Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusOlivier-Utard (Françoise) dir., D...

Comptes rendus

Olivier-Utard (Françoise) dir., De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier alsacien-lorrain (1890-1920)

Strasbourg, Société savante d’Alsace, 2018, 375 p.
Marie-Claire Vitoux
p. 425-426
Référence(s) :

Olivier-Utard (Françoise) dir., De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier alsacien-lorrain (1890-1920), Strasbourg, Société savante d’Alsace, 2018, 375 p.

Texte intégral

1Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont mis à disposition du grand public des recherches universitaires abouties ou encore en cours. L’histoire du mouvement ouvrier en Alsace-Moselle est l’un de ces terrains largement invisibles bien que déjà défrichés, en particulier par l’association Alsace-Mémoire du Mouvement social (Almémos). Dans son introduction, F. Olivier-Utard, qui a mené à bien le travail titanesque de réception et de révision des textes pour la publication tout en offrant trois contributions propres, offre une explication à cette amnésie collective : les vicissitudes de l’appartenance nationale de notre région rendent inaudibles les découvertes de la recherche quant aux origines allemandes du mouvement ouvrier en Alsace-Moselle, qu’il soit social-démocrate ou catholique. Dans sa préface, A. Wahl rappelle aussi la difficulté pour les couches populaires, surtout en ce début de nouveau millénaire néo-libéral, de voir reconnues leur capacité d’agir et leur participation active à l’histoire régionale.

2Les contributions s’articulent autour de cinq moments, la période allemande du Reichsland, la guerre proprement dite, les révolutions de novembre 1918, le passage des structures syndicales et politiques allemandes aux françaises en 1919-1920 et les premières mesures prises par le gouvernement français dans les domaines administratif, social et scolaire. Quels qu’en soient les auteurs qui sont une quinzaine, les textes sont à la fois richement documentés et synthétiques.

3À côté de ces analyses, l’ouvrage offre des outils pratiques : une chronologie croisée des législations allemande et française en matière sociale et syndicale, une présentation des différentes branches syndicales allemandes à la veille de la guerre, une première « ébauche de tableaux des organisations syndicales » d’Allemagne et de France d’avant 1914 et d’après 1918 ainsi que de courtes notices biographiques des militants syndicaux de la période. Des documents originaux complètent l’ouvrage, le règlement intérieur des établissements Claude Frères en 1911 et les chansons de guerre et de paix, écrites en allemand ou en alsacien et traduites par Daniel Muringer. Dans le même esprit, l’œuvre d’Alfred Döblin, Bourgeois et soldats, et la relation d’Aragon à l’Allemagne et à l’Alsace sont analysées.

4Cet ouvrage collectif réussit à combiner la richesse des informations et la clarté de la synthèse. Il démontre que les couches populaires ont, via leurs organisations syndicales et politiques, participé pleinement à écrire l’histoire particulière de la région Alsace-Moselle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Vitoux, « Olivier-Utard (Françoise) dir., De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier alsacien-lorrain (1890-1920) »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 425-426.

Référence électronique

Marie-Claire Vitoux, « Olivier-Utard (Françoise) dir., De l’Allemagne à la France : le mouvement ouvrier alsacien-lorrain (1890-1920) »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3856 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3856

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Vitoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search