Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusTrouillet (Jean-Georges), Les Che...

Comptes rendus

Trouillet (Jean-Georges), Les Chemins de fer impériaux d’Alsace-Lorraine. Reichs-Eisenbahnen in Elsass-Lothringen, Administration, Trafic & Aspects militaires

Husseren-les-Châteaux, éditions – Drei Exen – Verlag, 2018, 471 p.
Nicolas Stoskopf
p. 419-421
Référence(s) :

Trouillet (Jean-Georges), Les Chemins de fer impériaux d’Alsace-Lorraine. Reichs-Eisenbahnen in Elsass-Lothringen, Administration, Trafic & Aspects militaires, Husseren-les-Châteaux, éditions – Drei Exen – Verlag, 2018, 471 p.

Texte intégral

1C’est une véritable somme sur les chemins de fer du Reichsland Elsass-Lothringen (et du Luxembourg de 1871 à 1918) que livre ici J.‑G. Trouillet. En dehors de ses activités politiques, celui-ci est ingénieur, spécialisé dans la construction ferroviaire, mais, comme il le souligne lui-même, son « livre est d’abord l’œuvre d’un passionné », destiné a priori à des passionnés, ferrivophiles ou ferrivopathes selon la nuance que l’on voudra apporter. Cependant, il ne cache pas dès son introduction qu’il ne traitera pas de ce que préfèrent les amateurs, c’est-à-dire la construction des lignes et du matériel roulant, mais d’aspects a priori plus « rébarbatifs » comme les questions administratives, les conditions de travail et l’étude du trafic. Aussi, si l’on trouve bien dans cet ouvrage les caractères du « genre ferroviaire » dans ce qu’il offre de meilleur (volonté d’exhaustivité, accumulation de données, souci du détail, mise en valeur remarquable de l’illustration avec en outre ici des légendes bilingues), mais aussi quelques défauts méthodologiques, comme l’absence de conclusions partielles ou générale, son apport dépasse largement ce cadre ferroviaire et constitue une contribution importante à l’histoire administrative, sociale et économique de l’Alsace-Lorraine au cours de cette période. Il peut y prétendre grâce au dépouillement des archives du Reichsamt für die Verwaltung der Eisenbahnen in Elsass-Lothringen, administration prussienne de tutelle de la compagnie (dite EL en abrégé), conservées à Berlin, complété par celui de rapports imprimés annuels consultables à la BNU (activité du réseau, Moniteur du réseau, statistiques du trafic).

2La première partie est consacrée à l’organisation administrative et humaine : après l’analyse de l’organigramme et de son évolution, sont abordées les biographies peu connues des cinq présidents successifs de l’EL, tous dotés d’une « stature d’hommes d’État », qui sont en tout cas des hauts-fonctionnaires choisis pour leurs compétences juridiques ou financières. Les 23 000 cheminots (vers 1900) se répartissent en deux catégories, les ouvriers, qui exercent des tâches non spécifiquement ferroviaires, et les fonctionnaires, répartis hiérarchiquement en trois niveaux. On ne peut en vouloir à l’auteur, tributaire sans doute de ses sources, de traiter de façon détaillée un certain nombre d’aspects (temps de travail, logement, avantages sociaux, travail des femmes, vie associative et syndicale), mais de faire l’impasse sur l’évolution des effectifs, des métiers et des salaires. Un appendice sur les uniformes et leurs signes distinctifs clôt de manière plaisante cette partie. Dans le même esprit, la représentation figurée de la composition des trains à l’hiver 1907 (p. 145‑147), le format et la couleur des billets vers 1900 (p. 169‑171) et bien d’autres anecdotes (horaires du voyage Scharrachbergheim-Zanzibar tels qu’on peut les trouver dans le Reichs-Kursbuch de 1905) raviront les amateurs…

3L’étude du trafic est le plat de résistance de l’ouvrage (p. 117‑347), qui plus est d’une richesse d’informations considérables : on peut certes trouver fastidieuse l’analyse du trafic année par année (p. 122‑129) ou de celui des marchandises produit par produit (p. 244‑303), mais ce sont des pages de référence pour l’histoire économique avec de surcroît des tableaux et des cartes remarquables (notamment celle du bassin minier et sidérurgique lorrain et luxembourgeois, p. 282‑283). Plus agréables à lire, mais tout aussi documentés, sont les développements sur « Voyage et voyageurs », les trains de luxe (qui traversent le réseau EL au cours de la nuit…), les visites impériales et princières ou les faits divers que sont les incidents et accidents.

4L’histoire événementielle forme également la base de la troisième partie sur la guerre et la fin du réseau. Si elle commence bien en amont de 1914 par des préparatifs de long terme (quais militaires, fortifications, contre-espionnage), elle parcourt ensuite les grandes étapes de la guerre jusqu’à l’armistice et au traité de Versailles qui transfère sans indemnité le réseau à la France.

5Ouvrage d’histoire ferroviaire certes, labellisé par une association ferroviaire, c’est aussi une importante contribution à l’histoire du Reichsland Elsass-Lothringen et, bien que l’auteur ne le revendique pas formellement, une histoire d’entreprise à ceci près que les questions financières ne sont pas du tout évoquées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Trouillet (Jean-Georges), Les Chemins de fer impériaux d’Alsace-Lorraine. Reichs-Eisenbahnen in Elsass-Lothringen, Administration, Trafic & Aspects militaires »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 419-421.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Trouillet (Jean-Georges), Les Chemins de fer impériaux d’Alsace-Lorraine. Reichs-Eisenbahnen in Elsass-Lothringen, Administration, Trafic & Aspects militaires »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3835 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3835

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search