Navigation – Plan du site
In memoriam

In memoriam, Christian Wilsdorf (1926-2019)

Gabrielle Claerr Stamm
p. 465-470

Christian Wilsdorf, à Ferrette, juin 2016

Image 1000000000000513000007A26289F2259EED5A25.jpg

(photo Raymond Cla err)

  • 1 Il était né le 19 juin 1926, à Ribeauvillé.

Christian Wilsdorf s’est éteint à Colmar, le 5 mai 2019, à quelques semaines de son 93e anniversaire1. Tous ceux qui l’ont connu, n’oublieront pas sa gentillesse, sa délicatesse, sa serviabilité. Ses obsèques ont été célébrées en l’église Saint-Matthieu, à Colmar. Il repose au cimetière de Stosswihr.

Pour son 90e anniversaire, la Société d’Histoire du Sundgau avait fait paraître un travail encore inédit « Le Terrier du comté de Ferrette, vers 1324-vers 1340 ». La cérémonie de présentation du livre avait eu lieu en juin 2016, au pied du château, en présence de Christian Wilsdorf, son épouse et sa fille et de nombreux amis venant de fort loin, comme Marcel Thomann, Georges Bischoff, Bernhard Metz, élisabeth Clementz, Benoît Jordan, Michel Rillot… L’auteur était heureux et serrait contre lui son dernier ouvrage. Il accepta de prendre la parole et, avec la modestie que nous lui connaissons, raconta comment, désœuvré après sa soutenance de thèse à l’école des Chartes, encore sans emploi, il s’était octroyé un séjour à Munich avec visite des Bayerisches Hauptstaatsarchiv. Et c’est là, à l’intérieur d’un dossier qui ne concernait « que » la Basse Alsace, qu’il découvrit un rouleau de six feuilles de parchemin, cousues ensemble, à l’écriture presque illisible, et qui allait se révéler être un terrier, capital pour l’histoire de la fin du comté de Ferrette.

Mais la vie professionnelle ne lui laissa pas de temps libre pour déchiffrer et étudier ce texte (il lui faudra attendre la retraite). De retour en Alsace, Christian Wilsdorf fut nommé archiviste-adjoint aux Archives du Haut-Rhin en 1951, puis, à la mort d’émile Herzog, archiviste en chef en 1952. Il ne quitta ce poste qu’à sa retraite en 1991, avec le titre de directeur honoraire des Archives départementales du Haut-Rhin.

En 1965 à Orchaise, dans le Loir-et-Cher, il épousa Odile Colin, archiviste-paléographe, directrice des Archives de la Haute-Marne, qui devint en 1976 sa collaboratrice comme conservatrice aux Archives du Haut-Rhin.

  • 2 Ces archives sont conservées depuis 2009 au Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve.

De 1951 à 1955, il a été chargé de rassembler et d’organiser les archives des Hauts Commissariats de la République française en Allemagne et en Autriche qu’il a rapatriées à Colmar. Sur sa proposition, la Haute commission alliée d’occupation en Allemagne confia en dépôt à la France, après négociations, les archives tripartites (franco-anglo-américaines) d’occupation, installées d’abord à Metz, réunies plus tard avec les précédentes à Colmar au Centre des archives de l’Occupation2. En 1953, il a participé à la négociation de l’accord conclu entre le gouvernement français et celui de la République fédérale d’Allemagne réglant les questions pendantes entre les Archives départementales du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et le Badisches Generallandesarchiv.

À Colmar même, il a mené à bien la construction et l’aménagement des nouveaux bâtiments des Archives du Haut-Rhin. À partir de 1955, il a eu l’initiative de ranger sur les rayons et de coter en une seule série, dite « purgatoire », tous les versements d’archives administratives, à mesure de leur arrivée, jusqu’à ce que, en 1979, ce système innovant fut étendu officiellement aux Archives départementales de toute la France pour les versements postérieurs à 1940 avec la création de la série W. Les ADHR lui doivent la réalisation de vingt-cinq inventaires et répertoires d’archives et un catalogue d’exposition rédigés par lui seul ou en collaboration ou encore sous sa direction, portant sur des fonds anciens et contemporains, comme ceux de l’occupation en Allemagne, des fonds départementaux, communaux ou privés du Haut-Rhin.

En 1960, grâce au préfet Maurice Picard, Christian Wilsdorf mit en place une Commission départementale d’héraldique qui attribua ou confirma les armoiries de chaque commune du département. Ses travaux furent couronnés par la publication de « l’Armorial des communes du Haut-Rhin » (en cinq volumes).

Délégué scientifique du président du Conseil général pour le patrimoine historique de 1983 à 1996, il a contribué au sauvetage, entre autres, des ruines du château de Hohlandsbourg, et à la restauration de l’église Saint-Matthieu de Colmar. Grâce à la longévité de sa carrière dans le Haut-Rhin et au rayonnement qu’il a exercé dans ses diverses fonctions, il a joué un rôle déterminant dans la sauvegarde du Vieux-Colmar, du château Saint-Ulrich à Ribeauvillé, et de bien d’autres monuments et sites archéologiques.

Sa thèse était restée inédite et peu accessible, à l’état de « tapuscrit ». La Société d’Histoire du Sundgau finit par convaincre l’auteur de la lui confier pour la saisir et en publier le premier volume « Les comtes de Ferrette », l’histoire familiale et politique. Nous n’oublierons jamais ce travail en collaboration étroite avec l’auteur, ces envois quotidiens de courrier pour assurer la relecture au fur et à mesure de la saisie du livre, mais aussi la réception par la poste de toutes les légendes manuscrites pour réaliser l’exposition, ainsi que de toutes les photos de chartes conservées aux ADHR. Les comtes de Ferrette, contrairement aux Ribeaupierre, n’ont pas de chartrier à leur nom. Leurs documents sont dispersés dans de nombreux dossiers. Nous eûmes le privilège de rassembler, pour quelques heures, tous ces vénérables documents rédigés il y a plus de sept siècles, et de les exposer sur les longues tables au rez-de-chaussée des Archives. Ce fut un moment inoubliable. Le livre « Les comtes de Ferrette » fut présenté, en octobre 1991, à Ferrette, en présence de l’archiduc Lorenz de Habsbourg, en même temps qu’une exposition sur les comtes de Ferrette. Des centaines de livres furent vendus et l’édition rapidement épuisée. Le projet de publier le second volume « La seigneurie », ni celui de finaliser les Regeste, n’ont malheureusement pu se faire.

Christian Wilsdorf a publié de nombreux travaux consacrés à l’histoire de l’Alsace au haut Moyen Âge. Des travaux qui restent essentiels, mais qui étaient dispersés dans de nombreuses revues ou publications érudites. La Société Savante d’Alsace a réuni, en 2011, treize d’entre eux, et y a joint trois travaux inédits, en un livre.

Très accueillant envers les Sociétés d’histoire, Christian Wilsdorf guidait les historiens amateurs vers les dossiers qui pouvaient répondre à leurs attentes. Lui-même publia des articles dans leurs annuaires comme pour la Société d’histoire et d’archéologie de Colmar, la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg, la Société des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, la Société d’histoire du Val de Lièpvre, la Société de la ville et du val de Munster, la Société d’histoire du Sundgau, la Société Schongauer… Il se déplaçait également pour leur donner des conférences. Il destina de nombreux articles à la Revue d’Alsace dont il faisait partie du conseil scientifique et signa une cinquantaine de notices dans le Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne.

Christian Wilsdorf était officier de l’ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques et officier des Arts et Lettres.

À son épouse Odile Wilsdorf, qui fut sa fidèle collaboratrice professionnelle, mais aussi pendant sa retraite, à sa fille Nicole et sa famille, nous présentons nos plus sincères condoléances.

Bibliographie de Christian Wilsdorf

Une bibliographie complète a paru dans la Revue d’Alsace, no128, en 2002, réalisée par Nicole Clauss-Wilsdorf, sa fille, p. 359 à 370.

On consultera aussi sa notice biographique et bibliographique parue dans le Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, sous la plume de Christian Wolff (fascicule 40, p. 4 251-4 252).

Complément (bibliographie depuis 2002)

Le château du Hohlandsbourg, Strasbourg, éditions Coprur, 2008, 71 pages, en collaboration avec Paul Eschbach.

Non loin de Colmar, à l’entrée de la vallée de Munster, le château du Hohlandsbourg domine fièrement la plaine d’Alsace. Ses origines remontent à la fin du XIIIe siècle, au temps où les Habsbourg régnaient sur la Haute-Alsace. Il était le chef-lieu d’une seigneurie dont chacun des titulaires laissa sa marque en l’agrandissant, en rendant le séjour plus confortable ou en perfectionnant le système défensif. Ce vaste et étonnant château constitue un exemple remarquable de l’architecture militaire du Moyen Âge et de son adaptation tardive à l’usage des armes à feu. Au sommet d’une impressionnante muraille d’enceinte, un chemin de ronde permet au visiteur d’effectuer le tour complet. On y jouit d’une vue panoramique à 360° sur la plaine d’Alsace, les Vosges, la Forêt-Noire et jusqu’aux Alpes bernoises. Grâce aux travaux de restauration initiés par le conseil général du Haut-Rhin, le Hohlandsbourg est aujourd’hui l’un des lieux touristiques les plus fréquentés de Haute-Alsace.

L’Alsace des Mérovingiens à Léon IX, Strasbourg, Société savante d’Alsace, « Recherches et documents, tome 82 », 2011, 403 pages (compte rendu par Benoît-Michel Tock dans la Revue d’Alsace, no138, 2012, p. 361‑363).

La période allant du Ve au XIe siècle constitue une époque essentielle de l’histoire de l’Alsace. Sous les rois mérovingiens puis sous les souverains carolingiens et leurs successeurs, la région commence à exister avec une identité désormais bien définie par un nom. Son territoire est bientôt divisé en deux comtés de Haute et de Basse Alsace, le Sundgau et le Nordgau. On voit également apparaître des figures marquantes comme sainte Odile, saint Florent, la famille des ducs d’Alsace… Le Mur païen, les abbayes, les tout premiers châteaux entrent dans le paysage de la région. Christian Wilsdorf présente, par ses articles, dont trois inédits, les facettes multiples de l’Alsace en train de s’affirmer sur les bords du Rhin.

Comment la Sainte Croix parvint à Niedermunster, une légende carolingienne écrite au XVe siècle, édition critique, traduction et commentaire d’un texte retrouvé, texte inédit…, Colmar, J.‑D. Bentzinger, 2012, 93 pages, en collaboration avec Christine de Joux‑Bischoff.

Le joyau de l’orfèvrerie du Moyen Âge en Alsace était jadis la monumentale Sainte Croix que possédait l’église de Niedermunster, à mi-pente du Mont Sainte-Odile. Les foules de pèlerins s’arrêtaient pour l’admirer et la vénérer. Seule son image nous est parvenue, car elle a été détruite à la Révolution et l’on était réduit à des hypothèses sur son origine. Christian Wilsdorf a heureusement retrouvé un manuscrit contenant le récit très romancé, rédigé il y a près de six siècles, qui satisfait désormais notre curiosité. Il l’a publié une première fois dans un recueil intitulé « L’Alsace des Mérovingiens à Léon IX », il le reprend ici de façon plus complète. Ce texte en latin, accompagné d’une traduction française réalisée par Christine de Joux-Bischoff, spécialiste du célèbre Hortus deliciarum, révèle le nom du donateur de la croix et les circonstances qui motivèrent ce don fait au monastère de Niedermunster. Il s’agit de Hugues, le beau-père de Lothaire, fils aîné de l’empereur. Restaurée en 1197 par l’abbesse de Niedermunster dans l’intention de faire de l’abbaye d’en bas un vrai lieu de pèlerinage et non une simple étape vers le monastère d’en haut, elle fut enrichie de reliques dont la plus insigne était un fragment de la Vraie Croix. C’est alors que fut imaginé son acheminement miraculeux sur le dos d’un chameau, depuis Paris. À Molsheim, Saint-Nabor, Obernai et sur les bornes qui jalonnent le « sentier des chameaux » menant au Moenkalb, des représentations du chameau portant la croix témoignent du succès du pèlerinage dont le souvenir est encore présent.

Le Terrier du comté de Ferrette (vers 1324 - vers 1340), un complément inédit au Habsburgisches Urbar, Altkirch, Société d’Histoire du Sundgau, 2016, 96 pages, en collaboration avec Philippe Nuss (compte rendu par Olivier Richard dans la Revue d’Alsace, no143, 2017, p. 433-434).

Christian Wilsdorf, qui a découvert ce document à Munich, le publie de façon à le rendre accessible à tout amateur d’histoire du Sundgau : commentaire sur l’établissement du document, édition du terrier avec traduction en français moderne, index des noms de lieux et de personnes, quatre cartes du Sundgau en 1324 avec explications.

Notes

1 Il était né le 19 juin 1926, à Ribeauvillé.

2 Ces archives sont conservées depuis 2009 au Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve.

Haut de page