Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusPijaudier-Cabot (Joëlle) et Recht...

Comptes rendus

Pijaudier-Cabot (Joëlle) et Recht (Roland) dir., Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 (= catalogue de l’exposition, Musées de la Ville de Strasbourg, 23 septembre 2017-25 février 2018)

Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2017, 384 p.
Fanny Kieffer
p. 422-423
Référence(s) :

Pijaudier-Cabot (Joëlle) et Recht (Roland) dir., Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 (= catalogue de l’exposition, Musées de la Ville de Strasbourg, 23 septembre 2017-25 février 2018), Strasbourg, Éditions des Musées de Strasbourg, 2017, 384 p.

Texte intégral

1À travers une série d’articles scientifiques, les auteurs du catalogue mettent en lumière la vivacité culturelle de la ville de Strasbourg à une époque particulièrement mouvementée et complexe, au tournant du siècle dernier. En effet, capitale du Reichsland d’Alsace-Lorraine depuis 1871, annexée à l’Empire allemand, la ville redevient française après la Première Guerre mondiale : les arts (surtout décoratifs), l’urbanisme, l’université, les musées et les collections sont profondément modelés par les fortes identités des deux nations.

2Divisés en six sections, les articles abordent des thématiques variées : on y trouve des contributions sur les acteurs de l’art et de la culture à Strasbourg, qu’ils soient politiciens, collectionneurs privés, artistes, archéologues ou historiens. Plusieurs articles abordent également la naissance de nouvelles institutions comme les musées de Strasbourg ou encore l’université, qui constitue un des piliers du quartier de la Neustadt, tout juste classé au patrimoine mondial par l’Unesco (2017), inscrivant ainsi le projet de l’exposition dans l’actualité culturelle. Enfin, certains articles traitent de la constitution et de la circulation des savoirs dans cette région frontalière, entre influences allemandes et françaises, entre tradition et avant-garde.

3Malgré la diversité des sujets abordés et la qualité indéniable des contributions scientifiques, l’on retrouve quelques répétitions ça et là qui relèvent plutôt de la coordination éditoriale mais qui se font discrètes dès lors que l’on lit les articles séparément. Outre le contexte plus général, la plupart des articles proposent des études de personnalités précises comme la galeriste Jeanne Bucher ou encore le conservateur Hans Haug, qui sont particulièrement significatives pour l’étude du contexte en question. Ces portraits donnent une profondeur au discours et constituent des exemples précis bienvenus pour mieux comprendre les enjeux culturels et politiques auxquels ils étaient confrontés.

4En revanche, nous avons plus de réserve quant au choix de ne pas présenter de notices de certaines œuvres exposées, ou même, éventuellement, de toutes. Ce choix a certainement été déterminé par l’abondance des œuvres exposées dans les six institutions strasbourgeoises. Dans ce catalogue, on trouve de nombreuses reproductions, mais plutôt sous la forme d’exemples complétant le texte, de surcroît déconnectés visuellement de ce dernier. Des notices analytiques sur les œuvres auraient certainement pu apporter un éclairage supplémentaire à leur contexte de production. Peut-être qu’une collaboration accrue avec des historiens de l’art, des historiens ou des historiens des sciences travaillant précisément sur ces sujets aurait permis de combler ce manque.

5Enfin, sous cette forme qui tient plus à l’ouvrage collectif, l’on distingue moins les spécificités du catalogue par rapport au Dictionnaire culturel de Strasbourg, 1880-1930, dirigé par Roland Recht et Jean-Claude Richez, et paru la même année [cf. RA, no144, 2018, p. 514-515]. En effet, tous les auteurs du catalogue ont participé au Dictionnaire et il pourrait sembler au lecteur non averti que la similitude de la thématique, de l’arc chronologique et des contributeurs prime sur leur originalité. Il est vrai que dans le cadre du projet de l’exposition, les commissaires avaient annoncé la tenue d’un grand colloque sur Aby Warburg qui aurait sûrement permis de nourrir ultérieurement la réflexion, colloque qui n’a malheureusement jamais eu lieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Kieffer, « Pijaudier-Cabot (Joëlle) et Recht (Roland) dir., Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 (= catalogue de l’exposition, Musées de la Ville de Strasbourg, 23 septembre 2017-25 février 2018) »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 422-423.

Référence électronique

Fanny Kieffer, « Pijaudier-Cabot (Joëlle) et Recht (Roland) dir., Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930 (= catalogue de l’exposition, Musées de la Ville de Strasbourg, 23 septembre 2017-25 février 2018) »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3842

Haut de page

Auteur

Fanny Kieffer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search