Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusJacqué (Bernard) dir., Cercle de ...

Comptes rendus

Jacqué (Bernard) dir., Cercle de Saint-Léonard. Rétrospective du travail des artistes et artisans d’art du Cercle de Saint-Léonard (= catalogue de l’exposition de Saint-Louis)

Saint-Louis, édition originale, 2017, 123 p.
Hervé Doucet
p. 417-419
Référence(s) :

Jacqué (Bernard) dir., Cercle de Saint-Léonard. Rétrospective du travail des artistes et artisans d’art du Cercle de Saint-Léonard (= catalogue de l’exposition de Saint-Louis), Saint-Louis, édition originale, 2017, 123 p.

Texte intégral

1L’ouvrage qui a prolongé l’exposition consacrée aux artistes du Cercle de Saint-Léonard présentée à Saint-Louis en 2016 est composé de trois grandes parties. La première réunit des textes – rédigés à différentes époques – qui brossent le contexte (intellectuel – et géographique – le domaine de la Leonardsau, actuellement en grand péril, se trouve à deux pas de Saint-Léonard) dans lequel ont travaillé ces artistes du tournant des XIXe et XXe siècles et dressent le bilan de leurs principales réalisations. La deuxième constitue le catalogue de l’exposition elle-même. Enfin, la troisième partie propose de courtes biographies des principales figures du Cercle Saint-Léonard. Clair, parfaitement organisé, l’ouvrage se distingue également par le nombre et la qualité de ses illustrations.

2Ce catalogue témoigne de ce vif intérêt pour l’art et, plus généralement, pour la vie culturelle très dynamique qui s’est épanouie en Alsace dans les dernières années du XIXe siècle, intérêt auquel ont également contribué les différentes manifestations et publications qui ont été associées à l’opération « Strasbourg, laboratoire d’Europe » en 2017‑2018. Gageons que l’ensemble de ces manifestations finissent par une meilleure reconnaissance de l’Art nouveau alsacien et que de jeunes chercheurs auront à cœur d’œuvrer à la reconnaissance de figures ou d’ateliers restés encore dans l’ombre des Spindler, Stoskopf et Schnug.

3Parmi les nombreux attraits de cet ouvrage figure la reproduction du texte relatif à la création de la Maison d’art alsacienne. Ce texte, qui était originellement paru en 1906 dans la Revue Alsacienne illustrée, offre au public la possibilité de se confronter directement à l’ambition des fondateurs de cette maison et à leurs propres mots. C’est une excellente idée qu’a eu là B. Jacqué. Certains passages permettent de remettre à l’honneur certains objectifs de ces artistes que le grand public a oubliés. La Maison d’Art alsacienne, comme la plupart des galeries ouvertes à la même époque – on pense bien entendu notamment à la Maison d’Art lorraine – n’est pas qu’un lieu d’exposition mais un lieu de vente d’objets du quotidien les plus divers. Le texte précise en effet que la Maison d’Art alsacienne est une société « composée d’artistes, d’industriels et d’amateurs, n’est pas une institution à tendances purement idéales : elle constitue, au contraire, un groupement de volontés décidées à […] faire des affaires ». Par ailleurs, cette société entendait s’adresser à toutes les couches de la société, révélant par là même l’ambition sociale des acteurs de l’Art nouveau strasbourgeois : « la Maison d’Art ne croit pas devoir ne s’adresser qu’aux riches, elle estime qu’elle devra aussi s’efforcer de mettre un peu d’art à la disposition des plus humbles » parce que, est‑il précisé, « ceux qui sont obligés de calculer avec les nécessités de la vie ont, aussi bien que les plus favorisés par la fortune, le droit d’exiger que l’on s’occupe de leur idéal ». Cette dimension sociale, partagée par la plupart des acteurs de l’Art nouveau, mériterait encore d’être étudiée, particulièrement dans le cas de la production strasbourgeoise dont on ne connait essentiellement que les œuvres d’exception. Enfin, le texte évoquant la création de la Maison d’Art alsacienne souligne l’importance, en Alsace comme ailleurs, de ce concept d’œuvre d’art total si caractéristique de l’Art nouveau. L’objectif des artistes alsaciens du début du XXe siècle était bien de favoriser la création d’ensembles où architecture et décor formeraient un tout harmonieux. L’auteur précise que « ce n’est qu’en s’adressant à un architecte de goût, non seulement pour l’extérieur, mais aussi pour le complet aménagement des intérieurs, qu’on aura quelque chance de pouvoir consacrer une somme suffisante à la partie la plus importante de la maison, à celle qu’on habite, au lieu d’épuiser ses ressources à construire une magnifique et inutile façade ». Force est de le reconnaitre de telles œuvres sont rares – pour ne pas dire inexistantes – dans la production strasbourgeoise du tournant des XIXe et XXe siècles. Par contre, de tels ensembles verront le jour quelques années plus tard à la faveur du travail de Théo Berst dont les talents d’architecte et d’ensemblier lui vaudront de participer au fameux mouvement allemand du Werkbund. Dans son souci de favoriser la création d’œuvres d’art total ainsi que la production industrielle, le Werkbund prolongeait l’idéal des acteurs de l’Art nouveau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Doucet, « Jacqué (Bernard) dir., Cercle de Saint-Léonard. Rétrospective du travail des artistes et artisans d’art du Cercle de Saint-Léonard (= catalogue de l’exposition de Saint-Louis) »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 417-419.

Référence électronique

Hervé Doucet, « Jacqué (Bernard) dir., Cercle de Saint-Léonard. Rétrospective du travail des artistes et artisans d’art du Cercle de Saint-Léonard (= catalogue de l’exposition de Saint-Louis) »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3830

Haut de page

Auteur

Hervé Doucet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search