Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

Le général Taufflieb et le retour de l’Alsace à la France

General Taufflieb (Strasbourg 1857 - Cannes 1939) and the comeback to France
General Taufflieb und die Rückkehr des Elsass zu Frankreich
Jean-Noël Grandhomme
p. 211-235

Résumés

Le père de Marie Émile Adolphe Taufflieb (Strasbourg, 1857 - Cannes, 1938) ayant opté pour la nationalité française, ce dernier mène une carrière d’officier de cavalerie, tout en revenant régulièrement en Alsace, et il termine la Grande Guerre comme général de division. Il s’installe alors à Strasbourg, où il commence une carrière politique. Représentant de l’UPR (centre et droite), il est élu sénateur du Bas-Rhin le 10 janvier 1920 par des catholiques conservateurs, mais il s’inscrit au groupe de la gauche démocratique, radicale et radicale socialiste. Vis-à-vis des Allemands, sa pensée peut être concentrée en une phrase : « Soyons forts pour être tranquilles. » Marié à une citoyenne des États-Unis, il est aussi l’un des personnages emblématiques des relations franco-américaines. Sa volonté affichée de voir disparaître les écoles confessionnelles et sa lutte incessante contre l’autonomisme provoquent des remous au sein de l’UPR. En janvier 1927 tombe le verdict des urnes : il est sévèrement battu. Esprit non conformiste, Taufflieb est représentatif d’un courant très minoritaire en Alsace au lendemain du retour à la France, mais sa personnalité originale en fait un sujet d’étude intéressant.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

L’Alsace au cœur
La Revanche
Découverte de l’Amérique
Un « revenant » en politique
Une conception originale du statut de l’Alsace et de la Lorraine
Conclusion

Aperçu du texte

Parmi les milliers d’officiers de l’armée de la IIIe République d’origine alsacienne, plusieurs centaines ont atteint le grade d’officier général. À l’image de beaucoup de témoins de la « guerre de 70 », l’un d’eux, le général de division Marie Émile Adolphe Taufflieb, a attendu, pendant une grande partie de sa vie, le moment de la « Revanche ». Quand il fait carrière comme soldat, ses pensées sont toujours tournées vers la cathédrale de Strasbourg. Comme tant d’autres, il voit dans la République l’outil de la reconquête, guerre juste entre toutes, puisque, en dépit des traités, le « rapt » de 1871 n’a jamais cessé de lui apparaître comme inique. Au cours du premier conflit mondial il combat pour son idéal. Dans notre première partie il sera donc question de cette période 1870-1918 car elle explique l’attitude du personnage par la suite.

Après l’Armistice, alors que les « revenants » et les fonctionnaires « de l’Intérieur » commettent des maladresses – parfois par ignorance, parfois ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « Le général Taufflieb et le retour de l’Alsace à la France », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 211-235.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « Le général Taufflieb et le retour de l’Alsace à la France », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3487 ; DOI : 10.4000/alsace.3487

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine à Nancy (EA 3945 CRULH), membre du comité scientifique du Mémorial de l’Alsace-Moselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page