Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusGrunenwald (Bernard), Journal d’u...

Comptes rendus

Grunenwald (Bernard), Journal d’une jeune Alsacienne (1914-1918). Les cahiers d’Alice Schickler (1896-1950). Pfastatt-le-Château

Paris, Archives et Culture, 2017, 272 p.
Claude Muller
p. 428-429
Référence(s) :

Grunenwald (Bernard), Journal d’une jeune Alsacienne (1914-1918). Les cahiers d’Alice Schickler (1896-1950). Pfastatt-le-Château, Paris, Archives et Culture, 2017, 272 p.

Texte intégral

1Dans la ronde des chroniques évoquant la Grande Guerre et publiées pour cause de commémoration, il en est d’aucunes qui sortent du lot par leur intérêt et leur qualité littéraire. Celle rédigée par Alice Schickler (1896-1950), née d’un jardinier catholique et d’une mère zurichoise protestante constitue assurément une perle d’un bel orient. La jeune femme n’a pas dix-huit ans lorsque le conflit éclate. Elle travaille depuis peu de mois dans l’entreprise textile Schaeffer et Cie à Pfastatt, qui emploie alors deux mille salariés et n’en compte plus que quarante-sept en 1918, dont Alice. Elle décide, le 31 juillet 1914, de tenir un journal, en allemand, pendant la guerre, qu’elle espère courte et qui s’avérera tellement longue qu’elle noircira neuf cahiers.

2Son journal est précieux pour au moins trois raisons. Il met d’abord en scène une jeune femme fraîche, joyeuse, parfois inquiète, spontanée, à mille lieues des personnes un peu austères comme Berthe Hemmerlé ou Louis Schweitzer. Ce caractère explique, ensuite, que la chroniqueuse n’hésite pas à évoquer sa vie privée, voire intime, ses états d’âme, les réactions de sa famille, de ses collègues de travail, des paroissiens protestants de Dornach, de ses amis et des soldats rencontrés. Enfin le hasard veut qu’elle réside près de Mulhouse, où les événements militaires se bousculent un peu plus qu’à Horbourg.

3Citons un seul exemple des remarques qui jalonnent, impétueusement, son récit (p. 254) : « [19 novembre 1918]. Même dans les coins les plus reculés et dans les petites ruelles, il y avait des drapeaux et des fanions. Nos libérateurs sont enfin là. Dommage que nos frères ne soient pas encore revenus de Russie. On ne peut presque plus supporter notre mère, tellement elle est impatiente et croit que son fils est le seul à ne pas être rentré. Ils sont nombreux aussi à se trouver encore dans l’Ouest. » Il faut donc remercier B. Grunenwald d’avoir remarquablement traduit ce magnifique témoignage, l’a muni de notes et d’une remarquable introduction. Osera-t-on écrire que le Schickler est le pendant féminin du Spindler, dont il n’a pas l’ampleur, mais le souffle ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Grunenwald (Bernard), Journal d’une jeune Alsacienne (1914-1918). Les cahiers d’Alice Schickler (1896-1950). Pfastatt-le-Château »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 428-429.

Référence électronique

Claude Muller, « Grunenwald (Bernard), Journal d’une jeune Alsacienne (1914-1918). Les cahiers d’Alice Schickler (1896-1950). Pfastatt-le-Château »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3881

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search