Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145Mélanges« Ça se trouve là et personne n’e...

Mélanges

« Ça se trouve là et personne n’en sait rien »

Sur le caractère public de l’historiographie urbaine1
It is lying there, and nobody knows about it. On the publicity of urban historiography
Es ligt da und weiß niemans nüt darumb. Zur Öffentlichkeit städtischer Geschichtsschreibung
Ina Serif
Traduction de Olivier Richard
p. 219-246

Résumés

L’accessibilité des chroniques urbaines, les usages potentiels qui pouvaient en être faits et les types d’utilisateurs ou utilisatrices de ces textes variaient d’une ville à l’autre. Les chroniques officielles, normalement commandées par le Conseil de ville, étaient souvent conservées dans ses archives. L’accès était alors généralement restreint, et le public ne pouvait que de temps à autre jeter un œil sur le codex contenant l’histoire de la cité. Dans certaines villes, des textes historiques étaient lus publiquement lors d’occasions particulières, dans d’autres, des copies d’apparat étaient montrées aux visiteurs de marque. Certains manuscrits étaient cachés et servaient de réservoir (symbolique) de savoir secret pour les dirigeants, alors que d’autres tombaient tout simplement dans l’oubli. La gloire d’une œuvre ne se reflétait pas forcément dans l’usage réel qui était fait d’un manuscrit concret, comme cela semble être le cas pour la chronique de Jakob Twinger von Königshofen, rédigée vers la fin du XIVe siècle. Il existait au XVe siècle un grand nombre de copies de cette chronique à Strasbourg, mais les manuscrits autographes de Twinger, conservés au Frauenhaus, le bâtiment administratif de l’Œuvre Notre-Dame, la fabrique de la cathédrale, n’étaient apparemment pas utilisés, malgré la renommée dont jouissait la chronique parmi les Strasbourgeois s’intéressant à l’histoire. L’article s’interroge sur le contraste entre la connaissance de l’œuvre abstraite et la méconnaissance du manuscrit concret dans la conscience collective. (trad. O.R.)

Haut de page

Texte intégral

Introduction : l’historiographie urbaine à Strasbourg

  • 1 Cet article est la traduction légèrement remaniée d’un texte paru en allemand sous le titre « Es li (...)
  • 2 Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick/Oder Kurtze Beschreibung von ankunfft/Erbaw: vnd Erweit (...)
  • 3 « Anfangs nur für sich ihme selbsten zur ergötzlichkeit gesamblet », Michael Kleinlauel, Straßburgi (...)
  • 4 « Weil ich Lust hab zu alten geschichten/nicht wie sie die poeten dichten […]. wie wol nie keiner i (...)
  • 5 « von wem die Statt Straßbürg und diß Elsaß seinen Vrsprung vnd anfang genommen », Strasbourg, Médi (...)
  • 6 « theils vornehmer vnnd gelehrter leut […] angetrieben worden war », Michael Kleinlauel, Straßburgi (...)
  • 7 « dannenhero geschehen/daß man nunmehr bey unseren zeiten vast soviel particular chronicken siehet (...)
  • 8 « etliche geschriebene chronicken vom bistumb und von der statt straßburg hin und wider versteckt » (...)
  • 9 « die voellige perfection einer rechtschaffenen chronick/deren […] die statt straßburg wol wuerdig (...)

1En 1625 parut chez Johann Carolus une Straßburgische chronick/oder kurtze beschreibung von ankunfft/erbaw: vnd erweiterung der statt Straßburg, mit fleiß zusamen gebracht durch einen liebhaber der teutschen poeterey, c’est-à-dire une « Chronique strasbourgeoise ou courte description de la fondation, de la construction et de la croissance de la ville de Strasbourg, compilée avec zèle par un amoureux de la poésie allemande », le Strasbourgeois Michael Kleinlauel2. L’éditeur Carolus raconte dans sa préface que Kleinlauel n’avait « d’abord collecté [les événements historiques] que pour son propre plaisir3 » et qu’il ne voulait dans un premier temps pas les publier, tant il était conscient de sa propre insuffisance, qu’il reliait à son statut social modeste. Pourtant, cette publication représentait déjà le deuxième travail historiographique du Strasbourgeois, qui avait écrit dans les années 1610 une Straßbürgische Cronica, dont il avait offert l’unique exemplaire au pasteur Oseas Schadaeus. Dans la dédicace de cette première œuvre, il indique comme causa scribendi l’absence d’une chronique attachée à la vérité et qui aurait comme unique objet l’histoire de Strasbourg4. Il explique ensuite que d’autres Strasbourgeois que lui avaient grande envie d’apprendre « de qui la ville de Strasbourg et l’Alsace tirent leur origine5 ». Ainsi l’éditeur Carolus put-il convaincre le chroniqueur d’imprimer son deuxième ouvrage, dont la rédaction avait été « stimulée » par les appels de « personnes distinguées et érudites6 » ; il devait y avoir un intérêt général pour une telle publication, car « on voit à notre époque de nombreuses chroniques, autant qu’on peut connaître des royaumes, principautés, comtés et seigneuries ». Des villes d’Empire comme Cologne, Nuremberg, Francfort, Brême et d’autres auraient fait écrire et imprimer des livres d’histoire, et seule Strasbourg n’aurait pas encore trouvé son buccinator – son panégyriste, littéralement son trompette – pour faire convenablement l’éloge de la position et de la gloire de la ville7. On trouverait bien « de temps en temps, cachées, quelques chroniques traitant du diocèse et de la ville de Strasbourg8 », et certes, il se trouverait bien des hommes distingués et érudits connus pour leurs productions historiographiques sur Strasbourg, mais aucun ouvrage n’aurait atteint « la totale perfection d’une chronique convenable et digne de la ville de Strasbourg9 ». Selon Carolus, les raisons de cette situation étaient diverses :

  • 10 « Dem einen hats ermangelt an der zeit/die er mit seinen wichtigen ampts: vnnd beruffs obliegen mue (...)

L’un a manqué de temps, qu’il devait consacrer à ses importants offices et à son métier ; le deuxième ne jouissait pas d’assez de moyens, car il n’avait pas accès aux lieux où collecter les informations les plus sûres ; le troisième a manqué d’autre chose, et il est bien possible aussi que certains n’avaient pas un cœur de lion […] pour écrire sans crainte la vérité, mais qu’ils ont pu enjoliver ou salir l’histoire, par faveur ou par défaveur10.

  • 11 Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. [4]r-v. Erkanbald (Erchenbald) fut évêque (...)

2Dire que quelques (etliche) chroniques se trouvaient « cachées çà et là », alors qu’on connaissait leurs auteurs, servait sûrement en partie à justifier la parution de celle de Kleinlauel. Par ailleurs l’énumération de chroniqueurs connus plaçait son œuvre dans une longue tradition ; la préface mentionne ainsi Erkanbald (Erchenbald), évêque de Strasbourg, Jakob von Königshofen, prébendier à la cathédrale, ainsi que Jakob Wimpfeling, Hieronymus Gebwiler, Sebastian Brant, Caspar Hedio, Bernhard Hertzog, Johann Fischart, Franz Guillimann et Jodocus Coccius11.

3Il s’agira dans les pages qui suivent d’essayer de comprendre ce que signifie concrètement l’expression « chroniques cachées », en prenant l’exemple de l’une de celles qui sont citées, la chronique du chanoine Jakob Twinger von Königshofen. En partant du lieu de conservation de certains des manuscrits de chroniques de Twinger au Moyen Âge, on proposera quelques réflexions sur leur caractère public, leur efficacité et leur portée dans la ville de Strasbourg.

  • 12 Voir sur ce point, entre autres publications, Martin Kintzinger (dir.), Politische Öffentlichkeit i (...)
  • 13 « das allgemein und unbegrenzt Erfahrbare, Zugängliche, Verbindliche oder Nützliche », Peter von Mo (...)

4Cette question du caractère public ne vise pas à déterminer le rôle éventuel de la chronique ou de son texte dans l’espace public politique12, ni une éventuelle faculté d’action (agency) de chaque manuscrit, par exemple dans le cadre de l’exercice du pouvoir. Elle part du sens de « public » par opposition à « privé », emprunté à Peter von Moos, qui définit « le public » comme ce qui est « perceptible par tous et de façon illimitée, accessible, obligatoire ou utile », et le distingue du privé, dont la perception et l’accessibilité sont limitées13. Or les travaux consacrés à la chronique de Jakob Twinger ont justement postulé qu’elle était accessible et utilisée par les bourgeois. C’est ce que les pages qui suivent entendent vérifier en étudiant les manuscrits de la chronique ainsi que les références dans d’autres sources.

La chronique allemande de Jakob Twinger von Königshofen et ses manuscrits

  • 14 La chronique est éditée dans Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, (...)
  • 15 Dis ist die kronika aller der bebeste und aller der romeschen keisere […]. La chronique est éditée (...)
  • 16 La chronique de Closener n’est transmise que par un seul manuscrit, Paris, BnF, Ms. all. 91. Il n’e (...)

5Dans les années 1380, Jakob Twinger von Königshofen commença à travailler à une chronique allemande, consacrée à l’histoire universelle comme à celle de la ville de Strasbourg14. Pour la rédiger, il s’appuyait entre autres sur le travail de Fritsche Closener, lui aussi clerc strasbourgeois15. La chronique de ce dernier, datant du milieu du xive siècle, constitue les débuts de l’écriture de l’histoire de Strasbourg en langue vulgaire ; cependant, les nombreux écrits qui traitèrent dans les siècles suivants des origines et de l’histoire de la ville se fondent surtout sur la chronique de Twinger, alors que les récits de Closener paraissent avoir été vite oubliés16. L’œuvre de Twinger était au contraire encore connue au xviie siècle à Strasbourg : dans l’édition de la chronique de Kleinlauel, non seulement Twinger est mentionné dans la préface de l’éditeur, comme on l’a vu, mais le texte de la chronique commence même par une référence au clerc :

  • 17 Es find sich/das Straßburg die statt/
    (Wie Koenigshoffer [!] gschriben hat)
    Sey lenger dann zwoelff h
    (...)

La ville de Strasbourg
(comme Koenigshoffer [sic] l’a écrit)
A plus de douze cents ans.
Avant la naissance du Christ
Elle fut bâtie par Trebeta17.

6Mais l’objectif n’est pas ici de s’intéresser au degré de célébrité de l’œuvre abstraite au cours du temps, mais de se demander comment on accédait aux objets concrets, c’est-à-dire aux différents manuscrits, et ce qu’on en faisait.

  • 18 Voir sur ce point Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit.
  • 19 Voir dernièrement ibidem. Contre cet avis, Norbert Warken, Mittelalterliche Geschichtsschreibung, o (...)
  • 20 Sur la répartition dans les différentes versions, voir Carl Hegel, « Introduction », in idem (éd.), (...)
  • 21 Pour certains manuscrits, il est difficile de déterminer la limite entre la compilation entre plusi (...)
  • 22 Les échanges et changements de lieu de conservation de nombreux manuscrits ne peuvent pas être repr (...)

7Jakob Twinger, qui rédigea en plus de son œuvre historiographique d’autres types de textes18, travailla à plusieurs manuscrits de sa chronique, que l’on peut rattacher à trois versions, deux courtes, A et B, et une plus longue, C. Une chronique latine, qui est parfois considérée comme une collection de matériaux rassemblés en préparation de la chronique allemande19, fut écrite avant cette dernière20. L’œuvre en langue vernaculaire fut largement diffusée, puisqu’on en connaît jusqu’à présent 128 manuscrits témoins, pour certains des copies complètes, pour d’autres de simples extraits intégrés dans des ensembles textuels plus vastes, avec tout un éventail de formes intermédiaires21. On connaît le lieu d’origine d’une bonne moitié de ces témoins. Ainsi la carte ci-dessous (fig. 1) ne constitue qu’une représentation imparfaite de l’espace de la réception de la chronique, mais elle rend plausible la thèse d’une concentration de la copie de cette œuvre dans la région de Strasbourg et d’une connaissance localement plus marquée de son existence22.

  • 23 Strasbourg, Bibliothèque municipale, sans cote (chronique latine, brûlée) ; Strasbourg, Bibliothèqu (...)
  • 24 On connaît huit copies détruites lors de l’incendie de la bibliothèque, ce qui suggère que d’autres (...)
  • 25 À l’époque où Hegel travaillait à son édition, on pensait que le manuscrit avait disparu ; il fut c (...)

8Trois manuscrits, que Twinger a écrits de sa main ou commandés et complétés lui-même, parvinrent au début du xve siècle, au plus tard à sa mort en 1420, dans le Frauenhaus (« maison de Notre-Dame ») de Strasbourg : la chronique latine, un manuscrit de la version A et un de la version C23. L’autographe de la version C et la chronique latine ont été détruits en 1870 lors du bombardement de Strasbourg pendant la guerre franco-prussienne24. Le codex contenant la version A se trouve aujourd’hui dans la bibliothèque du Grand Séminaire de Strasbourg25.

Fig. 1 : Manuscrits localisables de la chronique de Jakob Twinger, xive-xixe siècles

Fig. 1 : Manuscrits localisables de la chronique de Jakob Twinger, xive-xixe siècles
  • 26 Sur l’Œuvre Notre-Dame et le Frauenhaus qui l’héberge, voir Peter Wiek, « Das Straßburger Münster. (...)
  • 27 La maison abrite aujourd’hui le Musée de l’Œuvre Notre-Dame. La partie gauche du bâtiment actuel co (...)
  • 28 L’administrateur de l’Œuvre montrait ses livres de comptes deux fois par an au Conseil, voir Barbar (...)

9Le lieu de conservation des manuscrits au Moyen Âge, le Frauenhaus de Strasbourg, abritait pendant longtemps l’administration de l’Œuvre Notre-Dame (Frauenwerk), c’est-à-dire de la fondation chargée de la construction et de l’entretien de la cathédrale. Celle-ci constituait jusqu’à la fin du xiiie siècle une institution religieuse, qui passa entre 1282 et 1286 aux mains des autorités urbaines, si bien qu’au début du xive siècle elle n’était plus soumise à l’évêque et au chapitre, mais à l’ammeister et au Conseil de ville. La gestion du bâtiment de la cathédrale était ainsi devenue affaire de la ville26. Le Frauenhaus est situé depuis 1347 sur la place de la cathédrale27, et aux xive et xve siècles, dans le cadre de la gestion de la cathédrale, non seulement l’administration de la fondation s’y trouvait, mais la maison hébergeait également le personnel. Par ailleurs, les locaux servaient à remplir les fonctions sociales de la fondation : ainsi on y proposait un déjeuner non seulement pour les ouvriers du chantier de la cathédrale, mais aussi pour de pauvres écoliers. Du point de vue institutionnel, la fondation hébergée dans le bâtiment était donc une institution municipale soumise à l’autorité du Conseil, même si celui-ci ne s’y réunissait pas officiellement28.

  • 29 Voir sur ce point Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch » des Frauenwerks im Straßburger Münster (...)
  • 30 « Ce sont ces donations qui font naître une fausse impression d’abondance : en effet, les quelques (...)
  • 31 La donation d’Ellenhard à l’Œuvre-Notre-Dame du 30 avril 1304 est éditée dans Aloys Schulte (éd.), (...)
  • 32 Sur les différentes fonctions et prébendes de Closener, voir Klaus Kirchert, Städtische Geschichtss (...)
  • 33 Hans Witte (éd.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg 7 : Privatrechtliche Urkunden und Rathslisten v (...)
  • 34 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 1, op. cit., p. 105-111. La c (...)
  • 35 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 1, op. cit., p. 767 « Und sun (...)

10L’Œuvre Notre-Dame n’était pas seulement chargée de l’administration du bâtiment de la cathédrale, mais recevait également, comme beaucoup d’autres fondations religieuses de la cité, de nombreuses donations de bourgeois de Strasbourg, pour financer le chantier mais aussi assurer le salut de leur âme29. Parmi les objets donnés, les vêtements et textiles de toute sorte prédominaient ; les dons en numéraire étaient également fréquents, à côté de quelques outils, bijoux ou, justement, manuscrits30. Ainsi par exemple Ellenhard, qui fit réaliser au début du xive siècle un grand ouvrage sur l’histoire de Strasbourg, constitué de différents textes latins et connu sous le nom de « Codex d’Ellenhard », légua-t-il ce volume à l’Œuvre – comme la totalité de ce qu’il possédait31. Fritsche Closener était lui aussi lié à la Fondation, d’une part via une prébende à l’autel de Notre-Dame dans la cathédrale, dont elle avait le droit de collation, mais aussi par des manuscrits32. Il vendit en effet en 1372 son psautier à l’Œuvre, et obtint un an plus tard de l’emprunter pour l’utiliser jusqu’à sa mort33. Sa chronique est également parvenue au Frauenhaus. On ne sait certes pas comment, mais il est attesté que c’est là que Jakob Twinger put utiliser l’ouvrage de son prédécesseur lorsqu’il rédigeait sa propre chronique : alors que Closener transcrit longuement des chants des flagellants qui arrivèrent à Strasbourg en 1349 au moment de la Grande Peste34, Twinger les laisse de côté, en renvoyant dans les versions A et B à la chronique (se trouvant) dans le Frauenhaus : « Et ils chantaient de nombreux chants, qui sont écrits dans la chronique au Frauenhaus, c’est pourquoi je les laisse de côté35. »

  • 36 Voir sur ce point Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis Schneegans (éd.), Co (...)

11Le manuscrit de la chronique de Closener devait donc bien déjà se trouver au Frauenhaus dans les années 1380. Mais on ne peut pas savoir s’il était clair pour les contemporains que la « Chronique au Frauenhaus » désignait celle de Closener ou si seul Twinger l’appelait ainsi36. Comme Fritsche Closener mourut au plus tôt en 1390, donc à une date où Twinger avait sans doute déjà achevé les différentes versions de sa chronique, on peut supposer que son manuscrit n’entra pas dans le fonds de l’Œuvre Notre-Dame à la suite d’un legs après-décès, mais plutôt soit d’un achat comme pour son psautier, soit d’une donation entre vifs.

12Cette pratique d’une donation d’un objet alors que le donateur est encore en vie est attestée pour l’un des manuscrits de Jakob Twinger. Dans son édition, Carl Hegel a joint au texte de la chronique d’après l’autographe de la version C un ajout qui se trouvait à la fin du volume :

  • 37 Nota. honorandus vir dñs Jacobus Twinger pbr canonicus ecclesie S. Tome Argent. donavit sano corpor (...)

Nota. L’honorable seigneur Jakob Twinger, prêtre, chanoine de l’église Saint-Thomas de Strasbourg, sain de corps, a donné pour le salut de son âme à la fabrique de l’église de Strasbourg cette chronique composée par lui à partir de divers matériaux et écrite de sa propre main, à la condition qu’elle demeure perpétuellement dans cette fondation et n’en soit jamais aliénée. Cette donation a eu lieu le jour de la fête du saint pape Grégoire, l’an du Seigneur 1409 [12.03.1409]37.

  • 38 Il s’agit des manuscrits de la chronique latine et de la version A, Strasbourg, Bibliothèque munici (...)
  • 39 « Les motivations des bienfaiteurs inscrits dans le livre des donations ne différaient pas de celle (...)

13Malgré cette donation, Jakob Twinger a continué à travailler sur ce manuscrit jusque peu avant sa mort en 1420, ce qui signifie qu’il est resté en sa possession après la donation et qu’il n’est sans doute parvenu qu’à son décès au Frauenhaus, vraisemblablement en même temps que les deux autres manuscrits déjà évoqués38. Peut-être le manuscrit lui a-t-il été restitué après la donation sous la forme d’un prêt, comme cela avait été le cas pour le psautier de Closener. En tout cas, la donation correspond à une pratique courante chez de nombreux Strasbourgeois, qui léguaient fréquemment l’ensemble de leurs biens à une fondation. Au cours du xve siècle, cela se faisait de plus en plus souvent du vivant du donateur39. Les vêtements, les bijoux et les armes constituaient les biens les plus communément présents dans la plupart des foyers urbains, mais celui d’un clerc se réduisait sans doute souvent à des manuscrits.

  • 40 Barbara Schock-Werner, Die Münsterbauhütte in Straßburg, op. cit., p. 230.
  • 41 Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch », art. cit., p. 77 et 79.
  • 42 Joseph Gass, Strassburgs Bibliotheken. Ein Rück- und Überblick auf Entwicklung und Bestand, Strasbo (...)
  • 43 Il est indiqué sur une petite feuille collée sur le volume : « Ce livre vient de l’Œuvre Notre-Dame (...)
  • 44 Voir ibidem, p. 213, ainsi que Jakob Wencker, Apparatus et Instructus Archivorum Ex usu nostri Temp (...)

14Les dons consacrés au salut de l’âme étaient parfois revendus par l’Œuvre Notre-Dame pour couvrir les dépenses engagées dans le cadre de la gestion de la cathédrale40. Par ailleurs, la place disponible au Frauenhaus était limitée. Certes, une salle avait été aménagée pour les armes et armures, mais les voiles, par exemple, étaient gardés dans un coffre situé dans la chambre de la servante41. Les sources ne disent rien d’un lieu de conservation spécifique pour les manuscrits ni d’une bibliothèque dans le Frauenhaus42. Twinger savait sans doute que l’Œuvre revendait certains objets donnés et voulait empêcher que ses manuscrits subissent ce sort, pour s’assurer de l’efficacité de sa donation pour le salut de son âme. Mais son instruction ne fut pas respectée bien longtemps, puisque le manuscrit contenant la chronique latine entra en 1635 aux archives de la ville43. L’autographe de la version C y parvint peut-être également à ce moment-là, et en tout cas au plus tard en 1713, avant d’être transféré en 1789 à la Bibliothèque municipale44. Le volume contenant la version A se trouvait encore au Frauenhaus au début du xviiie siècle et se retrouva finalement à la bibliothèque du Grand Séminaire. Mais que faisait-on de ces manuscrits tant qu’ils étaient au Frauenhaus? Qui avait accès à eux, et même qui était au courant de leur existence?

Connaissance et usages des manuscrits de chroniques à Strasbourg

  • 45 Sur Geiler, voir Uwe Israel, Johannes Geiler von Kaysersberg (1455-1510). Der Straßburger Münsterpr (...)
  • 46 Les éditeurs des différents imprimés ne sont pas toujours nommés ; l’un d’eux, le franciscain stras (...)
  • 47 Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm, op. cit., p. 214.
  • 48 Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 46.

15Près d’un siècle après la mort de Jakob Twinger, le prédicateur Johannes Geiler de Kaysersberg vivait et officiait à Strasbourg, de 1478 à sa mort en 151045. Dans plusieurs éditions de ses sermons issues de l’officine de l’imprimeur Johann Grüninger, on trouve des références aux chroniques se trouvant au Frauenhaus46. Comme il est attesté qu’il s’agit de la chronique de Twinger, on a supposé que ces manuscrits non seulement étaient censés être accessibles aux Strasbourgeois, mais qu’ils l’étaient effectivement, et que les habitants pouvaient grâce à eux s’informer sur leur histoire et en poursuivre l’écriture. On a ainsi pu écrire que Geiler se référait à « la chronique de Königshofen, accessible à tous et rédigée en langue vernaculaire, lecture importante pour les Strasbourgeois47 ». Cette idée a conduit à penser que le Frauenhaus, en tant qu’interface entre ville et Église, représentait le lieu ou l’institution où l’on conservait des chroniques, et où « la signification du lieu et l’horizon idéel des chroniques universelles se rencontraient48 ». Ces réflexions postulent une large connaissance du lieu de conservation de la chronique ainsi qu’une utilisation active de son texte. Il faut donc vérifier cette thèse en étudiant à nouveaux frais les mentions de la chronique dans les sermons de Geiler ; cela permettra de s’interroger à nouveau sur la valeur de cet ouvrage historique, en l’occurrence de ces manuscrits. Il s’agit en particulier d’examiner leur caractère public, c’est-à-dire leur accessibilité et leur réception réelle dans le Frauenhaus.

  • 49 Cela servait sûrement pour partie à donner des références aux auditeurs intéressés, puis aux lecteu (...)

16Les descriptions qui ont été conservées des messes célébrées par Geiler nous apprennent que le prédicateur indiquait souvent aux fidèles les ouvrages auxquels il recourait49. Et les éditions de ses sermons mentionnent fréquemment les sources utilisées pour chaque occasion, dont des chroniques. Dans les Sermones fructuosissimi de arbore humana, édités en 1519 par Jakob Biethen, un élève de Geiler, il est fait référence de façon générale « à des chroniques », lorsqu’il est question de l’accusation portée contre les juifs d’avoir empoisonné les puits et ainsi déclenché l’épidémie de peste de 1349 :

  • 50 Geiler von Kaysersberg, éd. par Johann Jakob Biethen, Sermones […] fructuosissimi. De arbore Humana (...)

Siquidem vt legitur in Chronicis. Quod anno.Domini Millesimo/tricentesimo quadragesimo nono/propter maximam mortalitatem que per vniuersum mundum grassabatur/quetamen imputabatur iudeis: quod venena fontibus infudissent50.

  • 51 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, 2, op. cit., p. 759-760 et 7 (...)
  • 52 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, 1, op. cit., p. 121, ch. 18.
  • 53 Adolf Hofmeister (éd.), Die Chronik des Mathias von Neuenburg, op. cit., p. 267-268, ch. 115.
  • 54 Johannes Geiler von Kaysersberg, éd. par Johann Jakob Biethen, Sermones Prestantissimi Sacrarum lit (...)

17Le sermon continue en évoquant le pogrome mené par la population de la ville en réaction à l’arrivée de la peste, qui conduisit à la mort de nombreux juifs strasbourgeois. Ces événements sont décrits chez Twinger51, mais aussi dans d’autres ouvrages historiographiques strasbourgeois : Closener, le prédécesseur de Twinger, le relate aussi52, de même que Matthias von Neuenburg53. Mais les Sermones praestantissimi, également édités par Biethen, donnent une référence plus précise lorsqu’il est question de la peste de 1349 : Hec ex Chronica domus fabrice beate virginis folio. ccxxxiii54.

  • 55 Sur la tradition manuscrite de cette chronique, voir Hans-Dieter Mück, « Matthias von Neuenburg » : (...)
  • 56 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 2, op. cit., p. 769. La diffé (...)
  • 57 Dieter Mertens, « Authentisierungsstrategien », art. cit., p. 76-77.

18Le manuscrit de la chronique de Closener ne comporte que 60 feuillets, il ne peut donc pas s’agir d’elle. Par ailleurs, on ne sait pas si Geiler avait à sa disposition un exemplaire de la chronique de Matthias von Neuenburg, auquel cas différents manuscrits pourraient entrer en considération55. Mais il s’agit plus probablement du manuscrit de Twinger au Grand Séminaire, cod. 33. En effet, on y trouve bien au folio 232va l’information indiquée dans l’édition de Geiler, sous le titre « La grande mortalité » (Von dem grossen sterbotte)56. Dieter Mertens a constaté que les Sermones praestantissimi ne sont pas la transcription de sermons réellement prononcés, mais l’édition des textes de travail de Geiler, pour qu’ils soient réutilisés par des lecteurs érudits : cela permet de comprendre qu’on puisse y trouver une référence à une page précise57.

  • 58 « doch so weißt man von Semiramis gesagen lyß die cronick die vff vnser frawen huß leit. » Johannes (...)

19Enfin, l’affaire est on ne peut plus claire lorsque Geiler évoque La Nef des fous de Sebastian Brant : « Sur la légende de Semiramis, lis la chronique qui se trouve au Frauenhaus58 ».

  • 59 Voir supra, n. 35.
  • 60 Trebeta est un personnage central du récit de fondation de Strasbourg, si bien que la chronique de (...)

20Twinger appelait pour sa part « [vieille] chronique au Frauenhaus » ([alte(n)] croniken uf unser frowen hus) le manuscrit de la chronique de Closener59. Mais il ne peut pas s’agir d’elle dans le passage de Geiler, puisqu’il fait référence à Trebeta, le fondateur légendaire de Trèves, qui se réfugia en Europe pour échapper aux avances de sa belle-mère Semiramis, et fonda après Trèves d’autres villes sur les rives du Rhin. En effet, sa fuite pour l’Europe pourrait être datée d’environ 2000 avant Jésus-Christ, ce qui ne correspond pas au cadre chronologique de la chronique de Fritsche Closener, qui commence par des événements survenus vers 300 après Jésus-Christ. Matthias von Neuenburg n’entre pas davantage en ligne de compte, puisqu’il ne traite que des xiiie et xive siècles. Ainsi la cronick vff vnser frawen huß ne peut être que celle de Twinger60.

21Le recueil de sermons Die brösamlin fait à nouveau référence à la chronique du Frauenhaus à propos de ce même épisode, et en incitant explicitement les lecteurs à la lire – car apparemment ça n’allait pas de soi :

  • 61 « Ich hab dir es wol vor dreissig iaren gesagt und seither etwann dick etc. Liß die cronicka vff vn (...)

Je te l’ai dit il y a au moins trente ans, et l’ai répété maintes fois depuis : lis la chronique du Frauenhaus, [qui raconte] comment Piramis [sic !] fut entrepris par sa mère et comment il fuit vers Trèves61.

22Alors que la mention des « chronicis » dans l’exemple donné plus haut ne doit pas nécessairement être considérée comme un renvoi à une source, mais éventuellement comme un outil rhétorique pour donner plus de poids à une affirmation, il s’agit bien ici d’une référence à un ouvrage précis, puisqu’on peut effectivement lire l’épisode dont il est question dans la chronique uff unser frauwen hauß.

23Le dernier passage que l’on peut invoquer est issu de l’exégèse des Évangiles par Geiler, éditée par Johannes Pauli en 1515. Il y relate la légende de saint Florent de Strasbourg, et termine en citant sa source, comme pour fournir au lecteur les moyens de s’informer plus avant :

  • 62 « Du findest die ding clarlich im bu(o)ch das vff vnser frawen hauß zu(o) Straßburg liegt zetútsch/ (...)

Tu trouveras ces choses [expliquées] clairement dans le livre qu’on trouve en allemand au Frauenhaus à Strasbourg ; il existe aussi en latin. Il faut enseigner ces choses à vos enfants, pour qu’ils sachent comment la ville de Strasbourg a été construite62.

  • 63 Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], op. cit., f. CCrb.

24Ce passage est volontiers cité pour montrer que la chronique de Twinger était accessible au public : le bu(o)ch s’y trouve et peut y être consulté en cas de besoin. Mais le texte se poursuit de la façon suivante : « Ça se trouve là et personne n’en sait rien63. »

  • 64 Sans se référer au sermon de Geiler, Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis S (...)

25Si la citation précédente a été utilisée comme attestation du caractère public du manuscrit qui se trouvait au Frauenhaus, cette phrase devrait logiquement suffire à faire réfléchir à la thèse inverse64. De fait, le prédicateur poursuit en déplorant l’attitude ignorante des hommes quant à leur passé, qui transparaissait déjà dans son appel à lire enfin la chronique :

  • 65 Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], op. cit., f. CCrb. : Sie nem (...)

Ils n’entreprennent rien pour que cela soit mis au jour ; ils devraient donner cinquante florins pour qu’on le sache : nous sommes des idiots. On peut bien dire : « en quoi cela me regarde-t-il ? Je préfère prendre un bon aubergiste à la place ». Si les anciens n’avaient rien écrit à notre intention, nous n’aurions rien65.

  • 66 Nemen signifie sans doute « entreprendre », voir les sens du terme dans le Deutsches Wörterbuch de (...)

26Ainsi, au lieu de s’informer sur leur histoire, les contemporains préféreraient aller à l’auberge, sans faire de cas du travail des anciens, qui avaient mis leur passé par écrit. Certes, il est difficile de comprendre à quoi fait vraiment allusion Geiler quand il se plaint qu’ils (sie) n’entreprennent (nemen66) rien pour que « cela soit mis au jour » (es an das liecht kem), c’est-à-dire pour que la chronique soit connue : à qui s’adresse ce reproche ? Éventuellement non pas à des personnes concrètes, mais à tous ceux qui connaissent le contenu de l’œuvre, mais ne font rien pour le diffuser. En tout cas, l’hypothèse d’un désintérêt pour les manuscrits de chroniques conservés au Frauenhaus est renforcée par l’insuccès des efforts entrepris : pour tout l’or du monde – ou en l’occurrence pour 50 florins –, la lecture de la chronique ne saurait être préférée à la consommation d’alcool.

  • 67 Dresden, LB, Mscr. F 98 ; Gießen, UB, Hs. 179 ; Karlsruhe, BLB, Donaueschingen 513 ; Karlsruhe, BLB (...)
  • 68 Voir supra, n. 13.

27Sur les 128 manuscrits qui comportent toute la chronique de Twinger ou des parties de celle-ci, on peut dire avec sûreté pour seize d’entre eux qu’ils ont été produits à Strasbourg67. Douze datent du xve siècle : cela témoigne d’un intérêt pour la chronique, en particulier à l’époque entre sa rédaction et les mentions dans les sermons de Geiler. Mais le prédicateur ne constate visiblement pas d’intérêt général ou public pour l’œuvre, puisque celui-ci, à ses yeux, devrait se traduire par la consultation du manuscrit du Frauenhaus. La chronique, ou son manuscrit, se trouve vff vnser frawen hauß zuo Straßburg. Le fait que « personne n’en sa[va]it rien » se référait sans doute à la connaissance non pas seulement de l’existence des manuscrits du Frauenhaus, mais aussi plus généralement du contenu de l’œuvre. Aux yeux de Geiler, cette chronique n’était en tout cas pas un ouvrage public, connu de tous, qui aurait été accessible sans limite à tout un chacun68.

  • 69 « Dyt boich ys eyne gewisse aueschryffte von der Cronike der stat van Straißborch, dye der Ersame a (...)

28Il existe un témoin de la réception, non pas seulement de la chronique de Twinger en général, mais de l’utilisation des manuscrits du Frauenhaus et du statut particulier qu’ils pouvaient avoir. Il s’agit d’un codex aujourd’hui conservé à Cologne, qui appartenait à partir de 1470 au Colonais Heinrich van Beeck, qui l’utilisa lors de la rédaction de sa chronique rimée Agrippina. Il commence par la note suivante69 :

Ce livre est la copie de la chronique de la ville de Strasbourg, que l’honorable ammeister et le Conseil de la ville de Strasbourg conservent dans le Frauenhaus, afin qu’ils puissent ainsi démontrer l’ancienne origine de leur ville, et de la même façon de la ville de Cologne et d’autres villes des pays allemands, comme cela est écrit ici, A. D. 1470.

  • 70 Sur les chroniques urbaines rédigées sur commande et leur utilisation ou non-utilisation, voir Regu (...)
  • 71 Dès le xviiie siècle, Jean Wencker considérait le codex 33 comme une copie faite pour le Conseil, v (...)
  • 72 Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 25. Deux pages aup (...)

29Bien que certains travaux aient tenté de prouver que Twinger avait rédigé sa chronique sur commande du Conseil de Strasbourg, il n’existe aucune source allant dans ce sens70. On ne peut pas davantage prouver que le manuscrit de Strasbourg, codex 33 avait été produit comme exemplaire officiel du Conseil71. Pourtant, si dans la note mentionnée à l’instant, l’ammeister et le Conseil de la ville de Strasbourg apparaissent comme les possesseurs de la chronique, qui la conservent au Frauenhaus, pour prouver ses origines, il n’est pas question d’un dépôt de la chronique « dans les archives de la fabrique de la cathédrale », comme l’affirme Kirchert en paraphrasant72.

  • 73 « Le dialecte a une coloration du Rhin inférieur », écrit Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. (...)
  • 74 Le codex 33 est d’abord mis en page en deux colonnes, puis à partir du f. 262v en une seule ; le ma (...)

30Le manuscrit autographe, qui était conservé lui aussi au Frauenhaus, peut être exclu de la liste des modèles potentiels du codex de Cologne, car ce dernier suit la version A et non la C. Il est difficile de dire si le scribe du manuscrit colonais, originaire du Rhin inférieur73, a utilisé directement le codex 33 pour faire sa copie, car la comparaison des deux manuscrits ne permet ni de l’affirmer, ni de l’exclure74, et le travail d’identification du ou des manuscrits modèles reste à faire. Si jamais il disposait du codex 33, il a utilisé au moins un autre manuscrit, pour les continuations notées à partir du folio 265r, qui vont jusqu’aux années 1440. Ainsi, soit il a passé sous silence ses sources autres que la chronique de Twinger, soit il avait à sa disposition un manuscrit qui comportait déjà des continuations, mais alors il ne peut pas s’agir du codex 33. Quoi qu’il en soit, il ne reliait pas l’œuvre à son auteur, bien que celui-ci indique son nom en bonne place dans son prologue, mais à un bâtiment, le Frauenhaus.

  • 75 Et non pas seulement au début du xvie siècle, dans les sermons de Geiler, comme le supposent George (...)

31En fait, il faut interpréter la note placée avant le texte de la chronique avant tout comme un élément visant à légitimer la copie : la mention de la cronike der stat van Straißborch ne doit pas être vue comme une référence à un manuscrit précis, qui se trouverait vp vnser lyever frauwen huys, mais plutôt à l’œuvre. Alors que Jakob Twinger faisait référence dans sa chronique au manuscrit de son prédécesseur Fritsche Closener comme croniken uf unser frowen hus, on peut supposer qu’à partir de 1470, à Strasbourg, c’est l’œuvre de Twinger qui était appelée « chronique du Frauenhaus75 ». Il est possible qu’on eût dès cette époque déjà oublié que ce nom renvoyait à des manuscrits qui y étaient conservés, car il est étonnant que la note en exergue du codex colonais ne parle que d’une chronique conservée au Frauenhaus, alors que s’y trouvaient au moins deux manuscrits de la chronique allemande de Twinger (version A et version C) et le codex de la chronique latine.

  • 76 Geiler connaissait aussi l’existence de la chronique latine, comme on l’a vu (man hat es auch in de (...)

32Quand ils font référence à la chronique allemande de Jakob Twinger, les sermons édités de Geiler ne mentionnent qu’une chronique ou un bu(o)ch, qui désigne le codex 33, comme la référence à une page précise, dans les Sermones praestantissimi, le montre clairement76.

  • 77 Twinger lui-même et deux autres mains apparemment contemporaines avaient ajouté des éléments qu’on (...)
  • 78 Le manuscrit précis qui a été copié n’a pas pu être retrouvé. Mais on retrouve le même texte dans u (...)

33Hors de sa lecture par Geiler lui-même, peu de traces d’usage du manuscrit peuvent être repérées : certes, à la fin de chacun des cinq chapitres, de la place avait été laissée pour des ajouts ultérieurs, mais après 1400, seules quelques notes isolées ont été insérées, sans méthode apparente77. On trouve bien une continuation des chapitres sur les empereurs et des papes, mais elle date du xvie siècle, et il s’agit en fait de la copie d’un autre manuscrit, où cette continuation figurait déjà78. Au xve siècle, le manuscrit du Frauenhaus ne semble avoir été connu que de peu de gens, ce qui contraste avec la célébrité de l’œuvre – qui ne correspondait pas forcément à la connaissance de son contenu, comme le montrent les plaintes de Geiler. Les manuscrits du Frauenhaus étaient sans doute comme cachés, versteckt, pour revenir à Carolus : ils « se trouvent là », mais « personne n’en sait rien ».

Ça se trouve là mais personne n’en sait rien ?

34La chronique de Twinger ne fut pas copiée seulement à Strasbourg, mais aussi fréquemment dans d’autres villes où elle était très diffusée et jouissait d’une large réception ; mais dans le cas des manuscrits du Frauenhaus, la réception prenait une autre forme que ce qu’imaginent les travaux historiques anciens. Les volumes contenant la chronique de Twinger devaient être d’une manière ou d’une autre accessibles à ceux qui en connaissaient l’existence, et les références dans le manuscrit colonais 7030 330 et dans les éditions des sermons de Geiler prouvent que les liens entre cette chronique et le Frauenhaus étaient connus. Mais le Frauenhaus n’était en aucune façon un lieu public, au sens où Susanne Rau et Gerd Schwerhoff le définissent, c’est-à-dire :

  • 79 Susanne Rau, Gerd Schwerhoff, « Öffentliche Räume in der Frühen Neuzeit. Überlegungen zu Leitbegrif (...)

[un lieu] en principe accessible […], permettant la communication et l’interaction […], où des personnes d’origines très diverses pouvaient avoir des échanges sociaux complexes, où des processus de construction de l’opinion se mettaient en place, où des conflits connaissaient une solution, et des décisions étaient prises, bref : où l’espace public était construit79.

  • 80 Voir supra, n. 48.
  • 81 Sur les traces d’usage, elles-mêmes rares, du manuscrit de la version C, voir Ina Serif, Städtische (...)

35Le Frauenhaus ne représentait pas non plus un lieu où la chronique était lue et reçue, où, pour reprendre la citation déjà vue plus haut, « la signification du lieu et l’horizon idéel de la chronique universelle se rencontraient80 », puisque cela donnerait à ce bâtiment un caractère public qu’il n’avait pas : il servait à l’administration de la fondation de la fabrique de la cathédrale, à conserver les objets donnés et à remplir différentes fonctions caritatives. Les manuscrits de la chronique de Twinger y étaient conservés en tant que partie d’une donation, sans que cela leur confère une efficacité particulière, une agency. C’est plutôt l’œuvre abstraite, envisagée indépendamment de tout manuscrit concret, ou la connaissance de la chronique, qui avaient une agency : l’idée d’une chronique strasbourgeoise servait de point de référence, pour lequel ses formes concrètes présentes au Frauenhaus étaient secondaires, comme en témoigne la rareté des continuations dans les différents manuscrits81.

36Jusqu’à aujourd’hui, les travaux des spécialistes parlent du codex 33 comme de « la chronique du Frauenhaus », alors même qu’il ne s’y trouve plus depuis près de quatre siècles. Le lieu lui-même, le Frauenhaus, semble avoir été un point de référence important – certainement en partie à cause du caractère religieux de l’Œuvre Notre-Dame à laquelle il est lié. L’importance de la signification du bâtiment se mesure encore concrètement à la fin du xviie siècle lorsque Johann Schilter édite la chronique de Twinger dans sa version A, à partir du codex 33, en 1698 à Strasbourg, chez Josias Städel, et qu’il la présente dans la préface :

  • 82 « So hat doch diese Chronick wegen ihres Autors und der Materie insonderheit Straßburg / Elsaß und (...)

Cette chronique a rapidement obtenu un large succès (applausum) à cause de son auteur et de son contenu, en particulier Strasbourg, l’Alsace et les pays environnants, si bien qu’on lui donnait de préférence le nom de Chronick uff unser Frauenhauß, comme on peut le voir dans le livre de Kaysersberg82.

37Schilter lui-même a consulté le manuscrit du Frauenhaus pour réaliser son édition. Mais l’explication qu’il donne à son nom de « chronique du Frauenhaus » ne se réfère pas au fait qu’elle y était conservée, mais à sa célébrité et au grand écho qu’elle rencontrait. Les associations suscitées par le bâtiment – gardien de la cathédrale et d’une fondation religieuse – étaient visiblement aussi attribuées aux objets qui y étaient conservés, et ont conduit à un transfert sémantique. Mais cela n’a pas abouti à utiliser l’objet concret ni à lui porter une attention particulière. La réception du texte avait au contraire lieu en dehors de cet endroit lourd de signification – mais de façon d’autant plus intense. Cela mérite une étude plus précise des manuscrits aussi nombreux que variés par lesquels la chronique a été diffusée.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la traduction légèrement remaniée d’un texte paru en allemand sous le titre « Es lige da und weiß niemans nüt darumb. Zur Öffentlichkeit städtischer Geschichtsschreibung », in Pia Eckhart/Marco Tomaszewski (dir.), Formen der Erinnerung. Göttingen, V & R (Städtisch, urban, kommunal. Perspektiven auf die städtische Geschichtsschreibung des späten Mittelalters und der Frühen Neuzeit), 2019, p. 71-94. Je tiens à remercier Olivier Richard pour son excellente traduction.

2 Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick/Oder Kurtze Beschreibung von ankunfft/Erbaw: vnd Erweiterung der Statt Straßburg/wie auch vom Leben/Regierung/vnd Absterben der Bischoffen daselbsten: So dan Von verenderung deß Regiments/den ersten Stätt: vnd Ammeistern/biß auff die jetzt Regierende Herren/vnd anderen denckwürdigen händlen/die sich bey dieser Statt von Jahr zu Jahr in Fridens vnnd Krieg: zu Thewren: vnd Wolfeilen zeiten/in Geist: vnd Weltlichen sachen zugetragen, Strasbourg, Johann Carolus, 1625 (VD17 23:247716V). Accessible en ligne sur http://www.mdz-nbn-resolving.de/urn/resolver.pl?urn=urn:nbn:de:bvb:12- bsb10057089-3 [11.07.2019]. Le nom de Kleinlauel n’apparaît pas dans le titre, mais plus loin, sur deux poèmes de dédicace qui lui sont adressés, au fol. 7. On trouve dans d’autres sources les variantes Mich(a)el Kleinlawel, Kleinlagel, Kleinlaugel.

3 « Anfangs nur für sich ihme selbsten zur ergötzlichkeit gesamblet », Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. [6]r. – On ne sait que peu de chose sur Kleinlauel, à part son métier. Voir à son sujet Aloys Meister/Aloys Ruppel, « Die Strassburger Chronik des Johann Georg Saladin », Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace. Sér. II, 22, 1, 1904, p. 127-206, ici p. 186 ; Édouard Sitzmann, « Kleinlawel (Kleinlagel, Kleinlaugel), Michel », in Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, vol. 2, Rixheim, F. Sutter, 1910, p. 41-42 ; Erich Kleinschmidt, Stadt und Literatur in der frühen Neuzeit: Voraussetzungen und Entfaltung im südwestdeutschen, elsässischen und schweizerischen Städteraum, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Literatur und Leben, N. F. 22), 1982, p. 154-155, n. 298. Dès 1995, Achim Aurnhammer appelait à une étude approfondie de la chronique de Kleinlauel, voir Achim Aurnhammer, « Israel Murschels pietistischer Patriotismus. Zur Krise der lutherischen Orthodoxie in Straßburg am Ende des Dreißigjährigen Krieges », in Wilhelm Kühlmann (dir.), Literatur und Kultur im deutschen Südwesten zwischen Renaissance und Aufklärung: neue Studien, Walter E. Schäfer zum 65. Geburtstag gewidmet. Amsterdam/Atlanta, Ga., Rodopi, 1995, p. 219-243, ici p. 240, n. 50. Elle n’a pas encore été réalisée.

4 « Weil ich Lust hab zu alten geschichten/nicht wie sie die poeten dichten […]. wie wol nie keiner ist geweßen/Der sonderlich beschriben hatt/Straßburgk die alt und herrlich statt », Strasbourg, Médiathèque Malraux, Ms. 628 (ancienne cote Ms. 272), f. 2ra. Il n’existe pas de description moderne du manuscrit ; on trouvera quelques indications dans Aloys Meister/Aloys Ruppel, « Die Strassburger Chronik », art. cit., p. 186. Je tiens à remercier très sincèrement Agathe Bischoff-Morales et Marie Lischka, de la Médiathèque Malraux, pour les renseignements qu’elles m’ont fournis et d’avoir mis à ma disposition la copie numérisée du manuscrit.

5 « von wem die Statt Straßbürg und diß Elsaß seinen Vrsprung vnd anfang genommen », Strasbourg, Médiathèque Malraux, Ms. 628, f. 1r. C’est également la raison du don du manuscrit à Schadaeus : Kleinlauel l’avait souvent prêté à des gens intéressés et avait apparemment à chaque fois eu beaucoup de mal à le récupérer, ce qui lui devenait pesant : « Doch ließ ichs nit gern auß der hand/Darnach liht ichs an ettlich and/Da ichs mit mühe wieder bekam/Da man mirs für übel auffnam/Wan ichs wieder fordert, das macht/das ich des buchs nit groß mehr acht. », ibidem, f. 2vb-3r. En remettant le volume au théologien Schadaeus, amateur d’histoire, il savait qu’il était en de bonnes mains et n’avait plus à s’en préoccuper. L’ex-libris sur le premier feuillet (non folioté) du ms. 628 (Sum M. Oseae Schadaei Argentinensis Diaconi ad D. Petrum Seniorem, 1614) a conduit à prendre Schadaeus pour son auteur, cf. Aloys Meister/Aloys Ruppel, « Die Strassburger Chronik », art. cit., p. 186. Sur Schadaeus, voir également Michael Hanstein, « Schad, Schadäus, Elias », in Wilhelm Kühlmann (dir.), Killy Literaturlexikon. Autoren und Werke des deutschsprachigen Kulturraumes, vol. 10, Berlin/New York, de Gruyter, 2011, p. 221-222.

6 « theils vornehmer vnnd gelehrter leut […] angetrieben worden war », Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. [6]r.

7 « dannenhero geschehen/daß man nunmehr bey unseren zeiten vast soviel particular chronicken siehet und umbtragt, soviel koenigreich, fuerstenthum, graff: und herrschafften bekandt sindt », ibidem. Ce que Carolus présente comme la norme – l’édition imprimée d’une histoire de la ville – semble en fait plutôt avoir été l’exception, voir Peter Johanek, « Einleitung », in idem (dir.), Städtische Geschichtsschreibung im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Städteforschung. Reihe A : Darstellungen, 47), 2000, p. vii-xix, ici p. xv.

8 « etliche geschriebene chronicken vom bistumb und von der statt straßburg hin und wider versteckt », Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. [6]r.

9 « die voellige perfection einer rechtschaffenen chronick/deren […] die statt straßburg wol wuerdig ist », ibidem.

10 « Dem einen hats ermangelt an der zeit/die er mit seinen wichtigen ampts: vnnd beruffs obliegen muessen hinbringen: dem anderen ist abgangen an genugsammen mittlen/da er den zutritt in die ort/wo die gewiseste information zuerheben/nit gehabt: dem dritten hats gefaehlt an einem anderen/vnnd kann auch wol sein, daß nicht ein jeder ein lewen hertz getragen […] die warheit vnerschrocken zuschreiben/sondern auß gunst oder vngunst die histori geschmuckt oder besuddelt habe. », Michael Kleinlauel, ibidem, fol. [5]v.

11 Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. [4]r-v. Erkanbald (Erchenbald) fut évêque de Strasbourg de 965 à 991 ; sur Jakob Twinger von Königshofen (1346‑1420), voir infra. Les humanistes Jakob Wimpfeling (1450-1528) et Hieronymus Gebwiler (1473‑1545), actifs notamment à Sélestat, furent les auteurs de plusieurs écrits historiographiques, de même que le Strasbourgeois Sebastian Brant (1457/8-1521), et Caspar Hedio (1494‑1552), d’Ettlingen ; Bernhard Hertzog (1537-1596/7) écrivit la Edelsasser Chronik ; Johann Fischart (1546/7-1591) s’intéressa surtout à l’histoire de Strasbourg, Franz Guillimann (1568-1612) à celle de la Suisse et des Habsbourg, Jodocus Coccius (1581‑1622) à l’histoire ecclésiastique. Sur ces auteurs, voir les différents articles dans Wolfgang Stammler/Karl Langosch (dir.), Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, Berlin/New York, de Gruyter, 1978-2008 et les volumes complémentaires sur l’humanisme allemand et l’époque moderne, ainsi que dans Graeme Dunphy (dir.), Encyclopedia of the Medieval Chronicle, Leiden, Brill, 2010, et les versions augmentées de 2014 et 2016, en ligne sur http://referenceworks.brillonline.com/browse/encyclopedia-of-the-medieval-chronicle [12.07.2019].

12 Voir sur ce point, entre autres publications, Martin Kintzinger (dir.), Politische Öffentlichkeit im Spätmittelalter, Ostfildern, Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 75), 2001.

13 « das allgemein und unbegrenzt Erfahrbare, Zugängliche, Verbindliche oder Nützliche », Peter von Moos, « Das Öffentliche und das Private im Mittelalter. Für einen kontrollierten Anachronismus », in idem/Gert Melville (dir.), Das Öffentliche und Private in der Vormoderne, Köln, Böhlau (Norm und Struktur, 10), 1998, p. 3-83, ici p. 29 [mise en évidence originale].

14 La chronique est éditée dans Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, vol. 1 et 2, Leipzig, Hirzel (Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, 8 et 9), 1870-71. Sur les origines et la vie de Twinger, voir Aloys Schulte, « Closener und Königshofen. Beiträge zur Geschichte ihres Lebens und der Entstehung ihrer Chroniken », Strassburger Studien, 1, 1883, p. 277-299 ; Franz Hofinger, Studien zu den deutschen Chroniken des Fritsche Closener von Strassburg und des Jakob Twinger von Königshofen, München, s. éd., 1974 ; Norbert Warken, Mittelalterliche Geschichtsschreibung in Straßburg. Studien zu ihrer Funktion und Rezeption bis zur frühen Neuzeit, Saarbrücken, s. éd., 1995, chapitre III.5 ; Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur: Rezeptionsgeschichtliche Studien zum Werk von Fritsche Closener und Jakob Twinger von Königshofen, Wiesbaden, Reichert (Wissensliteratur im Mittelalter, 12), 1993, qui présente dans le chapitre 1 l’état de la recherche ; Bernhard Metz, « Twinger von Koenigshofen, Jakob », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 37, 2001, p. 9 332‑9 333. Sur la chronique elle-même et sa diffusion, voir bientôt Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung in neuen Kontexten. Aneignung, Kombination und (Re-) Funktionalisierung am Beispiel der Straßburger Chronik Jakob Twingers von Königshofen, Berlin, De Gruyter (Kulturtopographie des alemannischen Raums, 11), à paraître.

15 Dis ist die kronika aller der bebeste und aller der romeschen keisere […]. La chronique est éditée par Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, op. cit., vol. 1, p. 1-151. Matthias de Neuenburg, qui vécut à Strasbourg à partir de 1328, relate lui aussi des événements intéressant la ville dans sa chronique terminée vers 1350, mais en latin. Sur lui et son œuvre, voir la synthèse de Heinz Krieg, « Matthias von Neuenburg und seine Chronik », in Ursula Huggle, idem (dir.), Schule und Bildung am Oberrhein in Mittelalter und Neuzeit, Freiburg/München, Karl Alber (Forschungen zur oberrheinischen Landesgeschichte, 60), 2016, p. 53-67. Sur Fritsche Closener, né en 1315 à Strasbourg et mort entre 1390 et 1396, voir les références indiquées dans la note précédente, ainsi que Gisela Friedrich / Klaus Kirchert, « Klosener, Fritsche », in Die deutsche Literatur des Mittelalters, op. cit., col. 1 225‑1 235 ; Joachim Schneider, « Klosener, Fritsche », in Graeme Dunphy (dir.), Encyclopedia of the Medieval Chronicle, op. cit., vol. 2, p. 969.

16 La chronique de Closener n’est transmise que par un seul manuscrit, Paris, BnF, Ms. all. 91. Il n’en existe pas de description moderne ; voir les références données par Gisela Kornrumpf dans le Handschriftencensus (http://www.handschriftencensus.de), janvier 2013 [04.01.2018]. Dans son énumération des chroniqueurs strasbourgeois (cf. supra), Kleinlauel ignore Closener. Christian Wurstisen est le premier à utiliser de façon certaine Closener pour la rédaction de sa chronique de Bâle. Cf. Gisela Friedrich / Klaus Kirchert, « Klosener, Fritsche », art. cit., col. 1234.

17 Es find sich/das Straßburg die statt/
(Wie Koenigshoffer [!] gschriben hat)
Sey lenger dann zwoelff hundert Jahr/
Ehe dann Christus geboren war/
Von Trebeta gebawen worden.

Michael Kleinlauel, Straßburgische Chronick, op. cit., f. 1r.

18 Voir sur ce point Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit.

19 Voir dernièrement ibidem. Contre cet avis, Norbert Warken, Mittelalterliche Geschichtsschreibung, op. cit., p. 153 et Olivier Richard, « Histoire de Strasbourg, histoire pour Strasbourg. Sur la chronique allemande de Jakob Twinger von Königshofen », Revue d’Alsace, 127, 2001, p. 219-237, ici p. 220.

20 Sur la répartition dans les différentes versions, voir Carl Hegel, « Introduction », in idem (éd.), Die Chroniken der deutschen Städte. Straßburg 1, op. cit., p. 155-229, ici p. 165-174. Hegel était parti de l’idée d’une version précoce *C perdue, sans s’appuyer sur des renseignements précis. La datation opérée par Hegel fut rapidement critiquée, voir Aloys Schulte, « Closener und Königshofen », art. cit., p. 297-299. Sur la classification des manuscrits dans les différentes versions et la datation des copies considérées traditionnellement comme les plus anciennes, voir également Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung in neuen Kontexten, op. cit.

21 Pour certains manuscrits, il est difficile de déterminer la limite entre la compilation entre plusieurs textes d’une part et l’utilisation de la chronique de Twinger comme source pour une œuvre propre. Il est probable qu’on puisse trouver de nombreux autres manuscrits contenant des extraits de la chronique. Une liste actualisée se trouve dans Ina Serif, « Der zerstreute Chronist. Zur Überlieferung der deutschsprachigen Chronik Jakob Twingers von Königshofen ». In Mittelalter. Interdisziplinäre Forschung und Rezeptionsgeschichte, 5 décembre 2015, dernière modification 16 juillet 2019, http://mittelalter.hypotheses.org/7063 [29.07.2019].

22 Les échanges et changements de lieu de conservation de nombreux manuscrits ne peuvent pas être représentés ici.

23 Strasbourg, Bibliothèque municipale, sans cote (chronique latine, brûlée) ; Strasbourg, Bibliothèque du Grand Séminaire, cod. 33 (version  A) ; Strasbourg, Bibliothèque municipale, sans cote (16) (version C, autographe, brûlée). Voir les références aux descriptions du codex 33 par Klaus Graf sur http://www.handschriftencensus.de, novembre 2009 [06.12.2017) ; sur sans cote (16), voir Georges Frédéric Schutzenberger / Adam Walther Strobel / Louis Schneegans (éd.), Code historique et diplomatique de la ville de Strasbourg, vol. 1 : Chroniques d’Alsace, Strasbourg, Silbermann, 1843, p. 42-54 ; Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. 211-213. On trouvera une nouvelle description du cod. 33 dans Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung, op. cit.

24 On connaît huit copies détruites lors de l’incendie de la bibliothèque, ce qui suggère que d’autres témoins de la chronique, non identifiés comme tels, peuvent y avoir également brûlé, ce qui ne peut pas figurer sur la carte – de même que les manuscrits connus mais non localisables. Sur les grandes pertes de la bibliothèque à la suite de l’incendie, voir Klaus Garber, « Elegie auf die Straßburger Stadtbibliothek », in Wilhelm Kühlmann (dir.), Literatur und Kultur im deutschen Südwesten zwischen Renaissance und Aufklärung: neue Studien, Walter E. Schäfer zum 65. Geburtstag gewidmet, Amsterdam/Atlanta, Ga., Rodopi, 1995, p. 13‑74.

25 À l’époque où Hegel travaillait à son édition, on pensait que le manuscrit avait disparu ; il fut cependant retrouvé quelques années plus tard au Grand Séminaire, voir Léon Dacheux, « La chronique de la maison de l’Œuvre Notre-Dame à Strasbourg. Die Cronicka uff Unser-Frauen-Haus. Étude sur une copie manuscrite de la Chronique de Koenigshoven », Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, série II, 12, 1881, p. 90-99.

26 Sur l’Œuvre Notre-Dame et le Frauenhaus qui l’héberge, voir Peter Wiek, « Das Straßburger Münster. Untersuchungen über die Mitwirkung des Stadtbürgertums am Bau bischöflicher Kathedralkirchen im Spätmittelalter », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 107 (N. F. 68), 1959, p. 40-113 ; Barbara Schock-Werner, Das Straßburger Münster im 15. Jahrhundert. Stilistische Entwicklung und Hüttenorganisation eines Bürger-Doms, Köln, Abt. Architektur d. Kunsthistor. Inst., 1983 ; eadem, « Die Münsterbauhütte in Straßburg. Unser Lieben-Frauen-Werk – Œuvre Notre-Dame », in Liana Castelfranchi Vegas (dir.), Die Baukunst im Mittelalter, Solothurn/Düsseldorf, Benziger (Geschichte der europäischen Kunst, 2), 1995, p. 221-48.

27 La maison abrite aujourd’hui le Musée de l’Œuvre Notre-Dame. La partie gauche du bâtiment actuel correspond au Frauenhaus érigé en 1347 et restauré au xvie siècle. La partie droite date de 1579 ; voir Cécile Dupeux, Strasbourg. Musée de l’Œuvre Notre-Dame, Paris, Nouvelles Éd. Scala, 2009.

28 L’administrateur de l’Œuvre montrait ses livres de comptes deux fois par an au Conseil, voir Barbara Schock-Werner, Das Straßburger Münster, op. cit., p. 26. Le bâtiment ne s’imposa pas comme lieu pour des assemblées ou des réunions du Conseil ; une ordonnance de 1386 interdit d’y tenir des assemblées ou des conversations : « Item es sol nieman keine stunde noch tage machen uff unsere frauen hus, noch in unser frauen hof, noch kein gespreche do haben bey straff 30 sol., […]. », cf. Johannes Fritz (éd.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg, vol. 6 : Politische Urkunden von 1381 bis 1400, Strasbourg, Trübner, 1899, p. 186-187, no 340. Je remercie Simon Liening pour ce renseignement. Comme on ne répéta plus cette interdiction par la suite, on peut penser que celle de 1386 fut respectée. En revanche, des réunions du Conseil à la cathédrale sont attestées, de même que la proclamation des décisions du Conseil du haut du jubé, voir Lucien Pfleger, Kirchengeschichte der Stadt Straßburg im Mittelalter, Colmar, Alsatia (Forschungen zur Kirchengeschichte des Elsass, 6), 1941, p. 130.

29 Voir sur ce point Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch » des Frauenwerks im Straßburger Münster. Erste Untersuchungsergebnisse », in Laurence Buchholzer-Remy et al. (dir.), Neue Forschungen zur elsässischen Geschichte im Mittelalter, Freiburg / München, Karl Alber, 2012, p. 73-84, ici p. 73. Le « livre de donations », Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg, l’Œuvre-Notre-Dame, Saalbuch 1, est accessible en ligne sous https://archives.strasbourg.eu/ark:/39332/vtaa8a72668233088a1/daogrp/0/26 [13.08.2017]. Je tiens à remercier sincèrement Marie-José Nohlen pour ses nombreux renseignements sur la fondation et le Frauenhaus et pour son accueil chaleureux à Strasbourg.

30 « Ce sont ces donations qui font naître une fausse impression d’abondance : en effet, les quelques rares mentions pittoresques d’objets originaux restent mieux inscrites dans la mémoire que les séries monotones de dons en numéraire », remarque Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch », art. cit., p. 79, qui fournit aux p. 77-79 un tableau général de la nature des objets donnés.

31 La donation d’Ellenhard à l’Œuvre-Notre-Dame du 30 avril 1304 est éditée dans Aloys Schulte (éd.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg 3 : Privatrechtliche Urkunden und Amtslisten von 1266 bis 1332, Strasbourg, Trübner, 1884, p. 159, no 509 ; l’enregistrement dans le livre de donations, au f. CXXXIIv, indique : « Item Elnhardus magnus procurator fabrice obiit, dedit omnia bona sua. » Sur le Codex d’Ellenhard et le Frauenhaus comme son lieu probable de conservation, voir Dieter Mertens, « Der Straßburger Ellenhard-Codex in St. Paul im Lavanttal », in Hans Patze (dir.), Geschichtsschreibung und Geschichtsbewußtsein im späten Mittelalter. Sigmaringen, Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 31), 1987, p. 543-580, en particulier sur la conservation p. 548, n. 32.

32 Sur les différentes fonctions et prébendes de Closener, voir Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 9-11. En tant que détenteur de la prébende de l’autel de Notre-Dame en 1349/50, Closener était soumis à l’autorité de l’évêque, mais aussi du Conseil, si bien que Kirchert le désigne comme officier municipal, voir ibidem, p. 9. Les travaux de recherche ont souvent postulé que Twinger avait également reçu la prébende de l’autel de Notre-Dame, ce qui est plausible, mais pas prouvé par les sources. Je remercie sincèrement Louis Schlaefli, bibliothécaire au Grand Séminaire de Strasbourg, de m’avoir transmis sa liste très minutieuse des mentions de Jakob Twinger dans les chartes et la bibliographie.

33 Hans Witte (éd.), Urkundenbuch der Stadt Strassburg 7 : Privatrechtliche Urkunden und Rathslisten von 1332 bis 1400, Strasbourg, Trübner, 1900, p. 440, no1513, n. 1.

34 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 1, op. cit., p. 105-111. La chronique de Matthias de Neuenburg relate aussi l’arrivée des flagellants à Strasbourg, mais sans transcrire leurs chants, cf. Adolf Hofmeister (éd.), Die Chronik des Mathias von Neuenburg, Berlin, Weidmann (MGH Script. rer. Germ., n. S. IV), 1940, p. 271-272 (ch. 117).

35 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 1, op. cit., p. 767 « Und sungent denne und geischelten sich mit riemen, die hettent vorne knöpfe und nolden darin gestecket. Und sungent maniger hande leys die stont in der [alten (B)] croniken uf unser frowen hus geschrieben, darumbe losse ich sü hie underwegen [durch kürtze willen (A)]. » Les passages en caractères gras ne se trouvent que dans les versions A et B. Sur les différentes versions, cf. Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung in neuen Kontexten, op. cit.

36 Voir sur ce point Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis Schneegans (éd.), Code historique et diplomatique, vol. 1, op. cit., p. 12.

37 Nota. honorandus vir dñs Jacobus Twinger pbr canonicus ecclesie S. Tome Argent. donavit sano corpore in remedium anime sue fabrice ecclesie Argent. hanc cronicam, per ipsum de diversis materiis compositam et manu ejus propria scriptam tali condicione, quod eadem chronica hinc in antea perpetuis temporibus remaneat apud fabricam prescriptam et nequaquam ab eadem alienetur. hec donacio fiebat ipsa die bti Gregorii pape anno domini MCCC nono [12.03.1409]. Strasbourg, Bibliothèque municipale, sans cote (16), non folioté, cité d’après Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. 212. On ne trouve pas d’enregistrement correspondant à cette donation de Twinger dans le livre des donations. Marie-José Nohlen m’a aimablement indiqué qu’il était habituel qu’une donation ne soit attestée que par une charte, sans être enregistrée dans le livre des donations.

38 Il s’agit des manuscrits de la chronique latine et de la version A, Strasbourg, Bibliothèque municipale, sans cote, et Strasbourg, Bibliothèque du Grand Séminaire, cod. 33.

39 « Les motivations des bienfaiteurs inscrits dans le livre des donations ne différaient pas de celles des donateurs d’autres églises et monastères : il s’agissait pour eux d’obtenir le salut de leur âme par de bonnes œuvres effectuées de leur vivant […]. Cet objectif était souvent explicitement souligné par les formules pro remedio animorum eorum ou pro salute anime sue. » (Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch », art. cit., p. 80.

40 Barbara Schock-Werner, Die Münsterbauhütte in Straßburg, op. cit., p. 230.

41 Marie-José Nohlen, « Das « Donationsbuch », art. cit., p. 77 et 79.

42 Joseph Gass, Strassburgs Bibliotheken. Ein Rück- und Überblick auf Entwicklung und Bestand, Strasbourg, Le Roux, 1902 ; Auguste Hanauer, « Königshofen », Revue d’Alsace, 55, 1904, p. 561-585, ici p. 579 ; Cécile Dupeux, Strasbourg. Musée de l’Œuvre Notre-Dame, op. cit., p. 19. Les archives de l’Œuvre étaient jusqu’en 1488 installées dans une pièce derrière le maître-autel de la cathédrale. Elle était sécurisée par deux serrures dont les clés étaient l’une aux mains de l’intendant (Schaffner), l’autre d’un des deux économes (Pfleger). Si les manuscrits de la chronique étaient conservés là, on peut supposer qu’ils n’étaient pas souvent consultés.

43 Il est indiqué sur une petite feuille collée sur le volume : « Ce livre vient de l’Œuvre Notre-Dame et a été transmis aux archives de la ville de Strasbourg au mois d’octobre 1635. De la main de J. U. Frid, secrétaire de ville. » (Dißes buch gehört auf unser Liebfrawen werk und ist zu der stadt Straßburg Archivo geliffert worden mense Octobri a. 1635. J. U. Frid. Stadtschr. m. pr.) ; cité d’après Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. 199, qui fournit une courte description du manuscrit.

44 Voir ibidem, p. 213, ainsi que Jakob Wencker, Apparatus et Instructus Archivorum Ex usu nostri Temporis, vulgo Von Registratur und Renovatur : Novis Observationibus nec non Rerum Germanicarum Praesidiis. Strasbourg, Dulssecker, 1713, p. 29-30, qui compare le manuscrit de C avec celle qui se trouvait encore au Frauenhaus en 1713 (Strasbourg, Bibliothèque du Grand Séminaire, cod. 33).

45 Sur Geiler, voir Uwe Israel, Johannes Geiler von Kaysersberg (1455-1510). Der Straßburger Münsterprediger als Rechtsreformer, Berlin, Duncker und Humblot (Berliner historische Studien, 27), 1997 ; Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm. Ein Prediger und seine Stadt. Johannes Geiler von Kaysersberg (1445-1510) und Straßburg, Trier, Porta-Alba-Verlag (Beiträge zur Landes- und Kulturgeschichte 4), 2005. – Geiler n’écrivait ses textes que pour son usage personnel, par exemple pour pouvoir les réutiliser, voir Volker Mertens, « Authentisierungsstrategien in vorreformatorischer Predigt : Erscheinungsform und Edition einer oralen Gattung am Beispiel Johannes Geilers von Kaysersberg », editio, 16, 2002, p. 70-85, ici p. 71-72. Cependant, de nombreux sermons furent édités, souvent après sa mort, grâce à des notes prises par des tiers ; voir sur ce point Herbert Kraume, « Geiler von Kaysersberg », in Verfasserlexikon, op. cit., vol. 2, col. 1141-1152. Les imprimés parus du vivant de Geiler sont édités par Gerhard Bauer (éd.), Sämtliche Werke Johannes Geilers von Kaysersberg. Die zu Geilers Lebzeiten erschienenen Schriften, Berlin /New York, de Gruyter (Ausgaben deutscher Literatur des XV. bis XVIII. Jahrhunderts, 129, 139, 147), 1989-1995, 3 vol. (11 étaient prévus, voir Gerhard Bauer, « Johannes Geiler von Kaysersberg : Ein Problemfall für Drucker, Herausgeber, Verleger, Wissenschaft und Wissenschaftsförderung », Daphnis. Zeitschrift für Mittlere Deutsche Literatur, 23, 1994, p. 559-589). Les sermons augsbourgeois de Geiler sont édités par Kristina Freienhagen-Baumgardt / Werner Williams-Krapp (éd.), Johannes Geiler von Kaysersberg: Die Augsburger Predigten, Berlin / München, de Gruyter (Deutsche Texte des Mittelalters, 92), 2015. On trouve une chronologie des sermons de Geiler dans Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm, op. cit.

46 Les éditeurs des différents imprimés ne sont pas toujours nommés ; l’un d’eux, le franciscain strasbourgeois Johannes Pauli, fut parfois violemment critiqué, par les contemporains comme les spécialistes, mais a bénéficié depuis d’une réhabilitation en tant qu’éditeur des sermons de Geiler, voir Lucien Pfleger, « Der Franziskaner Johannes Pauli und seine Ausgaben der Geilerschen Predigten », Archiv für elsässische Kirchengeschichte, 3, 1928, p. 47-96 ; Gerald Kapfhammer, « Inszenierung von Authentizität. Johannes Pauli und die Veröffentlichung der Predigten Geilers von Kaysersberg », in idem / Wolf-Dietrich Löhr / Barbara Nitsche (dir.), Autorbilder. Zur Medialität literarischer Kommunikation in Mittelalter und Früher Neuzeit, Münster, Rhema-Verlag (Tholos. Kunsthistorische Studien, 2), 2007, p. 269-284 ; Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm, op. cit., p. 99-106.

47 Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm, op. cit., p. 214.

48 Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 46.

49 Cela servait sûrement pour partie à donner des références aux auditeurs intéressés, puis aux lecteurs des textes édités, et pour une autre à donner du poids à ses arguments, cf. Volker Mertens, « Authentisierungsstrategien in vorreformatorischer Predigt », art. cit. ; Ralf-Henning Steinmetz, « Die Rezeption antiker und humanistischer Literatur in den Predigten Geilers von Kayserberg », in Nicola McLelland, Hans-Jochen Schiewer, Stefanie Schmitt (dir.), Humanismus in der deutschen Literatur des Mittelalters und der Frühen Neuzeit, Tübingen, Niemeyer, 2008, p. 123-136. Sur les déclarations de Jakob Wimpfeling, contemporain de Geiler, voir Ralf-Henning Steinmetz, « Die Rezeption antiker und humanistischer Literatur », art. cit., p. 125.

50 Geiler von Kaysersberg, éd. par Johann Jakob Biethen, Sermones […] fructuosissimi. De arbore Humana […], Strasbourg, Johann Grüninger, 1519 (VD16 G 801), f. CLXXVIIrb. En ligne : http://data.onb.ac.at/ABO/%2BZ196803505 [03.01.2018].

51 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, 2, op. cit., p. 759-760 et 769.

52 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, 1, op. cit., p. 121, ch. 18.

53 Adolf Hofmeister (éd.), Die Chronik des Mathias von Neuenburg, op. cit., p. 267-268, ch. 115.

54 Johannes Geiler von Kaysersberg, éd. par Johann Jakob Biethen, Sermones Prestantissimi Sacrarum literarum […]. Strasbourg, Johann Grüninger, 1515 (VD 16 G 799), fol. CXCvb. En ligne : http://data.onb.ac.at/ABO/%2BZ197004707 [03.01.2018].

55 Sur la tradition manuscrite de cette chronique, voir Hans-Dieter Mück, « Matthias von Neuenburg » : ‚Chronik’ (1245-1350/55)/ Entstehung und Überlieferung », in idem, Ulrich Parlow (dir.), Matthias von Neuenburg : ein Chronist des Spätmittelalters am Oberrhein. Seine Zeit, sein Leben, sein Werk, Neuenburg a. Rh., s. ed., 1995, p. 47-56.

56 Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 2, op. cit., p. 769. La différence d’une page (f. 233 dans l’édition, f. 232 dans le manuscrit) ne peut être retenue pour dire qu’il ne s’agit pas du manuscrit de Twinger, au contraire : lorsqu’on ouvre ce dernier pour lire ce passage précis, on ne voit que l’indication du folio de la prochaine page recto, à savoir f. 233. La foliotation de la page précédente est d’ailleurs erronée, le copiste ayant inscrit ccxxiii au lieu de ccxxxii ; cela fut corrigé par la suite avec le rajout d’un x supplémentaire, mais sans que le i superflu ait été enlevé.

57 Dieter Mertens, « Authentisierungsstrategien », art. cit., p. 76-77.

58 « doch so weißt man von Semiramis gesagen lyß die cronick die vff vnser frawen huß leit. » Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Des hochwirdigen doctor Keiserspergs narenschiff […], Strasbourg, Johann Grüninger, 1520 (VD 16 G 780), f. LXXVIvb. En ligne : http://data.onb.ac.at/ABO/%2BZ185985302 [03.01.2018].

59 Voir supra, n. 35.

60 Trebeta est un personnage central du récit de fondation de Strasbourg, si bien que la chronique de Twinger le met en scène au premier et au cinquième chapitre. Ce dernier, qui traite de « Strasbourg et de ce pays sur le Rhin » (von Strosburg und von diseme lande by dem Ryne), commence par la fondation de Trèves par Trebeta (Wie Triere sinen ursprung het und dies lant). Dans son sermon, Geiler utilise cette référence à Trebeta et Semiramis non pour évoquer les origines de Strasbourg, mais pour dénoncer l’inceste.

61 « Ich hab dir es wol vor dreissig iaren gesagt und seither etwann dick etc. Liß die cronicka vff vnser frau-wen hauß/wie Piramis [sic!] von seiner muoter ward angefochten/vnd wie er gegen Trier floch. » Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Die brösamlin doct. keiserspergs […], Strasbourg, Johann Grüninger, 1517 (VD16 G 717), f. XIIrb (partie 2). En ligne : http://data.onb.ac.at/rep/1082DF1A [03.01.2018]. – La raison pour laquelle Trebeta a été visiblement confondu avec Pyramus se trouve peut-être chez Ovide, qui mentionne Semiramis dans son histoire de l’amour entre Pyramus et Thisbé. Semiramis, connue pour son activité de bâtisseuse, symbolise la solidité du mur qui sépare les amants ; mais les sources utilisées par Ovide mentionnent aussi Semiramis, en lien avec Pyramus, voir Carl Ferdinand Friedrich Lehmann-Haupt, « Semiramis », in Ausführliches Lexikon der griechischen und römischen Mythologie, vol. 4, Leipzig, B. G. Teubner, 1909, col. 678-702 et Otto Immisch, « Pyramos », ibidem, vol. 3.2, col. 3 335‑3 341. On lit chez Ovide la formule suivante : Les amants habitent là ubi dicitur altam coctilibus muris cinxisse Semiramis urbem. (Ovide, Métamorphoses, 4, v. 57-58.)

62 « Du findest die ding clarlich im bu(o)ch das vff vnser frawen hauß zu(o) Straßburg liegt zetútsch/man hat es auch in dem latyn. Dise ding solten ir euwere kind leeren/das sie wißtent wie die stat Straßburg gebuwen wer. » Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], Strasbourg, Johann Grüninger, 1515 (VD16 G 742), f. CCrb. L’histoire de saint Florent chez Twinger se trouve dans Carl Hegel (éd.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg 2, op. cit., p. 631-632.

63 Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], op. cit., f. CCrb.

64 Sans se référer au sermon de Geiler, Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis Schneegans (éd.), Code historique et diplomatique, op. cit., p. 21, constatent que la chronique demeura « presque oubliée pendant des siècles aux archives de la fabrique de l’Œuvre-Notre-Dame ». Cette remarque fut cependant négligée par la suite, et le passage de Geiler est souvent tronqué, ou alors la phrase finale disant que personne ne savait que le livre se trouvait là n’est pas commentée, comme chez Jeremias Jakob Oberlin, Simon Friedrich Holländer, De Iacobo Twingero Regiovillano vulgo Iacob von Koenigshoven, Strasbourg, Johannes Heitz, 1789, p. 20, n. 14 ; Aloys Schulte, « Closener und Königshofen », art. cit., ne connaissait apparemment pas ces textes ; Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 25, n. 17, ne donne le texte que jusqu’à « wie die Stat gebuwen wer » ; Norbert Warken, Mittelalterliche Geschichtsschreibung in Straßburg, op. cit., p. 466, ne commente que la critique du désintérêt des Strasbourgeois pour leur histoire ; enfin Rita Voltmer, Wie der Wächter auf dem Turm, op. cit., part du principe que la chronique était accessible à tous, sans aborder la plainte du Evangelibuch selon laquelle personne ne savait que le livre se trouvait au Frauenhaus.

65 Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], op. cit., f. CCrb. : Sie nemen nit etwas das es an das liecht kem / sie solten fünfftzig guldin geben das / man es wißte /also sein wir kegel. Es darff wol einer sprechen / waz gat es mich an / ich nehm ein guoten hauptkannen darfür. hettent die alten vns nit vor geschriben / so hettent wir nüt. Un kegel est une personne fruste (grober, roher Mensch), et un houptkanne un aubergiste, voir Robert R. Anderson [für Bd. 1] / Ulrich Goebel / Anja Lobenstein-Reichmann /Oskar Reichmann (dir.), Frühneuhochdeutsches Wörterbuch, Berlin, De Gruyter, 1986-, en ligne : http://www.woerterbuchnetz.de/DWB?lemma=kegel (11) et http://www.woerterbuchnetz.de/DWB?lemma=hauptkanne [03.01.2018].

66 Nemen signifie sans doute « entreprendre », voir les sens du terme dans le Deutsches Wörterbuch de Jacob et Wilhelm Grimm, Leipzig, Hirzel, 1854-1961, 32 vol., ici vol. 13, col. 522, en ligne : http://www.woerterbuchnetz.de/DWB?lemma=nehmen [03.01.2018].

67 Dresden, LB, Mscr. F 98 ; Gießen, UB, Hs. 179 ; Karlsruhe, BLB, Donaueschingen 513 ; Karlsruhe, BLB, Donaueschingen 514 ; Paris, BnF, Ms. allem. 77 ; Strasbourg, AVES, 6 R 18 ; Strasbourg, Bibl. du Grand Séminaire, cod. 33 ; Strasbourg, BNU, ms. 1543 ; Strasbourg, BNUS, ms. 3571 ; Stuttgart, LB, Cod. Don. 506 ; Washington (D. C.), National Gallery of Art, Woodner Collection, Inv. Nr. 2006.11.15 ; Wolfenbüttel, HAB, Cod. 16.17. Aug. 4. En plus de l’autographe, les codex A. II 11, B 90, B 91 furent détruits lors de l’incendie de la Bibliothèque municipale en 1870.

68 Voir supra, n. 13.

69 « Dyt boich ys eyne gewisse aueschryffte von der Cronike der stat van Straißborch, dye der Ersame amptmeyster vnnd Rait der stad von Straßborch vp vnser lyeuer frauwen huys lygen hayt, da myt sy yre stad alt herkummen beweren moegen, desgelichs der stad von Collen vnd anderen duytschen dyeßer lande stede als hie ynne genoichsam begryffen ys. A. d. 1470. » ; Köln, HistA, Best. 7030 330, f. 1r. Le microfilm numérisé est consultable en ligne sur : http://historischesarchivkoeln.de:8080/actaproweb/archive.xhtml?id=Vz++++++00134501MHupElko#Vz_____ _00134501MHupElko [03.01.2018]. Sur le manuscrit, voir Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. 202 ; Günter Gattermann (dir.), Handschriftencensus Rheinland. Erfassung mittelalterlicher Handschriften im rheinischen Landesteil von Nordrhein-Westfalen mit einem Inventar, vol. 2, Wiesbaden, Reichert, 1993, p. 915-916 (no1565). Sur Heinrich van Beeck et sa chronique, voir Robert Meier, Heinrich van Beeck und seine « Agrippina ». Ein Beitrag zur Kölner Chronistik des 15. Jahrhunderts. Mit einer Textdokumentation, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Kölner historische Abhandlungen, 41), 1998, qui attribue cette note à Beeck lui-même, p. 43, n. 201.

70 Sur les chroniques urbaines rédigées sur commande et leur utilisation ou non-utilisation, voir Regula Schmid, « Die Chronik im Archiv. Amtliche Geschichtsschreibung und ihr Gebrauchspotential im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit », in Gudrun Gleba (dir.), Instrumentalisierung von Historiographie im Mittelalter (=Das Mittelalter, 5/2), Berlin, Akademie Verlag, 2000, p. 115-138 ; eadem, Geschichte im Dienst der Stadt. Amtliche Historie und Politik im Spätmittelalter, Zürich, Chronos, 2009.

71 Dès le xviiie siècle, Jean Wencker considérait le codex 33 comme une copie faite pour le Conseil, voir Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis Schneegans (éd.), Code historique et diplomatique, op. cit., p. 21-59. Schulte et Kirchert suivent Wencker sur ce point, cf. Aloys Schulte, « Closener und Königshofen », art. cit., p. 290-293 et Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 24-25. Contre cette thèse, voir Léon Dacheux, « La chronique de la maison de l’Œuvre Notre-Dame à Strasbourg », art. cit., p. 99, et Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung in neuen Kontexten, op. cit.

72 Klaus Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung und Schulliteratur, op. cit., p. 25. Deux pages auparavant (p. 23), il constatait pourtant que l’Œuvre ne disposait pas de bibliothèque.

73 « Le dialecte a une coloration du Rhin inférieur », écrit Carl Hegel, « Einleitung », art. cit., p. 202.

74 Le codex 33 est d’abord mis en page en deux colonnes, puis à partir du f. 262v en une seule ; le manuscrit Köln 7030 330 est du début à la fin en deux colonnes. Dans le codex 33, les titres intermédiaires sont à partir du f. 262r souvent placés dans les marges, alors qu’ils sont intégrés dans le texte principal dans le manuscrit colonais. Le placement des titres intermédiaires varie parfois fortement (voir Köln 7030 330, f. 243vb contre Strasbourg, cod. 33, f. 262r ; Köln, 7030 330, f. 244vb contre Strasbourg, cod. 33, f. 262v). Le manuscrit colonais comporte des ratures et ajouts en grand nombre, ce qui suggère une correction contemporaine de la rédaction, éventuellement à l’aide de plusieurs manuscrits modèles. Une correction faite après-coup dans Köln 7030 330, f. Vrb, indiquant que Hugues de Fleury écrit (schreibt) qu’un événement survenu (geschehen ding) que l’on ne peut pas dater est une légende (ein sagen mere), n’a pas pu être reliée à un manuscrit : dans tous les manuscrits de la version A qui me sont accessibles, il est toujours écrit que Hugues dit (sprichet) cela.

75 Et non pas seulement au début du xvie siècle, dans les sermons de Geiler, comme le supposent Georges Frédéric Schutzenberger, Adam Walther Strobel, Louis Schneegans (éd.), Code historique et diplomatique, op. cit., p. 12, n. 27.

76 Geiler connaissait aussi l’existence de la chronique latine, comme on l’a vu (man hat es auch in dem latyn, Johannes Geiler von Kaysersberg, Johannes Pauli, Das Evangelibuch […], op. cit., f. CCrb). Mais cet extrait ne dit pas s’il l’utilisait.

77 Twinger lui-même et deux autres mains apparemment contemporaines avaient ajouté des éléments qu’on retrouve également dans la version C. À part ça, une note relate l’anoblissement de la famille strasbourgeois des Wurmser en 1452, ici daté de façon erronée en 1472 (f. 268va) et indique le prix du poisson en 1505 (f. 276ra). Aux f. 276va-293vb se trouve une relation sur les guerres de Bourgogne, probablement ajouté au xvie siècle.

78 Le manuscrit précis qui a été copié n’a pas pu être retrouvé. Mais on retrouve le même texte dans un manuscrit du xve siècle, qui appartenait avant sa vente récente à la librairie d’art Les Enluminures, Chicago/Paris, no 338. Je remercie Stephen Mossman qui m’a aimablement confié ses notes sur le manuscrit, et Olivier Richard pour quelques photos numériques. Sur le manuscrit, voir aussi Twinger von Königshofen, Jakob, Chronik (TM 338). URL : http://www.textmanuscripts.com/medieval/konigschofen-chronik-alsace-60623 [06.12.2017]. Les continuations du codex 33 vont jusqu’à Frédéric III pour les empereurs (1452) et Sixte IV pour les papes (1471).

79 Susanne Rau, Gerd Schwerhoff, « Öffentliche Räume in der Frühen Neuzeit. Überlegungen zu Leitbegriffen und Themen eines Forschungsfeldes », in idem (dir.), Zwischen Gotteshaus und Taverne : öffentliche Räume in Spätmittelalter und früher Neuzeit, Köln, Böhlau (Norm und Struktur. Studien zum sozialen Wandel in Mittelalter und Früher Neuzeit, 21), 2004, p. 11-52, ici p. 48. Cette définition a été formulée pour la société de l’époque moderne, mais à mon sens cela n’empêche pas son application à celle de Strasbourg à la fin du Moyen Âge.

80 Voir supra, n. 48.

81 Sur les traces d’usage, elles-mêmes rares, du manuscrit de la version C, voir Ina Serif, Städtische Geschichtsschreibung in neuen Kontexten, op. cit.

82 « So hat doch diese Chronick wegen ihres Autors und der Materie insonderheit Straßburg / Elsaß und benachbarte Lande betreffende / bald anfangs einen grossen applausum erlanget / daß sie auch κατ’ ἐξοχήν die Chronick uff unser Frauenhauß titulirt worden / wie dann in dem Keysersbergischen Buche einem zu sehen / […] ist. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Manuscrits localisables de la chronique de Jakob Twinger, xive-xixe siècles
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ina Serif, « « Ça se trouve là et personne n’en sait rien » »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 219-246.

Référence électronique

Ina Serif, « « Ça se trouve là et personne n’en sait rien » »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4164

Haut de page

Auteur

Ina Serif

Assistante au département d’histoire de l’Université de Bâle, chaire d’histoire de la Renaissance et de l’époque moderne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search