Navigation – Plan du site

AccueilNuméros144MélangesLe martyre de saint Georges sur l...

Mélanges

Le martyre de saint Georges sur la roue

Le sceau médiéval de Molsheim mis en perspective
The torture on the wheel of St George: the medieval seal of Molsheim placed in perspective
Das Martyrium des Heiligen Georg auf dem Rad: Darstellung des mittelalterlichen Siegels der Stadt Molsheim
Thomas Brunner
p. 367-420

Résumés

L’intérêt scientifique pour la sigillographie a été ravivé ces dernières décennies par un nouveau questionnaire, à la croisée de l’histoire culturelle et de l’histoire de l’art, et par le développement de bases de données informatiques. C’est dans ces renouvellements qu’entend s’inscrire l’étude des sceaux médiévaux de la ville de Molsheim. La constitution d’un corpus de 90 empreintes a permis de repérer cinq types successifs (deux à l’époque médiévale, trois à l’époque moderne) qui, de matrice en matrice, reprennent la même image d’un homme roué. L’apparition du sceau au milieu du XIIIe siècle s’inscrit dans le contexte régional d’une efflorescence sigillaire parmi les communautés urbaines, notamment celles de taille moyenne comme Molsheim, qui a contribué à leur affirmation politique. Ainsi s’explique sans doute ici la conservation sur la durée de cette image représentant de manière réaliste une scène du martyre de saint Georges. Irrégulier dans la région au Moyen Âge, le culte de ce saint connaissait un ancrage local profond : l’ancienne église romane de Molsheim, dont le tympan figurait la même scène, lui était en effet dédiée. Ce sceau est l’héritier d’une iconographie savante qui s’est diffusée autour du diocèse de Constance au Moyen Âge central. Pour les bourgeois de Molsheim, faire le choix de l’image du martyr et non du saint chevalier revêtait certainement aussi une fonction apotropaïque, les vertus de Georges étant censées protéger la communauté. Celle-ci se reconnaissait tellement bien dans ce symbole sigillaire sans équivalent connu qu’on peut s’interroger sur son caractère ambivalent, renvoyant tout à la fois au saint, et par, la présence de la roue, à un possible jeu de mot étymologique sur Molsheim et mola (moulin). Révélatrice de certains ressorts des identités urbaines médiévales, cette étude de cas en appelle d’autres afin de reconstituer le paysage sigillaire urbain du Rhin supérieur médiéval.

Haut de page

Texte intégral

Tous mes remerciements pour leurs aide ou suggestions à Peter Andersen, Grégory Oswald, Olivier Richard, Damien Schitter, Jean-Jacques Schwien ainsi qu’aux membres du comité de lecture de la revue, sachant que les imperfections de ce travail me sont entièrement imputables. Les principales conclusions de cette étude ont été présentées dans Thomas Brunner, « Les sceaux de la ville de Molsheim au Moyen Âge. Typologie, origine et interprétation », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs (ASHAME), 2017, p. 29-44.

  • 1 . Éléments de bilan des recherches récentes dans Phillipp R. Schofield, éd., Seals and their Contex (...)
  • 2 . Preuve de ce dynamisme, la parution récurrente de manuels dont les plus récents sont : Andrea Sti (...)
  • 3 . Pour les sceaux conservés en France, voir http://www.sigilla.org/ (cf. Laurent Hablot, « Le progr (...)
  • 4 . Cf. Marc Gil et Jean-Luc Chassel, éd., Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l (...)
  • 5 . En dernier lieu : Brigitte M. Bedos-Rezak, When ego was imago: signs of identity in the Middles A (...)
  • 6 . Cf. Walter Prevenier et Thérèse De Hemptinne, dir., La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âg (...)

1« Sigillographie… Vous ne connaissez pas ? C’est la science qui s’occupe de l’étude des sceaux… » C’est en ces termes que le Pr Halambique présentait en 1939 au plus célèbre des reporters belges cette discipline relevant de ce qu’on appelle traditionnellement les « sciences auxiliaires de l’histoire » – même si l’expression plus valorisante de « sciences de l’érudition » tend aujourd’hui à la remplacer. De fait, si le personnage d’Hergé a assuré une assez large diffusion du terme auprès du grand public (au point de quasiment occulter son synonyme « sphragistique »), le vieux savant n’en donnait pas moins l’image d’un savoir, certes érudit, mais quelque peu poussiéreux et futile. Or à l’instar des autres sciences de l’érudition, la sigillographie bénéficie depuis quelques décennies d’un regain d’intérêt dans la recherche universitaire francophone1. Dans les pays germaniques, où les historischen Hilfswissenschaften ont longtemps été à l’honneur, les études sigillographiques ont peut-être été moins délaissées qu’en France entre la Grande Guerre et les années 1970-19802, mais elles ont pu pâtir d’une plus grande dispersion, faute de disposer de l’équivalent des collections de respectivement 80 000 et 38 000 moulages de sceaux des Archives nationales à Paris et des Archives Générales du Royaume de Belgique à Bruxelles. Le renouveau actuel est en partie dû aux nouveaux instruments de recherche offerts par l’informatique : les bases de données en ligne permettent déjà la comparaison de milliers d’empreintes sigillaires depuis son ordinateur3. Un questionnaire renouvelé a également vu le jour. Ainsi, si dès le XIXe siècle l’intérêt iconographique présenté par les sceaux avait retenu l’attention des archivistes, les historiens de l’art y trouvent désormais également une source de premier plan4. Dans un autre registre, les travaux de Brigitte Bedos-Rezak ont inauguré depuis la fin des années 1980 une réflexion sur la valeur identitaire de ces instruments juridiques pour les communautés urbaines5. Enfin, l’attention portée actuellement aux pratiques de l’écrit en milieu urbain a également replacé le sceau au cœur des préoccupations des historiens et des diplomatistes6. C’est à l’aune de ces recherches récentes que nous voudrions rouvrir ici le dossier du sceau médiéval de Molsheim.

  • 7 . Grégory Oswald, Molsheim à la fin du Moyen Âge (1308-1525). Essai d’histoire politique, économiqu (...)
  • 8 . La terminologie du sceau a fait l’objet d’une harmonisation lexicale dans les principales langues (...)

2Au risque de gâcher le suspense, disons-le d’emblée : les grandes lignes de l’histoire du sceau ont été tracées il y a deux décennies par Grégory Oswald, même si nous serons amené à réviser certaines de ses conclusions7. Toutefois, l’approche qui fut la sienne visait à présenter le sceau du point de vue en quelque sorte interne de l’histoire de la ville. Ce que nous voudrions tenter ici, c’est une mise en perspective de l’apparition du sceau des bourgeois de Molsheim dans le contexte plus général du développement des sceaux urbains, afin d’essayer d’éclairer le choix de son type sigillaire comme symbole de la communauté8.

Typologie des empreintes sigillaires de la ville de Molsheim

3En l’absence de matrice subsistante (comme c’est souvent le cas), notre réflexion s’appuiera sur les empreintes de sceaux qui ont traversé les siècles. Le sigillographe se contente généralement d’analyser celle qui est la mieux conservée. C’est effectivement la démarche la plus logique dans une perspective iconographique, mais cela revient à n’aborder qu’un pan de l’histoire d’un sceau. Pour être complète, celle-ci nécessite en effet de prendre en compte l’ensemble des empreintes subsistantes et d’y ajouter non seulement tous les actes dont le sceau est perdu, mais aussi les simples mentions de l’instrument.

  • 9 . MolsMA, p. 232, Annexe 1, et p. 49 pour les maigres listes antérieures.

4Une telle approche a été amorcée pour le sceau de Molsheim avec « l’ébauche » d’inventaire de G. Oswald qui recense 21 empreintes échelonnées entre 1263 et 15479. Nous l’avons complétée afin d’établir un nouveau catalogue qui référence à l’heure actuelle 171 actes scellés, dont 90 sont pourvus d’une empreinte en plus ou moins bon état ou d’un fragment identifiable. Nous avons tenté d’atteindre l’exhaustivité pour les pièces antérieures à 1501 conservées aux Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR). Il est toutefois quasi certain que ce nouvel inventaire pourra s’enrichir du dépouillement systématique du fonds des Archives hospitalières de Strasbourg et des collections d’archives communales du Rhin supérieur. À l’heure actuelle, la ventilation chronologique du corpus des sceaux médiévaux est la suivante : 2 empreintes pour le XIIIe siècle, 5 pour le XIVe et 60 pour le XVe. Nous en avons également repéré 28 pour le XVIe et 6 pour le XVIIe siècle, mais la période moderne demande encore à être vraiment explorée.

  • 10 . Le même motif est en effet simplement retravaillé ou modernisé, mais le VocSig ne connaît pas cet (...)

5Depuis le XIIIe siècle, le sceau de Molsheim n’a connu qu’un seul figuré : celui d’un supplicié sur la roue. Pour autant, plusieurs matrices ont été utilisées avec des modifications aussi bien de la dimension du sceau, de la forme de l’image que de la légende. Au moins cinq types sigillaires (qu’il faudrait plutôt dénommer « sous-types ») se sont ainsi succédé jusqu’au XVIIIe siècle, dont deux durant l’époque médiévale10.

Type I : attesté entre 1263 et 1350 (figures 1 et 3)

  • 11 . Respectivement Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), CH 6, no119 [1263 (...)
  • 12 . Type répertorié dans : Charles Wittmer, Inventaire des sceaux des archives de la ville de Strasbo (...)
  • 13 . Filet perlé : « trait continu sur lequel des grains ou perles font régulièrement une légère saill (...)

6Le plus ancien type est actuellement documenté par cinq empreintes datant respectivement de 1263, 1265, 1307, 1340 et 135011. Ce sceau circulaire de 59 mm de diamètre était en cire verte (sauf en 1265, où elle est brune) et toujours scellé sur double-queue de parchemin12. Délimité par un filet perlé, le champ s’inscrit dans un cercle de 44 mm de diamètre13. L’image représente un homme imberbe entièrement nu, les cheveux coiffés « en casque », le visage tourné vers l’extérieur de la roue. Ses membres, qui sont vraisemblablement brisés, sont entravés sans lien dans sept des huit rayons, fins et réguliers, d’une roue de 40 mm dont le moyeu est saillant et creux. Le corps du supplicié forme une sorte de croissant ouvert sur la gauche. Le graveur a travaillé finement : on distingue les traits du visage (yeux, nez et bouche) et on devine les doigts et les orteils, malgré l’usure. Les détails quasi anatomiques de la cage thoracique et de l’abdomen ressortent assez bien.

Figure 1

  • 14 . Exergue : « partie du sceau comprise entre le bord de l’empreinte et le champ » (VocSig, p. 143, (...)
  • 15 . Germain Demay, La paléographie des sceaux, Paris, 1881, p. 2-5, parlait de « l’écriture capétienn (...)
  • 16 . Harald Drös, « Siegelepigraphik im Umfeld des ältesten Kölner Stadtsiegels », Archiv für Diplomat (...)
  • 17 . Respectivement : Wilfried Schöntag, Kommunale Siegel und  Wappen in Südwestdeutschland. Ihre Bild (...)
  • 18 . L’usage des capitales « romanes » dans les inscriptions allemandes est caractéristique du XIe et (...)
  • 19 . W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 13.
  • 20 . Toni Diederich, « Zur Bedeutung des Keuzes am Anfang von Siegelumschriften », in Peter Rück, éd., (...)

7L’extérieur de l’exergue est lui aussi délimité par un filet perlé14. La légende est gravée en grands modules de 6 mm de hauteur. Les lettres sont des capitales avec des empattements marqués, à l’exception du E oncial, du H minuscule et, dans une moindre mesure, du G enroulé. Les abréviations finales sont indiquées par un tilde. En dépit du manque d’études sur l’épigraphie sigillographique – sans doute en raison de son conservatisme formel – cette écriture paraît caractéristique du Moyen Âge central15. Elle présente de fait une certaine parenté aussi bien avec les légendes des sceaux colonais du début du XIIe siècle (dont celui de la ville)16, qu’avec celles de sceaux attestés à la fin du XIIIe siècle comme à Offenburg (1284) ou à Constance (1294)17. Ce constat conforte d’ailleurs l’idée d’une norme persistante dans une paléographie sigillaire plus figée que l’épigraphie sur pierre18. Le texte latin se présente sous la forme, classique dans la région depuis les années 1180-1200, de sigillum suivi du nom du sigillant au génitif19. Il est précédé d’une croix grecque initiale légèrement pattée ayant valeur d’invocation20. Entre chacun des quatre mots, la ponctuation est assurée par un point à mi-hauteur :

+ sigill’[um] · burgensium · in · mollesh’[eim]

  • 21 . Marque de doigts : « empreintes d’un ou de plusieurs doigts, qui, dans certaines chancelleries, é (...)
  • 22 . Brigitte Bedos, « L’emploi du contre-sceau au Moyen Âge : l’exemple de la sigillographie urbaine  (...)

8Le dos du sceau est plat, sauf en son milieu où une sorte de petit cratère a été aménagé afin d’imprimer des marques de doigt(s) : une en 1263, deux en 1265, 1340 et 1350, et trois petits bouts de doigts (ou de bâtonnet ?) en 130721. Leur présence n’est pas due à une contrainte technique au moment du scellage de l’acte, mais résulte d’un choix délibéré. Elles pourraient avoir eu valeur de moyen de validation supplémentaire, à l’instar du contre-sceau qui était alors d’usage fréquent dans les villes du territoire de la France actuelle, mais non en Alsace22.

Type II : attesté entre de 1369 et 1565 (figures 2 et 3)

  • 23 . Sceau attesté entre ADBR, H 1513/8 [1369, 5 janvier] et G 1818/4 [1565, 5 janvier].
  • 24 . MolsMA, p. 51.
  • 25 . Sur le sceau de l’acte ADBR, H 1466/8 [1409, 28 janvier], on voit clairement que la bordure excéd (...)
  • 26 . ADBR, H 1483/14 [1387], H 1448/15 [1426], D 81/10 [1428], D 42/2 [1436], D 59/6 [1438], D 36/7 [1 (...)

9Dans le dernier tiers du XIVe siècle, on inaugura une nouvelle matrice23. G. Oswald pensait qu’on avait recouru à deux modèles assez proches (l’un jusqu’en 1414, l’autre à partir de 1420), car il avait noté une taille légèrement plus grande des empreintes de la première série (38 mm) par rapport à la seconde (35-36 mm)24. En fait, ces deux sous-types n’en constituent qu’un seul : les contours de la plupart des empreintes sont détériorés, ce qui explique ces différences de diamètre25. D’ailleurs, un sceau de 1387 ne mesurait déjà que 36 mm, alors qu’on trouve encore des empreintes de 37 à 38 mm après 142026. Il est néanmoins vrai que parmi les sceaux que nous avons vus, ceux des XVe et XVIe siècles ont presque tous les bords rognés. Est-ce dû aux conditions de conservation ? À la moindre qualité d’une cire, généralement brune, dont le prix plus faible permettait de réduire le coût de production du document ? Il faudrait pouvoir procéder à des analyses chimiques du matériau pour avancer sur ces questions.

  • 27 . Le sceau d’un acte du 19 juillet 1361 (ADBR D 57/2) validé par les autorités municipales est perd (...)

10Reste que l’image et la légende sont identiques sur toutes les empreintes connues à partir de 136927. On retrouve le supplicié dans un champ de 25 mm de diamètre. Le graveur a été obligé de composer avec une surface réduite puisque la roue fait 22 mm. Du coup, le dessin perd en finesse par rapport au type I et peut-être est-ce aussi la raison de la réduction du nombre de rayons de huit à six. Ceux-ci ont une forme fuselée. La cambrure du supplicié, dont les membres sont entravés sans lien dans cinq des rayons, s’en trouve accentuée. Ses doigts longilignes touchent presque ses pieds, tout aussi élancés, qui ne présentent que quatre orteils. Toujours torse nu, l’homme est vêtu d’un perizonium, une sorte de pagne, qui descend à mi-cuisse. Sa tête est désormais nimbée et il porte des cheveux mi-longs. Aucune des empreintes observées n’a conservé de détails du visage, mais à l’instar de l’image du type I et des sceaux de l’époque moderne, celui-ci devait être tourné vers l’extérieur. Le manque de place s’est fait sentir : le nimbe, le genou gauche et une partie du pied droit débordent ainsi sur la jante.

  • 28 . Qualificatif donné par G. Demay, op. cit. (n. 15), p. 5. On parle de majuscules gothiques pour qu (...)
  • 29 . Un tel N se trouve ainsi sur le premier sceau de Steinbach (comm. Baden-Baden) en 1313, le H minu (...)

11L’exergue est toujours entre deux filets perlés, mais là aussi, il a fallu s’adapter à une plus petite surface en abrégeant totalement le mot sigillum, réduit à son initiale suivie d’une apostrophe, et en recourant à une graphie sans doute plus au goût du jour pour le nom de la ville. L’écriture est une « gothique »28 qui mêle à nouveau majuscules (B, G, I, L, R, S et U) et onciales (E et M), auxquelles s’ajoutent deux lettres (H et N) qui sont minuscules dans leur morphologie – mais une telle forme n’est pas rare dans l’épigraphie29. Les empattements demeurent marqués et le jeu sur les pleins et les déliés dans le tracé même des caractères est plus manifeste que pour le type I. Non seulement le module est rétréci de 6 à 3 mm, mais on passe en outre de 25 à 18 caractères (sans compter l’apostrophe) : l’économie de lettres est donc assez substantielle. Pour autant, le graveur a respecté les conventions de la légende en reprenant la croix pattée initiale et la ponctuation à mi-hauteur :

+ s’[igillum] · burgensium· in · molsh’[eim]

  • 30 . ADBR, H 1483/32 [1461]. Traces aussi sur un petit fragment ADBR, D 42/13 [1563]. Une recherche sy (...)
  • 31 . Entre les actes ADBR, H 1483/32 [1461] et D 59/3 [1525]. Le dos du sceau de H 1513/24 [1467] est (...)
  • 32 . Entre les actes ADBR, D 58/1 [1403] et D 36/4 [1455].
  • 33 . Les entailles réapparaissent en 1529 avec ADBR, H 1483/33 et on en trouve jusqu’en 1568 (G 1818/7 (...)

12Le dos du sceau est bombé, atteignant généralement un centimètre dans sa partie la plus épaisse. Le gâteau de cire semble avoir été formé à la main, du moins occasionnellement si l’on en juge par les empreintes digitales trouvées sur un fragment de 146130. Au revers, on observe des marques de doigts jusqu’à la fin du XIVe siècle, puis à nouveau de manière régulière entre 1461 et 1525 (figure 6)31. Entretemps, entre 1403 et 1455, on a recouru à un autre système de marque dorsale en faisant deux ou trois entailles perpendiculaires à l’attache à l’aide d’un couteau ou d’un bâtonnet32. Au XVIe siècle, les deux pratiques se retrouvent, même si les rayures sont réduites à une ou deux sur les pièces examinées33. Le scellement se fait sur queue de parchemin. Sans que la corrélation soit systématique, on constate une préférence pour la simple queue dans les périodes où l’on recourait aux marques de doigts, et pour la double queue quand on pratiquait des entailles.

Remarque sur les types de sceaux de l’époque moderne

  • 34 . Dernier type II : ADBR, H 1818/4 [1565, 10 janvier] ; premier type « III » : H 1818/6 [1567, 14 n (...)
  • 35 . Le plus ancien acte repéré avec une boite (cf. VocSig, p. 197-198, no302) est ADBR, D 65/9 [1574, (...)
  • 36 . On trouve une boite intégralement conservée mais vide au bas d’un acte du 30 décembre 1690 (Archi (...)

13Le type II sort d’usage entre la mi-janvier 1565 et début novembre 156734. Jusqu’au XVIIIe siècle, plusieurs matrices seront successivement utilisées. Notre chronologie n’ayant été établie que par sondage, nous n’attribuerons plus ici de numéro aux types successifs, ceux-ci ayant pu être plus nombreux que ceux repérés (figure 6). Réalisés en cire brune, ils restent au demeurant assez proches les uns des autres, à quelques détails près. Si la taille des empreintes perpétue celle du type II, la modernisation est patente à tous les niveaux. À partir de 1574, les sceaux se présentent tous dans une boite de protection en buis tourné35. Celle-ci, qui comprenait un couvercle indépendant le plus souvent perdu, était évidemment destinée à protéger les empreintes, souvent avec succès d’ailleurs36. Les petites remontées de cire le long de la paroi indiquent que les sceaux étaient directement moulés dans le récipient fendu en deux endroits pour laisser passer une ou deux queues de parchemin. La gravure paraît toujours plus fine que sur le type II – à moins qu’elle ne soit simplement mieux préservée ?

  • 37 . Par exemple : ADBR, H 1818/7 [1568], D 65/9 [1574], G 3516/4 [1578], D 65/12 [1599] et H 1260/21 (...)

14Le type « 1567 », que l’on pourrait à bon droit dénommer type III, montre une roue de 25 mm de diamètre à six rayons finement fuselés fixés par un rivet dans la jante37. Cette dernière n’est plus constituée d’un simple cercle épais, mais son bord intérieur est légèrement bombé à l’entrée des rayons. Le moyeu reste bien apparent. Le supplicié a la même cambrure que sur le type II, mais l’anatomie est plus réaliste (côtes et muscles saillants, mains bien proportionnées). Le perizonium semble s’être réduit à un subligaculum, sorte de cache-sexe. L’homme au visage rond a les cheveux longs, descendant en mèche sur l’épaule gauche. Sa tête est nimbée. La Renaissance est passée par là… Le champ est délimité par un filet granuleux. Un trait fin fait office de filet extérieur. L’exergue comprend une légende en capitales romaines avec une ponctuation à mi-hauteur. Débutant par un simple point, elle reprend le texte antérieur mais cette fois en toutes lettres :

sigillum·burgensium·in·molsheim

  • 38 . Empreintes repérées : ADBR, H 1263/13 et 26 [1676], 32 [1677], 39 [1678], AMM, GG 259 [1683] et G (...)

15Même s’il n’est pas impossible qu’un sceau intermédiaire ait été utilisé après 1617, le type « 1642 » semble avoir remplacé celui de 156738. Il s’en distingue par plusieurs détails. Si la jante conserve la même forme, les six rayons sont désormais droits. Toujours dans la même posture, le corps à nouveau nu du supplicié est toutefois plus grossier dans le rendu anatomique et les cheveux sont plus courts. Le filet délimitant le champ est désormais continu, tandis que le filet extérieur a pris la forme d’une fine couronne végétale. La légende, qui retrouve une croix pattée initiale, reste en capitale romaine, mais les deux premiers mots ont été un peu ramassés, sans doute pour permettre l’ajout de l’année d’entrée en vigueur du sceau :

+ sigillum·burgensium·in·molsheim : 1642

  • 39 . Photographie dans Antoine Follain et al., « Étude du procès fait à Anthoine Petermann prévenu d’h (...)

16Enfin, nous avons trouvé mention d’un type « 1721 » sous forme de cachet39. On y retrouve la roue simple à rayons droits des premiers sceaux, mais seuls sept rayons sont visibles (suite à une maladresse du graveur ?). La tête aux courts cheveux bouclés est nimbée et portée en arrière. Pour la première fois, apparaît une barbe. Le supplicié a retrouvé un perizonium : plus long que sur le type II, il ressemble à une jupette. Le bord de la roue fait office de limite du champ, tandis que l’extérieur de l’exergue est marqué par un filet continu entouré d’une couronne végétale. La légende recourt à une ponctuation par doubles-points. Toujours en capitale romaine, elle est réduite à :

+ sigillum : molsheim : 1721.

17Ces quelques éléments sur les sceaux de la ville à l’époque moderne doivent avant tout être vus comme une invitation à poursuivre l’enquête. Pour notre part, nous nous cantonnerons dans les pages qui suivent à des considérations sur les deux types médiévaux, et plus particulièrement sur le premier d’entre eux.

L’apparition d’un sceau de ville de l’espace rhénan

  • 40 . AVES, CH 6, no119. L’acte est édité sans référence archivistique dans Friedrich Wilhelm et al., é (...)
  • 41 . Cf. MolsMA, p. 24-25. On attend la parution des actes du colloque Strasbourg, le Rhin, la liberté (...)
  • 42 . AVES, 1AH 7568/1. L’acte est inédit et non mentionné dans l’inventaire de MolsMA, p. 232.

18Avant de revenir sur les origines et le sens de cette image dont le succès local est attesté par sa pérennité à travers les siècles, il nous faut replacer le sceau des bourgeois de Molsheim dans l’histoire des sceaux urbains. Rappelons que les plus anciennes empreintes connues remontent aux années 1260 : la première se trouve au bas d’une charte en allemand datée du 14 février 126340. On est alors dans l’épilogue de la guerre entre les Strasbourgeois révoltés et leur seigneur, l’évêque Walther de Geroldseck, soutenu par les habitants de Molsheim. Mais après la mort du prélat survenue le 12 février – l’avant-veille de l’acte –, la ville contracta une alliance avec les Strasbourgeois contre la famille du défunt41. Le sceau réapparaît le 22 mars 1265, appendu à une charte de donation en latin en faveur du couvent strasbourgeois de Saint-Jean-aux-Ondes42.

État de la réflexion sur la datation du type I

  • 43 . Ainsi, l’acte de 1263 laisse entendre qu’un exemplaire de la même charte, scellé par les Strasbou (...)
  • 44 . A contrario, on a pu noter la rareté relative de la production écrite, comparée aux régions envir (...)

19La concentration chronologique des deux premiers actes pourrait laisser penser que le type I venait alors d’être créé. Il est vrai que par facilité, on a souvent tendance à considérer la date de la première empreinte attestée comme étant celle de l’apparition du sceau. Il faut toutefois être très prudent en ce domaine, étant donné les énormes pertes dans la documentation de cette époque43. Les deux empreintes des années 1260 étant les seules connues pour le XIIIe siècle, on peut d’ailleurs tout à fait envisager une datation plus haute44. Jusqu’où remonter dans ce cas ? En l’absence de sources explicites, toute proposition de datation du type I repose sur des conjectures qui se fondent soit sur des éléments liés à l’histoire institutionnelle, soit sur des rapprochements stylistiques.

  • 45 . MolsMA, p. 48 et Markus Späth, « Zeichen bürgerschaflicher Repräsentation - Reichsstädtische Sieg (...)
  • 46 . Constat établi pour l’ensemble du territoire français actuel dans B. Bedos, opcit. (n. 12), p.  (...)
  • 47 . Ibid., p. 15-16 ; Brigitte Bedos-Rezak, « Les types des plus anciens sceaux des communautés urbai (...)
  • 48 . MolsMA, p. 261, PJ no1. Le sceau des villes de fondation impériale rappelle généralement cette or (...)
  • 49 . On trouve la communauté des paroissiens (universitas parochianorum) dans un acte de 1243, puis un (...)
  • 50 . Erich Maschke, « Continuité sociale et histoire urbaine médiévale », Annales ESC, 15/5, 1960, p.  (...)
  • 51 . Thomas Brunner, « Le passage aux langues vernaculaires dans les actes de la pratique en Occident  (...)
  • 52 . Ainsi, les habitants de Cernay sont désignés comme cives en 1258 puis comme burgenses en 1271 (ME (...)
  • 53 . Il faudrait un dépouillement systématique des légendes sigillaires de la région pour avancer sur (...)

20G. Oswald a ainsi avancé que la concession du sceau aux bourgeois pourrait être placée dans les années 1220, au lendemain de la « fondation » de la ville par l’empereur Frédéric II, dont le règne est marqué par un très fort dynamisme dans l’apparition des sceaux communaux45. Que le diplôme impérial ne mentionne pas l’usage d’un sceau ne doit pas nous étonner, car une telle disposition ne figurait pas alors parmi les privilèges concédés46. De fait, le droit de sceller n’était pas nécessairement corrélé au changement de statut juridique induit par la concession d’une charte de privilèges et il a même pu parfois la précéder47. Le diplôme du 4 février 1220 ne parle d’ailleurs pas de ville ou de communauté, mais uniquement des cives de Molleshei(m), tout comme la confirmation du même souverain en 123648. En 1263, la légende sigillaire mentionne les burgenses in Mollesheim, et la charte elle-même, les six jurés et la communauté des bourgeois de la ville (die burger algimeine von Mollisheim)49. Faut-il voir dans ce recours successif à cives puis à burgenses autre chose que la manifestation d’habitudes propres à différents rédacteurs ? On a pu noter naguère que burgensis s’était diffusé dans la région dès les débuts du XIIe siècle, concurremment avec civis qui l’évinça dans la seconde moitié du XIIIe siècle50. Cette montée de civis dans les actes latins s’explique en partie par le nouveau contexte des pratiques linguistiques, puisque cette époque est celle de la pénétration du moyen allemand dans les chartes51. Toujours est-il que, si l’usage des deux termes devait jouer ici un rôle de marqueur chronologique – ce qui est loin d’être certain 52 –, la présence de burgenses sur le sceau nous renverrait plutôt vers une confection de la légende aux alentours du milieu du XIIIe siècle, voire avant53.

  • 54 . Robert Will, « L’église paroissiale primitive de Molsheim. Recherches sur l’architecture et le dé (...)

21Les arguments stylistiques ne permettent guère d’affiner la datation en-deçà de fourchettes chronologiques de l’ordre de plusieurs décades. On ne peut espérer aucun secours, on l’a vu, du côté de l’épigraphie, qui, dans l’état actuel des connaissances, confirme simplement que nous avons affaire à une légende des XIIe-XIIIe siècles. En revanche, Robert Will a rapproché l’image du sceau d’enluminures du deuxième tiers du XIIIe siècle54. Mais, comme nous le verrons en temps utile, sa chronologie doit être remontée de quelques décennies, même si la période qu’il a pointée correspond bien à celle d’une large diffusion de cette iconographie. En croisant les différents arguments, qui restent toutefois chacun très fragiles, semble poindre un petit faisceau d’éléments convergents qui plaideraient en faveur d’une apparition du sceau aux alentours de 1250, peut-être même quelques années auparavant. Il serait très hasardeux de vouloir être plus précis et l’on devra se contenter de cette prudente hypothèse de datation, sans exclure du coup une création vers 1263.

Molsheim, une ville moyenne de la plaine d’Alsace au milieu du XIIIe siècle

  • 55 . METZ_2002, p. 48.
  • 56 . urbZent, METZ_2002 et 2008. Sur les critères retenus, voir urbZent, t. I, p. 25-33 et METZ_2002, (...)
  • 57 . Voir les critiques de Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du (...)
  • 58 . Patrick Boucheron, Denis Menjot et Marc Boone, « La ville médiévale », in Jean-Luc Pinol, dir., H (...)

22Quelle était donc cette institution qui s’est dotée d’un sceau vers le milieu du XIIIe siècle ? C’est une ville, et pas seulement dans le sens commun qu’on accorde à ce terme dans l’Alsace médiévale, où la présence de l’enceinte était considérée comme un critère suffisant pour prétendre à cette qualification55. Au cours des dernières décennies, la réflexion sur le sujet a en effet beaucoup progressé : on doit notamment à une équipe de l’université de Trèves d’avoir mené au début des années 2000 une enquête à vaste échelle sur les centres urbains dans l’ouest de l’Empire et l’est de la France. Ce projet, partiellement complété pour les agglomérations alsaciennes par Bernhard Metz, entend établir une hiérarchie des villes médiévales qui, dépassant la seule prise en compte des dimensions territoriales et démographiques des localités, considère celles-ci sous l’angle des fonctionnalités urbaines56. Plusieurs dizaines de « critères objectifs » ont été retenus et des points leur ont été attribués selon leur importance. Le classement qui en résulte n’est pas parfait – on pourra notamment lui reprocher de ne pas vraiment mettre en place une typologie des villes à partir des résultats obtenus –, mais il a le mérite d’exister et de permettre des comparaisons57. La chose est d’autant plus utile qu’à cette époque, seuls la vallée du Rhin et les anciens Pays-Bas peuvent être considérés comme urbanisés au nord des Alpes. Les interactions entre ces deux espaces sont tellement fortes qu’on a d’ailleurs pu estimer qu’ils ne formaient qu’un seul ensemble58.

  • 59 . Grégory Oswald, « Les fortifications de Molsheim du XIIe au XVIIIe siècle », ASHAME, 1994, p. 15- (...)
  • 60 . Les textes du XIIIe siècle ne parlent jamais de communia ou commune, termes rares dans l’espace g (...)
  • 61 . urbZent, t. II, p. 423-425 ; METZ_2008, p. 141.
  • 62 . urbZent, t. II, p. 601 et 52. Spire en totalise alors 42 (p. 576).
  • 63 . METZ_2008, p. 133 ; urbZent, t. II, p. 602. Pour Mulhouse, il y a désaccord entre les deux public (...)
  • 64 . METZ_2008, p. 155, urbZent, t. II, p. 555.
  • 65 . Ibid., p. 551 (Sélestat) et 666 (Wissembourg) ; METZ_2002, p. 73 (Colmar) et 92 (Haguenau).
  • 66 . Respectivement : urbZent, t. II, p. 91, 209, 303, 456, 478.
  • 67 . METZ_2002, p. 82 (Erstein), 87 (Guebwiller), signalons que Dachstein a 8 points en 1300 (p. 75) ; (...)
  • 68 . En 1300, 25 localités avaient le rang de centre urbain en Alsace d’après urbZent, t. III, Karte 5
  • 69 . En 1261, le système d’alerte de l’évêque de Strasbourg avait pour point nodal Molsheim : les cloc (...)

23Vers 1250, avec sa petite enceinte59, sa paroisse, ses privilèges commerciaux, sa « commune »60 et sa monnaie, Molsheim totalise sept points (sans compter le sceau, qui, s’il date bien de ces années-là, lui en octroierait un huitième)61. Or c’est à partir de ce nombre que l’équipe de Trèves a considéré, de façon quelque peu arbitraire, qu’existait un centre urbain. Si l’on excepte les villes épiscopales comme Strasbourg (62 points) et Bâle (37)62, la plaine d’Alsace ne comptait alors qu’une dizaine de centres urbains d’un poids similaire à Molsheim (Marmoutier, Soultz-Haut-Rhin et peut-être Mulhouse)63, légèrement supérieur (8 points : Obernai, Seltz)64 ou vraiment supérieur avec Sélestat (11 points), Colmar (17), Haguenau (18) et Wissembourg (19 points ; ville relevant du diocèse de Spire)65. On pourrait y ajouter, sur l’autre rive du Rhin, Brisach (12 points), Fribourg-en-Brisgau (31), Kenzingen (8), Neuenburg et Offenburg (7 points chacune)66. D’après ce que les sources laissent apparaître, Molsheim dépassait de fait des villes comme Guebwiller (2 points), Erstein, Rhinau (4), Rosheim ou Saverne (5)67. Ville intermédiaire entre d’une part les grosses villes dominées par les grandes cités épiscopales et d’autre part les nombreuses bourgades de la plaine68, elle n’en comptait pas moins dans la hiérarchie urbaine régionale69. Était-il déjà courant pour de telles « villes moyennes » de disposer d’un sceau ?

Un instrument juridique devenu nécessaire au XIIIe siècle

  • 70 . Le panorama de Robert-Henri Bautier, « Le cheminement du sceau et de la bulle des origines mésopo (...)
  • 71 . Jean-Luc Chassel, « L’usage du sceau au XIIe siècle », in Françoise Gasparri, dir., Le XIIe siècl (...)
  • 72 . Celle-ci apparaît en fait au bas Moyen Âge, cf. Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, P (...)

24Répondre à cette question revient à s’interroger sur l’utilité que pouvait avoir un tel objet pour les bourgeois de Molsheim dans la société du XIIIe siècle. Rappelons au préalable que si les sceaux sont surtout réputés pour leurs images, ce sont avant tout des instruments juridiques, dont l’origine précède même l’invention de l’écriture70. Présents en Occident depuis la Rome antique, ils prirent à partir du XIIe siècle une place inédite dans la vie sociale européenne en tant que moyen de validation d’un acte écrit apposé par la partie qui s’engageait71 – précédant dans cette fonction la signature personnelle que nous connaissons72. Il semble donc normal qu’à l’instar des autres acteurs sociaux de leur temps, les Molsheimiens se soient dotés d’un sceau, d’autant que l’ouest de l’Empire avait été l’un des foyers de leur diffusion à l’échelle du continent.

  • 73 . R.-H. Bautier, op. cit. (n. 70), p. 59-62.
  • 74 . Ibid., p. 63.
  • 75 . Jean-François Nieus, « Early Aristocratic Seals : An Anglo-Norman Success Story », in Elisabeth V (...)
  • 76 . Jean-François Nieus, « L’introduction du sceau équestre dans l’empire », in M. Libert et J.-F. Ni (...)
  • 77 . Ibid., p. 110-118.
  • 78 . J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 66-69.
  • 79 . Ibid., p. 71 : sceaux de bourgeois de Rouen et peut-être de paysans en Normandie.

25Celle-ci s’est faite par le haut entre le Xe et le XIIIe siècle. Au haut Moyen Âge en effet, seuls le pape (sous forme de bulles de plomb) et les souverains mérovingiens puis carolingiens disposaient d’un tel instrument. Mais à partir au milieu du Xe siècle, les archevêques et les évêques du Rhin moyen (Cologne, Mayence) commencèrent à l’utiliser avant que la pratique ne gagne les évêchés du nord du royaume de France au siècle suivant, puis ceux d’autres régions73. Dans le deuxième quart du XIe siècle, les premiers chapitres et monastères à disposer d’un sceau furent également allemands74. L’apparition des sceaux princiers fut quant à elle plus complexe qu’on ne l’a dit : suivant un mouvement inverse aux précédents, elle trouve son foyer plus à l’ouest. Si le plus ancien sceau ducal connu est celui du duc de Bavière Henri VII dans les années 1040, cette innovation resta sans suite en Germanie75. Ce n’est que dans le dernier tiers du XIe siècle que ces sceaux princiers se diffusèrent dans et à partir du monde anglo-normand nouvellement constitué, même si dans l’Empire, l’influence des pratiques italiennes s’y est vraisemblablement ajoutée76. Puis, au début du XIIe siècle, la noblesse de rang seigneurial adopta de part et d’autre de la Manche ce signe imité des princes77. À la même époque, les sceaux de villes apparurent dans la vallée du Rhin, comme nous le verrons. À partir des années 1130, le nombre de sceaux en usage explosa78. Tant et si bien que vers 1200, l’ensemble des acteurs sociaux, jusqu’à de simples bourgeois, étaient touchés par le phénomène – ou en passe de l’être – dans l’Europe du nord-ouest79.

  • 80 . Il y a eu des sigillantes : la plus ancienne connue dans l’espace allemand est la comtesse palati (...)
  • 81 . W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 16 et J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 74-77.
  • 82 . AVES, 1AH 7568/1 et ADBR, G 1818/1.
  • 83 . J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 77. Voir aussi Robert-Henri Bautier, « L’authentification des (...)
  • 84 . C’est ce que montre la présence de cheveux dans les sceaux mérovingiens et carolingiens, cf. supr (...)
  • 85 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 131-138, M. Späth, op. cit. (n. 45), p. 141.

26Cette prolifération des sceaux à la fin du Moyen Âge central montre à quel point cet instrument était devenu nécessaire dans la vie quotidienne des hommes et des femmes d’alors80. Elle eut aussi une conséquence juridique, qu’il convient de corréler avec la renaissance du droit romain au XIIe siècle : vers 1170, la curie romaine définit la catégorie de sigillum authenticum (sceau authentique) comme moyen de validation incontestable d’un document dont l’autorité juridique était liée à la fonction du sigillant81. Les détenteurs d’un tel sceau étaient du coup en mesure d’authentiquer des transactions entre particuliers contre rémunération. Or c’est dans ce cadre que fut bien plus tard fixé le sceau de Molsheim au bas des actes de 1265 et de 130782. Cette pratique, dite de juridiction gracieuse, remplissait une fonction équivalente à celle de l’acte notarié, dont la réapparition se note au XIIe siècle en Italie, avant de lentement gagner les contrées septentrionales pour finir par remplacer les procédures concurrentes83. Elle est concomitante d’une transformation du statut du sceau, qui apparaissait au haut Moyen Âge comme une marque personnelle ou, si l’on préfère, comme le prolongement d’un individu84, pour gagner en abstraction en devenant le signe d’une personne morale. Cette évolution amorcée au milieu du XIe siècle se manifesta à travers une diversification iconographique, puisque l’image de l’individu détenteur du sceau faisait place à divers types de symboles représentant une fonction ou une institution85.

Diffusion des sceaux de ville en Alsace

  • 86 . H. Drös, H. jakobs, op. cit. (n. 53), p. 128-139.
  • 87 . Datation haute : Cologne en 1114/1118, Mayence en 1119, Trèves après 1110, et Aix-la-Chapelle ent (...)
  • 88 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 126-131.
  • 89 . Gand (1147), la petite localité d’Ename (1150) puis Tournai (1160) et Ypres (1170) (Thérèse de He (...)
  • 90 . Jane E. Sayers, The land of chirograph, writ and seal : The absence of graphic symbols in English (...)
  • 91 . Geertrui van Synghel, « Urban diplomatics in the Northern Low Countries », in La diplomatique urb (...)

27Les sceaux de ville apparaissent alors que ces évolutions profondes étaient en cours. L’histoire de leurs débuts est bien balisée. Laissons de côté les sceaux des villes d’Italie du Nord et les bulles des communes de la France méridionale au XIIe siècle86. Dans la partie de l’Europe qui nous intéresse ici, les sceaux urbains firent leur apparition dans les premières décennies du XIIe siècle à peu près simultanément dans le Rhin moyen et dans les anciens Pays-Bas méridionaux. La chronologie des sceaux des métropoles ecclésiastiques rhénanes et mosellane (Cologne, Mayence, Trèves) est l’objet de débats entre spécialistes : on retiendra que ces villes, tout comme Aix-la-Chapelle et peut-être Soest, étaient avec certitude dotées d’un sceau dans les années 114087 et que celui-ci tire ses origines des diverses formes d’association qui liaient les habitants entre eux88. Dans les comtés de Hainaut et de Flandre, les sceaux se rencontrent d’abord dans des villes non épiscopales, mais dès la seconde moitié du siècle, toutes les grandes communes de la région en disposaient89. Les villes anglaises leur emboîtèrent le pas dans les années 119090, tandis que celles d’autres régions d’Europe ne seraient touchées que durant le dernier tiers du XIIIe siècle comme le nord des Pays-Bas, le pays de Galles ou le Portugal91.

  • 92 . Artur Dirmeier, « Mit Brief und Siegel : Beglaubigungsmittel an Donau und Rhein », in Jörg Oberst (...)
  • 93 . urbZent, t. II, p. 597. Il pourrait remonter au dernier quart du XIIe siècle d’après certains tra (...)
  • 94 . METZ_2002, p. 70 (Colmar), 89 (Haguenau) ; METZ_2008, p. 153 (Obernai) ; urbZent, t. II, p. 90 (B (...)
  • 95 . Gengenbach (1291), Kenzingen (1280), Lahr (1305), Neuenburg (1261), Offenburg (1269 [perdu], 1284 (...)
  • 96 . METZ_2002, p. 54 (Altkirch), 67 (Cernay), 74 (Dachstein), 78 (Eguisheim), 81 (Erstein), 84 (Guebw (...)

28Dans le monde germanique, la diffusion se fit progressivement au XIIe siècle à partir du bassin rhénan : on trouve des sceaux urbains en Franconie peu avant 1200, en Autriche dans les années 1220-1230, en Souabe, Bavière et Saxe durant les décennies suivantes et au début du XIVe siècle92. À nouveau, la propagation s’est faite par le haut, depuis les agglomérations aux institutions les plus structurées. Ainsi dans le Rhin supérieur (carte 1), le sceau des bourgeois de la civitas épiscopale de Strasbourg est attesté dès 120193. Dans l’Alsace de 1250, cinq autres villes disposaient déjà de leur sceau : Colmar (1214), Haguenau (1215), Obernai (1240), Rouffach (1241) et Saverne (1248), auxquelles il convient d’ajouter Fribourg-en-Brisgau (1218), Bâle (1225) et Brisach (1227)94. Au cours du demi-siècle suivant, dix-neuf villes les rejoignirent (et sept autres outre-Rhin95) : Wissembourg et Sélestat (1257), Soultz-Haut-Rhin (1260/1271), Rhinau (1261/1263), Rosheim (1262/1286), Molsheim (1263), Mulhouse (1266/1267), Kaysersberg (1271), Eguisheim (1272), Guebwiller (1275), Munster (1287), Altkirch (1292), Thann (1296), Cernay (1298), Neuwiller-lès-Saverne (1299), Seltz (avant 1300), Erstein et Dachstein (1303)96.

  • 97 . AVES, CH 6, no120 (la paroisse englobait les localités de Mutzig, Wege et Hermolsheim) ; B. Bedos(...)
  • 98 . La remarque vaut en tout cas pour le Rhin supérieur : Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire (...)

29Cette énumération quelque peu fastidieuse appelle quelques commentaires. Notons tout d’abord que si l’on ne s’en tient qu’à la date de la plus ancienne empreinte sigillaire, une vingtaine de centres urbains alsaciens ont précédé Molsheim dans l’usage d’un sceau, sachant que le phénomène a aussi touché des communautés au caractère plus rural comme la paroisse de Mutzig en 126397. L’apparition du sceau de la ville moyenne qu’était Molsheim s’inscrit dans un mouvement d’ensemble qui connaît un coup d’accélérateur au milieu du siècle. À la phase initiale touchant uniquement les grands centres régionaux entre 1200 et 1225 a succédé une timide diffusion dans quelques agglomérations secondaires jusqu’en 1250. Avec une dizaine de nouveaux sceaux attestés, l’intensification des pratiques sigillaires au cours des deux décennies suivantes marque l’avènement d’une troisième génération de villes sigillantes. L’Empire traverse alors le Grand Interrègne (1254-1273), période d’instabilité politique qui déboucha sur l’affirmation des villes dans le paysage des pouvoirs régionaux ainsi que sur le développement d’une véritable forme de réseau urbain98. C’est donc dans un monde caractérisé par une inflation des sceaux de ville que les Molsheimiens commencèrent à sceller.

La succession des matrices médiévales du sceau de Molsheim

  • 99 . Il n’est pas impossible toutefois que pendant quelques décennies les deux types aient été utilisé (...)
  • 100 . Selon lui, le type II avait été utilisé à la fin du XIIIe siècle comme « petit sceau » (réservé à (...)
  • 101 . Nombre d’années entre deux types attestés : Cologne (1149/1269) : 120 ans ; Würzburg (1195/1237)  (...)
  • 102 . Le type « 2 » d’Obernai entre 1285 et 1521 (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 98) ; à Constance, (...)
  • 103 . À Strasbourg, le sceau de 1201 est encore utilisé au XVIIe siècle ; celui de 1231 à Spire au XVII (...)

30Entre 1263 et le XVIe siècle, la ville de Molsheim paraît n’avoir usé que d’un sceau à la fois99. Les types I et II furent utilisés successivement (figure 6) et non simultanément pour valider différentes catégories d’actes comme Robert-Henri Bautier a pu l’affirmer trop rapidement100. Le sceau initial fut remplacé entre 1350 et 1369 : sa longévité fut par conséquent quasi-séculaire, tandis que le type II est attesté sur deux siècles. Ces durées d’utilisation sont assez longues, plus en tout cas que dans nombre de grandes villes du sud de l’Empire101, mais sans pour autant être exceptionnelles puisque le même grand sceau a été en usage pendant presque deux siècles et demi à Obernai, trois siècles à Constance102 et même quatre siècles ou plus à Strasbourg, à Spire ou dans des villes des anciens Pays-Bas, comme Douai et Arras103.

  • 104 . Cf. MolsMA, p. 51. L’histoire sigillaire d’Obernai est mieux documentée : la matrice d’un sceau f (...)
  • 105 . À défaut de pouvoir proposer ici une estimation du volume (en raison de la forme irrégulière du d (...)
  • 106 . R.-H. Bautier, op. cit. (n. 83), p. 746-747.

31On ignore les raisons de ces remplacements. Deux grandes familles de causes les expliquent habituellement : soit la matrice est devenue inutilisable (ou a été perdue), soit on a voulu en modifier certains aspects, le plus généralement parce que les autorités urbaines souhaitaient adopter une nouvelle image104. À Molsheim, cette dernière raison ne peut être invoquée puisque la même scène traversa les siècles et que la même légende fut conservée bien au-delà du Moyen Âge. A-t-on voulu moderniser le style du sceau ? Hormis la taille, les différences iconographiques entre les deux sceaux médiévaux ne sont pas flagrantes et nos observations ont plutôt fait ressortir une dégradation stylistique sur le type II, le graveur du XIVe siècle n’ayant visiblement pas été à son aise pour reproduire l’image dans un champ réduit. Profitant sans doute de la nécessité de remplacer la première matrice, la ville en adopta une plus petite pour des raisons certainement économiques : le nouveau type consommait au minimum moitié moins de cire que son prédécesseur105. On rejoint ici le constat de R.-H. Bautier sur la tendance à la réduction de la taille du sceau amorcée dans les chancelleries urbaines à la fin du XIIIe siècle afin de diminuer les coûts de production des chartes106. Le phénomène a donc touché Molsheim un bon demi-siècle après son apparition ailleurs.

Une scène hagiographique réaliste

  • 107 . AVES, CH 6, n° 120 : s’[anctus] mauric/ius. Le texte est écrit de façon libre dans le champ et sa (...)
  • 108 . MolsMA, p. 49.
  • 109 . Même si on a pu noter que le sceau est parfois le seul indice d’un culte local quand les sources (...)

32Faute de place, et sans doute parce que l’identification de la scène ne prêtait guère à équivoque pour les contemporains, il n’y a pas à Molsheim d’inscription dans le champ sigillaire qui permette d’identifier le personnage, et ce contrairement au sceau équestre de la paroisse de Mutzig, son exact contemporain, où à côté du cavalier sans nimbe enjambant un oiseau, le graveur a précisé qu’il s’agissait de saint Maurice107. De fait, on a traditionnellement identifié l’image du sceau molsheimien avec un épisode du martyre de saint Georges108. Une telle identification semble aller de soi à partir du type II, quand le supplicié a la tête nimbée, mais l’ajout de ce détail au XIVe siècle aurait très bien pu relever d’une réinterprétation tardive d’un sceau (celui de 1263) qui avait initialement un autre sens. En l’absence de sources explicites109, il ne faut pas nous laisser influencer par une tradition qui a pu être une justification après coup, et commencer par reconsidérer les choses sans a priori, en partant de la seule image, avant de confirmer ou d’infirmer la présence de ce saint sur le type I.

Le supplice de la roue

  • 110 . A. Follain, op. cit. (n. 39), p. 441 : des textes en parlent à Metz en 1364 et 1373. Sur les orig (...)
  • 111 . Respectivement : Codex Statutorum Zviccaviensium, f. 72vo (reproduit dans Wolfgang Schild, Folter (...)
  • 112 . La masse était aussi utilisée, comme le montre une illustration de Fribourg en Nuithonie de 1574 (...)

33On y voit un homme roué. Pour l’Alsacien du XIIIe siècle, l’image avait sans doute autant un sens profane et concret dans le cadre judiciaire qu’une signification édifiante comme scène de martyre. Remontant à l’Orient antique mais mal documentée avant le XIVe siècle, l’exécution par la roue était utilisée dans l’Empire germanique pour les criminels qui avaient commis des méfaits particulièrement odieux : crime de lèse-majesté, parricide ou assassinat prémédité110. On procédait en deux temps. On commençait par briser les membres du condamné qui avait été préalablement attaché soit directement sur la roue, soit sur le sol avec des cales sous les membres. Dans cette seconde variante, qui était qualifiée de « mode germanique » à l’époque moderne, il arrivait que le bourreau rompît les membres du supplicié à l’aide d’une roue, comme le montre en 1348 une enluminure du code juridique de la ville de Zwickau (Saxe), ainsi que, vers 1485, la chronique officieuse de la ville de Berne de Diebold Schilling l’Ancien111. User d’une roue de frappe n’était pas des plus pratiques112. Un tel geste ne s’explique par conséquent que par la valeur symbolique attribuée à la roue.

  • 113 . Antoine Follain, Le crime d’Anthoine. Enquête sur la mort d’une jeune femme dans les Vosges au XV (...)
  • 114 . Ibid., p. 127-133, W. Schild, op. cit. (n. 111), p. 170.
  • 115 . Hermann Schmoeckel, Das Soester Nequambuch, Leipzig, 1924, p. 2 et pl. VIII. Cf. https://de.wikip (...)

34Dans un second temps, une roue, de grande dimension cette fois, était utilisée pour l’exposition du condamné, laissé agonisant pendant des heures – le supplice étant conçu pour durer113. Les membres brisés étaient repliés sous le corps et entrelacés dans les rayons. Le visage du mourant était tourné vers le ciel afin de faire face à son Créateur114. Comme on le voit peu après 1315 sur le Nequambuch de la ville de Soest en Westphalie (qui est la plus ancienne illustration connue d’un roué judiciaire), il arrivait que la roue fût fixée sur un mât, ensuite planté en terre et hissé à l’aide de cordes pour montrer le condamné de façon ostentatoire tout en le rapprochant du ciel115. Le mât mis à part, c’est ce moment ultime de la torture que reproduisent les types successifs du sceau de Molsheim. Or cette scène très médiévale peut être reliée à la légende de saint Georges.

Saint, soldat et martyr

  • 116 . Issu du concile de Vatican II, le calendrier général de 1969 maintient en effet la commémoraison (...)
  • 117 . La littérature sur ce saint est pléthorique, on pourra renvoyer à l’aperçu récent et érudit donné (...)
  • 118 . Franz Cumont, « La plus ancienne légende de saint Georges », Revue de l’histoire des religions, 1 (...)
  • 119 . Une approximation de traduction entre le copte et le grec est sans doute à l’origine de cette con (...)

35Il y a une disproportion entre l’importance du culte voué à saint Georges dans les églises chrétiennes et ce que l’on sait du personnage historique. Contrairement à ce qu’on a pu parfois affirmer, le saint semble bien avoir existé (et d’ailleurs, il n’a jamais été « supprimé » du calendrier de l’Église catholique116), mais ce que l’on peut savoir de lui se résume à quelques mots : ce devait être un soldat romain palestinien (et non cappadocien comme le prétend la légende) qui selon toute vraisemblance fut exécuté, et même sans doute décapité vu son statut, lors de la grande persécution de Dioclétien en 303 et dont le tombeau à Lydda (actuelle Lod, en Israël) devint dès le IVe siècle un lieu de pèlerinage117. À la fin du même siècle, un premier récit de sa passion fut mis par écrit en Cappadoce par un certain Pasicratès : il constitue la base de la légende de saint Georges qui, suite à l’agrégation de plusieurs éléments mythologiques, assura la popularité du martyr118. Ponctuée par trois résurrections, la longue succession des divers supplices subis par celui-ci témoignait d’une foi inexpugnable qui lui valut le surnom de Mégalomartyr chez les chrétiens d’Orient. Les récits les plus anciens indiquent qu’il mourut pour la première fois sur la roue, découpé en une dizaine de morceaux dispersés dans une fontaine avant d’être récupérés par des anges pour permettre sa résurrection. Cette véritable scène de boucherie ne correspond pas à l’image assez réaliste, on vient de le voir, du sceau de Molsheim. Il est en fait fort probable que la tradition hagiographique ait véhiculé un amalgame entre deux modes d’exécution antiques119.

  • 120 . Ibid., p. 651-652. L’unique représentation du saint distribuant ses biens pour les pauvres, peint (...)
  • 121 . Les récits de l’Antiquité tardive en parlent déjà, mais ce n’est qu’au XIIe siècle que cet épisod (...)
  • 122 . Cf. T. Brunner, op. cit., (n. 89), p. 262-263.
  • 123 . B. Bedos, op. cit. (n. 12).
  • 124 . Respectivement : Karl Schnapp, « Die historischen Hoheitszeichen der Stadt Bamberg », Bericht des (...)
  • 125 . Emil Schulthess, Die Städte- und Landessiegel der Schweiz : ein Beitrag zur Siegelkunde des Mitte (...)

36Comme Georges avait été soldat, il fut aussi assez rapidement vénéré comme un saint guerrier120. Cette dimension fut confortée par l’introduction, un peu plus tardive dans la légende, du fameux épisode du combat contre le dragon121. Ces trois figures de Georges (le martyr, le guerrier et le sauroctone) sont celles autour desquelles l’imaginaire des fidèles s’est cristallisé, comme en témoignent les développements de l’iconographie chrétienne occidentale. Nous ne nous intéresserons pas ici aux représentations du saint en soldat ni en tueur de dragon122. Nous nous contenterons de mentionner les sceaux de ville sur lesquels, à notre connaissance, il a été représenté à l’époque médiévale. Le Corpus des sceaux de ville n’en mentionne aucun sur le territoire actuel de la France123. Selon toute vraisemblance, Georges figure en guerrier à pied tenant une lance sur le sceau de Bamberg (Haute-Franconie) en 1234, et avec plus de certitude vers 1270/1280 sur celui d’Amberg (Haut-Palatinat), qui semble avoir été imité du précédent124. Au début du XIVe siècle, il est représenté en cavalier sauroctone sur le sceau de Stein am Rhein (canton de Schaffhouse)125. Toutes ces localités ont en commun de se trouver dans le sud de l’espace germanique et d’avoir une église placée sous la protection du saint. Elles partagent cela avec le Molsheim médiéval.

Saint Georges et Molsheim : autour de la diffusion régionale d’un culte

  • 126 . Georg Schreiber, Die Vierzehn Nothelfer in Volksfrömmigkeit und Sakralkultur : Symbolkraft und He (...)
  • 127 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 65-66 (malheureusement sans donner les références de ses source (...)
  • 128 . Voir les réflexions sur les enjeux du développement du culte des saints dans Marco Mostert, « Com (...)

37Jusqu’à une période assez récente, la vénération du grand martyr est demeurée profondément ancrée dans les pratiques catholiques en Alsace et dans le sud de l’Allemagne. Georges est en effet l’une des principales figures des quatorze saints auxiliateurs (die Vierzehn Nothelfer), une association sacrée née après la Grande peste du milieu du XIVe siècle126. Ce ne peut donc être en tant que « grand auxiliateur » qu’il a été choisi sur un sceau bien antérieur. La propagation en Europe occidentale du culte du martyr palestinien et sa pénétration en Alsace remontent de fait à fort loin. Lucien Pfleger puis Georges Fritz en ont rappelé jadis les principales étapes dans deux courtes synthèses assez complètes, sans être tout à fait exhaustives127. Pour observer un phénomène spirituel tel que la vénération d’un saint, l’historien ne peut s’appuyer que sur quelques indices souvent ténus et d’autant plus épars qu’on remonte dans le temps. Il doit pister les rares mentions textuelles du culte lui-même, la présence plus ou moins marquée du saint comme patron paroissial et réunir des vestiges iconographiques de diverses natures (sculptures, fresques, vitraux et enluminures pour l’époque qui nous intéresse)128. On peut partir du principe que plus ces traces sont nombreuses, diverses et manifestes pour une période donnée, plus le culte du saint en question a alors été intense.

  • 129 . Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, c. 100, in Bruno Krusch, éd., MGH, SS rer. Merov., 1 (...)
  • 130 . Venance Fortunat, Carmina, II, 12 (De basilica S. Georgi), in Friedrich Leo, éd., MGH, Auct. ant.(...)
  • 131 . Charles-Albert Baud et Michel Hublin, « Le cimetière mérovingien de Saint-Jean-de-Gonville (Ain)  (...)
  • 132 . Lucien Pfleger, Die Elsässiche Pfarrei : Ihre Entstehung und Entwicklung: ein Beitrag zur kirchli (...)
  • 133 . Les trois versions connues du testament ont été éditées par Michael Tangl, « Das Testament Fulrad (...)
  • 134 . W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 403.

38Originaire de l’aire méditerranéenne, le culte de saint Georges était bien implanté dans le royaume mérovingien dès le VIe siècle puisque Grégoire de Tours rapporte la translation de ses reliques de Limoges au Mans129, tandis que Venance Fortunat évoque, vers 570, la consécration par l’archevêque Sidoine d’une basilique Saint-Georges à Mayence130. Au VIIe siècle circulaient dans les régions de l’axe Rhin-Rhône des agrafes de manteau – dont l’une fut trouvée à Strasbourg – qui représentaient un saint cavalier sous une étoile pourfendant un serpent de sa lance (carte 2)131. Il est possible d’y voir une représentation du saint. En 712, un acte du cartulaire de Wissembourg mentionne une église (basilica) en l’honneur de saint Jorgius qui avait été fondée par un aristocrate franc au VIIe siècle in villa Teurino (domaine non localisé dans la vallée de l’Isch, en Alsace bossue)132. Dans son testament de 777, le puissant abbé Fulrad de Saint-Denis en France évoquait pour sa part une cella dédiée au même saint en Alémanie133. Georges fut moins en faveur sous les Pépinides et les premiers Carolingiens. On observe ainsi un léger recul du culte à partir du VIIIe siècle, avant que les raids normands du second IXe siècle ne favorisent une recrudescence de piété à l’adresse du saint guerrier134.

  • 135 . Friedrich Knöpp, « Hatto, Abt von Reichenau, Ellwangen und Weißenburg, Erzbischof von Mainz 891-9 (...)
  • 136 . G. Fritz, op. cit. (n. 127), p. 11. Celle-ci apparaît sous le vocable de Georges en 682.
  • 137 . Sur les premières familles de manuscrits, voir W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 250‑259.
  • 138 . Codex Sangallensis 550 (ibid., p. 250, n. 228).
  • 139 . C’est le cas pour 5 des 14 textes de ce type datés d’entre 570 et 1100 relevés par W. Haubrichs ((...)
  • 140 . Heidelberg, UB, Cod. Pal. Lat. 52, f. 200v°-201v° http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpl52/0 (...)

39Dans le sud-ouest de l’espace germanique, cette ferveur renouvelée est liée à l’acquisition par Hatton Ier, abbé de la Reichenau, d’une relique qu’il déposa en 896 dans l’église de l’Oberzell, un des édifices religieux de l’île monastique135. Donné par le pape Formose, l’os venait de l’église romaine San Giorgio in Velabro136. Dès lors, les traces de culte se multiplient dans le diocèse de Constance et ses proches alentours. Les plus anciens récits hagiographiques latins nous sont parvenus par des manuscrits copiés au IXe siècle, mais reprenant des traductions de textes grecs bien antérieures137. L’un de ces codex provient de l’abbaye de la Reichenau138. Plusieurs hymnes et textes liturgiques du Xe siècle furent également composés dans la région139. Parmi eux, le Georgslied mérite notre attention. Ce poème retraçant la passion de Georges fut rédigé alors en vieil haut-allemand dans la région de Prüm d’après ses traits dialectaux. On en conservé 57 vers dans un manuscrit du XIe siècle (copié à la Reichenau ?) aux côtés de l’adaptation vernaculaire des Évangiles par Otfrid de Wissembourg140. Même s’il fut écrit par un clerc lettré, ce texte montre par sa seule existence que la vénération du saint pouvait toucher un public laïc grâce à la langue vulgaire.

  • 141 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 65.
  • 142 . Heinrich Büttner, « St. Georgen und die Zähringen », in Hans Patze, éd., Schwaben und Schweiz im (...)
  • 143 . ADBR, D 50/1 : « [capella] in honore sancti Dei genitricis Marie, sanctique Bartholomei apostoli, (...)
  • 144 . Ibid., col. 484.
  • 145 . ADBR, G 1082/4 [1345, 10 septembre] : « in ecclesia sancti Georgii in oppido nostro Mollesheim ».
  • 146 . Si aucun changement n’est connu pour cette période, c’est le cas entre le VIIIe siècle et 1330 à (...)
  • 147 . Passent ainsi sous le vocable de saint Georges : Marckolsheim (d’abord consacrée à Marie et aux R (...)
  • 148 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 68, se trompe pour Pfulgriesheim selon HeK, col. 1072. D’après (...)

40Les lieux de culte dédiés au saint se multiplient par après. Selon L. Pfleger, l’évêque de Strasbourg lui consacra une chapelle à Kehl en 1038 et ses reliques étaient présentes en 1035 à Burgheim bei Lahr et au XIe siècle à l’abbaye d’Altorf141. En 1084/1085, les moines clunisiens de Hirsau (près de Calw) fondèrent l’abbaye de Saint-Georges en Forêt-Noire142. En 1137, la chapelle du Koesterle de Laubenheim (comm. Mollkirch) était placée sous la protection du « martyr Georges », parmi une demi-douzaine d’autres saints143. Les églises paroissiales à son nom paraissent se multiplier en Alsace dès les XIe-XIIe siècles, à l’instar de celle de Haguenau en 1143144. Il nous faut toutefois avancer ici avec prudence, puisque la grande enquête effectuée par Médard Barth montre que dans la plupart des cas, le vocable des paroissiales n’est documenté qu’au XIVe siècle, comme c’est d’ailleurs le cas pour Molsheim en 1345145. Le changement de dédicataire entre le Moyen Âge central et ces premières mentions textuelles est sans doute extrêmement rare mais n’est pas impossible146. Du reste, on assiste à quelques modifications de ce type au Bas Moyen Âge puis à l’époque moderne147. En Alsace avant 1500, 26 paroisses – dont Molsheim – avaient de façon certaine saint Georges pour patron148.

  • 149 . Ibid., col. 1522, 1172, 822, 834, 113, 693, 1164, 27, 521, 770, 221, 956, 31, 1770, 1088, 190, 55 (...)
  • 150 . Mentionnée en 1335, voir Jean-Jacques Schwien, Strasbourg. Document d’évaluation du patrimoine ar (...)
  • 151 . Dans l’ordre chronologique : Laubenheim, Haguenau, Alswiller, Behlenheim, Melsheim, Châtenois, Ep (...)
  • 152 . Ce n’est pas original dans le contexte de l’Oberrhein, mais il n’en était pas de même dans tout l (...)

41Elles se répartissent sur l’ensemble de la région (carte 2), depuis l’Outre-Forêt avec Stundwiller (attestée en 1450), l’Alsace-Bossue avec Sarre-Union (1342), le pays de Hanau avec Melsheim (1315) et Mietesheim (1436), le Kochersberg avec Behlenheim (comm. Truchtersheim, avant 1300), Kleinfrankenheim (comm. Schnersheim, 1335), Rumersheim (comm. Berstett, 1354), Achenheim (1377) et Handschuhheim (1475), jusqu’au Sundgau avec Carspach (1460) et Spechbach(-le-Bas) (1464) et à d’autres paroisses de l’actuel Haut-Rhin avec Alswiller (disparu, près de Soultz-Haut-Rhin, 1300), Wintzfelden (comm. Soultzmatt, 1336), Ranztwiller (1430), Bowoltzheim (disparu, près d’Ensisheim, 1451), Helfrantzkirch (1457) et plus au nord Zimmerbach (1440) et Urschenheim (1490), en passant par l’Alsace centrale avec Châtenois (1328), Epfig (1330), Hipsheim (c. 1350) et le nord de Strasbourg avec Mundolsheim (1335) et Souffelweyersheim (1454)149. À Strasbourg même se trouvait une chapelle dédiée au saint au XIIIe siècle « devant la cathédrale », côté nord150. Outre ces édifices strasbourgeois, il y avait donc avec certitude avant la Grande peste au moins une bonne douzaine de paroisses de la région placées sous le vocable du martyr de Lydda151. Cela montre l’ancrage à la fois profond et ancien de son culte dans la région152. Du coup, la paroisse de Molsheim semble n’avoir eu aucune originalité en ce domaine.

  • 153 . HeK, col. 306, estime que le patron paroissial a pu être saint Laurent ou saint Georges au Moyen (...)
  • 154 . La chapelle de Schirmeck était initialement placée sous le vocable de saint Sébastien, ce n’est q (...)
  • 155 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 66. Église Sainte-Marie en 762, Saint-Georges en 1330 (HeK, col (...)
  • 156 . Ibid., col. 851 et L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 66.

42On note cependant une forte concentration d’églises Saint-Georges dans une zone qui, du Kochersberg à Châtenois, inclut Molsheim (et peut-être, mais avec de grandes incertitudes, Duttlenheim153). Selon L. Pfleger, une partie de cet engouement local pour le saint s’explique par la vénération toute particulière que lui vouaient les évêques de Strasbourg qui multiplièrent les églises en son honneur dans les localités qu’ils possédaient (à Barembach, Achenheim, Souffelweyersheim, Molsheim, Châtenois, Urschenheim et Wintzfelden154). Ce serait la raison pour laquelle la paroisse d’Epfig aurait remplacé la Vierge par ce saint au Moyen Âge central155. Pour cet auteur, repris par la suite par M. Barth, l’église de Molsheim était sans doute l’une des plus anciennes dédiée à saint Georges, car le sceau de la ville montrait la figure primitive du martyr et non l’image du guerrier en vogue depuis l’époque des croisades156. Il est vrai que parmi la petite trentaine de communautés alsaciennes évoquées, seule celle de Molsheim a fait figurer ce saint sur son sceau. Même si toutes ne disposaient pas d’un tel instrument au XIIIe siècle, ce constat semble conforter l’argument de ces deux auteurs. En d’autres termes, l’image sigillaire reflèterait l’ancienneté, voire la primauté à l’échelle régionale, du culte du grand martyr à Molsheim.

Georges sur la roue : récit et représentation

  • 157 . On ne souscrira pas ici à l’idée d’évidence avancée par G. Oswald lorsqu’il affirmait que le choi (...)
  • 158 . Ibid., p. 49 et R. Will, op. cit. (n. 54), p. 53.
  • 159 . Robert Will, « Un dessin perdu des sculptures de l’ancienne paroissiale Saint-Georges de Molsheim (...)
  • 160 . Ibid., p. 72.
  • 161 . R. Will, op. cit. (n. 54), p. 53-55.
  • 162 . Sur ces questions d’images en série, cf. Jérôme Baschet, « Inventivité et sérialité des images mé (...)

43La sélection de la représentation du supplice de la roue pour le sceau de Molsheim n’allait pas de soi157. Jusqu’à présent, on a surtout mis en avant une motivation locale dans ce choix, puisque la même scène avait été sculptée sur le tympan de l’ancienne paroissiale Saint-Georges158. Située à l’emplacement de l’actuelle place du marché et détruite à la fin du XVIIIe siècle, cette église romane est mal connue. Nous n’avons ainsi qu’une description indirecte du tympan mise au jour par R. Will dans les papiers du chanoine Straub. En 1889, celui-ci décrivait « de mémoire » le dessin et les notes de Johann Andreas Silbermann remontant au siècle précédent et aujourd’hui disparus, mais qu’il avait vus vers 1850 : « Le sculpteur du 13e siècle y [sur le tympan] avait figuré le martyre de Saint Georges, patron de la paroisse, subissant la torture de la roue dans laquelle il se trouvait enlacé. »159 R. Will s’est d’ailleurs interrogé sur ce choix iconique en se demandant, sans pouvoir trancher, qui du sceau ou de la sculpture avait précédé l’autre160. Plus tard, en se fondant sur des éléments stylistiques, il a proposé de dater l’exécution du tympan des années 1235-1265161. Cette estimation chronologique laisse le problème entier, et sans doute insoluble, car on ne peut exclure une simple coïncidence dans cet usage de deux représentations similaires à Molsheim. On notera paradoxalement à la fois l’originalité du tympan molshémien, qui est sans équivalent connu, et son inscription dans une série iconographique plus longue qui dépasse le seul horizon local162.

  • 163 . Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. bibl. 2° 57, f. 42v° http://digital.wlb-stuttg (...)
  • 164 . Ibid., p. 110-111. Sur les 27 œuvres antérieures à 1300 répertoriées dans son catalogue (p. 273-2 (...)
  • 165 . Voir le tableau analytique des scènes présentes dans 20 versions latines et vernaculaires recensé (...)

44L’ampleur de la diffusion du culte de saint Georges en Occident s’explique par son invraisemblable légende, qui impressionnait tant les fidèles. Même en gardant l’idée que l’image retenue découlait d’une dévotion envers le martyr très anciennement enracinée dans la communauté, le choix aurait pu porter sur un autre de ses innombrables supplices. Sur la plus ancienne représentation de son martyre, une enluminure du passionnaire de l’abbaye bénédictine de Hirsau des années 1120-1125, on voit d’ailleurs le saint en train d’être écorché par deux bourreaux163. Mais Klaus Dorsch a montré dans son étude consacrée à la figuration du martyre de Georges dans l’art occidental, que parmi les scènes de mise à mort, celle de la roue avait rencontré le plus grand succès164. Or cette iconographie reflète les images mentales véhiculées par les textes165.

  • 166 . « et completa oratione missus est in rotam et manganis constrictus est, et in decem partibus disr (...)
  • 167 . « tunc iussit eum Datianus imperator ligari et iactari super rotam et minari in gyro. Et rota cum (...)
  • 168 . « Beghont ezs dher rhike man . fhilo harto zhurnnen . / dho hezs er Gorion bintenhan en rhad u (...)
  • 169 . « igitur sequenti die impius Dacianus iussit eneam afferri rotam, et gladios in ea figi bis acuto (...)
  • 170 . « precepit eis quibus id artis et scientie erat, rotam eneam afferri et gladios bis acutos in eam (...)
  • 171 . « Der künic gebôt unde bat / daz man in vlæhte in ein rat / in siben lüppigiu swert. » (Carl v. K (...)
  • 172 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 111 (avant que le dragon ne la remplace après le XIIIe siècle) ; (...)

45On y lit des descriptions plus ou moins détaillées de l’exécution. Les manuscrits carolingiens sont assez sobres : la « version X-lat. » de la légende en latin raconte qu’une fois sa prière achevée, Georges fut enchaîné sur la roue et coupé en dix morceaux avant d’expirer166. La « version Y-lat. » affirme que l’empereur légendaire Dacien le fit jeter et attacher sur une roue équipée de scies qu’on fit tourner pour le découper en dix morceaux167. La même scène se retrouve dans le Georgslied : le souverain énervé ordonne d’attacher Georges et de l’entraver à une roue, et, jure le poète, « ils le coupèrent en dix morceaux »168. Dans l’homélie de Berne datée du XIe siècle, il est précisé que la roue est en bronze et que l’empereur y a fait enfoncer des épées à double tranchant avant d’y jeter le martyr169. La version d’Einsiedeln (XIIe siècle) ajoute aux détails précédents que Georges serait alors démembré par la rotation de la roue170. Le poème moyen-allemand composé par Reinbod von Durne vers 1260 évoque quant à lui une roue avec sept épées empoisonnées171. Si le sceau de Molsheim semble reproduire la version la plus simple de l’exécution, peut-être est-ce par réalisme, suite à un rapprochement avec les pratiques judiciaires du temps évoquées plus haut, mais aussi parce qu’au Moyen Âge central, la roue était devenue un attribut du saint dans certaines régions, comme le montrent des sculptures des portails des cathédrales de Chartres ou de Paris dans la première moitié du XIIIe siècle, ainsi qu’un vitrail de celle de Strasbourg (vers 1270) où le saint chevalier tient un écu arborant une roue à huit rayons172.

  • 173 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 111-113. Aux manuscrits qu’il mentionne des IXe (Moscou, Musée h (...)
  • 174 . Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. Hist. fol. 415, f. 34ro, http://digital.wlb-st (...)
  • 175 . K. Dorsch mentionne une sculpture chartraine de 1230 environ et une enluminure de Vérone de la fi (...)

46Il y a jusqu’au XIIIe siècle, nous apprend K. Dorsch, deux grands types de représentations de cette torture. La première est directement issue des manuscrits byzantins du IXe siècle postérieurs à la crise iconoclaste : le supplicié est attaché sur la jante d’une roue ordinaire, ou parfois d’un cylindre, hérissée soit de pointes soit d’épées qui lui transpercent le corps173. On retrouve cette image vers 1130 dans le martyrologe de l’abbaye clunisienne de Zwiefalten (fondée près de Reutlingen, dans le Jura souabe, par des moines de Hirsau)174. C’est là le seul cas recensé par K. Dorsch dans l’espace germanique, cette version ayant eu moins de succès en Occident qu’en Orient175. En dépit de sa roue de forme ordinaire, le sceau de Molsheim ne s’inscrit pas dans cette veine.

  • 176 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 114-120.
  • 177 . À Zwiefalten, à Hardham (c. 1135) en Angleterre et surtout à Chartres, tant sur les vitraux (c. 1 (...)
  • 178 . Les années 1215-1235 selon K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 116-117.
  • 179 . Solange Michon, Le grand passionnaire enluminé de Weissenau et son scriptorium autour de 1200, Ge (...)
  • 180 . Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 127, f. 78r°, http://www.e-codices.unifr.ch/fr/fmb/ (...)
  • 181 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 116-117 et no9 (Vienne, Kunsthistorisches Museum, Inv. 4981, f.  (...)
  • 182 . Besançon, BM, ms. 54, f. 20vo http://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?VUE_ID=1253836, K. Dor (...)
  • 183 . Voir Christoph Eggenberger, « Psalterium eines Cistercienser-Klosters der Baseler Diözese um 1260 (...)

47Le deuxième type iconographique, le plus en vogue aux XIIe et XIIIe siècles, remplace les rayons par des épées ou ajoute des lames entre eux (comme déjà dans le manuscrit de Zwiefalten), ce qui a pour conséquence que le corps du martyr est placé dans ou sur la roue176. Les exemples les plus anciens montrent le saint dans une posture hiératique177. À partir du dernier tiers du XIIe siècle, son corps est entrelacé dans les rayons et arqué de sorte qu’il suit la courbure de la roue. Le premier exemple connu avait échappé à K. Dorsch, ce qui nous amène à revoir à la hausse d’une bonne génération sa datation de cette variante178. Peinte par le clerc Rufilus et son maître entre 1170 et 1200179, l’enluminure s’inscrit dans un D initial du passionnaire de l’abbaye prémontrée nouvellement fondée de Saint-Pierre de Weissenau, au sud de Ravensburg (figure 7)180. Dans une roue dont les six rayons ont été remplacés par des épées, le saint nimbé et imberbe, le corps nu et sans lien, est exactement dans la même position que sur le sceau de Molsheim en 1263. De toutes les images que nous avons pu voir, c’en est la plus proche – épées et nimbe mis à part. Des scènes semblables, à quelques nuances près, ont été peintes dans le Graduel de Weingarten (abbaye au nord de Ravensburg), composé dans les années 1215-1235, et dans le psautier de l’abbaye bénédictine Saint-Blaise en Forêt-Noire (vers 1235) où le saint nu, chauve et barbu, est complètement contorsionné dans les dix rayons de la roue et a le visage tourné vers le moyeu181. On notera la proximité géographique entre ces établissements du diocèse de Constance. En outre, une représentation se trouve dans le Psautier de Bonmont vers 1260, comme l’a signalé R. Will182. Ce manuscrit est cistercien mais la localisation de son atelier de production reste débattue entre partisans d’une origine dans les diocèses de Constance ou de Bâle183.

  • 184 . Cet ancrage plus ou moins régional de l’iconographie sigillaire se retrouve ailleurs. Ainsi, l’im (...)
  • 185 . https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sankt_Georg_als_Ger%C3%A4derter.jpg?uselang=de, K. Dorsch(...)
  • 186 . E. Dehoux, op. cit. (n. 172), p. 128-131.

48Ignorée des historiens de l’art qui se sont intéressés à la figuration du martyre de saint Georges, l’image du sceau de la ville de Molsheim s’inscrit dans une tradition régionale qui trouve son point de départ autour du lac de Constance au début du XIIe siècle, là même où deux siècles plus tôt, le culte du saint avait pris son envol pour se répandre dans le sud du royaume de Germanie184. On en trouvera encore de belles représentations par la suite, ainsi vers 1480 dans la rose de fenestrage sculptée de l’église du chapitre Saint-Georges de Tübingen185. Cette spécificité régionale mérite d’être mise en avant : Esther Dehoux a en effet montré que dans le royaume de France, le martyre de Georges, saint dont le profil guerrier a attiré aux XIe et XIIe siècles les faveurs de la noblesse, n’est guère représenté avant le XIIIe siècle, et encore ces rares images sont-elles localisées uniquement à Chartres et à Paris186.

Le choix d’un symbole par la communauté des bourgeois

  • 187 . Cf. Brigitte Bedos-Rezak, « Du modèle à l’image : les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge » (...)

49Un sceau de ville est porteur de sens : il reflète une certaine image derrière laquelle une communauté pouvait se retrouver tout en affichant ce même symbole vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire d’autres institutions et pouvoirs à l’instar de la ville de Strasbourg en 1263. Il a par conséquent une forte valeur identitaire187. C’est sur cet aspect que nous clorons cette enquête, en nous demandant en quoi les bourgeois de Molsheim ont pu se reconnaître dans ce signe.

Un sceau hagiographique

  • 188 . Georges Bischoff, « La mode du sceau dans les régions du Rhin supérieur à la fin du XVe siècle. A (...)
  • 189 . Toni Diederich, Rheinische Städtesiegel, Neuss, 1984, p. 98-100. Il s’agit d’un des neuf types de (...)
  • 190 . A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 199-202.
  • 191 . Autres exemples du sud de l’Allemagne dans W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 41-42.
  • 192 . M. Groten, op. cit. (n. 60), notamment p. 134-135.
  • 193 . Vers 1090, le sceau du doyen du chapitre Saint-Georges de Bamberg figure le buste du saint tenant (...)
  • 194 . Chr. de Mérindol, op. cit. (n. 188), p. 420.

50La tradition qui reconnaissait saint Georges sur le sceau urbain s’est avérée fondée. Molsheim fait donc partie de ce tiers des 206 villes et villages bas-rhinois dont le sceau arbore leur saint patron188. En d’autres termes, nous avons affaire ici à un sceau hagiographique ou Heiligensiegel, pour reprendre la typologie établie par Toni Diederich189. Dans l’aire germanique, ces sceaux sont généralement présents dans les villes où une institution religieuse (cathédrale, chapitre ou abbaye) était dominante, si bien que le patron de l’établissement était aussi celui de la communauté laïque190. Dans des villes plus petites, ils renvoient simplement au patron paroissial, comme ce fut le cas par exemple à Molsheim, Mutzig ou Obernai191. Selon Manfred Groten, le saint remplissait ainsi une fonction de protection des bourgeois pour finalement, en retour, manifester la capacité juridique de cette même communauté192. Se placer sous la protection d’un martyr plutôt que d’un guerrier ne doit pas passer pour un signe de faiblesse. Au contraire ! Les palmes du martyre avaient ouvert à Georges les portes du paradis : sa virtus, sa force véritable, était donc là, bien plus que dans un équipement chevaleresque avec lequel les bourgeois auraient sans doute eu un certain mal à s’identifier. Ainsi, si la représentation sigillaire du supplice de Georges ne se rencontre à notre connaissance qu’à Molsheim193, d’autres villes, d’ailleurs également situées en terre d’Empire, ont fait figurer une scène de martyre sur un de leur sceau, tels Toul, Metz et Sarrebourg avec la lapidation de saint Étienne194.

  • 195 . A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 201-202 : à Ingolstadt on connaît une étape intermédiaire car l (...)

51En Allemagne médiévale, le sceau hagiographique est plutôt caractéristique de la phase pré-communale d’une ville. Même si on ne peut généraliser, il est souvent arrivé que par la suite, comme à Ratisbonne vers 1250 ou à Ingolstadt en 1347, le saint (respectivement Pierre et Maurice) ait fait place à des éléments civils sur le nouveau type (le vieux pont dans le premier cas, des armoiries dans le second)195. À Molsheim, on a conservé ce motif ancien provenant des décennies entourant la fondation de la ville. Cette préservation a pu être liée aux circonstances : tant que la matrice fut en bon état, on utilisa sans doute le type I, puis quand il fallut en changer vers 1350-1360, l’attachement identitaire était peut-être devenu tel qu’on voulut garder l’image. Au-delà de ces raisons pragmatiques et économiques (car graver une nouvelle matrice représentait un coût), il n’est pas impossible qu’il y ait eu derrière ce conservatisme iconique une dimension symbolique secondaire qui nous amène à tenter de pénétrer certains aspects des mentalités médiévales.

Une image ambivalente ?

  • 196 . Philippe André Grandidier, Œuvres historiques inédites, t. VI, Colmar, 1867, p. 70.
  • 197 . Henri de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’écriture, Paris, 1959-1964 (4 tomes).
  • 198 . J. Baschet, op. cit. (n. 162), p. 102-104 et Jean-Claude Bonne, « Entre ambiguïté et ambivalence. (...)
  • 199 . Cette mentalité pré-moderne est pointée par Michel Foucault, « Les mots et les choses. Une archéo (...)

52Pour l’abbé Grandidier, qui baignait dans la culture latine cléricale de la fin de l’Ancien régime, faire dériver le mol- de Molsheim du latin mola (meule, moulin) allait de soi196. L’idée a également pu germer chez ses devanciers du XIIIe siècle. Car si de simples bourgeois auraient sans doute eu des difficultés à effectuer un tel rapprochement, l’élite locale, celle-là même à qui revenait la décision de faire graver le sceau, baignait dans le latin ecclésiastique ; à commencer évidemment par le clergé. Nous venons de voir que bien que représentant une communauté laïque, l’image provient de la haute culture lettrée monastique du Moyen Âge central. La roue du sceau (et celle du tympan de l’église ?) pourrait à la fois représenter la scène du martyre de Georges et évoquer le nom de la ville. En effet, depuis le XIIe siècle, on enseignait dans les écoles une lecture des Écritures à plusieurs niveaux197. Ce jeu dans l’interprétation n’était pas propre à l’exégèse scolastique. Il est fréquent dans les images médiévales qui présentent souvent une certaine ambiguïté (on ne peut déterminer clairement le sens à leur donner) ou une ambivalence (elles superposent deux sens)198. Cet entre-deux est caractéristique des mentalités antérieures à la modernité199.

  • 200 . Voir la portion de roue à huit rayons du Xe siècle de Notre-Dame-du-Marillais (Maine-et-Loire) da (...)
  • 201 . La roue du type I est identique à la « roue de la fortune » de l’Hortus deliciarum, mais diffère (...)
  • 202 . Paris, BnF, ms français 32228, p. 692 ; A. de Barthélémy, éd., Armorial de la généralité d’Alsace (...)
  • 203 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 145 ; A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 203 (pour Munich).

53Une telle ambivalence a-t-elle été souhaitée pour l’image du type I ? La roue, d’ailleurs dépourvue d’épée pour découper le saint, n’est pas sans rappeler celles trouvées depuis quelques années dans les fouilles archéologiques de moulins à eau médiévaux200. Les roues de supplice du XIIIe siècle s’apparentaient-elles à celles de ces récentes découvertes201 ? La question reste à creuser. On notera en tout cas que vers 1700, le Grand Armorial de France expose une roue de moulin comme meuble de l’écu de la ville – lequel n’est rien d’autre qu’une transposition du sceau202. Si la ressemblance était également perçue au XIIIe siècle, l’ambivalence de l’image reposerait sur une autre, celle des mots, autour de l’étymologie du toponyme. Les médiévaux étaient sensibles à ces rapprochements. On connaît bien des sceaux « parlants » : celui d’Arras représentait des « rats » sur les murs de la ville, celui d’Emmerich am Rhein (près de Clèves) un seau (Eimer), celui de Wesel (Ruhr) une belette (Wiesel), ou celui de Munich une tête de moine (Mönch) en 1239203. Les Molsheimiens du Moyen Âge se retrouvèrent peut-être d’autant mieux dans leur sceau, qu’un jeu de mots plus ou moins approximatif sur mola ou Mühle avait cours.

  • 204 . Sur cette terminologie, je me permets de renvoyer au Vocabulaire pour l’étude des scripturalités (...)
  • 205 . Cf. supra, n. 107. Les représentations de saint Maurice comme martyr sont tardives (pas avant le (...)
  • 206 . Cette volonté de distinction entre types sigillaires est attestée dès la fin du XIe siècle, où le (...)

54Quoi qu’il en ait été, l’image du sceau convenait à la communauté des bourgeois du milieu du XIIIe siècle. Indubitablement, elle s’y reconnaissait. Le type I avait de surcroît un autre avantage dans un monde où la maîtrise de la lecture et de l’écriture – ce qu’on appelle désormais les compétences en littéracie204 – étaient assez peu partagées, c’est qu’il était identifiable très facilement et sans équivoque. Contrairement à son contemporain le sceau de Mutzig, où l’orfèvre avait dû ajouter maladroitement le nom de saint Maurice pour que le cavalier à la tête nimbée ne passât pas pour un autre saint guerrier (à commencer sans doute par une possible confusion avec saint Georges)205, le sceau au martyr roué de Molsheim était dépourvu d’ambiguïté. Il devait se remarquer au premier coup d’œil dans le paysage sigillaire alsacien de l’époque. En cela, il remplissait parfaitement la fonction à la fois identitaire et d’identification de la ville qui était la sienne206.

Conclusion

  • 207 . L’armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg, 1995, p. 34.

55L’image sigillaire du martyre de saint Georges sur la roue est sans équivalent connu. Ce choix iconographique original est attribuable aux bourgeois de Molsheim à un moment, le milieu du XIIIe siècle, où leur communauté fraîchement reconnue devait souhaiter se distinguer de ses semblables du sud-ouest de l’Empire. On était en effet alors en pleine période d’efflorescence des sceaux de ville dans l’Europe urbanisée. Cette figure particulière n’est sans doute pas pour rien dans la longévité pluriséculaire d’un signe que l’écu actuel de la ville a d’ailleurs conservé, lui conférant, en ce début de XXIe siècle, une valeur de logo207. Si depuis presque huit siècles le signifiant n’a pas changé (hormis par quelques modernisations stylistiques), ce n’est pas tout à fait le cas du signifié. À l’origine, l’image du Mégalomartyr Georges avait une valeur quasi apotropaïque, celle d’assurer la protection de paroissiens qui entretenaient un lien ancien et profond avec leur saint patron, tout en honorant ce dernier. Au fil du temps, cette représentation initiale née de l’agrégation d’éléments tirés de récits hagiographiques et de l’iconographie savante des XIIe-XIIIe siècles, s’est muée en une simple image de l’institution communale.

  • 208 . On pourra notamment s’appuyer sur le panorama des ressources sigillaires de la région donné par D (...)

56L’étude de cas menée ici autour du sceau de Molsheim a montré la complexité que pouvait revêtir la construction d’un tel symbole identitaire, à la croisée de la diffusion du culte d’un saint, du développement des institutions urbaines et des mentalités médiévales. Elle nous a entraînés plus loin que nous ne nous y attendions initialement, nous amenant à recourir à une variété d’approches allant de l’épigraphie à l’histoire de l’art et à la littérature hagiographique latine et vernaculaire, en passant par l’histoire des anciennes formes de torture. La sigillographie dans ses renouvellements actuels s’avère être un terrain propice aux démarches interdisciplinaires – bien au-delà sans nul doute de ce qu’aurait pu concevoir le Pr Halambique! Il est du coup à espérer que les futurs travaux en ce domaine permettront de brosser un tableau aussi complet et systématique que possible du paysage sigillaire de l’Alsace médiévale208.

Haut de page

Notes

1 . Éléments de bilan des recherches récentes dans Phillipp R. Schofield, éd., Seals and their Context in the Middle Ages, Oxford, 2015 et Marc Libert et Jean-François Nieus, éd., Le sceau dans les Pays-Bas méridionaux, XIe-XVIe siècles : entre contrainte sociale et affirmation de soi. Actes du colloque de Bruxelles et Namur, 27-28 novembre 2014, Bruxelles, 2017.

2 . Preuve de ce dynamisme, la parution récurrente de manuels dont les plus récents sont : Andrea Stieldorf, Siegelkunde - Basiswissen, Hannover, 2004, Gabriela Signori, dir., Das Siegel. Gebrauch und Bedeutung, Darmstadt, 2007 ou Toni Diederich, Siegelkunde. Beiträge zu ihrer Vertiefung und Weiterführung, Köln, 2012. Du côté français, s’il y a généralement un chapitre consacré à la discipline dans les manuels concernant les sciences auxiliaires, il faut remonter au petit fascicule de la typologie des sources du Moyen Âge occidental (Michel Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, 1981), précédé de Joseph Roman, Manuel de sigillographie, Paris, 1912, pour trouver un ouvrage spécifique sur le sujet, même si on notera l’essai de Martine Fabre, Sceau médiéval. Analyse d’une pratique culturelle, Paris, 2001, ainsi que le volume d’études du Belge René Laurent, Sigillographie, Bruxelles, 1985.

3 . Pour les sceaux conservés en France, voir http://www.sigilla.org/ (cf. Laurent Hablot, « Le programme « SIGILLA », base de donnée nationale des sceaux des archives françaises », in M. Libert et J.-F. Nieus, op. cit. (n. 1), p. 111-122). Les sites et projets évoluant en permanence, on renverra à la page « Sigillographie » du site www.menestrel.fr. – Pour l’Allemagne, on trouvera des sceaux au bas des 16 000 actes édités dans le Lichtbildarchiv älterer Originalurkunden de l’Université de Marbourg (http://lba.hist.uni-marburg.de) et dans les centaines de milliers de documents de la base Monasterium.net (http://monasterium.net/mom/home).

4 . Cf. Marc Gil et Jean-Luc Chassel, éd., Pourquoi les sceaux ? La sigillographie, nouvel enjeu de l’histoire de l’Art (Actes du colloque de Lille, 23-25 octobre 2008), Villeneuve-d’Asq, 2011.

5 . En dernier lieu : Brigitte M. Bedos-Rezak, When ego was imago: signs of identity in the Middles Ages, Leyde/Boston, 2011. L’emblématique belfortaine a bénéficié de ces nouvelles approches au début des années 1990 : Georges Bischoff, « Les vraies couleurs de Belfort. Recherches sur les sceaux et les armoiries de Belfort à l’époque autrichienne (XIVe-XVIIe siècle) », Bulletin de la Société belfortaine d’Émulation, 84, 1993, p. 13-24.

6 . Cf. Walter Prevenier et Thérèse De Hemptinne, dir., La diplomatique urbaine en Europe au Moyen Âge. Actes du congrès de la Commission internationale de diplomatique, Gand, 25-29 août 1998, Louvain, 2000.

7 . Grégory Oswald, Molsheim à la fin du Moyen Âge (1308-1525). Essai d’histoire politique, économique, sociale et religieuse d’une cité épiscopale de Basse-Alsace, Strasbourg, 1994 MolsMA, p. 48-52.

8 . La terminologie du sceau a fait l’objet d’une harmonisation lexicale dans les principales langues européennes de la part du Comité de sigillographie du Conseil international des archives qui a publié : Robert-Henri Bautier, éd., Vocabulaire international de la sigillographie, Rome, 1990 (VocSig). Le « type » désigne l’image du sceau (ibid., p. 143, no193).

9 . MolsMA, p. 232, Annexe 1, et p. 49 pour les maigres listes antérieures.

10 . Le même motif est en effet simplement retravaillé ou modernisé, mais le VocSig ne connaît pas cette distinction. Nous en resterons donc à la catégorie de « type ».

11 . Respectivement Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), CH 6, no119 [1263, 14 février], 1AH7568/1 [1265, 22 mars] (signalé par Bernhard Metz, « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1200-1350). 2e partie », RA, 134, 2008, p. 129-167 (METZ_2008), p. 138, n. 85), Archives départementales du Bas-Rhin (ADBR), G 1818/1 [1307, 14 novembre], G 2726/3 [1340] et AVES, CH 64, no1364 [1350, 17 décembre]. Le sceau de l’acte ADBR, H 1483/10 [1327] est perdu.

12 . Type répertorié dans : Charles Wittmer, Inventaire des sceaux des archives de la ville de Strasbourg de 1050 à 1300, Strasbourg, 1946, p. 43, no123 (avec la date erronée du 14 janvier pour l’acte de 1263) avec un diamètre de 55 mm (repris dans MolsMA, p. 50) et Brigitte Bedos, Corpus des sceaux français du Moyen Âge, t. I, Les sceaux des villes, Paris, 1980, p. 333, no430, diamètre : 50 mm (sur les imperfections de cet ouvrage, voir le compte rendu de Georges Bischoff dans RA, 107, 1981, p. 314-315). Les mesures ont été prises dans les deux cas sur des empreintes aux bords rognés. Celle de 1307, quoique cassée, permet d’estimer la taille du sceau à 59 voire 60 mm.

13 . Filet perlé : « trait continu sur lequel des grains ou perles font régulièrement une légère saillie » ; champ : « partie du sceau qui comporte l’image et est délimité par un filet ou grènetis » (VocSig, respectivement, p. 147, no202 et p. 141, no190).

14 . Exergue : « partie du sceau comprise entre le bord de l’empreinte et le champ » (VocSig, p. 143, no194).

15 . Germain Demay, La paléographie des sceaux, Paris, 1881, p. 2-5, parlait de « l’écriture capétienne » des XIe-XIIIe siècle mais une telle terminologie n’a guère de sens ici. Depuis lors et malgré l’appel lancé en 1981 par M. Pastoureau, op. cit. (n. 2), p. 66-67, aucune étude en français n’a paru à notre connaissance.

16 . Harald Drös, « Siegelepigraphik im Umfeld des ältesten Kölner Stadtsiegels », Archiv für Diplomatik, 39, 1993, p. 149-199, notamment, p. 158-159, 164, n. 55.

17 . Respectivement : Wilfried Schöntag, Kommunale Siegel und  Wappen in Südwestdeutschland. Ihre Bildersprache vom 12. bis zum 20. Jahrhundert, Ostfildern, 2010, p. 35 et 33. Voir aussi le sceau de Ladenburg, près de Heidelberg, de 1284 (ibid., p. 36).

18 . L’usage des capitales « romanes » dans les inscriptions allemandes est caractéristique du XIe et du début du XIIe siècle, avant que ne développent les inscriptions gothiques (Walter Koch, Inschriftenpaläographie des abendländischen Mittelalters und der früheren Neuzeit. Früh- und Hochmittelalter, Wien/München, 2007, p. 159-163).

19 . W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 13.

20 . Toni Diederich, « Zur Bedeutung des Keuzes am Anfang von Siegelumschriften », in Peter Rück, éd., Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, Sigmaringen, 1996, p. 164-166. Au XIIIe siècle, la croix pouvait encore se lire : In nomine Domini (amen) (p. 166).

21 . Marque de doigts : « empreintes d’un ou de plusieurs doigts, qui, dans certaines chancelleries, étaient appuyées au dos du sceau dans la cire amollie, au moment du scellage » (VocSig, p. 79, no69). La paroi du creux paraît lisse, mais on note des traces d’empreintes digitales sur la partie plane du dos. Cf. infra, n. 30.

22 . Brigitte Bedos, « L’emploi du contre-sceau au Moyen Âge : l’exemple de la sigillographie urbaine », Bibliothèque de l’École des Chartes, 138/2, 1980, p. 169-170 (qui cite 25 sceaux sans contre-sceau de villes alsaciennes mais pas celui de Molsheim). La pratique des doigts se retrouve à Dijon (Markus Späth, « Art for new corporations: Seal imagery of French urban communities in the Thirteenth Century », in Susan Solway, éd., Medieval Coins and Seals. Constructing Identity, Signifying Power, Turnhout, 2015, p. 341). – Ces marques de doigts alsaciennes (on les trouve par exemple en 1350 sur la douzaine de sceaux de l’acte AVES, CH 64, no1364) prolongent peut-être à leur manière l’implication personnelle du sigillant qui résultait du dépôt de quelques cheveux dans les sceaux royaux mérovingiens et carolingiens, cf. Philippe Charlier, Marie-Adélaïde Nielen et Agnès Prévost, « Les sceaux des « rois chevelus », une énigme médiévale », Archéologia, 504, 2012, p. 40-47, et Marie-Adélaïde Nielen, « Le corpus des documents mérovingiens et carolingiens des Archives Nationales : de l’étude à la valorisation », in M. Libert et J.-F. Nieus, op. cit. (n. 1), p. 24, 42-43.

23 . Sceau attesté entre ADBR, H 1513/8 [1369, 5 janvier] et G 1818/4 [1565, 5 janvier].

24 . MolsMA, p. 51.

25 . Sur le sceau de l’acte ADBR, H 1466/8 [1409, 28 janvier], on voit clairement que la bordure excédait d’un bon millimètre le filet extérieur de l’exergue. C’est cette partie externe qui a le plus pâti des manipulations.

26 . ADBR, H 1483/14 [1387], H 1448/15 [1426], D 81/10 [1428], D 42/2 [1436], D 59/6 [1438], D 36/7 [1455] et encore au XVIe siècle comme D 65/1 [1561].

27 . Le sceau d’un acte du 19 juillet 1361 (ADBR D 57/2) validé par les autorités municipales est perdu. La formule d’annonce du sceau ne permet pas de déterminer de quel type il était.

28 . Qualificatif donné par G. Demay, op. cit. (n. 15), p. 5. On parle de majuscules gothiques pour qualifier l’épigraphie allemande à partir des XIIe-XIIIe siècle (W. Koch, op. cit. (n. 18), p. 201-215). Pour les siècles ultérieurs, il manque une synthèse, pourtant annoncée (ibid., p. 246).

29 . Un tel N se trouve ainsi sur le premier sceau de Steinbach (comm. Baden-Baden) en 1313, le H minuscule sur le deuxième sceau de cette petite ville en 1363 (W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 34).

30 . ADBR, H 1483/32 [1461]. Traces aussi sur un petit fragment ADBR, D 42/13 [1563]. Une recherche systématique de ces empreintes avec les technologies actuelles offrirait d’intéressantes perspectives, comme celle de savoir si c’est la même personne qui a apposé son doigt au dos d’empreintes successives. Markus Späth (Giessen) a mené en 2015 une étude de ce genre sur les sceaux de Spire (http://siegel.hypotheses.org/).

31 . Entre les actes ADBR, H 1483/32 [1461] et D 59/3 [1525]. Le dos du sceau de H 1513/24 [1467] est très abîmé et semble n’avoir eu qu’une entaille profonde, mais une marque de doigt n’est pas impossible.

32 . Entre les actes ADBR, D 58/1 [1403] et D 36/4 [1455].

33 . Les entailles réapparaissent en 1529 avec ADBR, H 1483/33 et on en trouve jusqu’en 1568 (G 1818/7), mais la marque de doigts est présente sur D 63/18 [1544], G 1818/2 [1561] et 4 [1565].

34 . Dernier type II : ADBR, H 1818/4 [1565, 10 janvier] ; premier type « III » : H 1818/6 [1567, 14 novembre]. Les sceaux des actes G 1818/5 [1566, 18 novembre] et G 3516/2 [1567, 26 mai] sont perdus.

35 . Le plus ancien acte repéré avec une boite (cf. VocSig, p. 197-198, no302) est ADBR, D 65/9 [1574, 27 décembre]. L’acte G 1818/7 [1568, 12 juillet] en est encore dépourvu. Les sceaux de D 78/8 [1572] et G 1818/8, 9 et 10 [1573] et 11 [1574] sont perdus.

36 . On trouve une boite intégralement conservée mais vide au bas d’un acte du 30 décembre 1690 (Archives municipales de Molsheim (AMM) GG 210). Il n’y a pas de trace visible de cire ce qui fait douter du scellement de l’acte.

37 . Par exemple : ADBR, H 1818/7 [1568], D 65/9 [1574], G 3516/4 [1578], D 65/12 [1599] et H 1260/21 [1617]. C’est ce type qui est reproduit sans indication de cote dans Joseph Gass, Album Molsheim, Bruxelles, 1981 (éd. orig. : 1911), p. 5.

38 . Empreintes repérées : ADBR, H 1263/13 et 26 [1676], 32 [1677], 39 [1678], AMM, GG 259 [1683] et GG 209 [1689].

39 . Photographie dans Antoine Follain et al., « Étude du procès fait à Anthoine Petermann prévenu d’homicide sur sa belle-fille en 1617 à Sainte-Croix dans le Val de Lièpvre », in Idem, dir., Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle), Strasbourg, 2015, p. 450 (avec mention de la cote incomplète ADBR, H 1215) ; reproduite dans T. Brunner, op. cit. (n.*), p. 35.

40 . AVES, CH 6, no119. L’acte est édité sans référence archivistique dans Friedrich Wilhelm et al., éd.,Corpus der altdeutschen Originalurkunden bis zum Jahr 1300, t. V, Lahr, 1963, p. 23, no32 (66b).

41 . Cf. MolsMA, p. 24-25. On attend la parution des actes du colloque Strasbourg, le Rhin, la liberté. 1262-2012 : 750e anniversaire de la bataille de Hausbergen (Strasbourg, 8 et 9 mars 2012).

42 . AVES, 1AH 7568/1. L’acte est inédit et non mentionné dans l’inventaire de MolsMA, p. 232.

43 . Ainsi, l’acte de 1263 laisse entendre qu’un exemplaire de la même charte, scellé par les Strasbourgeois, avait été remis aux bourgeois de Molsheim (AVES, CH 6, no119), mais il est perdu, comme d’autres actes de cette époque (cf. METZ_2008, p. 137, n. 82). On notera par ailleurs que la matrice conservée du sceau de la commune de Dijon a été datée des environs de 1200, alors que la plus ancienne empreinte remonte à 1234 (M. Späth, op. cit. (n. 22), p. 336).

44 . A contrario, on a pu noter la rareté relative de la production écrite, comparée aux régions environnantes, en Alsace au Moyen Âge central (Benoît-Michel Tock, « L’autorité de l’écrit en Alsace au Moyen Âge », in Claude Muller et Élisabeth Clementz, éd., Autorité, Liberté, Contrainte en Alsace. Regards sur l’histoire d’Alsace, XIe-XXIe siècle, Nancy, 2010, p. 27). Mais là encore, se pose la question des pertes documentaires.

45 . MolsMA, p. 48 et Markus Späth, « Zeichen bürgerschaflicher Repräsentation - Reichsstädtische Siegel und ihre künstlerischen Kontexte », in Helge Wittmann, Reichszeichen: Darstellungen und Symbole des Reichs in Reichsstädten. 2. Tagung des Arbeitskreises « Reichsstadtgeschichtsforschung », Mühlhausen 3. bis 5. März 2014, Petersberg, 2015, p. 145 (sur Frédéric II). Sur ces fondations de ville, il manque pour la Basse-Alsace l’équivalent du travail de G. Zeilinger sur la Haute-Alsace, qui doit prochainement paraître (cf. Gabriel Zeilinger, « La ville négociée », RA, 140, 2014, p. 443-447).

46 . Constat établi pour l’ensemble du territoire français actuel dans B. Bedos, opcit. (n. 12), p. 15.

47 . Ibid., p. 15-16 ; Brigitte Bedos-Rezak, « Les types des plus anciens sceaux des communautés urbaines du nord de la France », in Les chartes et le mouvement communal. Colloque régional (octobre 1980) organisé en commémoration du neuvième centenaire de la commune de Saint-Quentin, Saint-Quentin, 1982, p. 41 et M. Späth, op. cit. (n. 45), p. 162, n. 20. On ne peut par conséquent soutenir l’affirmation selon laquelle le sceau à lui seul atteste l’autonomie communale (Bernhard Metz, « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1200-1350) », RA, 128, 2002, p. 47-100 (METZ_2002), p. 48). Ainsi, en 1303, la ville d’Erstein scelle elle-même la charte de franchise en sa faveur (ibid., p. 81) : elle disposait par conséquent d’un sceau avant l’acte. Il va toutefois de soi que la possession d’un sceau permettait à une communauté une plus grande autonomie d’action – quel qu’ait été son statut.

48 . MolsMA, p. 261, PJ no1. Le sceau des villes de fondation impériale rappelle généralement cette origine en figurant le souverain ou une aigle (M. Späth, op. cit. (n. 45), p. 141). Le deuxième sceau de Spire (1231) le fait de façon plus subtile en montrant la partie de la cathédrale liée aux privilèges impériaux (ibid., p. 154-155). Dans une logique un peu similaire, l’aigle du sceau de Haguenau de 1215 surmonte un Burg qui abrite la chapelle palatiale (Laurence Buchholzer-Remy, « Die Burg oder die Rose? Das Schicksal der Reichssymbole in Hagenau », in H. Wittmann, op. cit. (n. 45), p. 223-224). Nul indice d’iconographie impériale à Molsheim : est-ce à dire que le sceau n’est pas lié à cette fondation en 1220 et serait donc plus tardif ? Il faudrait un aperçu de l’iconographie des sceaux de toutes les communes fondées par Frédéric II pour se prononcer.

49 . On trouve la communauté des paroissiens (universitas parochianorum) dans un acte de 1243, puis universitas civium en 1254 (METZ_2008, p. 137, n. 82). C’est l’exact équivalent de l’expression allemande de 1263. Universitas civium désigne aussi les villes d’Obernai (1240), d’Ebermunster (1258), de Rhinau (1261/3), de Kaysersberg (1262) (ibid., p. 152, n. 255, p. 156, n. 284 et METZ_2002, p. 77, n. 300 et p. 93, n. 457) ou de Mulhouse (1266/76) (Édouard Benner, « Les sceaux et armoiries de la ville de Mulhouse (1266-1911) », in Bulletin du Musée historique de Mulhouse, 1911/2, p. 24). L’expression est attestée dans le monde germanique dès 1171 à Hildesheim, 1181 à Brême, 1198 à Spire et 1207 à Ratisbonne et à Cologne (Pierre Michaud-Quantin, Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris, 1970, p. 51).

50 . Erich Maschke, « Continuité sociale et histoire urbaine médiévale », Annales ESC, 15/5, 1960, p. 936-938. Burgensis est venu du domaine français (p. 937). Voir la carte de diffusion du mot dans Jacques Le Goff, dir., Histoire de la France urbaine, t. II, La ville médiévale : des Carolingiens à la Renaissance, par André Chédeville, Jacques Le Goff et Jacques Rossiaud, Paris, 1980, p. 104. Burgenses et cives et n’étaient pas de parfaits synonymes : ils ont pu refléter à l’origine une distinction topographique entre les habitants de la partie fortifiée d’une agglomération (le burg) et ceux du reste de la localité. À Strasbourg vers 1200, les burgenses relèvent d’une catégorie sociojuridique particulière tandis que cives désigne l’ensemble de la communauté (Yuko Egawa, Stadtherrschaft und Gemeinde in Straßburg vom Beginn des 13. Jahrhundert bis zum Schwarzen Tod (1349), Trier, 2007, p. 47-49). Une telle distinction était-elle aussi appliquée au sein de la petite communauté molshémienne ?

51 . Thomas Brunner, « Le passage aux langues vernaculaires dans les actes de la pratique en Occident », Le Moyen Âge, 115/1, 2009, p. 60-61.

52 . Ainsi, les habitants de Cernay sont désignés comme cives en 1258 puis comme burgenses en 1271 (METZ_2002, p. 66-67, cf. aussi Olivier Richard, « Bürger - burger, bourgeois », DHIA, 2, p. 242-245).

53 . Il faudrait un dépouillement systématique des légendes sigillaires de la région pour avancer sur la question. La formule sigillum civium de + nom de ville, se trouve à Fribourg-en-Brisgau (1218), à Neuenburg (1261), à Renchen (1263), à Lahr et Sulzburg vers 1300. Monika Escher et Frank G. Hirschmann, dir., Die urbanen Zentren des hohen und späteren Mittelalters. Vergleichende Untersuchungen zu Städten und Städtelandschaften im Westen des Reiches und in Ostfrankreich, Trier, 2005 (3 tomes) (urbZent), t. II, p. 205, 91, 507, 332, 603) ; à Kaysersberg en 1278 (B. Bedos, op. cit. (n. 12), p. 264, no 328), à Obernai en 1285 (Christine Muller, « Les sceaux d’Obernai. Essai de typologie », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Dambach-la-Ville, Barr et Obernai, 32, 1998, p. 98). On trouve sigillum burgensium de + nom de ville, à Brisach en 1227 (urbZent, t. II, p. 456). La deuxième formule est attestée sur les sceaux des villes flamandes de Bergues et d’Ypres (scabinorum et burgensium) dans les années 1190, en 1201 à Strasbourg (burgensium civitatis), en 1223 à Lübeck, en 1226 à Oppenheim (Rhénanie-Palatinat), en 1231 à Lippstadt (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) et en 1237 à Emmerich am Rhein (même Land), cf. Harald Drös et Hermann Jakobs, « Die Zeichen einer neuen Klasse. Zur Typologie der frühen Stadtsiegel », in Konrad Krimm et John Herwig, éd., Bild und Geschichte. Studien zur politischen Ikonographie. Festschrift für Hansmartin Schwarzmaier zum 65. Geburstag, Sigmaringen, 1997, p. 154-156 (dont la liste s’arrête en 1255). On le trouve aussi dans la ville polonaise de Chełmo en 1233 (p. 141).

54 . Robert Will, « L’église paroissiale primitive de Molsheim. Recherches sur l’architecture et le décor d’un monument disparu », ASHAME, 1994, p. 53-55. Notons que sur un vitrail de la cathédrale de Strasbourg d’environ 1270 (proche du sceau de 1263 donc), la roue du martyre a aussi huit rayons (cf. infra, n. 172).

55 . METZ_2002, p. 48.

56 . urbZent, METZ_2002 et 2008. Sur les critères retenus, voir urbZent, t. I, p. 25-33 et METZ_2002, p. 49-50. La dernière partie de l’enquête de cet auteur (villes classées alphabétiquement après Rosheim) n’est pas encore parue.

57 . Voir les critiques de Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006, p. 26-28 et de METZ_2008, p. 129.

58 . Patrick Boucheron, Denis Menjot et Marc Boone, « La ville médiévale », in Jean-Luc Pinol, dir., Histoire de l’Europe urbaine, t. I : De l’antiquité au XVIIIe siècle, Paris, 2003, p. 395 (carte) et 398.

59 . Grégory Oswald, « Les fortifications de Molsheim du XIIe au XVIIIe siècle », ASHAME, 1994, p. 15-20, et Bernhard Metz, « Trois cimetières fortifiés à Molsheim et environs », ASHAME, 2008, p. 80-85.

60 . Les textes du XIIIe siècle ne parlent jamais de communia ou commune, termes rares dans l’espace germanique. Le second est attesté à Soest avant 1200 et quelques décennies plus tard à Lübeck, Hambourg et Hildesheim (P. Michaud-Quantin, op. cit. (n. 49), p. 155). On trouve communitas en 1260 à Soultz-Haut-Rhin (urbZent, t. II, p. 602) et communitas ville en 1303 à Bergheim (METZ_2002, p. 61, n. 141). Comme on l’a vu, universitas est le terme courant (cf. supra, n. 49) : il est utilisé seul à propos de Rosheim (1232), Saverne (1235) ou Sélestat (1241) (METZ_2002, p. 163, urbZent, t. II, p. 596 et 551). En revanche, son équivalent allemand, algimeine, semble être un hapax au niveau régional. Voir également Manfred Groten, « Der Heilige als Helfer der Bürger. Auf dem Weg zur Stadtgemeinde : Heilige und frühe Stadtsiegel », in Siegfried Schmidt et al., Rheinisch – Kölnisch – Katholisch. Beiträge zur Kirchen- und Landesgeschichte sowie Geschichte des Buch- und Bibliothekswesens der Rheinlande. Festschrift für Heinz Finger zum 60. Geburstag, Köln, 2008, p. 126-130.

61 . urbZent, t. II, p. 423-425 ; METZ_2008, p. 141.

62 . urbZent, t. II, p. 601 et 52. Spire en totalise alors 42 (p. 576).

63 . METZ_2008, p. 133 ; urbZent, t. II, p. 602. Pour Mulhouse, il y a désaccord entre les deux publications : la première, plus fouillée, ne lui attribue que 6 points (p. 146), la seconde 8 (p. 437 ainsi que ibid., t. III, Karte 4).

64 . METZ_2008, p. 155, urbZent, t. II, p. 555.

65 . Ibid., p. 551 (Sélestat) et 666 (Wissembourg) ; METZ_2002, p. 73 (Colmar) et 92 (Haguenau).

66 . Respectivement : urbZent, t. II, p. 91, 209, 303, 456, 478.

67 . METZ_2002, p. 82 (Erstein), 87 (Guebwiller), signalons que Dachstein a 8 points en 1300 (p. 75) ; METZ_2008, p. 157 (Rhinau), 165 (Rosheim) ; urbZent, t. II, p. 596 (Saverne).

68 . En 1300, 25 localités avaient le rang de centre urbain en Alsace d’après urbZent, t. III, Karte 5.

69 . En 1261, le système d’alerte de l’évêque de Strasbourg avait pour point nodal Molsheim : les cloches de son église étaient au centre d’un réseau de clochers en direction de Sélestat, Rhinau, Saverne et Haguenau (d’après le Bellum Walterianum d’Elenhard, éd. Philipp Jaffé, MGH SS, t. XVII, Hanovre, 1891, p. 107, § 11).

70 . Le panorama de Robert-Henri Bautier, « Le cheminement du sceau et de la bulle des origines mésopotamiennes au XIIIe siècle occidental », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 54-59, 1984-1989, p. 41-84, doit être corrigé sur plusieurs points comme le montreront nos notes.

71 . Jean-Luc Chassel, « L’usage du sceau au XIIe siècle », in Françoise Gasparri, dir., Le XIIe siècle. Mutations et renouveau en France dans la première moitié du XIIe siècle, Paris, 1994, p. 88.

72 . Celle-ci apparaît en fait au bas Moyen Âge, cf. Claude Jeay, Signature et pouvoir au Moyen Âge, Paris, 2015.

73 . R.-H. Bautier, op. cit. (n. 70), p. 59-62.

74 . Ibid., p. 63.

75 . Jean-François Nieus, « Early Aristocratic Seals : An Anglo-Norman Success Story », in Elisabeth Van Houts, éd., Anglo-Norman Studies XXXVIII. Proceedings of the Battle Conference, Woodbridge, 2015, p. 100. R.-H. Bautier, op. cit. (n. 70), p. 65-66 évoquait un sceau ducal du Xe siècle.

76 . Jean-François Nieus, « L’introduction du sceau équestre dans l’empire », in M. Libert et J.-F. Nieus, op. cit. (n. 1), p. 125-156 ; J.-F. Nieus, op. cit. (n. 75), p. 97-123.

77 . Ibid., p. 110-118.

78 . J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 66-69.

79 . Ibid., p. 71 : sceaux de bourgeois de Rouen et peut-être de paysans en Normandie.

80 . Il y a eu des sigillantes : la plus ancienne connue dans l’espace allemand est la comtesse palatine Adelaïde en 1097 (R.-H. Bautier, op. cit. (n. 70), p. 68). On en connaît quatre dans la haute aristocratie du nord de la France autour de 1100 (J.-F. Nieus, op. cit. (n. 75), p. 119-122). Voir aussi Brigitte Bedos-Rezak, « Women, seals and power in medieval France, 1150-1350 », in Mary C. Elder et Maryanne Kowalewski, Women and power in the Middle Ages, Athens/London, 1988, p. 61-82 et Andrea Stieldorf, Rheinische Frauensiegel. Studien zur rechtlichen und sozialen Stellung weltlicher Frauen im 13. und 14. Jahrhundert, Köln/Wien, 1999.

81 . W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 16 et J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 74-77.

82 . AVES, 1AH 7568/1 et ADBR, G 1818/1.

83 . J.-L. Chassel, op. cit. (n. 71), p. 77. Voir aussi Robert-Henri Bautier, « L’authentification des actes privés dans la France médiévale. Notariat public et juridiction gracieuse », in Notariado público y documento privado, de los origines al siglo XIV. Actas del VII Congreso internacional de diplomatica (Valencia, 1986), t. II, Valence, 1989, p. 701-772, notamment p. 713-736 sur le notariat dans les villes du Midi ; ainsi que Jean Hilaire, La science des notaires. Une longue histoire, Paris, 2000, p. 32-66.

84 . C’est ce que montre la présence de cheveux dans les sceaux mérovingiens et carolingiens, cf. supra, n. 22. Cette fonction perdure évidemment durant tout le Moyen Âge pour les sceaux personnels, voir Brigitte Bedos-Rezak, « L’au-delà du soi. Métamorphoses sigillaires en Europe médiévale », Cahiers de civilisation médiévale, 196, 2006, p. 337-358.

85 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 131-138, M. Späth, op. cit. (n. 45), p. 141.

86 . H. Drös, H. jakobs, op. cit. (n. 53), p. 128-139.

87 . Datation haute : Cologne en 1114/1118, Mayence en 1119, Trèves après 1110, et Aix-la-Chapelle entre 1127 et 1134 (Manfred Groten, « Studien zur Frühgeschichte deutscher Stadtsiegel, Trier, Köln, Mainz, Aachen, Soest », Archiv für Diplomatik, 31, 1985, p. 443-478). Elle a été contestée par une datation faisant remonter le sceau des instances municipales des trois métropoles ecclésiastiques à l’époque d’Eugène III et du concile de Reims : Trèves en 1147, Mayence vers 1148 et Cologne en 1148/1149 (cf. H. Drös, op. cit. (n. 16) et Hermann Jakobs, « Nochmals Eugen III. und die Anfänge europäischer Stadtsiegel », Archiv für Diplomatik, 39, 1993, p. 85-139). Aix a usé en 1134, 1158 et 1200 du sceau dit de Charlemagne, remplacé par le sceau de la civitas en 1215 (ibid., p. 139-148). À Soest, le sceau est attesté dans les années 1160, mais pourrait remonter aux années 1140 (Wolfgang Krauth, « Stadtsiegel in Soest und Coesfeld. Zwei westfälische Bischofsstädte im Vergleich », in Markus Späth, éd., Die Bildlichkeit korporativer Siegel im Mittelalter. Kunstgeschichte und Geschichte im Gespräch, Köln, 2009, p. 212).

88 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 126-131.

89 . Gand (1147), la petite localité d’Ename (1150) puis Tournai (1160) et Ypres (1170) (Thérèse de Hemptinne et Walter Prevenier, « La Flandre au Moyen Âge. Un pays de trilinguisme administratif », in La langue des actes. Actes du XIe Congrès international de diplomatique (Troyes, jeudi 11-samedi 13 septembre 2003), Olivier Guyotjeannin, éd., http://elec.enc.sorbonne.fr/CID2003/de-hemptinne_prevenier) ; Liège (1185), Anvers (1194) (M. Fabre, op. cit. (n. 2), p. 38) ; Douai en 1181 (Thomas Brunner, « Le « Martinet », grand sceau de la commune de Douai (fin XIIe-XVe siècle). Recherches sur le sens perdu d’un sceau », in M. Libert et J.-F. Nieus, op. cit. (n. 1), p. 252). Dès les années 1150, Péronne, Amiens ou Valenciennes émettaient leurs premiers actes, mais les sceaux de cette époque ne sont pas conservés (Benoît-Michel Tock, « La diplomatique urbaine du XIIe siècle dans le Nord de la France », La diplomatique urbaine, op. cit. (n. 6), p. 502, 518).

90 . Jane E. Sayers, The land of chirograph, writ and seal : The absence of graphic symbols in English documents, in PRück, op. cit. (n. 20), p. 537.

91 . Geertrui van Synghel, « Urban diplomatics in the Northern Low Countries », in La diplomatique urbaine, op. cit. (n. 6), p. 537 ; Eef Dijkhof, « The growing literacy in the towns of the County of Holland and Zeeland », ibid., p. 135-137 ; Ralph Griffiths, « The authors of urban records in Medieval Wales », ibid., p. 170 ; José Marques, Maria Helena da Cruz Coelho, Armando Luís de Carvalho Homem, « Diplomatique municipale portugaise (XIIIe-XVe siècles) », ibid., p. 283.

92 . Artur Dirmeier, « Mit Brief und Siegel : Beglaubigungsmittel an Donau und Rhein », in Jörg Oberste, dir, Repräsentationen der mittelalterlichen Stadt, Regensburg, 2008, p. 195-197, Peter Csendes, « Die Anfänge des städtischen Urkundenwesens in Österreich », in La diplomatique urbaine, op. cit. (n. 6), p. 93, Thomas Vogtherr, « Die Anfänge des städtischen Urkundenwesens in Sachsen », ibid., p. 535.

93 . urbZent, t. II, p. 597. Il pourrait remonter au dernier quart du XIIe siècle d’après certains traits stylistiques (Charles Wittmer, « Le sceau le plus ancien de la ville de Strasbourg », Revue française d’héraldique et de sigillographie, 3-4, 1939, p. 103) ou à la tout fin du siècle (Strasbourg 1200-1230 : la révolution gothique, Strasbourg, 2015, p. 222, cat. 29). À Spire, il est attesté en 1207, à Bâle en 1225 (urbZent, t. II, p. 573, 49).

94 . METZ_2002, p. 70 (Colmar), 89 (Haguenau) ; METZ_2008, p. 153 (Obernai) ; urbZent, t. II, p. 90 (Brisach), 205 (Fribourg), 695 (Saverne) ; Rouffach (Staatsarchiv des Kantons Basel-Stadt, Klosterurkunden Klingental Nr. 3 [21 novembre 1241], merci à Olivier Richard pour cette référence). Les « communes » alsaciennes sans sceau sont alors : Molsheim, Mulhouse, Rosheim, Sélestat et Wissembourg (et Neuenburg), urbZent, t. III, Karte 10 (à corriger pour Rouffach).

95 . Gengenbach (1291), Kenzingen (1280), Lahr (1305), Neuenburg (1261), Offenburg (1269 [perdu], 1284), Renchen (1263) et Sulzburg (vers 1300), urbZent, t. II, p. 223, 303, 455, 478, 507 et 603.

96 . METZ_2002, p. 54 (Altkirch), 67 (Cernay), 74 (Dachstein), 78 (Eguisheim), 81 (Erstein), 84 (Guebwiller), 93 (Kaysersberg) ; METZ_2008, p. 138 (Molsheim), 144 (Mulhouse), 147 (Munster qui est une communitas vallis), 150 (Neuwiller-lès-Saverne), 156, n. 285 (Rhinau), 163 (Rosheim) ; urbZent, t. II, p. 550 (Sélestat), 554 (Seltz), 602 (Soultz-Haut-Rhin), 572 (Thann), 664 (Wissembourg) et 695 (Saverne).

97 . AVES, CH 6, no120 (la paroisse englobait les localités de Mutzig, Wege et Hermolsheim) ; B. Bedos, op. cit. (n. 12), p. 365, no483.

98 . La remarque vaut en tout cas pour le Rhin supérieur : Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein. 1250-1350, Paris, 2001, p. 250-270.

99 . Il n’est pas impossible toutefois que pendant quelques décennies les deux types aient été utilisés simultanément, car l’annonce du sceau d’un acte de 1404 mentionne un petit sceau : « der stette zu Mollesheim clein ingesigel » (AVES, 7AST2/11). L’empreinte est perdue mais, sauf à imaginer un type inconnu, elle doit correspondre au type II. La ville avait-elle au début du XVe siècle, un grand et un petit sceau, de même qu’à Obernai on utilisait alors le sigillum civium et le sigillum secretum opidi (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 98, types 2 et 3) ? Le problème est qu’on n’a plus de trace du type I après 1350, en dépit de la relative abondance documentaire vers 1400 (six actes entre 1403 et 1410, dont quatre scellés du type II, les deux autres sceaux étant perdus). En renvoyant au type II, la désignation de petit sceau pourrait-elle simplement manifester chez le rédacteur le souvenir de l’existence du type I, de plus grande dimension mais d’usage révolu ?

100 . Selon lui, le type II avait été utilisé à la fin du XIIIe siècle comme « petit sceau » (réservé à la validation des actes privés), aux côtés du grand sceau (notre type I) dévolu aux actes plus politiques. Il donne comme autres exemples Altkirch et Kaysersberg (R.‑H. Bautier, op. cit. (n. 83), p. 746). Son raisonnement s’appuie sur B. Bedos, op. cit. (n. 12), p. 47, no25 et p. 264, no328. Or dans cet inventaire, la lecture de la légende du second sceau d’Altkirch est erronée : le prétendu sigillum parvum est en fait un sigillum procuratoris (METZ_2002, p. 54, n. 47). Pour Kaysersberg, l’usage d’un petit sceau n’est guère plus manifeste. Le raisonnement de R.‑H. Bautier sur cet usage particulier de petits sceaux dans les petites villes alsaciennes se fonde donc sur des informations erronées…

101 . Nombre d’années entre deux types attestés : Cologne (1149/1269) : 120 ans ; Würzburg (1195/1237) : 42 ans ; Coblence (1198/1237/1254) : 39 ans puis 17 ans ; Ratisbonne (1211/1250/1307) : 39 ans puis 57 ans ; Augsbourg (1234/1260) : 26 ans ; Bamberg (1234/1279) : 55 ans ou Ingolstadt (1291/1314/1347) : 23 ans puis 33 ans (cf. A. Dirmeier, opcit. (n. 92), p. 197-205). Villes alsaciennes : Obernai (1240/1285) : 45 ans (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 98) ; Mulhouse (1266/1293) : 27 ans (E. Benner, op. cit. (n. 49), p. 24-25) ; Eguisheim (1272/1330) : 58 ans ; Kaysersberg (1278/1303) : 25 ans (METZ_2002, p. 78 et 93). À Colmar, deux types sont successivement attestés en 1214 et 1222 (METZ_2002, p. 70). A-t-on gravé deux types à seulement huit années de distance ? Le premier était-il (bien) plus ancien ? Toujours est-il que le second était encore en usage en 1281 (Bedos, op. cit. (n. 12), p. 185, no214).

102 . Le type « 2 » d’Obernai entre 1285 et 1521 (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 98) ; à Constance, entre 1294 et 1577 (W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 33). La petite ville de Steinbach a eu un même sceau entre 1363 et 1596 soit 233 ans (ibid., p. 34).

103 . À Strasbourg, le sceau de 1201 est encore utilisé au XVIIe siècle ; celui de 1231 à Spire au XVIIIe siècle (M. Späth, op. cit. (n. 45), p. 153). Pour Arras et Douai, cf. T. Brunner, op. cit. (n. 89), p. 258, n. 48.

104 . Cf. MolsMA, p. 51. L’histoire sigillaire d’Obernai est mieux documentée : la matrice d’un sceau fut perdue en 1559 à Strasbourg et en 1567, le conseil en fit briser une autre pour la remplacer (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 102-103). Toutefois, la matrice en bronze du deuxième sceau de la ville, attesté depuis 1285, a été conservée jusqu’à nos jours (ibid., p. 98). En 1381, le maire de Londres fit pour sa part remplacer l’ancienne matrice, qui n’était plus à son goût (B. Bedos-Rezak, op. cit. (n. 84), p. 339).

105 . À défaut de pouvoir proposer ici une estimation du volume (en raison de la forme irrégulière du dos) et de la masse de cire requise, ce constat s’appuie sur l’aire des deux sceaux, le type I fait 10.930 mm2, le type II 4.534 mm2, soit un rapport de 2,4.

106 . R.-H. Bautier, op. cit. (n. 83), p. 746-747.

107 . AVES, CH 6, n° 120 : s’[anctus] mauric/ius. Le texte est écrit de façon libre dans le champ et sa disposition maladroite (prénom coupé ; disposition oblique cassée vers la fin sur la première ligne) ainsi que l’absence de cadre que l’on trouve d’ordinaire autour de ce type de textes (le phylactère ou listel, cf. VocSig, p. 145, no197), laissent à penser que l’indication n’avait pas été prévue initialement par le graveur (reproduit dans T. Brunner, op. cit. (n.*), p. 38). Il suffit de comparer avec la belle inscription, nette et régulière, du champ du sceau d’Obernai de 1240 : S. Petrus (Chr. Muller, op. cit. (n. 53), p. 97-98).

108 . MolsMA, p. 49.

109 . Même si on a pu noter que le sceau est parfois le seul indice d’un culte local quand les sources écrites font défaut (M. Fabre, op. cit. (n. 2), p. 154, n. 242).

110 . A. Follain, op. cit. (n. 39), p. 441 : des textes en parlent à Metz en 1364 et 1373. Sur les origines persanes ou égyptiennes du supplice, voir Jozef Vergote, « Eculeus, Rad- und Pressefolter in den ägyptischen Märyrerakten », Zeitschrift für die neutestamentlische Wissenschaft und die Kunde der älteren Kirche, 38, 1938 (1939), p. 239-240.

111 . Respectivement : Codex Statutorum Zviccaviensium, f. 72vo (reproduit dans Wolfgang Schild, Folter, Pranger, Scheiterhaufen. Rechtsprechung im Mittelalter, München, 2010, p. 161) et Spiezer Chronik, Berne, Burgerbibliothek, Mss.h.h.I.16, f. 505vo, http://www.e-codices.unifr.ch/fr/bbb/Mss-hh-I0016/506/0/Sequence-50.

112 . La masse était aussi utilisée, comme le montre une illustration de Fribourg en Nuithonie de 1574 (W. Schild, op. cit. (n. 111), p. 174).

113 . Antoine Follain, Le crime d’Anthoine. Enquête sur la mort d’une jeune femme dans les Vosges au XVIIe siècle, Paris, 2017, p. 122-127. À l’époque moderne, on pouvait pratiquer un étranglement préalable par pitié. Est-ce déjà le cas au XIIIe siècle ?

114 . Ibid., p. 127-133, W. Schild, op. cit. (n. 111), p. 170.

115 . Hermann Schmoeckel, Das Soester Nequambuch, Leipzig, 1924, p. 2 et pl. VIII. Cf. https://de.wikipedia.org/wiki/Schrae#/media/File:Soester_Nequambuch_N_N_Soest_Stadtarchiv.jpeg.

116 . Issu du concile de Vatican II, le calendrier général de 1969 maintient en effet la commémoraison de Georges au 23 avril (ce qui constitue certes une forme de rétrogradation puisqu’il ne bénéficie plus d’une fête majeure depuis 1960), cf. la mise au point dans André Mandouze, dir., Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. II, La semence des martyrs (33-313), Paris, 1987, p. 15.

117 . La littérature sur ce saint est pléthorique, on pourra renvoyer à l’aperçu récent et érudit donné par Jan M. F. Van Reeth, « Vie et geste de saint Georges. Légende et histoire », in Bart Janssens, Bram Roosen et Peter Van Deun, éd., Philomathetatos. Studies in Greek patristic and Byzantine texts presented to Jacques Noret for his sixty-fifth birthday, Louvain, 2004, p. 647-670, en l’occurrence p. 653-656. La prétendue origine cappadocienne vient d’une confusion avec un autre Georges. Les reliques du martyr initialement inhumées dans le petit village de Theuca furent rapidement translatées à Lydda.

118 . Franz Cumont, « La plus ancienne légende de saint Georges », Revue de l’histoire des religions, 114, 1936, p. 8. Voir aussi la recension exhaustive des versions de la légende in Wolfgang Haubrichs, Georgslied und Georgslegende im frühen Mittelalter. Text und Rekonstruktion, Königstein, 1979, p. 206-209.

119 . Une approximation de traduction entre le copte et le grec est sans doute à l’origine de cette confusion : pour découper un corps, on utilisait un pressoir de charpentier sur lequel des lames étaient attachées. Afin d’obtenir une pression suffisante pour déchiqueter le corps, on tournait une roue qui permettait d’enrouler les cordes actionnant le petit mécanisme. Par métonymie, la roue pouvait désigner tout le pressoir (Jozef Vergote, CR de Walter Till, Koptische Heiligen- und Märtyrerlegenden, t. 2, Rome, 1935, Revue d’histoire ecclésiastique, 34, 1938, p. 99-102). De cette lecture ont découlé des représentations fantaisistes du supplice de la roue, compilées en 1591 in Antonio Gallonio, Traité des instruments de martyre et des divers modes de supplice employés par les païens contre les chrétiens, Paris, 1904 (éd. italienne 1591), p. 23-30 (dessins : https://archive.org/stream/torturesettourments00galluoft#page/n41/mode/2up). Ce découpage du saint rappelle le mythe d’Osiris (J. M. F. Van Reeth, op. cit. (n. 117), p. 669-670).

120 . Ibid., p. 651-652. L’unique représentation du saint distribuant ses biens pour les pauvres, peinte à Saint-Martin de Tours vers 1060-1080, fut sans postérité (Esther Dehoux, « Vaincre le dragon. Saint Georges et les Templiers », in Damien Carraz et Esther Dehoux, éd., Images et ornements autour des ordres militaires au moyen âge. Culture visuelle et culte des saints (France, Espagne du nord, Italie), Toulouse, 2016, p. 182.

121 . Les récits de l’Antiquité tardive en parlent déjà, mais ce n’est qu’au XIIe siècle que cet épisode est mis en avant, puis fait l’objet de représentations en Occident avant qu’à la fin du XIIIe siècle, la Légende dorée de Jacques de Voragine ne lui assure un succès européen (J. M. F. Van Reeth, op. cit. (n. 117), p. 649, 657 et E. Dehoux, op. cit. (n. 120), p. 181, n. 4 et Eadem, Saints guerriers. Georges, Guillaume, Maurice et Michel dans la France médiévale (XIe-XIIIe siècle), Rennes, 2014).

122 . Cf. T. Brunner, op. cit., (n. 89), p. 262-263.

123 . B. Bedos, op. cit. (n. 12).

124 . Respectivement : Karl Schnapp, « Die historischen Hoheitszeichen der Stadt Bamberg », Bericht des Historischen Vereins Bamberg, 109, 1973, p. 58-65 (il propose aussi d’y voir saint Maurice ou saint Gangolf) et A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 198. Georges figure en chevalier sur un vitrail de la cathédrale de Strasbourg vers 1270 (cf. infra, n. 172).

125 . Emil Schulthess, Die Städte- und Landessiegel der Schweiz : ein Beitrag zur Siegelkunde des Mittelalters, Zürich, 1853, p. 115 et pl. xvi, no6 et 7.

126 . Georg Schreiber, Die Vierzehn Nothelfer in Volksfrömmigkeit und Sakralkultur : Symbolkraft und Herrschaftsbereich der Wallfahrtskapelle, vorab in Franken und Tirol, Innsbruck, 1959, p. 18 et 23 (première mention à Ratisbonne au XIVe siècle) et Lucien Pfleger, « Der grosse Nothelfer Sankt Georg », Elsassland Lothringer Heimat, 14, 1934, p. 65. On voit ainsi alors certaines églises prendre le vocable de Georges (cf. infra, n. 146-147).

127 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 65-66 (malheureusement sans donner les références de ses sources) et Georges Fritz, « Autour de Saint Georges », Archives de l’Église d’Alsace, 2, 1947-1948, p. 1-12.

128 . Voir les réflexions sur les enjeux du développement du culte des saints dans Marco Mostert, « Comment étudier le culte des saints ? En guise de conclusion », in Marek Derwich et Mihail Dmitriev, dir., Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l’époque moderne. Approche comparative, Wrocław, 1999, p. 469-473.

129 . Grégoire de Tours, Liber in gloria martyrum, c. 100, in Bruno Krusch, éd., MGH, SS rer. Merov., 1/2, Hanovre, 1885, p. 104-105.

130 . Venance Fortunat, Carmina, II, 12 (De basilica S. Georgi), in Friedrich Leo, éd., MGH, Auct. ant., IV/1, Berlin, 1881, p. 41.

131 . Charles-Albert Baud et Michel Hublin, « Le cimetière mérovingien de Saint-Jean-de-Gonville (Ain) », in Bernadette Fizellier-Sauget, dir., L’Auvergne de Sidoine Apollinaire à Grégoire de Tours. Histoire et archéologie. Actes des XIIIe Journées internationales d’archéologie mérovingienne (Clermont-Ferrand, 3-6 octobre 1991), Clermont-Ferrand, 1999, p. 354. – Reproduction de la fibule de Strasbourg dans Johannes-Baptist Aufhauser, Das Drachenwunder des heiligen Georg in der griechischen und lateinischen Ueberlieferung, Leipzig, 1911, pl. IIb (avec la datation IVe-Ve siècle qui doit être réévaluée).

132 . Lucien Pfleger, Die Elsässiche Pfarrei : Ihre Entstehung und Entwicklung: ein Beitrag zur kirchlichen Rechts- und Kulturgeschichte, Strasbourg, 1936, p. 74, avec l’identification erronée de Diemeringen, rejetée par Fritz Lagenbeck, « Probleme der elsässischen Geschichte in fränkischer Zeit », Alemannisches Jahrbuch, 1957, p. 108, n. 230 et Anton Doll et Karl Glöckner, Traditiones Wizenburgenses. Die Urkunden des Klosters Weissenburg, 661-864, Darmstadt, 1979, p. 463-465, no234. En 712, Samuel et Benoît, petits-fils de Chramnoald – fondateur de cette église privée (Eigenkirche) – en héritent avant de la léguer à l’abbaye de Wissembourg. Ils ne portent pas de noms germaniques, ce qui semblerait indiquer un statut clérical.

133 . Les trois versions connues du testament ont été éditées par Michael Tangl, « Das Testament Fulrads von Saint-Denis », Neues Archiv, 32, 1907, p. 212-215. La version A évoque le sanctuaire de sanctus Iorgius à Adalungocella (p. 209), lieu également mentionné dans la version C (p. 214), tandis que la version B parle de Sanctus Georgius à Radulfesboch (p. 211). Une étude récente localise ce toponyme à Hoppetenzell (commune de Stockach [Bade-Wurtemberg] au nord du lac de Constance), cf. Alain Stoclet, Autour de Fulrad de Saint-Denis (v. 710-784), Paris, 1993, p. 223.

134 . W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 403.

135 . Friedrich Knöpp, « Hatto, Abt von Reichenau, Ellwangen und Weißenburg, Erzbischof von Mainz 891-913 », in Idem, dir., Die Reichsabtei Lorsch. Festschrift zum Gedenken an ihre Stiftung 764, t. I, Darmstadt, 1973, p. 263-264. L’édification de l’église avait débuté en 888.

136 . G. Fritz, op. cit. (n. 127), p. 11. Celle-ci apparaît sous le vocable de Georges en 682.

137 . Sur les premières familles de manuscrits, voir W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 250‑259.

138 . Codex Sangallensis 550 (ibid., p. 250, n. 228).

139 . C’est le cas pour 5 des 14 textes de ce type datés d’entre 570 et 1100 relevés par W. Haubrichs (ibid., p. 330-337). Proviennent de l’abbaye de la Reichenau : deux séquences, un hymne (ou composé à Saint-Gall ?) et des tropes, tandis qu’un hymne vient de l’abbaye voisine de Hohentwiel. Tous sont datés du Xe siècle.

140 . Heidelberg, UB, Cod. Pal. Lat. 52, f. 200v°-201v° http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpl52/0438. Sur la datation et la localisation, cf. W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 72-150.

141 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 65.

142 . Heinrich Büttner, « St. Georgen und die Zähringen », in Hans Patze, éd., Schwaben und Schweiz im frühen und hohen Mittelalter. Gesammelte Aufsätze von Heinrich Büttner, Sigmaringen, 1972 (paru en 1939), p. 164-166.

143 . ADBR, D 50/1 : « [capella] in honore sancti Dei genitricis Marie, sanctique Bartholomei apostoli, sanctique Laurentii, martiris Georgii, Remigii, Eufemie aliorumque sanctorum… ». Georges n’arrive qu’en quatrième position et la liste n’est pas limitative. Signalons également la chapelle castrale de Bouxwiller, attestée peut-être en 1315 et avec certitude en 1395 (Médard Barth, « Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter », Archives de l’Église d’Alsace, 11, 1960, 12, 1961, 13-14, 1962-1963 (HeK), col. 204).

144 . Ibid., col. 484.

145 . ADBR, G 1082/4 [1345, 10 septembre] : « in ecclesia sancti Georgii in oppido nostro Mollesheim ».

146 . Si aucun changement n’est connu pour cette période, c’est le cas entre le VIIIe siècle et 1330 à Epfig (cf. infra, n. 155).

147 . Passent ainsi sous le vocable de saint Georges : Marckolsheim (d’abord consacrée à Marie et aux Rois mages) en 1445, Sélestat (église Sainte-Marie) au XVe siècle, l’ancienne paroisse de Weisskirch (com. de Leymen, ct. Huningue) en 1502 (tout en conservant saint Martin) et Durmenach (ct. Altkirch), en remplacement de saint Pantaléon en 1540 (HeK, col. 796, 1238, 1712 et 302).

148 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 68, se trompe pour Pfulgriesheim selon HeK, col. 1072. D’après ce dernier, il conviendrait d’en ajouter une quinzaine pour l’époque moderne dont six l’étaient sans doute déjà au Moyen Âge : Kutzenhausen, Largitzen, Rott, Scheibenhard, Schwabwiller et Winterhausen. Autres paroisses : Birnenheim/Bornheim (village disparu du Ried [entre Artolsheim et Schoenau ?], vers 1500), Rodern (1521), Bartenheim (1521), Muespach-le-Haut (1549), Franken (1652), Ohlungen (1666), Barembach (1666), Brunstatt (1700) et Hohengoeft (1758). En 1607, le saint devient le patron de la ville d’Ensisheim mais non de la paroisse (HeK, col. 341). Nous laissons ici de côté la vingtaine de mentions d’églises conventuelles (comme celle des Augustins de Colmar en 1362, ibid., col. 233), de chapelles et d’autels consacrés au saint dans des églises que cet auteur a relevées.

149 . Ibid., col. 1522, 1172, 822, 834, 113, 693, 1164, 27, 521, 770, 221, 956, 31, 1770, 1088, 190, 550, 1835, 1611, 672, 345, 566, 882 et 1523.

150 . Mentionnée en 1335, voir Jean-Jacques Schwien, Strasbourg. Document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain, Paris/Tours, 1992, p. 115.

151 . Dans l’ordre chronologique : Laubenheim, Haguenau, Alswiller, Behlenheim, Melsheim, Châtenois, Epfig, Mundolsheim, Kleinfrankenheim, Wintzfelden, Sarre-Union, Molsheim et Hipsheim.

152 . Ce n’est pas original dans le contexte de l’Oberrhein, mais il n’en était pas de même dans tout l’Occident latin. Il n’est ainsi pas certain qu’une seule paroisse médiévale du diocèse d’Arras ait été consacrée à Georges, cf. Bernard Delmaire, Le diocèse d’Arras de 1093 au milieu du XIVe siècle. Recherches sur la vie religieuse dans le nord de la France au Moyen Âge, t. II, Arras, 1994.

153 . HeK, col. 306, estime que le patron paroissial a pu être saint Laurent ou saint Georges au Moyen Âge.

154 . La chapelle de Schirmeck était initialement placée sous le vocable de saint Sébastien, ce n’est qu’à l’époque moderne que saint Georges en est devenu le patron. En revanche, l’église-mère de Barembach, connue depuis le Xe siècle, était dédiée à ce saint, mais cela n’est attesté qu’au XVIIe siècle (HeK, col. 97-99).

155 . L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 66. Église Sainte-Marie en 762, Saint-Georges en 1330 (HeK, col. 345-346).

156 . Ibid., col. 851 et L. Pfleger, op. cit. (n. 126), p. 66.

157 . On ne souscrira pas ici à l’idée d’évidence avancée par G. Oswald lorsqu’il affirmait que le choix du supplice était le mieux connu des fidèles et s’imposait (MolsMA, p. 49).

158 . Ibid., p. 49 et R. Will, op. cit. (n. 54), p. 53.

159 . Robert Will, « Un dessin perdu des sculptures de l’ancienne paroissiale Saint-Georges de Molsheim », ASHAME, 1983, p. 71. Dans une note de 1851, le chanoine indiquait : « Martyre de Saint Georges (attaché à la roue) entre deux anges. »

160 . Ibid., p. 72.

161 . R. Will, op. cit. (n. 54), p. 53-55.

162 . Sur ces questions d’images en série, cf. Jérôme Baschet, « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique élargie », Annales HSS, 51, 1996, p. 108‑122.

163 . Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. bibl. 2° 57, f. 42v° http://digital.wlb-stuttgart.de/sammlungen/sammlungsliste/werksansicht/?id=6&no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=1234&tx_dlf%5Bpage%5D=92. Klaus J. Dorsch, Georgszyklen des Mittelalters. Ikonographische Studie zu mehrszenigen Darstellungen der Vita des hl. Georg in der abendländischen Kunst unter Einbeziehung von Einzelszenen des Martyriums, Frankfurt a. M./Bern/New York, 1983, no1.

164 . Ibid., p. 110-111. Sur les 27 œuvres antérieures à 1300 répertoriées dans son catalogue (p. 273-296), 19 reproduisent la scène.

165 . Voir le tableau analytique des scènes présentes dans 20 versions latines et vernaculaires recensées, ibid., p. 104.

166 . « et completa oratione missus est in rotam et manganis constrictus est, et in decem partibus disruptus est et emisit spiritum » (dans Haubrichs, op. cit. (n. 118), p. 422, § 9).

167 . « tunc iussit eum Datianus imperator ligari et iactari super rotam et minari in gyro. Et rota cum serris partivit eum in decem partes » (ibid., p. 479, § 2).

168 . « Beghont ezs dher rhike man . fhilo harto zhurnnen . / dho hezs er Gorion bintenhan en rhad uhinten ; / ce uhare shahen hik ezs hiuu . shie praken inen en cenuu » (ibid., p. 372, strophe VI).

169 . « igitur sequenti die impius Dacianus iussit eneam afferri rotam, et gladios in ea figi bis acutos, et ei martyrem Georgium super positum ex alto dimitti. » (ibid., p. 506).

170 . « precepit eis quibus id artis et scientie erat, rotam eneam afferri et gladios bis acutos in eam figi et martyrem desuper ligari, ut cum rota veloci giratione volveretur martyr membratim discinderetur » (ibid., p. 510). Signalons que l’adaptation versifiée de la légende en anglo-normand (fin XIIe siècle), les roues sont renforcées de fer, mais le procédé est le même (John E. Matzke, Les œuvres de Simund de Freine, Paris, 1909, p. 77-78, v. 503-518).

171 . « Der künic gebôt unde bat / daz man in vlæhte in ein rat / in siben lüppigiu swert. » (Carl v. Kraus, Der heilige Georg Reinbots von Durne. Nach sämtlichen Handschriften, Heidelberg, 1907, p. 137, v. 3627-3629, la description du supplice, entrecoupée de discours édifiants, se poursuit sur les vers suivants.

172 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 111 (avant que le dragon ne la remplace après le XIIIe siècle) ; Esther Dehoux, « Représenter le martyre. Images de saint Georges et de saint Maurice dans le regnum Francorum (IXe-XIIIe siècle) », in Lydie Bodiou, Véronique Mehl et Myriam Soria, dir., Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen Âge, Turnhout, 2011, p. 134, fig. 1 (Chartres, 1200-1225) et fig. 3 (Paris, 1260). Sur le vitrail strasbourgeois, Georges figure aux côtés d’autres saints guerriers : Maurice, Sébastien et Démétrius (Michel Herold et Françoise Gatouillat, éd., Les vitraux de Lorraine et d’Alsace, Paris, 1994, p. 204-205, baie 203).

173 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 111-113. Aux manuscrits qu’il mentionne des IXe (Moscou, Musée historique, Psautier Chludoff, gr. 129, f. 44vo) et XIe siècles (Londres, British Library, Theodore Psalter, add. 19352, f. 55), il convient d’ajouter deux codex du XIIe siècle conservés à la Vaticane : Rome, Bibl. Vaticane, Barb. Gr. 372, f. 77ro, http://digi.vatlib.it/view/MSS_Barb.gr.372 et Barb. Gr. 1927, f. 77ro, http://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.gr.1927.

174 . Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. Hist. fol. 415, f. 34ro, http://digital.wlb-stuttgart.de/sammlungen/sammlungsliste/werksansicht/?id=6&no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=5438&tx_dlf%5Bpage%5D=73 ; K. Dorsch, op. cit. (n. 163), no2.

175 . K. Dorsch mentionne une sculpture chartraine de 1230 environ et une enluminure de Vérone de la fin du XIIIe siècle (ibid., no10 et no23). On peut y ajouter le livre de chapitre de l’abbaye cistercienne Notre-Dame des Prés à Douai, diocèse d’Arras (http://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?VUE_ID=1410605 Valenciennes, BM, ms. 838, f. 78vo), dont la datation habituelle de la fin XIIIe siècle doit être décalée aux années 1310 (Gaëlle Lachambre-Cordier, « Les moniales de Notre-Dame des Prés de Douai à travers un martyrologe gothique : le manuscrit 838 de la Bibliothèque municipale de Valenciennes », in Bernadette Barriere et Marie-Élisabeth Henneau, dir., Cîteaux et les femmes, Paris, 2001, p. 252-255).

176 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 114-120.

177 . À Zwiefalten, à Hardham (c. 1135) en Angleterre et surtout à Chartres, tant sur les vitraux (c. 1210-1215) que dans la sculpture vers 1230 (ibid., no2, 3, 7, 8, 10). Le no7 se trouve sur la baie 133 de la cathédrale de Chartres (Les vitraux du Centre et des pays de la Loire, Paris, 1981, p. 41).

178 . Les années 1215-1235 selon K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 116-117.

179 . Solange Michon, Le grand passionnaire enluminé de Weissenau et son scriptorium autour de 1200, Genève, 1990, p. 134-135. Deux autres manuscrits enluminés par Rufilus sont connus.

180 . Cologny, Fondation Martin Bodmer, Cod. Bodmer 127, f. 78r°, http://www.e-codices.unifr.ch/fr/fmb/cb-0127/48r/0/Sequence-865.

181 . K. Dorsch, op. cit. (n. 163), p. 116-117 et no9 (Vienne, Kunsthistorisches Museum, Inv. 4981, f. 33vo [nous n’avons pu voir l’image]) et no11 (collection privée, photographie dans Harry Bober, The St. Blasien Psalter, New York, 1963, pl. IX).

182 . Besançon, BM, ms. 54, f. 20vo http://bvmm.irht.cnrs.fr/consult/consult.php?VUE_ID=1253836, K. Dorsch, op. cit. (n. 163), no20. Les deux anges entourant la scène se retrouvaient sur le tympan de l’ancienne église Saint-Georges de Molsheim (R. Will, op. cit. (n. 54), p. 54).

183 . Voir Christoph Eggenberger, « Psalterium eines Cistercienser-Klosters der Baseler Diözese um 1260. Besançon, Bibliothèque municipale, Ms. 54 », Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, 110, 2010, p. 37-38 et Ann Barbara, « Zisterzienermystik im « Bonmont-Psalter » : Ms. 54 der Bibliothèque Municipale von Besançon », Art + architecture en Suisse, 51/3, 2000, p. 21-22.

184 . Cet ancrage plus ou moins régional de l’iconographie sigillaire se retrouve ailleurs. Ainsi, l’image du sceau de 1231/1238 de Mühlhausen s’inscrit dans une figuration du pouvoir royal en vogue en Thuringe et en Hesse aux XIIe-XIIIe siècle, l’image de celui de Spire en 1231 reprend l’enluminure d’un codex de 1046 (M. Späth, op. cit. (n. 45), respectivement p. 150-152 et 156-157), le sceau de Haguenau comprend les mêmes éléments que celui de Boppard (Rhénanie-Palatinat) de 1216 (L. Buchholzer-Remy, op. cit. (n. 48), p. 222-223).

185 . https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sankt_Georg_als_Ger%C3%A4derter.jpg?uselang=de, K. Dorsch, op. cit. (n. 163), no75, signalée par R. Will, op. cit. (n. 159), p. 72. – Sur le Märtyrerfenster de la nef de la cathédrale de Fribourg-en-Brisgau, on voit saint Georges la tête en bas, en train d’être attaché par un homme (côté gauche) à une roue à huit rayons, tandis qu’un autre homme lui tient sa jambe libre et appuie un pied sur son menton. Si l’ensemble des verrières est des années 1270-1280, ce médaillon est une nouvelle création d’un restaurateur (Fritz Geiges, Der mittelalterliche Fensterschmuck des Freiburger Münsters : seine Geschichte, die Ursachen seines Zerfalles und die Massnahmen zu seiner Wiederherstellung ; zugleich ein Beitrag zur Geschichte des Baues selbst, Freiburg i. Br., 1931, p. 42, fig. 108 ; Heike Mittmann, Die Glasfenster des Freiburger Münsters, Regensburg, 2005, p. 32‑33).

186 . E. Dehoux, op. cit. (n. 172), p. 128-131.

187 . Cf. Brigitte Bedos-Rezak, « Du modèle à l’image : les signes de l’identité urbaine au Moyen Âge », in Marc Boone, Élodie Lecuppre-Desjardin et Jean-Pierre Sosson, dir., Le verbe, l’image et les représentations de la société au Moyen Âge, Anvers, 2002, p. 204-205.

188 . Georges Bischoff, « La mode du sceau dans les régions du Rhin supérieur à la fin du XVe siècle. Autour de Martin Schongauer », L’empreinte. Sceaux et Springerle, la gazette des Musées de La Petite Pierre, 5, 2016, p. 15. On pourra noter, faute d’équivalent pour le monde germanique que sur 434 villes de la France actuelle, 84, soit 19,3 % affichent un thème religieux (Christian de Mérindol, « Iconographie du sceau de ville en France à l’époque médiévale et religion civique », in André Vauchez, dir., La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam). Actes du colloque de Nanterre, 21-23 juin 1993, Rome, 1995, p. 417). Molsheim n’ayant pas été compté dans cette catégorie, il y a en fait 85 sceaux (19,6 %) avec un thème religieux.

189 . Toni Diederich, Rheinische Städtesiegel, Neuss, 1984, p. 98-100. Il s’agit d’un des neuf types de sceaux urbains, les autres étant : un bâtiment avec le saint, un bâtiment seul, un portrait de la ville, un symbole, un évènement, un métier, le fondateur/seigneur de la ville et des armoiries. Dans la typologie générale des sceaux, le sceau hagiographique correspond à la catégorie D.19 (T. Diederich, op. cit. (n. 2), p. 55).

190 . A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 199-202.

191 . Autres exemples du sud de l’Allemagne dans W. Schöntag, op. cit. (n. 17), p. 41-42.

192 . M. Groten, op. cit. (n. 60), notamment p. 134-135.

193 . Vers 1090, le sceau du doyen du chapitre Saint-Georges de Bamberg figure le buste du saint tenant la palme du martyre (W. Haubrichs, op. cit. (n. 118), fig. 14).

194 . Chr. de Mérindol, op. cit. (n. 188), p. 420.

195 . A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 201-202 : à Ingolstadt on connaît une étape intermédiaire car le sceau au saint de 1291 fait place en 1314 à une image du saint accompagné des armes du seigneur de la ville, puis en 1347 au seul lion de ces armoiries.

196 . Philippe André Grandidier, Œuvres historiques inédites, t. VI, Colmar, 1867, p. 70.

197 . Henri de Lubac, Exégèse médiévale. Les quatre sens de l’écriture, Paris, 1959-1964 (4 tomes).

198 . J. Baschet, op. cit. (n. 162), p. 102-104 et Jean-Claude Bonne, « Entre ambiguïté et ambivalence. Problématique de la sculpture romane », La part de l’œil, 8, 1992, p. 147-164.

199 . Cette mentalité pré-moderne est pointée par Michel Foucault, « Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines », in Idem, Œuvres, t. I, Paris, 2015 (1ère éd. : 1964), p. 1061-1070.

200 . Voir la portion de roue à huit rayons du Xe siècle de Notre-Dame-du-Marillais (Maine-et-Loire) dans Gilles Rollier, « Implantation monastique et aménagements de cours d’eau. Étude relancée par l’approche archéologique », Archéopages, 23, 2008, p. 46, ill. 6) et le bout de jante d’une roue à quatre rayons de 2,30 m de diamètre datant des années 1160-1170 et trouvée dans le Doubs, dans Idem, « Les moulins hydrauliques médiévaux de Thervay », ibid., p. 49, ill. 2.

201 . La roue du type I est identique à la « roue de la fortune » de l’Hortus deliciarum, mais diffère de celle du moulin hydraulique avec ses quatre branches doubles et ses baquets (Hortus deliciarum. Herrad of Hohenbourg, 2, Reconstruction, Rosalie Green, dir., London/Leyde, 1979, p. 351 (fol. 215r), pl. 123 et p. 183 (fol. 112r), pl. 69.

202 . Paris, BnF, ms français 32228, p. 692 ; A. de Barthélémy, éd., Armorial de la généralité d’Alsace : recueil officiel dressé par les ordres de Louis XIV, Paris, 1861, p. 22, no213 : « d’azur à une roue de moulin d’or aux raies ou branches de laquelle est attaché et entrelacé un homme nu de carnation ».

203 . M. Groten, op. cit. (n. 60), p. 145 ; A. Dirmeier, op. cit. (n. 92), p. 203 (pour Munich).

204 . Sur cette terminologie, je me permets de renvoyer au Vocabulaire pour l’étude des scripturalités médiévales (voces) lancé en 2015 : http://ea3400.unistra.fr/bases-de-donnees/voces-vocabulaire-pour-letude-des-scripturalites-medievales/base-voces/.

205 . Cf. supra, n. 107. Les représentations de saint Maurice comme martyr sont tardives (pas avant le XIIIe siècle) et plus rares encore que celles de Georges en France (E. Dehoux, op. cit. (n. 172), p. 130).

206 . Cette volonté de distinction entre types sigillaires est attestée dès la fin du XIe siècle, où le comte de Flandre introduisit le sceau équestre à l’épée pour se démarquer du sceau équestre à la lance dont la mode avait été lancée par son voisin et rival le duc de Normandie (Jean-François Nieus, « Cum signo auctoritatis et excellentie mee sigillo. Sceaux et identité symbolique des comtes de Flandre à la fin du XIe siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 58, 2015, p. 57‑59).

207 . L’armorial des communes du Bas-Rhin, Strasbourg, 1995, p. 34.

208 . On pourra notamment s’appuyer sur le panorama des ressources sigillaires de la région donné par Daniel Keller, Le sceau, empreinte de l’Histoire. Sigillographes et sigillographie en Alsace, Strasbourg, 2017, p. 101-124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Brunner, « Le martyre de saint Georges sur la roue »Revue d’Alsace, 144 | 2018, 367-420.

Référence électronique

Thomas Brunner, « Le martyre de saint Georges sur la roue »Revue d’Alsace [En ligne], 144 | 2018, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3526

Haut de page

Auteur

Thomas Brunner

Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Strasbourg (EA 3400 ARCHE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search