Navigation – Plan du site
Actes du colloque « De l’éblouissement tricolore au malaise alsacien : le retour de l’Alsace à la France (1918-1924) »

Les historiens français et l’Alsace en 1918, du sens au contresens

How French historians interpreted and misinterpreted the “Alsace file”
Die französischen Historiker und das Elsass im Jahre 1918, Sinn und Unsinn
Georges Bischoff
p. 343-363

Résumés

La « guerre du Droit », à l’issue de laquelle l’Alsace redevient française a fortement mobilisé les historiens. En 1919, en affirmant qu’« une Histoire qui sert est une histoire serve », Lucien Febvre dénonce l’instrumentalisation du passé qu’il impute à la science allemande et lui oppose une sorte de neutralité distante, républicaine et laïque. Est‑ce effectivement le cas de ses collègues et de ses compatriotes qui ont construit le « roman national » en vigueur sous la IIIe République ? Le regard que l’historiographie française porte sur l’Alsace depuis 1871 mérite d’être analysé à travers les travaux de ceux qui lui consacrent leurs recherches et de ceux qui tentent de lui donner un sens, Renan, Fustel de Coulanges, Lavisse ou Henri Berr. Il n’est pas sûr, cependant, que cette lecture ait pris en compte des changements survenus au cours de la période.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

Y penser toujours
Mobilisation patriotique
Rien appris, rien oublié ?
Conclusion

Aperçu du texte

Les deux histoires d’Alsace les plus lues sont nées en France au même moment, à l’automne 1912, et se sont refermées sous leur forme canonique au moment où retentissait le clairon du 11 novembre 1918. La première est celle de Rodolphe Reuss : elle a été écrite au soir de sa vie, comme une sorte de testament spirituel, pour une collection intitulée « Vieilles provinces de France », celle-là même où Lucien Febvre venait de publier un livre sur la Franche-Comté, et au moment-même où Marc Bloch écrivait sa seule monographie régionale consacrée à l’Île-de-France.

La seconde est celle de l’oncle Hansi, un album illustré destiné aux « petits enfants de France », mais en réalité à leurs parents, sur le mode du pastiche.

Ces deux succès de librairie ont été réimprimés pendant la guerre et mis à jour au lendemain de l’Armistice, en réactualisant leurs dernières pages.

Pour Hansi, les Schwobs d’avant-guerre étaient à présent les Boches révélés par l’affaire de Saverne, dernier rictus prussien ava...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Les historiens français et l’Alsace en 1918, du sens au contresens », Revue d’Alsace, 144 | 2018, 343-363.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Les historiens français et l’Alsace en 1918, du sens au contresens », Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3517 ; DOI : 10.4000/alsace.3517

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg (EA 3400 ARCHE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page