Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusHemmerlé (Berthe), Journal d’une ...

Comptes rendus

Hemmerlé (Berthe), Journal d’une institutrice (1914-1917)

Horbourg-Wihr, Archihw (Association d’Archéologie et d’Histoire de Horbourg-Wihr), 2017, 254 p.
Claude Muller
p. 427-428
Référence(s) :

Hemmerlé (Berthe), Journal d’une institutrice (1914-1917), Horbourg-Wihr, Archihw (Association d’Archéologie et d’Histoire de Horbourg-Wihr), 2017, 254 p.

Texte intégral

1La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale a eu le mérite de faire braquer le projecteur historique sur tout ce qui, de près ou de loin, se rapporte au conflit. Certes l’univers, en fait l’enfer, du poilu a concentré le premier flot de publications, mais un flot plus tardif s’intéresse à la publication de chroniques privées, d’un intérêt historique très variable. Les dites chroniques étant pour beaucoup rédigées en allemand sütterlin, il faut donc rendre grâce à Ch. Beck, A. Johnson, P. et A. Meistermann, D. Rietsch d’avoir consacré un temps important pour la traduction d’un manuscrit de Berthe Hemmerlé (1893-1970). Cette jeune femme luthérienne, habitant Horbourg, débute un journal – de guerre ? – à l’âge de 21 ans. Elle l’interrompt trois ans plus tard, en 1917, sans explications (autocensure postérieure ?).

2Quel est l’intérêt de ce journal ? D’abord de rappeler que B. Hemmerlé est et se sent allemande : « Nos troupes ont remporté une grande victoire dans le Haut-Rhin. Les Français ont subi près de Mulhouse une terrible défaite » (p. 32). La chroniqueuse rappelle l’arrestation du curé de Horbourg (p. 31-32) au début du conflit, aussi signalée par la Mulhousienne M.-Cl. Mengès [cf. RA, no140, 2014, p. 507]. Mais il n’est pas signalé par les traducteurs que ceci est un épisode de la Grande Peur vécue par les Allemands – et signalée par l’historienne allemande Annette Jensen –, qui s’imaginaient qu’ils allaient trouver des francs-tireurs comme en 1870.

3Pour le reste, les notes prises par B. Hemmerlé sont intéressantes jusqu’au 16 octobre 1915, puis elles s’effilochent jusqu’à s’arrêter. Parmi les détails plus dignes d’intérêt que d’autres, citons pêle-mêle la fraternisation du début de l’an à Ypres (p. 16), les cartes de rationnement du pain (p. 73), les venues de Guillaume II le 23 septembre 1915 (p. 10) et le 13 décembre 1916 (p. 127) à Colmar, l’évasion de l’Alsacien Michel du camp français de Romans et surtout son retour en Alsace (p. 121) ! Dans l’ensemble, l’apport de B. Hemmerlé par rapport à d’autres chroniques aurait pu être développé par les traducteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Hemmerlé (Berthe), Journal d’une institutrice (1914-1917) »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 427-428.

Référence électronique

Claude Muller, « Hemmerlé (Berthe), Journal d’une institutrice (1914-1917) »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3871

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search