Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

La réintégration des monuments historiques de l’Alsace dans le patrimoine français :

Enjeux, acteurs et méthodes
Historic monuments being part of the French heritage again: what was at stake? who were he actors? which methods?
Die Wiedereingliederung der elsässischen historischen Denkmale in das französische Kulturgut: Herausforderungen, Akteure und Methoden
Nicolas Lefort
p. 273-302

Résumés

Pendant la Grande Guerre et après le retour de l’Alsace à la France en 1918, les monuments historiques de la région sont instrumentalisés par la propagande et constituent un enjeu national entre France et Allemagne. Les Français considèrent les monuments d’architecture gothique comme des témoignages de l’influence pluriséculaire de la France en Alsace. Ils accusent les Allemands d’avoir négligé l’entretien des édifices d’architecture classique pour effacer la trace de la présence française dans le but de « germaniser » la région. Ils opposent de façon manichéenne et simpliste une méthode « française » de la conservation à une méthode « allemande » de la restauration. Ils présentent les grands travaux de restauration exécutés entre 1871 et 1918 comme des preuves de la « barbarie » et du « vandalisme » allemands.

Au-delà du discours nationaliste, les Français utilisent différents moyens pour réintégrer les monuments historiques de l’Alsace dans le patrimoine national. Le gouvernement nomme des architectes parisiens à la tête des services d’architecture et des beaux-arts d’Alsace et de Lorraine et introduit rapidement la législation française sur les monuments historiques dans les territoires recouvrés. De grandes manifestations réunissent architectes, historiens de l’art et archéologues français en Alsace. La création d’une école régionale d’architecture à Strasbourg et l’organisation de grandes expositions doivent permettre à la France de rayonner à nouveau sur le Rhin. Enfin, la politique de protection des monuments historiques mise en œuvre en Alsace donne la priorité aux monuments considérés comme « français », tandis que les travaux de restauration exécutés après guerre cherchent à rétablir le caractère de certains monuments.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Les monuments historiques de l’Alsace : un enjeu national pour la France
Les monuments historiques de l’Alsace, un patrimoine français
Les accusations d’incurie contre les Allemands
La critique des restaurations de l’époque allemande
Une administration de l’architecture et des beaux-arts chargée de réintroduire les méthodes et le « goût français » en Alsace
Robert Danis, directeur de l’architecture et des beaux-arts d’Alsace et Lorraine
L’expulsion des architectes allemands et le recrutement d’architectes français
L’introduction rapide et conflictuelle du régime français des monuments historiques
Une commission de l’architecture et des beaux-arts d’Alsace et de Lorraine
L’étude, la mise en valeur et la protection du patrimoine monumental de l’Alsace
Le Congrès archéologique de France de 1920 : des retrouvailles et un état des lieux
L’organisation de grandes manifestations d’art français
La politique de protection des monuments : une priorité donnée au patrimoine « français »
Conclusion

Aperçu du texte

La question de la réintégration des monuments historiques de l’Alsace dans le patrimoine français après l’armistice du 11 novembre 1918 peut paraître à première vue assez secondaire en comparaison des multiples problèmes politiques, économiques ou sociaux que soulève le retour de l’Alsace à la France. Pourtant, quoi de plus symbolique et d’identitaire que le patrimoine ?

Les changements de domination de l’Alsace en 1871 et en 1918 ont des conséquences sur la perception et la politique de conservation des monuments car ces derniers sont des éléments constitutifs de l’histoire et de l’identité nationales. D’après la première loi française du 30 mars 1887 sur les monuments historiques, votée alors que l’Alsace est un territoire allemand – peuvent être classés « les immeubles dont la conservation peut avoir, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt national ». De même, pour l’Allemand Georg Dehio, professeur d’histoire de l’art à l’Université impériale de Strasbourg et initi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « La réintégration des monuments historiques de l’Alsace dans le patrimoine français : », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 273-302.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « La réintégration des monuments historiques de l’Alsace dans le patrimoine français : », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3506 ; DOI : 10.4000/alsace.3506

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Professeur d’histoire-géographie, docteur en histoire de l’Université de Strasbourg, chercheur associé à l’EA 3400 ARCHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page