Navigation – Plan du site

AccueilNuméros145La Fédération des sociétés d'hist...Un projet de sciences participati...

La Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace

Un projet de sciences participatives : la Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur (SigiAl)

Thomas Brunner, Jean-Georges Guth, Nicolas Lefort et Olivier Richard
p. 475-480

Texte intégral

1La Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace et l’équipe ARCHE (Arts, Civilisation et Histoire de l’Europe) de l’Université de Strasbourg, ainsi que plusieurs grandes institutions abritant des archives (Archives départementales du Haut-Rhin, du Bas-Rhin, Archives de la Région Grand-Est, BNUS pour ne citer qu’elles) et la base de données numériques www.sigilla.org s’associent pour un projet de recherche de grande ampleur. En un mot, il s’agit d’unir nos forces pour collecter, numériser et analyser l’ensemble des sceaux conservés dans les différents dépôts d’archives de toute l’Alsace. Le projet est né d’expériences et contacts variés : de séminaires de master à l’université, de discussions réunissant archivistes, membres de sociétés d’histoire, universitaires et enseignants du secondaire. Il est soutenu financièrement jusqu’en juin 2021 par l’Initiative d’Excellence « Université et Cité » de l’Université de Strasbourg.

L’intérêt des sceaux pour l’histoire

  • 1 . Voir par exemple son sceau secret, http://www.sigilla.org/fr/sgdb/sceau-type/38464.

2À partir des XIIe et surtout XIIIe siècles, l’usage des sceaux se diffuse dans l’ouest de l’Empire germanique, auquel l’Alsace et plus largement le Rhin supérieur appartenaient. Il ne cesse de s’intensifier jusqu’au XVIe siècle et perdurera largement dans la région jusqu’à la Révolution française. Appendus au bas des documents juridiques, les sceaux avaient pour fonction de valider ces actes (comme la signature dans nos usages contemporains) et devaient par conséquent représenter leur détenteur (ou sigillant). Une empreinte de sceau est en effet une petite galette de cire sur laquelle ont été imprimés l’image et le court texte (avec un nom) par lesquels le sigillant, qu’il soit un individu ou une institution, entendait s’afficher dans la société de son temps. Les sceaux correspondent donc tout à la fois à la signature, qui authentifie un acte, et au logo d’aujourd’hui. Lorsqu’une ville comme Colmar choisit comme motif de son sceau l’aigle de l’Empire1, elle affirme haut et fort que son statut de ville impériale la distingue des cités dépendant d’un seigneur local et se place dans le groupe prestigieux des villes représentées lors des diètes du Saint-Empire. Pour un chevalier, choisir un motif équestre, classique, avec écu et épée, c’est également affirmer son appartenance à un groupe social et souligner son honneur.

  • 2 . Pour l’Alsace, cela a été bien mis en valeur par Daniel Keller, Le sceau, empreinte de l’Histoire (...)
  • 3 . Citons à titre d’exemple Michel Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, Brepols, « Typologie des source (...)

3Les sceaux sont par conséquent une source de premier plan pour l’histoire culturelle et notamment l’histoire des représentations sociales2. Relevant longtemps de la seule érudition, leur étude a été profondément renouvelée depuis quelques décennies par les travaux de Michel Pastoureau, teintés d’anthropologie3, et plus récemment par le développement des bases numériques.

Une base de données numériques

  • 4 . Voir Thomas Brunner, « À la rencontre du troisième type : un sceau de Molsheim nouvellement repér (...)

4Au niveau scientifique, SigiAl s’inscrit dans la démarche, classique en sciences historiques, de constitution d’un corpus de sources. Toutefois, ce corpus prend la forme, encore trop rare, d’une base de données numériques prétendant à la quasi-exhaustivité. La différence est de taille avec l’approche traditionnelle en sigillographie, qui consistait à ne repérer que la meilleure empreinte conservée d’un type de sceau. Désormais, les chercheuses et chercheurs pourront appuyer leur réflexion sur l’ensemble des sceaux conservés d’un type donné (il peut y en avoir plusieurs dizaines pour certaines institutions importantes comme les grandes villes ou les grands établissements religieux) et s’intéresser à l’intensité d’utilisation de ces objets. La base complétée permettra donc de lier analyse qualitative, grâce aux fiches analytiques, et analyse quantitative, ce qui est très rare dans cette discipline. L’importance de collecter toutes les empreintes conservées se voit bien dans ce volume de la Revue d’Alsace : Thomas Brunner, étudiant l’année dernière le sceau de Molsheim, a pu grâce à la base de données lui permettant de confronter l’ensemble des empreintes, découvrir un nouveau type, variante des sceaux précédents4.

5Notre chance est de pouvoir nous appuyer sur une base de données numériques nationale, sigilla.org, dirigée par Laurent Hablot, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à Paris, et où figurent déjà près de 13 000 sceaux à la date où nous écrivons. Elle donnera à la fois pertinence, sécurité et visibilité à notre travail. Laurent Hablot et Philippe Jacquet, l’autre maître d’œuvre de sigilla, nous ont dès l’origine apporté leur soutien, en créant un portail spécifique pour SigiAl ; de notre côté, nous sommes pionniers, puisqu’aucune autre région de France n’envisage actuellement un projet d’une telle ampleur pour ses corpus de sceaux.

Un projet transfrontalier

6Par ailleurs, SigiAl est un projet transfrontalier : les questionnements scientifiques permis par la constitution de cette base de données tournent autour de l’existence d’une culture sigillaire spécifique à la région. Les contours de celle-ci ne correspondent pas à l’Alsace actuelle mais au Rhin supérieur, espace culturel et politique commun du Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle. C’est pourquoi nous sommes en relation avec les institutions de recherche et patrimoniales de l’autre côté du Rhin ainsi qu’à Bâle pour enrichir notre base et nos analyses.

Fig. 1. Sceau d’Ebersmunster en 1350 (sceau parlant montrant un sanglier (Eber) et l’abbaye (munster)

Fig. 1. Sceau d’Ebersmunster en 1350 (sceau parlant montrant un sanglier (Eber) et l’abbaye (munster)

(AVES, CH 64 no1364), http://www.sigilla.org/​fr/​sgdb/​empreinte/​40025.

Fig. 2. Sceau de Marckolsheim en 1350 (le loup rappelle le nom franc à l’origine de la localité : Mark-wulf)

Fig. 2. Sceau de Marckolsheim en 1350 (le loup rappelle le nom franc à l’origine de la localité : Mark-wulf)

(AVES, CH 64 no1364), http://www.sigilla.org/​fr/​sgdb/​empreinte/​40021.

Préserver et valoriser le patrimoine

7Un des autres objectifs de notre projet est de contribuer à préserver et valoriser le patrimoine régional : les sceaux sont extrêmement fragiles, et ils sont peu accessibles – notamment par manque d’inventaires précis, ou parce que certains fonds d’archives ont des horaires d’ouvertures limités. Les campagnes de collecte permettront d’abord de repérer les chartes comportant des sceaux, et de faire des photographies numériques des unes et des autres. L’analyse des documents – chartes et sceaux – donnera une première orientation ; la mise en ligne des clichés et des analyses les rendra accessibles et les fera connaître dans le monde entier, tout en les protégeant.

La nécessaire participation des sociétés d’histoire et des citoyens

8Plusieurs dizaines de milliers de sceaux sont conservés dans la région, dispersés dans des dizaines de lieux différents. Ici, seule une association entre membres des différentes sociétés d’histoire, enseignants, citoyens intéressés peut rendre possible la réalisation du projet. Nous croyons à la « société de la connaissance », et nous sommes convaincus que chacun peut apporter sa pierre. Les participations possibles sont variées, du repérage des chartes scellées dans les archives à la prise de photo, de l’analyse de documents à leur enregistrement dans la base informatique. Aucune compétence préalable n’est requise, et des formations seront proposées, dans le Haut et le Bas-Rhin, pour ces différentes tâches. Nous espérons créer une vraie communauté autour de ce projet, et le travail de chacun sera reconnu.

Un outil libre et ouvert à toutes et tous pour faire avancer la recherche

9La base sigilla, hébergée par HumaNum, est libre et accessible à tous. Plus généralement, nous souhaitons faire avancer la recherche historique et la rendre accessible ; des conférences (certaines sont d’ores et déjà prévues) et des colloques scientifiques, des expositions auront lieu, pour présenter la culture sigillaire du Rhin supérieur et la comparer à celles d’autres régions. Enfin, des publications permettront de pérenniser les recherches entreprises, au-delà de la base de données elle-même. Nous espérons en particulier que les travaux entrepris dans les différentes sociétés donneront lieu à des articles dans les annuaires, et l’élaboration de dossiers pédagogiques à destination des scolaires des premier et second degrés est prévue, en partenariat avec les services pédagogiques des grands dépôts d’archives.

10Les progrès du projet peuvent être suivis dès maintenant sur le blog, ou carnet de recherche, https://sigial.hypotheses.org/​. Toutes les personnes qui ont envie de participer à cette aventure sont très bienvenues et peuvent se manifester par courriel auprès des coordinateurs du projet (thomas.brunner@unistra.fr ou olivier.richard@unistra.fr) !

Haut de page

Notes

1 . Voir par exemple son sceau secret, http://www.sigilla.org/fr/sgdb/sceau-type/38464.

2 . Pour l’Alsace, cela a été bien mis en valeur par Daniel Keller, Le sceau, empreinte de l’Histoire. Sigillographes et sigillographie en Alsace, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, « Alsace-Histoire, 10 », 2017. Le Musée de la Petite-Pierre, fondé par Charles Haudot, dont le catalogue de sceaux est un instrument incontournable, et l’Association héraldique et sigillographie en Alsace, dont Daniel Keller est le vice-président, sont des partenaires essentiels du projet.

3 . Citons à titre d’exemple Michel Pastoureau, Les sceaux, Turnhout, Brepols, « Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 36 », 1981, et Idem, Figures de l’héraldique, Paris, Gallimard, 2009.

4 . Voir Thomas Brunner, « À la rencontre du troisième type : un sceau de Molsheim nouvellement repéré », dans ce volume, p. 207-218.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Sceau d’Ebersmunster en 1350 (sceau parlant montrant un sanglier (Eber) et l’abbaye (munster)
Crédits (AVES, CH 64 no1364), http://www.sigilla.org/​fr/​sgdb/​empreinte/​40025.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4177/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Fig. 2. Sceau de Marckolsheim en 1350 (le loup rappelle le nom franc à l’origine de la localité : Mark-wulf)
Crédits (AVES, CH 64 no1364), http://www.sigilla.org/​fr/​sgdb/​empreinte/​40021.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4177/img-2.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Brunner, Jean-Georges Guth, Nicolas Lefort et Olivier Richard, « Un projet de sciences participatives : la Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur (SigiAl) »Revue d’Alsace, 145 | 2019, 475-480.

Référence électronique

Thomas Brunner, Jean-Georges Guth, Nicolas Lefort et Olivier Richard, « Un projet de sciences participatives : la Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur (SigiAl) »Revue d’Alsace [En ligne], 145 | 2019, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4177

Haut de page

Auteurs

Thomas Brunner

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg (EA 3400 - ARCHE)

Articles du même auteur

  • un sceau de Molsheim nouvellement repéré
    Close encounter of the third kind: revisiting a seal of Molsheim
    Eine Begegnung der dritten Art: ein neuentdecktes Siegel aus Molsheim
    Paru dans Revue d’Alsace, 145 | 2019
  • Le sceau médiéval de Molsheim mis en perspective
    The torture on the wheel of St George: the medieval seal of Molsheim placed in perspective
    Das Martyrium des Heiligen Georg auf dem Rad: Darstellung des mittelalterlichen Siegels der Stadt Molsheim
    Paru dans Revue d’Alsace, 144 | 2018

Jean-Georges Guth

Président de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace

Articles du même auteur

Nicolas Lefort

Professeur d’histoire-géographie, docteur en histoire de l’Université de Strasbourg, chercheur associé à l’EA 3400 ARCHE

Articles du même auteur

Olivier Richard

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg (EA 3400 - ARCHE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search