Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Actes du colloque "L'honneur des ...Honneur ou déshonneur ?

Actes du colloque "L'honneur des Alsaciens"

Honneur ou déshonneur ?

Pierre de Hagenbach, les frères Mey et les autres
Honour or dishonour? Pierre de Hagenbach, the Mey brothers and others.
Ehre oder Schande? Peter von Hagenbach, die Gebrüder Mey und Andere
Georges Bischoff
p. 153-168

Résumés

Aux yeux de leurs contemporains, le bailli bourguignon Pierre de Hagenbach ou des « chevaliers brigands » comme les frères Heinrich et Reinhard Mey von Lambsheim sont des figures du déshonneur. La réprobation dont ils font l’objet est fortement médiatisée ; elle s’inscrit dans la durée. Mais la tyrannie imputée au premier ou les forfaits des seconds sont-ils vraiment contraires à l’honneur nobiliaire ? Le discrédit qui s’attache à leurs entreprises ne procède-t-il pas plutôt du triomphe de leurs ennemis ? L’honneur de la chevalerie est le fruit des circonstances : la gloire, la vaillance et la dignité sont subordonnées à la réussite. C’est une valeur utilitaire.

Haut de page

Texte intégral

1Le ruissellement médiatique qui se produit dans la seconde moitié du XVe siècle avec la multiplication des images et des textes imprimés contribue largement à la mise en place d’archétypes politiques et moraux. Cet imaginaire au long cours se forme au moment des Guerres de Bourgogne et se traduit par une abondante littérature polémique, ou apologétique, centrée sur l’honneur et le déshonneur. Le thème de la transgression en constitue le leitmotiv en se focalisant aussi bien sur l’excès, l’ubris, la tyrannie, que sur la déloyauté, la trahison, dans les deux cas, sur un comportement illégitime, générateur d’injustice et cruauté. Il s’incarne dans toute une série de figures issues de la noblesse, Pierre de Hagenbach, qui est un double du bailli Gessler de la légende de Guillaume Tell, ou les « chevaliers-brigands » dont le modèle est le châtelain de Berwartstein Hans von Trotha, dont on a fait Hans Trapp, le prototype du père-fouettard.

2Au fil des chroniques et des histoires inspirées par celles-ci, on est à même d’établir une sorte de panthéon négatif peuplé de chevaliers arrogants et pervers. Hermann d’Eptingen, qui déclare la guerre aux Bâlois au nom de ses chiens Telfin et Schwob, explicitement nommés ainsi pour l’antipathie que suscitent le Dauphin Louis et les Souabes dans la région du Rhin, et Pierre de Réguisheim, qui persécute Mulhouse sous le prétexte d’un impayé de six piécettes d’argent en sont des exemples fameux. Le déshonneur est marqué par une rupture des codes communément admis. Il procède du soupçon.

Des archétypes : Pierre de Hagenbach et les frères Mey

  • 1 . Cf. Hermann Heimpel, « Das Verfahren gegen Peter von Hagenbach zu Breisach (1474). Ein Beitrag zu (...)
  • 2 . Gregory Gordon, « The Trial of Peter Von Hagenbach: Reconciling History, Historiography, and Inte (...)

3La fièvre médiatique qui s’empare de l’Alsace entre l’exécution de Pierre de Hagenbach, le 9 mai 1474 et la mort de Charles le Téméraire en janvier 1477 réactive le concept de tyrannie tel qu’il a été défini par l’église médiévale autour des notions de tyrannie d’exercice, qui s’opère au mépris des lois et des usages dans le cadre d’un pouvoir légitime, et de tyrannie sans titre, fondée sur une usurpation violente. Le bailli bourguignon relève du premier cas, mais touche également au second, ce qui justifie l’insurrection des habitants de Brisach et le procès conduit par un tribunal ad hoc, majoritairement formé par des juges extérieurs au territoire dont il avait l’administration. Sa condamnation fait jurisprudence au nom d’un « bien commun » indéfini1. On a cru y voir l’ancêtre de la cour de justice internationale de Nuremberg chargée de juger les criminels nazis en 1945-19462.

4Comme on le sait, les charges dont faisait l’objet le proconsul de Charles le Téméraire étaient au nombre de quatre :

  • La décapitation de quatre bourgeois de Thann coupables d’avoir mené la fronde contre les exigences fiscales de la Bourgogne en 1473 ;

  • Plus récemment, le coup de force contre Brisach, dépossédée de ses privilèges et de ses corporations ;

  • L’occupation de la ville par la soldatesque wallonne ainsi qu’un terrible projet d’élimination de ses habitants par le fer et par la noyade ;

  • D’une manière générale, enfin, le viol d’un certain nombre de femmes.

  • 3 . Johannes Knebel, Diarium, éd. par Wilhelm Vischer, Basler Chroniken, t. II, Leipzig, 1880, p. 83.

5Soumis à la question, exposé à la vindicte de ses anciens administrés qui le maudissent et le traitent de Judas3, le bailli réfute ces accusations en invoquant les ordres de son prince et se disculpe du dernier chef d’accusation en prétextant le consentement de ses victimes supposées.

  • 4 . Ibid., p. 84 : « fuit deliberatum, quia miles erat, propter honorem militarem non deberet judicar (...)
  • 5 . Ibid., p. 90.

6En prononçant la sentence de mort de Hagenbach, le tribunal décide, « qu’il n’était pas conforme à l’honneur chevaleresque, puisqu’il est chevalier, de le condamner à mort sans l’avoir préalablement dégradé de ses honneurs militaires4 ». Ratifiée par seize chevaliers – dont les noms ne sont pas cités – cette dégradation est prononcée par le héraut du duc Sigismond d’Autriche : « je te retire ta chevalerie, en faisant savoir que tu es indigne d’appartenir à la communauté des soldats parrainés par saint Georges, au nom duquel tu avais été consacré chevalier5 ».

7La légende noire de Pierre de Hagenbach est fixée une fois pour toute par les récits de ses exactions et de sa fin. Le ton est donné par la Geschichte Peter Hagenbachs de Conrad Pfettisheim parue à Strasbourg, chez Heinrich Knoblochtzer, en 1477 :

  • 6 . Conrad Pfettisheim, [Geschichte Peter Hagenbachs unde der Burgunder Krieg], Strasbourg, Knoblocht (...)

Il avait dû quitter ce pays, à cause la grande honte qui était la sienne
C’était un chevalier totalement dépourvu d’honneur.
On aurait eu de la peine à trouver pire.
Il habite en Bourgogne pendant un certain temps
Et croit qu’on va l’oublier parce qu’il est si loin
Son cœur était gonflé d’orgueil
Er was ein ritter/gantz on ehr6.

  • 7 . Longtemps, le Musée Unterlinden de Colmar présentait dans ses vitrines une tête momifiée attribué (...)

8Ce refrain est repris par Wimpheling, Jérôme Gebwiler et toute une tradition qui se prolonge jusqu’au XXe siècle, à travers la vulgarisation historique, la fiction ou la littérature polémique. Dans les Aventures de Boldri, une grande fresque historique destinée aux petits Alsaciens, parue en 1963, Lucien Sittler ne dit pas autre chose que l’Oncle Hansi dans son Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants de France, en 1912 : pour l’un « il est haï de tout le monde, mais on n’ose rien entreprendre contre lui », pour l’autre, ce n’est rien d’autre qu’un statthalter prussien avant la lettre, roux comme Judas et, par surcroît, originaire d’outre-Rhin (sic)7.

9Deux contemporains de Hagenbach, les frères Henri et Reinhart Mey de Lambsheim, sont voués à une exécration assez proche de la sienne en leur qualité de raubritter sans foi ni loi, semant la terreur dans toute la région. établis à l’Ortenberg, au Haut-Koenigsbourg puis au château de la Roche, ces petits nobles sont souvent décrits comme des chefs de bande marginaux dont on se plaît à rappeler l’origine palatine. On connaît trois grandes opérations de guerre destinées à les déloger : une première coalition qui réunit l’Autriche, l’évêque de Strasbourg, les villes impériales et les Bâlois qui les fait déguerpir du premier en septembre 1461, une deuxième, avec au moins mille hommes et de l’artillerie lourde, qui fait de même au Haut-Koenigsbourg, et se solde par la destruction du château, l’année suivante, une dernière, enfin, conduite par le duc de Lorraine et l’évêque, en 1469, qui fait coup double en liquidant la place et ses bandits – sauf Heinrich Mey dont on perd alors la trace.

10En octobre 1462, le bourgmestre de Bâle, Jean de Flachslanden déclare la guerre à Reinhard Mey dans les termes suivants :

Jean de Flachslanden, chevalier, bourgmestre, et le conseil de Bâle, avertissons le noble Reinhard Mey et toutes les personnes, et chacune d’entre elles, qui habitent au château du Haut-Koenigsbourg et qui y sont reçus, leurs aides et les aides de leurs aides, qu’à la suite de tous les méfaits et les méchancetés qui ont été perpétrés à notre encontre et à l’encontre des nôtres depuis le château du Haut-Koenigsbourg, par vous-mêmes et par les vôtres, sans la moindre raison ou réclamation justifiée, contre Dieu, l’honneur et le droit, nous n’aurions pas besoin de vous déclarer les hostilités, conformément aux recommandations de la bulle d’or impériale de Metz et de la réformation royale faite à Francfort...

  • 8 . Wilhelm Wiegand, Zur Geschichte der Hohkönigsburg, Strasbourg, 1901, p. 7-11, no16-20.

Conformément aux règles, en association avec les sérénissimes princes et seigneurs sire Frédéric, comte palatin du Rhin et sénéchal héréditaire du Saint Empire, prince électeur et duc de Bavière, sire Robert évêque de Strasbourg etc., et le bailli et les représentants de sire Albert, archiduc d’Autriche, etc., ainsi que les autres seigneurs et villes qui sont décidés à punir vos forfaits, nous voulons nous déclarer ennemis de vous-mêmes et dudit château de Haut-Koenigsbourg et nous nous entendons leur apporter notre aide et notre appui contre vous et ledit château... par tous les moyens possibles8.

11Cette déclaration de guerre sort du cadre habituel des lettres de défi dans la mesure où elle désigne expressément les activités criminelles du gentilhomme qui agit contre Dieu, l’honneur et le droit dans le péché, en rupture avec l’éthique chevaleresque et dans l’illégalité vis-à-vis de la loi civile.

12La tyrannie de Hagenbach ou le brigandage noble illustrent le même désordre et méritent la même implacabilité. La Burgundische Legende, parue au même moment que les vers de Conrad Pfettisheim, martèle régulièrement les mots « mit gewalt », « on recht », « übelthatt » et « böser gewalt ».

Des modèles de vertus chevaleresques

  • 9 . Jakob Wimpfeling. Briefwechsel, éd par Otto Herding et Dieter Mertens, t. II, Munich, 1990, p. 82 (...)

13Inutile de revenir sur le portrait-robot du bon chevalier tel qu’il a été mis en place au Moyen Âge central. C’est une construction idéale fondée sur la déférence due aux détenteurs de la force par des clercs qui en attendent un retour. Wimpheling en donne un bel exemple dans son éloge des frères Georges et Samson de Rathsamhausen9. Le bon usage des armes, qui implique courage, vaillance et discernement est subordonné aux vertus civiles : « à l’instar de votre père, vous pratiquez les œuvres pies au bénéfice des pauvres, vous favorisez le clergé, vous vous comportez avec modestie et bienveillance en toute chose, vous cultivez la paix et la justice, vous vous abstenez du stupre, de l’adultère et du blasphème, des jeux superflus, de l’air étranger, de l’ivrognerie, du vol ».

  • 10 . Notice Rathsamhausen, par Nicolas Mengus, Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, fasc. 30 (...)

14Ce compliment permet de définir, en creux, les comportements contraires à l’honneur chevaleresque. Les frères Rathsamhausen appartiennent à la génération de l’humanisme, formatée par l’air du temps et par l’interdiction, récente (1495), de la guerre privée, la fehde, considérée jusqu’alors comme un moyen de rétablir l’ordre, l’honneur et la justice. Leur père, Gérothée le Jeune (Jerotheus), érigé en modèle, se trouve aux antipodes de ce que prône le praeceptor Germaniae : détenteur du château de la Roche, il est loin d’être étranger aux méfaits de Heinrich Mey, qui est d’ailleurs l’époux d’une Rathsamhausen, Barbara, et, à ce titre, fait partie des coseigneurs de la Marche de Marmoutier et des gemeiner de l’Ortenberg. A-t-il lui-même pris part aux crimes qu’on lui impute ? Très probablement oui10. À la fin du XVIIIe siècle, son fantôme continue à hanter le Ban de la Roche : le pasteur Oberlin fait dire des prières pour le repos de son âme.

  • 11 . Georges Bischoff, « Pierre de Morimont et le château de Ferrette. Un document inédit du milieu du (...)
  • 12 . Xavier Mossmann, Cartulaire de Mulhouse, t. II, Colmar, 1884, p. 425, no895. Même son de cloche d (...)

15En examinant de plus près la conduite de la noblesse alsacienne, il est difficile d’affirmer que des figures comme les Mey sortent du lot. La plupart des vedettes de la chevalerie traînent un « casier judiciaire » peu reluisant suivant les critères actuels. Serviteur zélé de la Maison d’Autriche, le bailli de Ferrette Pierre de Morimont n’éprouve aucun scrupule à piller l’abbaye de Beinwil, dans les terres de Soleure : cela n’empêche pas ses bienfaits pour d’autres établissements religieux11. La violence est le lot quotidien de ses congénères : dans la décennie 1460, les sires de Hattstatt prennent part à une dizaine de guerres privées. Entre 1466 et 1470, au moment de la Guerre des six deniers, l’Alsace est le théâtre d’innombrables coups de main. Pierre de Réguisheim en donne le ton en s’attaquant à Mulhouse « quelle que soit la forme de la guerre que je vais mener, mon honneur ne saurait être remis en cause par ce que je vais accomplir ». Et d’en donner le détail : brand, nohme, dottschlege, « incendie, prise, meurtre12 ».

  • 13 . Johannes Knebel, Diarium, op. cit., p. 394.
  • 14 . Ibid., p. 83. Sont soupçonnés, entre autres, Oswald de Thierstein et Christophe de Rechberg, qui (...)
  • 15 . Colmar et Sélestat prennent des mesures pour obliger leurs nobles à servir l’Empire dans les opér (...)

16Il en résulte un climat de suspicion généralisée, que le chanoine bâlois Johannes Knebel résume sous l’étiquette spelunca latronum, « une caverne de brigands », « une région si dangereuse qu’un voyageur revenu indemne du fin fond de la Turquie ne manquerait pas d’y laisser sa bourse et ses bagages13 ». Lors du procès de Pierre de Hagenbach puis lors des guerres de Bourgogne, nombreux sont les gentilshommes dans lesquels on voit des traîtres en puissance14, prêts à passer à l’ennemi15. Ainsi, Antoine de Hohenstein, suspect de vouloir livrer son château du Guirbaden.

  • 16 . Un vocabulaire dépréciatif – « chef de bande », « voleur de grands chemins », « complices »… – pa (...)
  • 17 . Archives départementales du Bas‑Rhin, 1 G 585. Il n’est pas impossible que Mey ait été capturé à (...)

17Les liens féodo-vassaliques obligent-ils à une discipline plus stricte ? Pas sûr, en raison de la multiplicité des allégeances, qui favorise les électrons libres, et de l’indulgence dont bénéficient ces derniers. Les comtes de Lützelstein, qui n’ont pas peur d’encourir les foudres du Concile de Bâle en s’emparant de la suite du cardinal Aleman, en 1446, ou les frères Mey ne sont pas vraiment inquiétés pour leurs forfaits, jugés contraires à l’honneur par leurs victimes. La solidarité nobiliaire est une des clés de la chose16. La pratique de l’urfehd, « lettres de non-vengeance », par lesquelles l’auteur d’un délit ou d’un crime se voit libéré de prison par l’autorité supérieure efface rapidement les séquelles d’une capture. Le 7 avril 1470, Reinhard Mey avait été relâché de cette manière par l’évêque Robert de Bavière – et s’était engagé à demeurer en paix avec lui ; ses garants n’étaient autre qu’Antoine de Hohenstein et Walter de Dahn, ni plus, ni moins recommandables aux yeux de la postérité17.

  • 18 . Cartulaire de Mulhouse, III, p. 338, no1358, no1359 ; p. 352 no1374 ; p. 370 no1392.
  • 19 . Jean Schneider, « Le coup de main du duc de Lorraine contre la cité de Metz le 9 avril 1473 », Le (...)
  • 20 . Sur cette affaire, cf. Basler Chroniken, éd. par August Bernoulli, t. IV, Bâle, 1890, p. 62.

18En juin 1469, Reinhard avait fait des offres de service à la ville de Mulhouse menacée par l’Autriche et s’était aussitôt mis au travail. Il s’était ravisé lorsqu’il avait appris que le duc Sigismond venait de céder ses terres alsaciennes à Charles de Bourgogne, infiniment plus puissant que celui-ci18. Trois ans plus tard, on le retrouve au service de Metz en guerre contre le duc de Lorraine19, lui-même allié du comte palatin. Ce nomadisme mercenaire obéit aux circonstances. En règle générale, les (supposés) raubritter cherchent à s’entendre avec leurs voisins immédiats et s’en prennent de préférence à des proies lointaines : leurs châteaux sont des sanctuaires. À l’Ortenberg, Heinrich est loin de Bâle, ce qui l’assure d’une certaine sécurité pour défendre les intérêts d’une jeune Bâloise prétendument spoliée par ses concitoyens20. L’impunité s’appuie sur des rapports de voisinage à mi-chemin de la protection et du racket : ainsi, les Lützelstein, qui passent un contrat avec Sélestat, en obtiennent une pension et promettent de servir la ville en cas de danger, vers 1450. Ces pratiques ne diffèrent pas, fondamentalement, de ce que font les grands cabinets d’avocats d’Amérique du nord à l’affût d’une cause rémunératrice. Ce sont celles des charognards.

19Dans tous les cas de figure, Heinrich Mey, Pierre de Réguisheim, Pierre de Hagenbach et consorts, l’honneur personnel est une question de liberté. Défier un adversaire, sous quelque prétexte que ce soit, revient à mettre en jeu les valeurs dont on se réclame et, pour ainsi dire, à se conduire noblement.

20Le scandale qui aurait poussé Hagenbach à quitter l’Alsace et à rejoindre la cour de Bourgogne n’est pas expressément connu. S’agit‑il, comme on le prétend, d’un homicide commis dans sa jeunesse? Le futur bailli de Charles le Téméraire est issu d’un lignage de vassaux de l’Autriche et, du côté maternel, d’une famille comtoise, celle des Belmont. Il s’inscrit dans un milieu « amphibie », et son tropisme bourguignon n’a rien d’exceptionnel, d’autant qu’il est né vers 1420, à une époque où son père exerçait les fonctions de schaffner de Thann, c’est-à-dire de schultheis, sous la régence de Catherine de Bourgogne. En 1448‑1449, un différend l’oppose, très violemment semble-t-il, au gentilhomme argovien Thuring de Hallwyl, futur bailli engagiste de Landser et, lui aussi, futur landvogt des Pays antérieurs. Ce conflit s’expose à travers une lettre de défi d’un ton particulièrement agressif, sur le mode de l’honneur bafoué. Une lettre rédigée en français « chevaleresque », dans un esprit qui n’est pas sans rappeler le bashing devenu si familier sur les réseaux sociaux.

21En voici l’essentiel :

Tu as dit de la bouche en allemant et tes paroles fait relater en roumant par la bouche de Honguerie le hérault que j’avoye pris faussement… et contre honneur messire Marc de Balledec et plusieurs autres…

  • 21 . Rudolf Thommen, Urkunden zur Schweizer Geschichte aus österreichischen Archiven, t. IV, Bâle, 193 (...)

…Et si long temps que tu as publié et fait publier lesdites paroles sens m’en rien faire savoir, je t’en tiens pour ung lâche courage et homme de ment. Et pourtant ne scay si ledit à Honguerie t’a dit ma réponce, je te signifie ces choses par ces présentes…Et t’en combateray et te mainteneray de mon corps contre le tien. Et si tu es si meschant et failli de courage que tu ne me maintiengnes les paroles que tu as dites de ta personne contre la mienne, je te diffameray partout comme un faulx menteur, infâme et desrobeur d’onneur de gentilhomme. J’ay retenu la copie de ces présentes pour les monstrer en toutes cours de prince et de sieur et affin que tu saches qu’elles viennent de par moy21.

  • 22 . La chronique d’Heinrich von Beinheim fait allusion aux événements. Cf. Basler Choniken, éd. par A (...)
  • 23 . Il s’agit vraisemblablement d’Hendrik van Heesel, jadis au service de Sigismond de Luxembourg. Cf (...)

22On ignore les origines exactes et les suites de l’affaire. Marquart von Baldeck était engagiste de Thann depuis la fin des années trente du XVe siècle : le différend qui l’avait opposé à Pierre de Hagenbach s’était traduit par sa capture, le 25 juillet 1448, son emprisonnement au château de Belmont, dans le Doubs actuel, puis son transfert en Lorraine par crainte d’une intervention de l’archiduc Albert VI22. Il avait été relâché peu après. On croit comprendre que Hallwyl avait pris parti pour son ami Marquart en défiant son adversaire d’une manière officieuse, par l’intermédiaire d’un héraut d’arme de la cour de Bourgogne23 et que c’est cette manière indirecte qui avait provoqué sa fureur, sans qu’on puisse en saisir les retombées immédiates. Les mots « je te diffameray partout comme un faulx menteur, infâme et desrobeur d’onneur de gentilhomme » renvoient le déshonneur sur l’adversaire et légitiment pleinement des représailles « dent pour dent, œil pour œil ».

23Comme la vengeance est un plat qui se mange froid, on a de bonnes raisons de croire que cet épisode n’est pas étranger à la promptitude avec laquelle Hagenbach, devenu bailli de Haute-Alsace, met fin aux engagements des seigneuries de Thann et de Landser, en 1470, en remboursant les créances de Baldeck et de Hallwyl. Le mépris qu’il éprouve pour ce dernier se traduit par la formule « chevalier lépreux » dont il l’affuble alors à tort ou à raison. Ces représailles s’inscrivent dans une politique générale d’apurement des dettes contractées par les Habsbourg. Les trois premières années pendant lesquelles il exerce ses fonctions de gouverneur de Haute-Alsace ne donnent pas lieu à un régime de tyrannie, malgré la fermeté et les menaces dont les Mulhousiens font l’objet (comme c’était le cas depuis des décennies). Au contraire : sous sa conduite, la Bourgogne instaure une sécurité jamais vue auparavant et dispose d’institutions administratives et judiciaires d’une efficacité sans précédent. À deux reprises au moins, Hagenbach fait condamner à mort des soudards convaincus d’avoir commis des crimes à l’égard de la population locale. La grande démonstration de force qui met fin à son proconsulat coïncide avec le passage de Charles le Téméraire, et donc, à une phase de tensions, voire d’affrontement : les torts sont partagés.

24La personnalité de Pierre de Hagenbach est peut-être plus facile à cerner que celle de ses contemporains. Sa noirceur tient davantage au regard de ses ennemis qu’à ce qu’on peut établir à partir des sources. Orgueilleux, joueur, provocateur, brutal : certainement. Mais on le connaît aussi pour ses qualités de chef et d’administrateur rigoureux, pour sa mansuétude lors du sac de Liège, et pour ses sentiments amoureux, au sens de l’amour courtois. Est-ce un pur produit de la cour de Bourgogne, de l’honneur bourguignon ? Face au bourreau, il demande le pardon de ceux qu’il a offensés et affronte la mort en chrétien, en reconnaissant, in fine, n’avoir été qu’un homme, faillible entre tous. Dépouillé de la chevalerie, certes, mais repentant, offrant ses biens à l’église.

25Selon une tradition, aussi douteuse que tardive, des pèlerins seraient venus se recueillir sur sa sépulture dans son village éponyme du Sundgau, mais ce bel exemple de rédemption n’efface pas le déshonneur que la postérité lui a attribué, pas plus, d’ailleurs, que les efforts de réhabilitation menés par les historiens modernes.

  • 24 . Chronique de Chastellain, IV, éd. par Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1864, p. 243.
  • 25 . Sébastien Brant, La Nef des Fous, trad. de Madeleine Horst, introduction de Frédéric Hartweg, Str (...)

26« Honneste homme et de beau recueil entre cent autres » selon Georges Chastellain24, Hagenbach a mené sa mission conformément aux ordres du duc de Bourgogne. C’est un exemple de loyauté, une image des vertus nobiliaires sans commune mesure avec les gentilshommes de pacotille, vaniteux et couards, dont se moque Sébastien Brant au chapitre 76 de la Nef des Fous25.

27Les frères Mey appartiennent à un registre différent du fait d’une stature plus modeste malgré des alliances prestigieuses avec les Lichtenberg ou les Rathsamhausen. Ils n’ont pas de maître permanent, ce qui leur confère une identité plus floue.

  • 26 . Joseph Chmel, Monumenta habsburgica: Sammlung von Actenstücken und Briefen zur Geschichte des Hau (...)

28Après 1470, la carrière des deux raubritter se poursuit vraisemblablement loin de l’Alsace. Quand Heinrich meurt, vers 1478, il exerce les fonctions d’administrateur (pfleger) de Mödling, en Basse-Autriche, pour le compte de Frédéric III26. Son fils – lequel ? – est accusé de vol de bétail.

Arbre généalogique simplifié des Mey von Lambsheim

Arbre généalogique simplifié des Mey von Lambsheim
  • 27 . Robert Wellens, « La révolte brugeoise de 1488 », Handelingen van het genootschap voor geschieden (...)
  • 28 . Franz Winzinger, Die Miniaturen zum Triumphzug Kaiser Maximilians I., t. I, Faksimileband, Graz, (...)

29On retrouve un Reinhard Mey dix ans plus tard, dans des circonstances infiniment plus gratifiantes, mais ce n’est pas l’ancien châtelain du Haut-Koenigsbourg, c’est son neveu. En 1488, Reynier de Mey, châtelain de Gavre fait partie des fidèles du roi Maximilien retenus à Gand par les Flamands insurgés contre leur prince27. Avec les autres otages, il attend une condamnation à mort jugée inéluctable – l’échafaud est en place –, mais il échappe, in extremis, à l’exécution annoncée. Maximilien lui en voue une reconnaissance éternelle : vers 1510, lorsqu’il charge Albrecht Altdorffer de réaliser les gravures de son fameux Triomphe, il l’intègre dans la cohorte des gloires de la chevalerie, « die löblichen ritter » aux côtés de Frédéric Cappler, héros des victoires de Calliano (1487) et de Salins (1493) et de son ami d’enfance Melchior de Masevaux28. C’est d’ailleurs en compagnie de ce dernier que Reinhard Mey junior avait été investi de la seigneurie de Gavre, confisquée au Français Guy de Laval.

  • 29 . François-Joseph Fuchs, « Les comptes de l’œuvre Notre-Dame de 1492-1493 », Bulletin des Amis de l (...)

30Pour autant qu’on puisse le dire, il ne semble pas qu’il ait tiré un grand bénéfice de l’héroïsme dont il avait donné une si belle preuve. Il meurt pieusement à Strasbourg en 149229.

31Le déshonneur sanctionne une conduite contraire aux règles communément admises par la société ou l’une de ses composantes. C’est une rupture de l’ordre établi. Il renvoie à la conscience personnelle de celui qui en est l’acteur, mais ne contamine pas le reste du groupe auquel il se rattache. La réprobation est ciblée, en principe tout au moins, quoiqu’elle puisse s’étendre à des proches.

  • 30 . Sur ces aspects, cf. Georges Bischoff, « Le prince des trente deniers ». Jean IV de Chalon-Arlay, (...)
  • 31 . Lina Baillet, « Schwendi, lecteur de Machiavel », Revue d’Alsace, 1986, p. 119-197, ici, p. 194.

32Mais la définition de la faute reste difficile à fixer. L’honneur est assujetti à l’utilité, et, partant, à la réussite d’une entreprise. C’est l’effet d’un pari qui requiert une bonne dose de bravade, et donc de liberté : la devise « je l’ai emprins », par laquelle Charles le Téméraire signifie sa détermination, ou le « Ich pass » de Pierre de Hagenbach expriment la même soif d’aventure (ou le même aventurisme). L’exploit chevaleresque n’a que faire des conventions puisqu’il vise au dépassement ; ses modalités pratiques n’ont, finalement, qu’une importance secondaire au vu du résultat escompté30. Au milieu du XVIe siècle, Lazare de Schwendi n’est pas loin de partager l’idée de Commynes pour lequel « qui en a le prouffit en la guerre en a aussi l’honneur31 ».

  • 32 . Paul-Edmond Tuefferd, Histoire des Comtes souverains de Montbéliard, Montbéliard, 1877, p. 262‑26 (...)
  • 33 . Michael Depreter, « Moult cruaultéz et inhumanitéz y furent faictes. Stratégie, justice et propag (...)

33Mais est-ce vraiment sûr ? Une action contraire à l’éthique chevaleresque peut-elle se retourner contre son auteur, si honorable soit‑il ? Le 11 mai 1474, deux jours après l’exécution de Hagenbach, Olivier de la Marche, le parangon de la chevalerie bourguignonne, menace de mettre à mort le comte Henri de Wurtemberg, son prisonnier, pour obtenir la reddition de Montbéliard32. Quelques semaines plus tard, à l’initiative d’étienne de Hagenbach et d’Antoine de Montreux, frères et gendre du bailli décapité, des mercenaires lombards mettent le Sundgau à feu et à sang au mépris des lois de la guerre, en s’attaquant aux femmes, aux vieillards et aux enfants. Les abominations perpétrées à Dannemarie et dans les alentours provoquent la réaction en chaine que l’on sait : pour les deux gentilshommes, elles se soldent par la commise de leurs fiefs, une sanction rapportée quelques années plus tard ; pour Olivier de la Marche, l’épisode de Montbéliard tombe dans l’oubli assez rapidement, sans obscurcir sa gloire. Si ces deux opérations avaient été couronnées de succès, la première, par la prise de la ville assiégée, la seconde, par une véritable offensive en Haute-Alsace, voire par une reconquête – qui n’était probablement pas à l’ordre du jour –, quel en aurait été le bénéfice pour leurs protagonistes ? Et quel prestige le bailli montbéliardais Marc de la Pierre alias Marquart vom Stein a-t-il tiré de sa résistance ? Sa fermeté exposait son maître au martyre. Faut-il conclure de tout cela que les Guerres de Bourgogne sont le prélude d’une dévaluation morale de la chevalerie33? Et par ailleurs, le déshonneur est-il vraiment déshonorant ?

  • 34 . Lucien Febvre, Honneur et Patrie. Une enquête sur le sentiment d’honneur et l’attachement à la pa (...)

34Évoquant Bayard, Lucien Febvre estimait que l’honneur n’est pas un sentiment, un « ressort intérieur…qui pousse [le héros] à se dépasser lui-même », mais « une valeur que les bons spéculateurs achètent quand elle n’est pas encore cotée », en sachant qu’elle profite tout à la fois au lignage dont son producteur est issu, à la Maison qui l’emploie et à ses compagnons d’armes34. Cette définition s’applique au domaine « sportif », mais s’avère bien moins pertinente dans le monde réel, celui des pulsions et des rapports de force. La réputation se joue au présent, mais se façonne dans la mémoire. Dans l’imaginaire des hommes, honneur et déshonneur ont la même intensité et, probablement, la même fonction médiatique.

Haut de page

Notes

1 . Cf. Hermann Heimpel, « Das Verfahren gegen Peter von Hagenbach zu Breisach (1474). Ein Beitrag zur Geschichte des deutschen Strafprozesses », Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins, 55, 1942, p. 321-357 ; cf. aussi  Gabrielle Claerr Stamm, Pierre de Hagenbach, Altkirch, 2004, bibliographie p. 225 et suiv.

2 . Gregory Gordon, « The Trial of Peter Von Hagenbach: Reconciling History, Historiography, and International Criminal Law », in Kevin Heller and Gerry Simpson (dir.), The Hidden Histories of War Crimes Trials, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 13‑49.

3 . Johannes Knebel, Diarium, éd. par Wilhelm Vischer, Basler Chroniken, t. II, Leipzig, 1880, p. 83.

4 . Ibid., p. 84 : « fuit deliberatum, quia miles erat, propter honorem militarem non deberet judicari ad mortem nisi prius fuisset degradatus militaribus honoribus ».

5 . Ibid., p. 90.

6 . Conrad Pfettisheim, [Geschichte Peter Hagenbachs unde der Burgunder Krieg], Strasbourg, Knoblochtzer, 1477. Il subsiste quatre exemplaires de cet incunable. Celui de la Staatsbibliothek de Berlin est disponible en ligne. Une édition en a été donnée en 1966 par Lili Fischer et Rolf Müller.

7 . Longtemps, le Musée Unterlinden de Colmar présentait dans ses vitrines une tête momifiée attribuée au bailli bourguignon – en réalité, c’était celle d’un défunt de la Commanderie Saint-Jean de Fribourg.

8 . Wilhelm Wiegand, Zur Geschichte der Hohkönigsburg, Strasbourg, 1901, p. 7-11, no16-20.

9 . Jakob Wimpfeling. Briefwechsel, éd par Otto Herding et Dieter Mertens, t. II, Munich, 1990, p. 825.

10 . Notice Rathsamhausen, par Nicolas Mengus, Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne, fasc. 30, 1997, p. 3093. Sur le siège de la Roche, cf. Nicolas Mengus, « Un repaire de seigneurs-brigands : le château de La Roche », Châteaux forts d’Alsace, no5, 2001, p. 39-64, dans la foulée de l’article pionnier de Francis Rapp, « Le siège du château de la Roche », l’Essor, no153, 1991, p. 11‑15.

11 . Georges Bischoff, « Pierre de Morimont et le château de Ferrette. Un document inédit du milieu du XVe siècle », Annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau, 2020, p. 139-184.

12 . Xavier Mossmann, Cartulaire de Mulhouse, t. II, Colmar, 1884, p. 425, no895. Même son de cloche dans la lettre que son ami Jacques-Henri de Blumeneck adresse aux Mulhousiens le 20 août, p. 505, no986.

13 . Johannes Knebel, Diarium, op. cit., p. 394.

14 . Ibid., p. 83. Sont soupçonnés, entre autres, Oswald de Thierstein et Christophe de Rechberg, qui seront ultérieurement les chefs de la coalition contre Charles le Téméraire.

15 . Colmar et Sélestat prennent des mesures pour obliger leurs nobles à servir l’Empire dans les opérations contre le duc de Bourgogne. Cf. Paul-Willem Finsterwalder, Colmarer Stadtrechte, Heidelberg, 1938, p. 342-343.

16 . Un vocabulaire dépréciatif – « chef de bande », « voleur de grands chemins », « complices »… – paraît inapproprié.

17 . Archives départementales du Bas‑Rhin, 1 G 585. Il n’est pas impossible que Mey ait été capturé à la suite de la prise de La Roche (mais il ne fait pas partie de sa garnison lors du siège, pas davantage que son frère).

18 . Cartulaire de Mulhouse, III, p. 338, no1358, no1359 ; p. 352 no1374 ; p. 370 no1392.

19 . Jean Schneider, « Le coup de main du duc de Lorraine contre la cité de Metz le 9 avril 1473 », Le Pays lorrain, I/1990, p. 1-13, ici p. 7. Mey était au service des Messins depuis 1467.

20 . Sur cette affaire, cf. Basler Chroniken, éd. par August Bernoulli, t. IV, Bâle, 1890, p. 62.

21 . Rudolf Thommen, Urkunden zur Schweizer Geschichte aus österreichischen Archiven, t. IV, Bâle, 1932, p. 99-100, no82. L’original se trouve à Innsbruck mais n’a pu être examiné. La date du 10 mars 1448 doit être rectifiée : le calendrier en usage en Bourgogne et en Lorraine suit le style de Pâques, qui tombe le 13 avril en 1449.

22 . La chronique d’Heinrich von Beinheim fait allusion aux événements. Cf. Basler Choniken, éd. par A. Bernoulli, t. V, Bâle, 1902, p. 409‑410.

23 . Il s’agit vraisemblablement d’Hendrik van Heesel, jadis au service de Sigismond de Luxembourg. Cf. Wim van Anrooij, « Hendrik Van Heessel, héraut à la cour impériale et à la cour de Bourgogne », Revue du Nord, 2006, p. 709‑726.

24 . Chronique de Chastellain, IV, éd. par Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, 1864, p. 243.

25 . Sébastien Brant, La Nef des Fous, trad. de Madeleine Horst, introduction de Frédéric Hartweg, Strasbourg, Nuée bleue, 2005, p. 289 et suiv.

26 . Joseph Chmel, Monumenta habsburgica: Sammlung von Actenstücken und Briefen zur Geschichte des Hauses Habsburg, t. 2, Vienne, 1855, p. 613.

27 . Robert Wellens, « La révolte brugeoise de 1488 », Handelingen van het genootschap voor geschiedenis te Brugge, no102, 1965, p. 5‑52.

28 . Franz Winzinger, Die Miniaturen zum Triumphzug Kaiser Maximilians I., t. I, Faksimileband, Graz, 1972, t. 2, Kommentarband, 1973.

29 . François-Joseph Fuchs, « Les comptes de l’œuvre Notre-Dame de 1492-1493 », Bulletin des Amis de la Cathédrale de Strasbourg, no27, 2006, p. 55-112, ici, fol. 35 ro de l’original.

30 . Sur ces aspects, cf. Georges Bischoff, « Le prince des trente deniers ». Jean IV de Chalon-Arlay, prince d’Orange, entre France et Bourgogne », in Paul Delsalle, Gilles Docquier, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Pour la singulière affection que nous avons à luy, études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies, Turnhout, Brepols, 2017, p. 15‑23 et « Claude de Vaudrey, le meilleur chevalier du monde », Publication du Centre européen d’études bourguignonnes, no58, 2018, p. 251‑273.

31 . Lina Baillet, « Schwendi, lecteur de Machiavel », Revue d’Alsace, 1986, p. 119-197, ici, p. 194.

32 . Paul-Edmond Tuefferd, Histoire des Comtes souverains de Montbéliard, Montbéliard, 1877, p. 262‑263.

33 . Michael Depreter, « Moult cruaultéz et inhumanitéz y furent faictes. Stratégie, justice et propagande de guerre sous Charles de Bourgogne (1465-1477) », Le Moyen Âge, 2015/1, p. 41‑69.

34 . Lucien Febvre, Honneur et Patrie. Une enquête sur le sentiment d’honneur et l’attachement à la patrie (cours 1945-47), Paris, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arbre généalogique simplifié des Mey von Lambsheim
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Honneur ou déshonneur ? »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 153-168.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Honneur ou déshonneur ? »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4311

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search