Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Actes du colloque "L'honneur des ...« Il n’y a de salut en aucun autr...

Actes du colloque "L'honneur des Alsaciens"

« Il n’y a de salut en aucun autre » (Actes, 4, 12)

L’honneur de compter l’un des siens dans l’église au XVIIIe siècle
«There is salvation in no one else» (Acts of the Apostles, 4,12). The honour of numbering a member of one’s family in the clergy
„Und in keinem andern ist das Heil“ (Apostel, 4, 12). Die Ehre, im 18. Jahrhundert, ein Familienmitglied im Dienst der Kirche zu zählen
Claude Muller
p. 189-210

Résumés

Dans l’un de ses nombreux rapports adressés à Versailles, l’intendant d’Alsace Félix Le Pelletier de La Houssaye dresse, vers 1701, un panorama élogieux de la situation religieuse de la province. Il décrit une sorte d’éden, parfaitement conforme à l’état d’esprit amenant à la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Ce terreau confessionnel, sous-tendu par une foi attestée des habitants, explique les nombreuses vocations, véritables grappes, au sein d’un même clan. Une des explications plausibles à ce phénomène d’ensemble réside dans l’honneur de compter l’un ou plusieurs membres de sa famille dans l’Église.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Les signes visibles de la religiosité alsacienne
« Les chiffres sont têtus »
Le poids du nombre
La famille, la société, l’ecclésiastique
Des réseaux dévots aux quartiers de cléricature
L’aura du renoncement
La question de la dot et le coût de l’honneur
L’honneur de compter l’un des siens comme prêtre réfractaire
Le modèle réfractaire jusqu’ici présenté comme alsacien
Le modèle constitutionnel jusqu’ici escamoté

Aperçu du texte

« Le 24 mai 1755, mon fils, le P. Ildephonse, bénédictin à Ebersmunster, a dit sa première messe. Son oncle, le prévôt de Colmar, a été son assistant. » Ces quelques mots, extraits du livre de raison de François Antoine Joseph Gobel, conseiller au Conseil souverain d’Alsace, ne sont pas destinés à être publiés. Ils présentent juste une famille qui compte des ecclésiastiques en son sein. Le conseiller poursuit : « Le 25 décembre 1755, mon [autre] fils, le chanoine de Delémont, a été reçu et a prêté serment au canonicat de la cathédrale de Bâle, vacant par le décès du chanoine Leo, notre parent, à la recommandation de l’ambassadeur de France, le marquis de Stainville, comte de Choiseul. » Pour notre propos, une troisième donnée se révèle fondamentale :

Le 10 octobre 1756, mon fils l’official [Jean Baptiste Gobel] aura eu l’honneur de se rendre compte du changement d’état de mon [quatrième] fils l’avocat qui s’est déterminé à troquer sa robe de palais contre un petit collet et comme j’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « « Il n’y a de salut en aucun autre » (Actes, 4, 12) »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 189-210.

Référence électronique

Claude Muller, « « Il n’y a de salut en aucun autre » (Actes, 4, 12) »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4322 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4322

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur et directeur de l’Institut d’histoire de l’Alsace, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search