Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Comptes rendusVariaRiecke (Jörg) dir., Namen und Ges...

Comptes rendus
Varia

Riecke (Jörg) dir., Namen und Geschichte am Oberrhein. Orts- , Flur- und Personennamen zwischen Mainz und Basel

Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 2018, 292 p.
Thomas Nicklas
p. 445-447
Référence(s) :

Riecke (Jörg) dir., Namen und Geschichte am Oberrhein. Orts- , Flur- und Personennamen zwischen Mainz und Basel, Stuttgart, Kohlhammer Verlag, 2018, 292 p.

Texte intégral

1L’étymologie des toponymes reste dans beaucoup de pays du monde un champ de recherche miné, puisque l’instrumentalisation du passé pour des visées territoriales et politiques a souvent débouché sur un dialogue de sourds, en bloquant l’avancée du savoir. Pour initier un vrai débat interdisciplinaire entre la recherche historique et les philologies sur la toponymie dans les pays autour du Rhin supérieur, des germanistes de l’université de Heidelberg ont organisé en 2015 un colloque consacré à l’histoire des noms de lieux, mais aussi de personnes, entre Bâle et Mayence. J. Riecke, linguiste à Heidelberg et principal responsable du colloque, a illustré le potentiel et les impasses de la recherche toponymique au pays de Bade, en citant l’exemple de deux personnalités qui avaient marqué ce domaine au XXe siècle, pour le pire et pour le meilleur, Eugen Fehrle (1880-1957) et Karl Siegfried Bader (1905-1998). Ces deux chercheurs avaient lancé, en 1931, la collection sur l’étymologie des noms de lieux badois (Badische Flurnamenforschung), mais leurs chemins se séparaient pour d’évidentes raisons politiques. Le juriste et historien Bader, marié à une femme juive, s’opposa au régime nazi et fut marginalisé pendant le IIIe Reich. Nommé procureur du Bade en 1945 par les Français, il fut contraint à la démission par la dénazification en 1951, et accepta enfin une Chaire à l’université de Zurich. Fehrle fut lui un nazi convaincu et il devint, en 1936, professeur d’ethnologie (Volkskunde) à Heidelberg où il jouait un rôle politique important. Après la chute du nazisme, il fut licencié et interné par les Américains.

2Dans son article clôturant cet ouvrage qui explore des champs longtemps délaissés, J. Riecke déplore que les démons du passé attirent sur ces recherches une forte dépréciation. Selon lui, l’influence jadis exercée par Fehrle contribue toujours à jeter un discrédit sur la toponomastique dans le Sud-Ouest de l’Allemagne. Il lance cependant un vibrant appel aux jeunes chercheurs, pour qu’ils reprennent enfin ces travaux longtemps abandonnés. Bien évidemment, ce renouveau espéré de la toponomastique sera appelé à s’inspirer de la droiture de Bader, en tirant toutes les leçons de la frénésie idéologique d’un Fehrle.

3Une renaissance de la recherche sur la toponymie en Alsace serait donc souhaitable, certes, mais il ne devrait pas seulement s’agir d’une reprise des résultats fournis par les linguistes et les historiens d’outre-Rhin, comme l’entend suggérer W. Müller. De toute façon, l’ouvrage dresse un premier inventaire des travaux en cours dans le domaine, « entre Bâle et Mayence », et invite à prendre connaissance du dépoussiérage réalisé par les chercheurs en Allemagne et en Suisse. Par conséquent, on se retrouve face à un vaste éventail de sujets qui va des noms de personnes alémaniques du haut Moyen Âge (D. Geuenich) à la féminisation des noms de famille germaniques (R. Steffens) et les spécificités de la région transfrontalière du Rhin supérieur en matière de noms de famille germaniques, objet de recherche du programme « Deutscher Familiennamenatlas » (K. Dräger / K. Kunze).

4En Suisse, la recherche toponymique, moins marquée par les antagonismes du passé, se porte bien. On peut s’en rendre compte à partir de quelques exemples mettant en valeur les travaux sur la microtoponymie de la ville de Bâle, où le surnom d’une personne ayant vécu au XIVe siècle Grosspeter finit par désigner un lieu-dit hors les murs de la ville, ainsi qu’un garage en 1932 et un immeuble de bureaux inauguré en 2017 : Grosspeter Tower (I. Siegfried). L’histoire médiévale présente d’importants exemples d’un flottement dans la macrotoponymie des pays et des « nations » : le chroniqueur Otton de Freising n’a-t-il pas fait état, au milieu du XIIe siècle, de la confusion qui régnait entre les deux Alemanniae, l’une désignant l’espace alémanique, l’autre l’Allemagne toute entière ? En effet, la même époque a également connu des tentatives pour établir le nom Ciringhia afin de désigner la région alémanique, contrôlée par la dynastie des Zähringen (Th. Zotz).

5Un article, très savant, a enfin vraiment relevé le défi interdisciplinaire de l’ouvrage, en liant la toponomastique à l’histoire culturelle et notamment à l’évolution de la viticulture, si importante dans les pays du Rhin supérieur. V. Rödel, ancien archiviste de Karlsruhe, traite du nom de lieu Kallmuth / Kalmit, nom qui désigne aussi la montagne la plus élevée de la Forêt palatine, en lien avec la culture de la vigne dans cette région. De telles recherches représentent sans doute un plus pour l’histoire régionale, tout en valorisant en même temps un trésor linguistique.

6La mise en perspective vient de St. Hackl, spécialiste d’onomastique à l’université de Munich, qui présente le programme d’un nouveau dictionnaire des noms de lieux dans le Bade-Wurtemberg : Historisches Ortsnamenbuch Baden-Württemberg. On a donc résolument tourné la page, à l’égard d’un passé qui avait mis l’érudition au service des « causes ». La toponomastique des pays voisins du Rhin, terrain de convergence et d’entente entre historiens, germanistes et romanistes peut donc repartir de plus belle, pour donner corps et âme à l’initiative lancée par le regretté professeur J. Riecke.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Nicklas, « Riecke (Jörg) dir., Namen und Geschichte am Oberrhein. Orts- , Flur- und Personennamen zwischen Mainz und Basel »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 445-447.

Référence électronique

Thomas Nicklas, « Riecke (Jörg) dir., Namen und Geschichte am Oberrhein. Orts- , Flur- und Personennamen zwischen Mainz und Basel »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsace/3995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.3995

Haut de page

Auteur

Thomas Nicklas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search