revues s’employèrent à détailler tout ce qui faisait la spécificité de l’Alsace-Lorraine. Cependant les Mitteilungen hésitèrent à donner un relief trop culturel à ces articles, et ce malgré la publication d’un supplément intitulé Unsere Heimat à partir de 1922. Le relais semblait donc avant tout pris par les Heimatstimmen d’Ernst.

  • 24 . Les Mitteilungen du 23 juillet 1921 citent ainsi un article paru dans la revue new-yorkaise The N (...)

17La première série d’arguments utilisés renvoie aux particularités historiques de la région. Certaines périodes, certains personnages et sujets bénéficièrent ainsi d’un éclairage approfondi. Une partie des articles traite de ce fait de la culture celtique et alémanique le long du Rhin, culture qui serait le fondement du particularisme alsacien. Dans les Mitteilungen, on retrouve même des encarts avec les dates les plus marquantes de l’histoire de la Heimat (« die Elsass-Lothringer Gedenktage »). Afin d’appuyer la pertinence de leurs propos, les Mitteilungen citent même un passage d’un article publié dans un journal américain où la proximité linguistique et culturelle avec l’Allemagne est clairement mise en lumière24. Dans les Heimatstimmen, les articles concernent surtout les périodes historiques les plus récentes, en particulier le XIXe siècle, mais on n’hésite pas à citer des événements plus anciens, toujours dans l’optique de justifier la singularité du peuple alsacien.

  • 25 . « Lors des 48 années de son appartenance au Reich allemand, affirme l’auteur, commença à se mettr (...)

18De plus, lorsque les revues évoquent le rattachement de l’Alsace-Lorraine au Kaiserreich après 1871, le discours est également particulièrement lissé. Dans une analyse faite par Erich Sigwalt dans les Heimatstimmen en 1923, les difficultés et les réserves des premières années du Reichsland semblent être oubliées grâce à la constitution de 1911 et à l’octroi d’une plus large autonomie25. Bien entendu cette vision participa elle aussi à une forme de nostalgie de cette période d’avant-guerre où la prospérité et les libertés semblaient acquises.

  • 26 . Cette analyse est celle que Robert Ernst réitéra dans ses mémoires (Rechenschaftbericht, p. 113-1 (...)

19Autre fait intéressant, dans ces premières publications entre 1919 et 1924, la Grande Guerre n’est que peu évoquée, on pourrait même en déduire une sorte d’amnésie volontaire. Seuls quelques aspects du conflit sont soulignés, en général autour des numéros de novembre. Ainsi, la marche à la guerre est étudiée dans les Heimatstimmen d’octobre et de novembre 1924 afin, entre autres, d’insister sur les responsabilités de la France lors de la crise de l’été 1914. Quant aux Mitteilungen, elles ne traitent du sujet que par le prisme de la préservation de la mémoire des soldats morts au combat. Un seul article, écrit par Ernst en 1921, parle rapidement des conséquences de la guerre sur la population en Alsace-Lorraine. Il y dépeint l’engagement volontaire du côté allemand de nombreux jeunes hommes. À l’inverse il ne s’intéresse que très brièvement au durcissement politique lié aux exigences de la guerre. Par contre, l’Armistice est lui cité à plusieurs reprises. Pour Robert Ernst, la réaction des Alsaciens-Lorrains en novembre 1918 a été mal évaluée par la propagande française. En voyant l’enthousiasme suscité par l’arrivée des troupes, la France a estimé que la population approuvait son rattachement à la France. En réalité les Alsaciens-Lorrains ont vu croître leur conscience identitaire avec le Kaiserreich, et l’arrivée des Français ne signifiait pour eux que la fin de la guerre et des troubles politiques dans un pays en train de s’effondrer26.

20D’une certaine manière, les revues participèrent bel et bien à l’élaboration d’un mythe de l’Alsace-Lorraine, et donc aussi à une représentation idéalisée où la Heimat est dépeinte comme une région à forte identité et proche de la culture germanique existante dans la vallée du Rhin. Cette vision est en fait loin d’être neutre, puisqu’elle fait partie intégrante de la Volkstumpolitik qui justifia par ce biais l’unité et l’identité commune de toutes les régions perdues par l’Allemagne en 1919.

Une Alsace-Lorraine incomprise voire martyrisée par la France : comment réagir face à la situation dans la Heimat ?

21Lors de sa visite en Alsace en novembre 1914, le général Joffre a prononcé à Thann un discours qui semble avoir eu un large écho auprès de la population. Dans son allocution, il évoquait clairement le respect des libertés et des traditions alsaciennes avec le retour à la France. Ce discours devint ainsi l’une des pierres angulaires de l’argumentaire des Alsaciens-Lorrains outre-Rhin après 1918, au même titre que la question du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Or la restitution de la province perdue à la France et les premières mesures prises par le gouvernement français ont selon eux mis à mal ces principes. Les Heimatstimmen en particulier ont dénoncé la politique d’assimilation de la France en Alsace-Lorraine. Cette lutte – on parle de « Kampf um die Seele der Heimat » – se déclina ainsi selon de nombreuses thématiques.

  • 27 . Dans les Mitteilungen du 7 mai 1921, les conditions d’expulsion des détenteurs de cartes D sont m (...)

22Le premier thème abordé est celui des conséquences du traité de Versailles et du sort réservé à l’Alsace-Lorraine, dont la population n’a pu être consultée. Les Mitteilungen demandèrent la révision du traité afin de tenir compte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Cette tendance fut avant tout véhiculée par les neutralistes tels que Rudolf Schwander et ce dès la fin de l’année 1918. Les Mitteilungen ne semblent donc que reconduire ce positionnement. Robert Ernst évoqua également la question dans des termes similaires à plusieurs reprises. Enfin, les Mitteilungen s’attachaient particulièrement à dénoncer le traitement des détenteurs de cartes D par les Français27.

  • 28 . Cette « bataille linguistique » se retrouve notamment dans les Heimatstimmen d’avril 1923 où un a (...)
  • 29 . Le sujet est d’ailleurs déjà évoqué dans le premier numéro des Heimatstimmen en janvier 1923 et l (...)

23Le deuxième thème évoqué est celui des réformes entreprises par le gouvernement français après 1919. La question qui revient de manière récurrente est celle de la langue. Que ce soit dans les tribunaux, dans les administrations ou dans les écoles, l’instauration de la langue française dans les services publics est régulièrement remise en question voire raillée par des anecdotes ou des fictions28. En 1924 les mesures gouvernementales visant à rapprocher le cadre législatif de la région et celui de la France ont fait couler beaucoup d’encre sous la plume des Alsaciens-Lorrains d’outre-Rhin. Les Heimatstimmen ont notamment défendu le maintien de la législation allemande en soutenant que ce point était revendiqué par une grande partie de la presse en Alsace-Lorraine. Quant à la possible mise en place de la séparation de l’Église et de l’État, elle est clairement dénoncée29. Les Mitteilungen du 20 juillet 1924 considèrent même la question comme un nouveau Kulturkampf.

  • 30 . D’ailleurs les relations entre le Hilfsbund et le gouvernement se dégradèrent après 1923 notammen (...)
  • 31 . Robert Ernst évoque le sens de son action dans l’éditorial du premier numéro des Heimatstimmen en (...)

24Dès lors, quel rôle devaient jouer les Alsaciens-Lorrains du Reich face à cette situation ? Dans l’ensemble le sentiment d’abandon de la Heimat fut régulièrement souligné. Cet abandon était le fruit de la politique française comme du peu de réactions du gouvernement allemand face à la situation. Les Mitteilungen étaient à cet égard particulièrement critiques30. Quant à Robert Ernst, il se présentait souvent comme le porte-voix – le Sprachrohr – des aspirations de la population alsacienne afin de soutenir la culture de la Heimat et ainsi éviter sa destruction par la Welschpolitik de la France31. Dans les deux revues, on n’hésitait donc pas à alimenter le sentiment de malaise – das Unbehagen.

  • 32 . Pasteur d’origine allemande, il participa au elsässiche Bund et fut expulsé en 1918. Ses nombreus (...)

25La question de l’action politique se posa rapidement, même si les différentes organisations se présentaient officiellement comme apolitiques. Robert Ernst annonçait ainsi la parution de sa revue comme un outil de défense de la culture de la Heimat et non comme un moyen de mener une propagande revancharde menant à la reconquête de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne. Cependant ses propos ne sont pas sans révéler une certaine ambiguïté, puisqu’il n’envisage pas non plus de mener une politique de renoncement. D’autre part, les relations d’Ernst avec des figures politiques comme Wilhelm Kapp32  ce dernier a publié dans les Heimatstimmen – montrent que les liens avec l’Elsässer Bund et la politique neutraliste de la fin de la guerre sont réels. De la même manière, l’engagement politique dans la République de Weimar n’est pas non plus renié par les Alsaciens-Lorrains. Dans les Mitteilungen du 17 janvier 1920, on peut ainsi lire : « Es gibt für uns nur ein Ziel : die neue Heimat zu erobern ! Das können wir aber nur, wenn uns das Reich unser Recht gibt ». Les revendications des Alsaciens-Lorrains ne pouvaient donc être prises en compte que si ceux-ci acceptaient de participer à la vie politique allemande. En outre, certains membres n’ont pas hésité à s’engager dans des partis. Pourtant les Alsaciens-Lorrains ne comptèrent finalement que peu d’élus au Reichstag (4 en 1924). L’engagement politique ne semble donc pas avoir été d’une grande aide pour ce groupe. La seule solution était donc de pouvoir intégrer les services ministériels afin de peser sur les prises de décision, à l’instar de Robert Ernst.

Conclusion

  • 33 . Voir ici l’analyse de ces mouvements faites par Christian Baechler dans Les Alsaciens et le Grand (...)
  • 34 . Voir à ce propos Philip Charles Farwell Bankwitz, Alsatian autonomist Leaders 1919-1947, Lawrence (...)

26À la lecture des nombreuses publications des Alsaciens-Lorrains outre-Rhin et en particulier des Alt-Elsässer und Lothringer entre 1919 et 1923, il s’avère que leurs arguments afin de défendre la Heimat reprennent en grande partie des idées déjà formulées par différents mouvements politiques d’Alsace-Lorraine à la fin de la guerre33. Certains de leurs membres ont d’ailleurs par la suite activement participé à la fondation et à la promotion des organisations d’Alsaciens-Lorrains. Mais peut-on pour autant parler de celles-ci comme de vecteurs de diffusion de l’irrédentisme ? Car si l’on se réfère aux acteurs eux-mêmes, ceux-ci ont régulièrement démenti ces assertions. Pourtant leurs propos équivoques ainsi que leurs relations avec certains mouvements autonomistes de l’entre-deux-guerres ne peuvent exclure cette hypothèse34.

  • 35 . Le 8 octobre 1924, Robert Ernst rencontra von Schmieden afin de solliciter une aide financière et (...)

27Cependant leur audience a jusqu’au milieu des années 1920 été plutôt faible et limitée à un cercle réduit. C’est en grande partie l’action de Robert Ernst qui a permis à certaines revendications d’être entendues, y compris au plus haut sommet des gouvernements allemands et français. De ce fait l’année 1924 semble assez décisive : alors que le financement par le gouvernement allemand de mouvements pro-germaniques en Alsace-Lorraine semblait jusqu’à présent exclu, certains écrits témoignent de premiers versements à partir de cette date35. L’essor de ces mouvements ainsi que la publication du manifeste du Heimatbund en 1926 semblent donc bien être des résurgences de la montée en puissance et de l’influence des Alt-Elsässer und Lothringer au sein de la République de Weimar.

Haut de page

Notes

1 . Elsass-Lothringische Mitteilungen, supplément « Unsere Heimat » no15, 4 novembre 1922. Il s’agit de la revue éditée par le Hilfsbund für die Elsass-Lothringer im Reich.

2 . Ainsi Hans se retrouve à boire du vin rouge et il en vient à regretter la bière. Quant aux femmes françaises, elles le choquent par leur tenue vestimentaire et leur comportement trop légers.

3 . Traduction de l’original en alsacien.

4 . Irmgard Grünewald, Die Elsass-Lothringer im Reich 1918-1933. Ihre Organisationen zwischen Integration und «Kampf um die Seele der Heimat», Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1984, p. 57. Ce chiffre est corroboré par Robert Ernst dans un écrit de 1921 où il évoque le chiffre de 111 915 en octobre 1920 (Die Eingliederung der vertriebenen Elsass-Lothringer in das deutsche Wirtschaftsleben im Augenblick seines Tiefstandes: Tatsachen u. Politik, Berlin-Leipzig, Vereinigung wissenschaftl. Verleger, W. De Gruyter, 1921).

5 . Leur nombre est évalué à plusieurs centaines de personnes par Karl-Heinz Rothenberger, in Die elsass-lothringische Heimat- und Autonomiebewegung zwischen den beiden Weltkriegen, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1976, p. 37.

6 . Rudolf Schwander, de parents alsaciens, fut maire de Strasbourg jusqu’en 1918, puis dernier Statthalter d’Alsace-Lorraine ; il participa à la fondation et à la direction du Hilfsbund. En Allemagne, il devint membre de la Deutsche Demokratische Partei (Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), vol. 34, p. 3 568-3 570, notice de François Igersheim).

7 . Souvent présenté comme le seul général alsacien de l’armée prussienne, Heinrich Scheüch a été très actif dans de nombreuses associations d’Alsaciens-Lorrains outre-Rhin après 1918 (NDBA, vol. 33, p. 3 424-3 425, notice de Jean-Paul Bailliard).

8 . Prêtre, signataire du manifeste du Elsässer Bund en 1918, il fit partie du Hilfsbund et constitua un important relais d’Ernst en Alsace (NDBA, vol. 33, p. 3 422, notice de Léon Strauss).

9 . Pasteur et professeur de théologie protestante, il devint en 1924 le président du Wissenschaftliches Institut der Elsässer-Lothringer im Reich (NDBA, vol. 1, p. 51, notice de Jean Rott).

10 . Membre fondateur du Hilfsbund et co-fondateur de l’Institut, il était chargé de la question des expulsés et des émigrés au ministère de l’Intérieur (NDBA, vol. 13, p. 1220‑1221, notice de François Igersheim).

11 . Robert Ernst est né à Hurtigheim en 1897 d’un père pasteur germanophile et d’une mère francophile issue de la bourgeoisie urbaine. Son engagement militaire lors de la Première Guerre mondiale puis sa démobilisation et son retour à Strasbourg le 20 novembre 1918 l’ont convaincu de partir s’installer en Allemagne avec sa famille. Après des études à Tübingen, où il fonda le Verband der Elsass-Lothringer Studenten, il se retrouva à Berlin, où il publia les Heimatstimmen et supervisa le Elsass-Lothringer Pressedienst. Il travailla également en tant que Deutschtumpolitiker dans le deutscher Schutzbund für Grenz- und Auslanddeutschtum.

12 . Karl Brill était un ami proche de Robert Ernst. Issu d’un couple mixte, il s’installa en Allemagne en 1919, où il coédita et codirigea la revue Elsass-Lothringen Heimatstimmen aux côtés d’Ernst (NDBA, vol. 5, p. 360, notice de François Joseph Fuchs).

13 . Dans les journaux français, elles étaient souvent évoquées comme des organes de diffusion d’idées antifrançaises. Ainsi peut-on prendre l’exemple de l’Excelsior du 3 janvier 1923, dans un article intitulé « l’activité antifrançaise des ligues allemandes d’Alsaciens-Lorrains » : « Les deux cellules les plus agissantes sont les universités de Francfort et de Munich. […] Il s’agit bien entendu d’entreprises de propagande allemande qui, sous le couvert de la science, poursuivent un but politique. »

14 . Pour plus de précisions, voir les ouvrages de Rothenberger et de Grünewald (op. cit.).

15 . C’est ce qui ressort de ses mémoires, Rechenschaftbericht eines Elsässer, publiés à Berlin en 1955.

16 . C’est notamment ce que souligne Irmgard Grünewald lorsqu’elle évoque la création d’un service en charge des Alsaciens-Lorrains au ministère de l’Intérieur (op. cit., p. 76-84).

17 . Cette assertion se retrouve dans le Rechenschaftbericht (p. 146-147).

18 . Voir le numéro du 3 janvier 1920.

19 . En 1930, on compte au moins 327 abonnés (estimation faite d’après les cartes d’abonnés retrouvées pour cette année, Archives départementales du Bas-Rhin, 97 J 418).

20 . Irmgard Grünewald, Die Elsass-Lothringer im Reich 1918-1933, op. cit, p. 72.

21 . Dans les Heimatstimmen de juillet 1923, Robert Ernst évoque la « kabbale » qui concerne la publication de sa revue dans certains journaux alsaciens. En effet, il cite ici des extraits du Journal d’Alsace et de Lorraine où la diffusion de la revue en Alsace-Lorraine est vivement critiquée. La revue semble même avoir été interdite le 10 juillet 1923.

22 . Un exemple parlant est celui de la Frankfurter Zeitung en 1922 (Service historique de la Défense, Vincennes, Archives du procès d’Ernst, dépôt central des archives de la justice militaire, no 645) : « Chaque prise de position à caractère neutraliste, autonomiste ou germanophile est soupçonnée […]. Il serait donc dommageable qu’une association comme le Studentenverband, un journal ou une personne abandonne la sage attitude adoptée par le gouvernement allemand. »

23 . Éditorial de Robert Ernst dans les Heimatstimmen, no 1, janvier 1923.

24 . Les Mitteilungen du 23 juillet 1921 citent ainsi un article paru dans la revue new-yorkaise The Nation, où le journaliste évoque l’Alsace-Lorraine comme une région frontalière avec une histoire pluriséculaire particulière et qui, par sa langue et sa culture, est très proche du monde germanique.

25 . « Lors des 48 années de son appartenance au Reich allemand, affirme l’auteur, commença à se mettre en place un idéal d’appartenance organique à un peuple et à un État […]. L’Alsace-Lorraine était sur le point de devenir, au sein de la mère-patrie allemande, une nation d’État (ein Staatsvolk) avec ses propres pouvoirs. »

26 . Cette analyse est celle que Robert Ernst réitéra dans ses mémoires (Rechenschaftbericht, p. 113-114).

27 . Dans les Mitteilungen du 7 mai 1921, les conditions d’expulsion des détenteurs de cartes D sont même comparées aux déportations et aux traitements infligés aux Arméniens pendant la guerre.

28 . Cette « bataille linguistique » se retrouve notamment dans les Heimatstimmen d’avril 1923 où un article du Petit Parisien est cité et critiqué. Intitulé « Comment enseigner le français à la jeune Alsace » (Petit Parisien du 22 décembre 1922), cet article justifie la politique éducative menée en Alsace face à la Muttersprache qui ne serait, selon le journaliste, qu’une « marchandise d’outre-Rhin, prônée par quelques hommes réticents ». La réponse dans les Heimatstimmen est sans équivoque : l’instauration de cette politique linguistique participe au malaise alsacien et remet en question les promesses de « pays bilingue » faites par le commissaire général Alexandre Millerand.

29 . Le sujet est d’ailleurs déjà évoqué dans le premier numéro des Heimatstimmen en janvier 1923 et l’article anonyme se termine sous forme de mise en garde : « Dann wird das Volk selbst seine Geschicke in die Hand nehmen und wird mit echt elsässischer Zähigkeit ringen um seine heilige Güter. »

30 . D’ailleurs les relations entre le Hilfsbund et le gouvernement se dégradèrent après 1923 notamment autour de la question du Liquidationschädengesetz, qui devait régler la question des indemnités allouées aux expulsés.

31 . Robert Ernst évoque le sens de son action dans l’éditorial du premier numéro des Heimatstimmen en janvier 1923. Pour lui le combat pour la défense de la culture et des spécificités alsaciennes est un « droit naturel ».

32 . Pasteur d’origine allemande, il participa au elsässiche Bund et fut expulsé en 1918. Ses nombreuses publications au sujet du Auslandsdeutschtum étaient très critiques vis-à-vis du traité de Versailles (NDBA, vol. 20, p. 1876‑1877, notice de Christian Baechler).

33 . Voir ici l’analyse de ces mouvements faites par Christian Baechler dans Les Alsaciens et le Grand Tournant de 1918, Strasbourg, L’Ami Hebdo, 2008.

34 . Voir à ce propos Philip Charles Farwell Bankwitz, Alsatian autonomist Leaders 1919-1947, Lawrence, The Regents Press of Kansas, 1978, traduit dans Saisons d’Alsace, no 71, 1980.

35 . Le 8 octobre 1924, Robert Ernst rencontra von Schmieden afin de solliciter une aide financière et soutenir ainsi son action politique en Allemagne mais aussi en Alsace (Akten zur deutschen auswärtigen Politik 1918-1945, Band A,11). Cette demande de financement semble avoir abouti puisqu’elle permit notamment de fonder en Alsace le journal Die Zukunft.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Wald, « Les Alsaciens-Lorrains dans la République de Weimar : »Revue d’Alsace, 144 | 2018, 175-189.

Référence électronique

Nathalie Wald, « Les Alsaciens-Lorrains dans la République de Weimar : »Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3475

Haut de page

Auteur

Nathalie Wald

Professeur agrégé, doctorante en histoire à l’Université de Lorraine (EA 3945 CRULH)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search