Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Actes du colloque "L'honneur des ...«als ob ich mich miner eren verge...

Actes du colloque "L'honneur des Alsaciens"

«als ob ich mich miner eren vergessen het»

L’honneur des petites gens de Strasbourg au tribunal vers 1470
«as if I had been oblivious of my honour». Ordinary people’s sense of honour in court in 1470
«als ob ich mich miner eren vergessen het». Die Ehre der kleinen Leute von Straßburg vor Gericht um 1470
Élisabeth Clementz
p. 99-116

Résumés

Cet article repose sur un cahier de 1470 qui a échappé à l’incendie des archives judiciaires de Strasbourg en 1870. Il contient 91 plaintes déposées dans une langue savoureuse par « de petites gens » devant le tribunal des Sept, fondé vers 1427-1440. Elles traitent essentiellement d’atteintes à l’honneur sous forme d’injures, de diffamations, de malédictions, de disputes et de voies de fait sans effusion de sang. L’étude essaie de répondre aux questions suivantes : quels sont les protagonistes de ces diverses affaires ? Quelle est la proportion des femmes ? En quoi l’honneur de ces dernières diffère-t-il de celui des hommes ? Y a-t-il un lien entre insultes et voies de fait ? Où se sont déroulées les scènes portées devant le tribunal, au sein de la famille ou en public ? Les plaintes déposées devant les Sept permettent avant tout de mesurer l’importance du regard de l’autre et rappellent que dans de telles situations c’est « l’honneur extérieur », celui qui se place sur le plan social, qui est mis à mal, et qui demande réparation en public.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Aperçu du texte

Ich Margred, der junckfrow von Mùlen kellerin, clag ab Yssenbart des ferbers fraw. Also bin ich gestern zu ir huß gangen und wolte sie bitten, das sie mir nit also ùbel rette ; so fert ir man ùber mich und wolte mich die steg hinab werffen, und gob mir dry streich damit an min kopff. Damit loss sie sich nit benügen und gett zu allen menschen, wo ich gang oder stand, und spricht, ich syg ein hudel und ein wùster hurensack, und also swerlich mich miner eren geschuldiget, und den lùten zu verston geben, als ob ich miner eren ... vergessen hett, ... daran sie mir doch unrecht dut. Sind böse sachen, die niemand dem andern dun sol.

Dans cette plainte portée devant les siebenzüchter ou sübener de Strasbourg (tribunal des Sept) vers 1470, Margred exprime clairement les raisons de sa démarche : les calomnies proférées à son encontre attentent à son honneur, qu’il lui faut recouvrer. L’honneur est en effet « un bien singulier, qui conditionne la place de l’individu dans la société médiévale »...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Clementz, « «als ob ich mich miner eren vergessen het» »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 99-116.

Référence électronique

Élisabeth Clementz, « «als ob ich mich miner eren vergessen het» »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4292

Haut de page

Auteur

Élisabeth Clementz

Maître de conférences HDR en histoire médiévale et moderne, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search