Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Actes du colloque "L'honneur des ...Le rôle des officiers Monuments, ...

Actes du colloque "L'honneur des Alsaciens"

Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945

The role played by US army officers in charge of Monuments, Fine Arts and Archives to contribute to the rescue operations of works of art in Alsace (1944-1945)
Die Rolle der Offiziere der Monuments, Fine Arts and Archives der amerikanischen Armee bei der Rettung elsässischer Kunstschätze 1944-1945
François Igersheim
p. 269-292

Résumés

Dans un rapport du début décembre 1944, le capitaine Marvin Chancey Ross décrit le soulagement, l’émotion, l’émerveillement de Hans Haug, découvrant dans ce demi-jour hivernal d’une pièce du Haut-Koenigsbourg, la Crucifixion du retable d’Issenheim dont il ne parvient pas à détacher les yeux. Tout près de là, contre un mur, la Vierge au buisson de roses. Et pourtant, souligne Ross, Haug a écrit un livre sur la Vierge au Buisson de roses. L’officier et conservateur américain avait associé son confrère français à la recherche des dépôts d’objets d’art des musées alsaciens. Depuis 1918, conservateur des musées que Strasbourg s’est fait un devoir et un honneur de développer après 1871, Haug a donné à sa mission un sens particulier qu’il exprime éloquemment dans son L’Art en Alsace : « A toutes ses grandes époques, l’Alsace a fait preuve d’un génie créateur : introduisant sa propre poésie, son propre humour, sa propre introspection dans l’esprit et la matière des choses […] elle voit périodiquement naître sur son sol des œuvres qu’on ne saurait voir ailleurs ». Et il ajoute, parlant de lui, « il a tenté de donner [dans les collections publiques] une image vivante de ce que fut l’Alsace artistique à travers les siècles ». Au mois d’août 1939, Haug avait présenté, dans la Revue du Touring Club de France, un article bilan de son œuvre pour les musées de Strasbourg. Mais dès décembre 1939, la Revue du Touring Club annonçait : « les trésors de l’art français sont à l’abri ». Les trésors de l’Alsace – vitraux de la cathédrale, tableaux et sculptures des musées de Strasbourg et de Colmar, manuscrits et incunables des bibliothèques – avaient été regroupés au château de Hautefort. Ils seront récupérés par les Allemands en octobre 1940, puis en décembre 1942, pour être ramenés en Alsace où ils restent en caisses, pour être à nouveau enlevés et emportés on ne savait où.

De retour en Alsace, Haug participe avec les officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine qui libère l’Alsace, à la recherche des trésors des musées alsaciens enlevés par les Allemands. C’est le rôle de ces officiers dans le sauvetage des trésors des musées alsaciens que se propose de décrire cet article.

Haut de page

Texte intégral

Trésors de l’art d’Alsace, honneurs de l’Alsace !

Les honneurs, se dit, en certaines grandes cérémonies, telles que le sacre des rois, etc. des pièces principales qui servent à la cérémonie ; comme le sceptre, etc. “Ah ! que l’on porte ailleurs les honneurs qu’on m’envoie” ; Racine, Phèdre, III, 1. “Henri IV [au baptême de Louis XIII] nomma le maréchal de Bouillon, quoique huguenot, pour porter les honneurs”, Saint-Simon, 167, 238.

  • 1 . Larry Rue (correspondant de guerre), « Famous painting found in castle by US officer, masterpiece (...)

1Émerveillement, émotion, soulagement, voilà les sentiments qu’éprouvent Hans Haug et le capitaine Ross, officier Monuments, Fine Arts and Archives, découvrant dans le demi-jour hivernal d’une pièce du Haut-Koenigsbourg, la Crucifixion du retable d’Issenheim. Haug ne parvient pas à en détacher les yeux, souligne Ross, « et tout près de là, contre un mur, la Vierge au buisson de roses1 ».

Martin Schongauer, La Vierge au buisson de roses, 1473

Martin Schongauer, La Vierge au buisson de roses, 1473

Retable sur bois, 200x114,5 cm, actuellement exposé dans l’église des Dominicains de Colmar

Wikimedia Commons.

  • 2 . Hans Haug, L’Art en Alsace, Paris 1962. Introduction, p. 9-10.

2L’officier américain, conservateur de musées dans le civil, avait associé son confrère français à la recherche des dépôts d’objets d’art des musées alsaciens. Conservateur des musées de Strasbourg depuis 1918, Haug a donné à sa mission un sens particulier qu’il exprime éloquemment dans son « Art en Alsace » : « à toutes ses grandes époques, l’Alsace a fait preuve d’un génie créateur : introduisant sa propre poésie, son propre humour, sa propre introspection dans l’esprit et la matière des choses […] Elle voit périodiquement naître sur son sol des œuvres qu’on ne saurait voir ailleurs ». Évoquant son propre rôle, il ajoute : « [Il] a tenté de donner [dans les collections publiques] une image vivante de ce que fut l’Alsace artistique à travers les siècles2 ». Au mois d’août 1939, Haug avait présenté, dans la Revue du Touring Club de France, un article bilan de son œuvre pour les musées de Strasbourg. Mais dès décembre 1939, la Revue du Touring Club annonçait : « les trésors de l’art français sont à l’abri ». Les trésors de l’Alsace – vitraux de la cathédrale, tableaux et sculptures des musées de Strasbourg et de Colmar, manuscrits et incunables des bibliothèques avaient été regroupés au château de Hautefort. Ils seront récupérés par les Allemands en octobre 1940, puis en décembre 1942, pour être ramenés en Alsace où ils restent en caisses.

3Nommé conservateur du musée de la céramique de Sèvres, chargé du dépôt des Musées nationaux à Cheverny, Haug participe avec les officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine à la recherche des trésors des musées dans les dépôts de repli où les avaient placés les autorités allemandes. C’est le rôle de ce service de l’armée américaine dans le sauvetage des trésors des musées alsaciens que nous nous proposons de décrire.

Le service Monuments, Fine Arts, and Archives

  • 3 . Dont le « groupe de Harvard » autour du professeur Sachs.
  • 4 . National Archives and Records Administration, Washington (NARA), M. 1944. Records of the American (...)
  • 5 . Report of the American War Commission on the protection and salvage of Artistic and Historic monu (...)

4En 1943, historiens de l’art des universités3, conservateurs de musée américains, galeristes et collectionneurs privés américains et réfugiés, membres des sociétés savantes créent la Commission pour la protection et la sauvegarde des monuments historiques et artistiques dans les zones de guerre, présidée par le juge à la Cour suprême, Roberts4. Elle est chargée d’assister le ministère de la Guerre américain (War Department) et sa division des Affaires civiles, pour la protection du patrimoine des théâtres d’opération libérés par les armées alliées5. Elle se fixe également pour mission la recherche et la récupération du patrimoine volé dans l’énorme entreprise de pillage des objets d’art des pays occupés, direct ou indirect par l’effet d’un mark surévalué et d’un marché réservé aux musées et aux marchands allemands et à leurs complices. La déclaration interalliée – Joint Déclaration – de janvier 1943, établit le principe de nullité de tous transferts d’objets d’art opérés dans les territoires occupés par l’ennemi ou sous son contrôle. La commission Roberts a obtenu des ministères de la Guerre anglais et américain, la création d’un service d’officiers chargés de la protection du patrimoine, auxquels elle propose de faire appel à partir de son fichier complet d’experts (anciens étudiants, conservateurs, archivistes, historiens de l’art, architectes alors sous les drapeaux) – près de 700. Sous le nom de Monuments, Fine Arts and Archives (MFAA) ce service est placé dans les Divisions Civil Affairs des armées. Dotés d’automobiles, de laisser-passer, les officiers doivent pouvoir procéder aux interventions, contrôles, inspections, auprès des unités engagées sur les théâtres d’opérations et prendre toutes mesures de protection ou de sauvegarde et de prévention du vol et du pillage et établir des rapports complets adressés au commandement et à la Commission Roberts.

L’expérience des premiers mois de la libération

  • 6 . Geoffrey Webb, professeur d’histoire de l’architecture médiévale de l’université de Cambridge (G. (...)
  • 7 . NARA. Commission Justice. Dossier Ross. Né en 1904, Ross fait ses études à Harvard (1927-1930) av (...)

5Lorsque le 13 novembre, les divisions du 6e Groupe d’Armées américain passent à l’offensive qui doit libérer l’Alsace, les MFAA bénéficient de l’expérience acquise depuis les débarquements du 6 juin et du 15 août 1944. Leurs officiers, pour la plupart familiers de la France et de ses régions dans l’avant-guerre, se sont tout de suite mis en rapport avec les architectes français des monuments historiques, les conservateurs, bibliothécaires et directeurs d’archives à qui ils fournissent laisser-passer et véhicules et souvent le premier matériel de sauvegarde. La rapidité des opérations de la campagne de mouvement depuis la fin juillet 1944 a évité à nombre de villes les ravages des combats. Une seconde phase débute avec la libération de Paris et l’installation du commandement des armées alliées (Supreme Headquarters of the Allied Expeditionary Forces) à Versailles le 16 septembre 1944. Les chefs de la Division MFAA du SHAEF (le colonel Webb6 et son adjoint le capitaine Ross7) ont établi leurs liaisons avec le gouvernement provisoire, ses ministères, la direction des musées nationaux et les conservateurs des dépôts de repli des grands musées français.

La libération de l’Alsace

  • 8 . NARA Roberts Commission. MFAA Field Report. Traduction en anglais du rapport Herzog au ministre d (...)
  • 9 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, Munich 2012. (...)
  • 10 . Ibid.

6Comme pour toutes les régions de France, le dossier « Alsace » établi par la Commission Roberts MFAA comprend la liste des monuments historiques classés avec une carte. Mais le capitaine Ross a consulté dans les semaines qui ont précédé l’offensive du 13 novembre en Lorraine et en Alsace, les anciens responsables des musées et archives d’Alsace, en particulier le directeur replié des musées de Strasbourg, Hans Haug, et l’archiviste départemental du Haut-Rhin, Émile Herzog8. Les renseignements dont dispose Haug sont ceux qui figurent dans son « rapport du 15 septembre sur la situation des musées de Strasbourg à la veille de la libération de cette ville » au directeur des Musées nationaux9. À cette date, Haug ne sait pas ce que sont devenues les collections strasbourgeoises ramenées de Hautefort en septembre 1941. Mais il n’exclut pas « qu’au cours des dernières semaines, on ait procédé à de nouvelles évacuations vers l’Allemagne ». Il souligne dans ce rapport le grand nombre, dans les dépôts des musées, des œuvres d’art « provenant du séquestre d’Alsaciens expulsés à des titres divers ». Il insiste sur l’importance des acquisitions faites pendant la guerre par le directeur allemand des Musées de Strasbourg, Kurt Martin, en partie sur crédits municipaux et en partie sur crédits du Gau, « souvent en prenant ses conseils ». Pour lui « ces acquisitions sont à considérer naturellement, comme propriété des musées de Strasbourg10 ». Ross dispose aussi de la copie d’un rapport de Herzog, faisant alors fonction d’archiviste-en-chef des Archives départementales du Gers, à Auch, daté du 27 septembre 1944, au ministre de l’Éducation nationale, René Capitant, et transmis par ce dernier au SHAEF. Herzog y a fait l’historique de l’évacuation des archives du Haut-Rhin, transférées pour partie dans les dépôts de repli de Kaysersberg et Hachimette en 1939, puis ultérieurement à Kientzheim par les Allemands, et pour une autre partie à Auch sous sa garde. Ce dépôt a été récupéré par les Allemands (les docteurs Kraft et Stenzel) et transféré à Strasbourg.

Strasbourg et le centre de l’Alsace libérés

7Au début de décembre, l’armée américaine a libéré le centre et le sud du Bas-Rhin.

8Le XVe CA d’armée US (avec sa 2e DB française), venu de Lunéville a libéré Strasbourg le jeudi 23 novembre 1944 dans l’après-midi et les combats, appuyés par les tirs d’artillerie de Kehl s’y poursuivent sporadiquement dans les jours suivants.

9Au sud, du 19 au 26 novembre, la 3e DI-US a libéré la vallée de la Bruche, et le 28 novembre, relève à Strasbourg la 2e DB qui se porte sur Erstein. La 103e DI-US a libéré Saint-Dié le 22 novembre et se porte par Steige, sur Villé et le Hohwald, puis sur Barr et Andlau, libérées le 29 novembre puis elle poursuit son mouvement sur Epfig et Sélestat. La 36e division passe par le Val de Villé et les petites routes autour du Col de Sainte-Marie-aux-Mines, libère Sainte-Marie le 25 novembre au soir et Lièpvre le 28 novembre. Elle se porte sur les crêtes vers Thannenkirch et entre dans le château du Haut-Koenigsbourg le même soir à 19 h 30. Elle y installe un observatoire d’artillerie. Le 30, elle entre dans Châtenois, et en liaison avec la 103e, lance le 1er décembre, son attaque sur Sélestat, libre le 4 décembre. L’offensive se poursuit aussi vers le sud, depuis les routes du piémont, dès le 3 décembre elle a libéré Ribeauvillé.

L’installation des administrations à Strasbourg

10à Strasbourg, la municipalité provisoire est installée le 24 novembre, l’administration militaire américaine le 25 novembre, l’administration civile française, avec l’équipe spéciale d’Alsace et de Lorraine, le 27 novembre. Annexée de fait à l’Allemagne, Strasbourg est la première grande capitale et ville libérée qui a été encadrée par le parti et l’administration nazie. Pour les armées américaines, qui préparent activement la mise en place du gouvernement militaire en Allemagne et la dénazification, ses archives s’avèrent extrêmement précieuses, pour l’analyse des institutions et le fichage des nazis. Une équipe spéciale fait une première descente dans les sièges des administrations civiles et militaires allemandes. Une autre équipe ultrasecrète inspecte les laboratoires atomiques des professeurs Weizsäcker, Fleischmann et von Haagen pour se rendre compte du degré d’avancement de la recherche nucléaire allemande.

Les archives du Reichsstatthalter de Strasbourg

  • 11 . NARA Archives du SHAEF. RG 331 Entry 54 Box 168. Colonel Parkmann, Civil Affairs Groupe d’Armées (...)
  • 12 . Mesures de protection antiaériennes, protection du patrimoine, bibliothèques et objets d’art. NAR (...)
  • 13 . Fondé sur les sources strasbourgeoises et colmariennes : élodie Thouvenin, « Kurt Martin et les m (...)
  • 14 . Au retour des caisses de Hautefort, en décembre 1941, un débat a opposé les autorités allemandes (...)

11Les archives de la Gauleitung au Gauhaus (immeuble de l’ESCA) ont d’abord été gardées par la 2e DB et sa Sécurité militaire. À partir du 28 novembre, c’est la 3e DI-US, qui en est chargée jusqu’au milieu de décembre. Une nouvelle T-Force ou Documents Team entreprend le 2 décembre, la saisie, la sauvegarde et l’analyse de ces archives. Elle en saisit un certain nombre et les expédie sur Paris et Versailles pour exploitation par le SHAEF et l’OSS11. Le 4 décembre, cette T-Force a expédié au colonel Webb au SHAEF, à Versailles, des dossiers provenant des archives du Reichstatthalter intitulés : « Luftschutz… Schutz von Kulturguetern, Bibliotheken, Kunstwerken…12 ». Le capitaine Ross procède à leur analyse dès réception, le 5 décembre. « Les dossiers étaient à jour du 8 novembre 1944 et arrêtaient les dispositions prises par les Allemands pour l’évacuation des objets d’art d’Alsace vers l’Allemagne, écrit-il dans son rapport sur Strasbourg. Il était prévu de procéder à dix chargements de 10 à 15 tonnes à transporter vers Heilbronn dans le Wurtemberg ». Il comprend la liste des dépôts d’où doivent partir ces chargements – ce sont autant de châteaux des environs de Strasbourg : Walbourg, Dachstein, Kolbsheim, Osthouse, Niederbronn, Stotzheim, Reinach-Werth à Niedernai13 – et le château du Haut-Koenigsbourg où sont déposés les collections du Musée d’Unterlinden de Colmar. « On ne sait si ces dispositions ont été appliquées en totalité ou en partie », conclut Ross14.

Le MFAA à Strasbourg

  • 15 . NARA. Roberts Commission. AMG 334. Ross en tirera plusieurs notes, sur les procédures du Kunstsch (...)
  • 16 . L’exploitation des archives, à Versailles, à Vittel et à Strasbourg se poursuit jusqu’à la fin de (...)
  • 17 . Bernadette Schnitzler, « Les années de guerre », rapport adressé à A. Henraux, président de la Co (...)
  • 18 . Czarnowsky est maintenu à Strasbourg en 1940 pour assurer la protection des monuments historiques (...)

12La 7e armée US a envoyé son officier MFAA en stage de préparation de l’occupation de l’Allemagne ; le capitaine Ross décide donc d’aller lui-même à Strasbourg. Il y arrive le 10 décembre. Après être passé dans les archives du Gauhaus15, avec les officiers chargés de la préparation du gouvernement militaire en Bade16, il entreprend sa mission d’inspection de l’état des monuments historiques de Strasbourg. Il revoit Hans Haug, nommé le 23 novembre, en sa qualité de directeur des musées de Strasbourg, membre de la Commission de récupération des œuvres d’art, spoliés et sortis du territoire par les Allemands durant l’Occupation (Commission Henraux), venu de Paris avec un laisser-passer américain et arrivé à Strasbourg, le 6 décembre17. Haug a rencontré l’ancien architecte des monuments historiques, Czarnowsky18, et les personnels alsaciens des musées, restés sur place. C’est avec eux que Ross parcourt Strasbourg et ses monuments.

Les camions de la 7eArmée US dans le col des Bagenelles en janvier 1945

Les camions de la 7eArmée US dans le col des Bagenelles en janvier 1945

Photo US. Collection Lise Pommois, Des Vosges à Colmar, le Val d’Orbey dans la Tourmente, Strasbourg, 1993.

Strasbourg, état des lieux

  • 19 . NARA. RG 331 Gen Staff G-5 Box 19. Rapport de Marvin C. Ross, transmis par Webb à SHAEF Informati (...)
  • 20 . NARA. Roberts Commission. AMG 81. Report on visit to Strasbourg 10-17 Dec. le 4/1/1945. Ce rappor (...)
  • 21 . Christian Lamboley, 40-45 Strasbourg bombardé, Strasbourg 1988. En dernier lieu, Richard Seiler, (...)

13Son premier rapport, communiqué par le service MFAA au service de presse du SHAEF le 29 décembre avait mentionné la destruction de Saint-étienne, de la synagogue, et insisté sur les lourds dommages infligés au palais des Rohan, « qu’il faudra des années à restaurer19 ». Son grand rapport du 4 janvier 194520 contient une description complète de l’état des lieux de la ville, après les bombardements des 11 août et 23 septembre 194421 et repose évidemment sur la collaboration de Haug et de Czarnovsky.

  • 22 . AMG 117. SHAEF Public relations division, communiqué du 14 mars 1945 titré France’s great cultura (...)
  • 23 . La synagogue du quai Kléber est incendiée dès septembre 1940, dynamitée l’année suivante.

14Ross a traité d’abord des monuments religieux : « à la cathédrale, une bombe a détruit le dôme de Klotz à la croisée du transept. Une des baies du bas-côté nord a été touchée. Les portails ouest et le pilier des Anges, bien protégés n’ont pas souffert, de même que le grand orgue. Les vitraux de remplacement en vitrex ont été soufflés. La rumeur selon laquelle les bombes auraient porté atteinte aux fondations de la tour est fausse. […] Ce grand monument médiéval n’est donc pas sérieusement endommagé22 ». Ross signale l’état de l’église Saint-étienne, où seuls l’abside et des murs de la nef sont encore debout. De Saint-Jean également ne restent que les murs et un pignon. Les autres églises, Saint-Thomas, Saint-Martin, Saint-Pierre-le-Jeune protestant sont intactes ou à peu près. Les dommages de Saint-Pierre-le-Vieux – vitres et tuiles – sont déjà réparées. Les Allemands avaient brûlé la synagogue, puis dynamité ses ruines23.

Stars & Stripes, 6 décembre 1944

Stars & Stripes, 6 décembre 1944

Le quotidien de l’armée américaine est imprimé à Strasbourg depuis le 5 décembre 1944. Le 6 décembre, il titre sur la libération de Sélestat et de Ribeauvillé ainsi que de Mutzig par la 7e Armée US et de Sarrelautern (Sarrelouis) par la 3e Armée US.

15Ross consacre une page entière au palais des Rohan, qui a subi 11 bombes les 11 août et 25 septembre 1944. « Le monument a été très sérieusement endommagé, mais non pas démoli, et l’on pourra en sauver plus qu’il ne semblait à première vue […] Les deux ailes, dont celle comprenant une bibliothèque et une collection de porcelaines de Strasbourg, qui relient le pavillon d’entrée au corps de logis principal sont détruites. La façade donnant sur la cour est éventrée. Celle qui donne sur la rivière est intacte. »

  • 24 . Guillemets dans le texte : ces œuvres proviennent des saisies et séquestres.

16L’intérieur a été inspecté en compagnie de Hans Haug. « Les pilastres de la chapelle sont atteints et ne pourront probablement pas être réparés. Bibliothèque : des infiltrations dans les plafonds. Le mobilier avait été évacué. La salle du Roi est intacte. Par contre, le plafond de la chambre du Roi a été démoli. On avait stocké dans ces trois pièces, des œuvres d’art « réquisitionnées »24 […] Salle des évêques : intacte. Salle du synode : atteinte par une bombe. Salle a manger : très sérieusement endommagée. Salle du matin : le plafond a pratiquement disparu. Le premier étage, qui accueillait le musée, achevé en 1939, a été démoli. Hans Haug estime qu’il faudra 10 ans pour restaurer le château. Après le bombardement du 11 août, un toit provisoire avait été installé. Mais rien n’avait été fait après celui du 25 septembre sur la brèche béante du vestibule d’entrée ». Ross obtient des Civil Affairs de Strasbourg et de l’Intendance américaine l’affectation de bois de charpente, clous et papier goudronné à livrer à Strasbourg et à Czarnovsky.

17Un des bâtiments du Musée de l’œuvre Notre-Dame, non encore incorporé au Musée proprement dit – d’après Haug –, a été détruit. Les œuvres d’art avaient été évacuées.

  • 25 . Le signalement des maisons anciennes remarquables de Strasbourg établi par le service Denkmalpfle (...)

18La Chambre de Commerce n’a que peu de dommages. Le Kaufhaus (Ancienne Douane) par contre est complètement détruit. Les statues du Meiselocker et de Gutenberg sont intactes. De même que les Ponts-Couverts. Les hôtels de la place Broglie et le Théâtre sont intacts. Mais ce n’est pas le cas de l’autre côté de l’eau [canal des Faux-Remparts], où sont atteints la Grande Poste (néogothique fin XIXe), le Conservatoire, le Palais impérial et le ministère des Finances ; mais Ross dit n’avoir pas visité ce quartier. Il a parcouru la vieille ville et donne une liste des maisons à colombage remarquables25 dont beaucoup sont intactes.

19Enfin le rapport renseigne sur le sort réservé aux archives historiques, qui relèvent à nouveau des autorités françaises, mais n’ont pas d’archiviste responsable sur place. Une bonne partie des archives de Strasbourg ainsi que celles de Colmar – comme l’avait signalé Herzog – a été mise à l’abri dans le Fort Roon/Desaix. Ross les visite en compagnie de Czarnowsky. Le fort est occupé par un peloton américain. À leur arrivée, ce dernier avait trouvé une porte forcée – par des voisins, dira un témoin –, mais seuls quelques registres paroissiaux ont été déchirés. Il est vrai que la porte était protégée par une affiche portant entre autres « Dieser Raum enthält National Wertvolles Kunst und Kulturgut das unter dem besonderen Schutz der deutschen Wehrmacht steht » – protection désormais très peu dissuasive, bien au contraire… On la remplace par une affiche en français et en anglais. Dans 40 autres pièces, les archives sont restées intactes. Un autre dépôt d’archives (incunables, livres du XVIe siècle, etc.) se trouvait au château d’Odratzheim, bien conservé, dans 13 chambres. Les archives de l’évêché sont à Molsheim, où Ross ne se rend pas.

Les dépôts de repli

  • 26 . NARA. Roberts Commission. Ross à Officiers MFAA, informations recueillies dans les archives du Ga (...)
  • 27 . NARA. Roberts Commission. AMG 81. Report on visit to Strasbourg 10-17 Dec. le 4/1/1945 et RG 331 (...)

20Reste à faire le point sur les dépôts de repli des musées. Les personnels alsaciens restés sur place ne sont guère informés. Les derniers rapports trouvés dans les archives du Gau, qui datent du 6 novembre, font état des préparatifs allemands d’évacuation vers l’Allemagne26. De Strasbourg, surprise par le raid de Leclerc, deux chargements et 75 caisses de vitraux ont effectivement été enlevés, en dernier lieu le 22 novembre, la veille de la libération de la ville27. Pourquoi les vitraux ? se demandera le colonel Webb. Probablement parce que ces caisses étaient les plus pratiques à charger, conclura-t-il, persuadé que l’essentiel est parti en Allemagne, ce qui avait été le cas de la crucifixion d’Issenheim, pendant la dernière guerre.

  • 28 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit. Pho (...)
  • 29 . Quid pro quo ? La question de la restitution des œuvres d’art « appartenant à des collectivités o (...)

21Les renseignements que donne Haug au président de la Commission de récupération, Albert Henraux, le 8 décembre28, ne portent que sur « la situation des biens privés de nature artistique, séquestrés par les Allemands en Alsace, suffisamment importants pour être recueillis dans les musées de Strasbourg » : ils seraient en sûreté dans les dépôts de repli, à ceci près qu’on n’en a plus les listes, transportés dans des dépôts d’outre Rhin29.

Châteaux des environs de Strasbourg : dépôts strasbourgeois

22Les 12 et 13 décembre, Ross et Haug, accompagnés d’un des adjoints de Martin, Hasselbarth, assistant au Musée de l’Œuvre Notre-Dame, font la tournée des dépôts de repli dans des villages où il y a quinze jours encore, Américains et Allemands se livraient bataille. Dans les environs de Strasbourg, au château des Mewes à Scharrachbergheim, le dépôt principal du musée de Strasbourg (Beaux-Arts), les peintures et sculptures (Nicolas de Leyde) et leurs caisses étaient déjà prêtes pour le transport en Allemagne. à Dachstein, chez les Turckheim, énormément de meubles anciens des saisies et séquestres, tout comme chez Lescot, mais l’inspection n’est pas en mesure de déterminer la provenance des objets.

  • 30 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit., p. (...)

23Chez les Grunelius à Kolbsheim, Mme de Grunelius30 se plaint qu’elle n’ait pas d’inventaire des dépôts effectués chez elle ; le déposant, Schnellenbach, adjoint du Dr Martin, lui avait dit : « il est à Strasbourg, et les Français finiront bien par le trouver ». « On pourra alors rendre ces objets à leurs légitimes propriétaires », souligne Ross !

Le Haut-Koenigsbourg ; dépôts colmariens et sélestadiens

Les villages sur la route

24Le 14 décembre, Ross et Haug se rendent au Haut-Koenigsbourg, encore occupé par la 36e DI-US. Ross a décrit son itinéraire : Niedernai, Gertwiller, Scherwiller, Kintzheim, Orschwiller. Certains villages ou villes ont été le théâtre de combats : Stotzheim (clocher endommagé), Epfig (Sainte-Marguerite, intacte). À Saint-Hippolyte, une chapelle à l’entrée de la localité a été démolie, et le clocher un peu endommagé. Il décrira également son retour : Sélestat, qui venait d’être reprise et où l’église gothique ne semble pas avoir beaucoup souffert. Ebersmunster : l’église baroque paraissait intacte, mais il y avait encore des tirs d’artillerie aussi n’a-t-elle pas été visitée. Kogenheim, Matzenheim, avec leurs maisons à colombage sont intacts ainsi qu’à Osthouse, le village et le château.

Les plus importantes œuvres de l’art et de la culture alsaciennes

  • 31 . Ross nous en donne une traduction en anglais.

25Le dépôt de repli du Haut-Koenigsbourg, « a été incontestablement le dépôt le plus important que nous ayons visité, avec M. Haug, le 14 décembre », écrit Ross, dont nous citons le rapport (traduit). « La veille, le 13, une contre-attaque allemande avait tenté de reprendre le château et avait été repoussée ; les corps d’une patrouille allemande gisaient encore à 500 m de là. Le château avait été confié à la garde de son concierge de l’époque de Guillaume II. Le docteur Martin lui avait laissé un certificat lui signalant l’importance de ce dépôt comprenant « les plus importantes œuvres de l’art et de la culture alsaciens » et lui demandant de prévenir la direction du Louvre dès que possible31. » « Il avait probablement fait son effet, pense Ross, car 2 000 soldats américains avaient passé par le château » et n’avaient pas touché – ou très peu – aux dépôts. « Apparemment le concierge avait refusé d’ouvrir certaines portes, fort bêtement car les soldats les ont enfoncées à la recherche de soldats allemands. Les soldats avaient campé dans les appartements de Guillaume II et avaient laissé les lieux dans un état honteux. Là, ils avaient pris trois bannières modernes (des imitations). Mais tout cela n’a pas été considéré comme grave par Haug qui a fait remarquer que l’on pouvait nettoyer les pièces et faire de nouvelles bannières pour les remplacer ».

26Et ils poursuivent leur visite. « Premier niveau au nord : les caisses d’objets préhistoriques provenant du musée de Colmar et autres objets de ce musée placés là par le maire. Un gardien y dormait et les soldats n’ont rien touché.

27Dans la cave du château, caisse de manuscrits et d’incunables ramenés de Hautefort. Plus loin dans la cave étaient stockés les volets du retable de Grünewald et les sculptures de Nicolas de Haguenau. Les peintures étaient très bien disposées dans la pièce l’une sur l’autre, renforcées par des attelles de bois ; l’endroit était sec et bien aéré. Dans la même pièce, posée contre un mur, la Vierge au buisson de roses de Saint-Martin [de Colmar]. Le gardien avait dormi dans cette pièce et aucun dommage ne leur avait été infligé.

  • 32 . Voir aussi AMC, 2 R 1 bte 19. Musée des Unterlinden - Repliement et mise en sûreté des objets et (...)

28Premier étage au sud : une série de pièces remplies de peinture médiévale et Renaissance, posée contre les murs… Là était le reste des collections du musée de Colmar, étalage admirable, mais évidemment rien en comparaison du retable. La porte avait été enfoncée par les soldats mais le seul dommage intervenu a été l’ouverture d’une caisse qui n’avait été que partiellement vidée. On n’en avait pas de liste mais seulement celle des pièces restantes… Mais comme elle n’avait pas été complètement déballée on pense qu’il ne devrait pas y manquer grand-chose. Dans l’hôtellerie une large pièce remplie des objets d’art du musée de Colmar et de Strasbourg : les peintures chinoises du musée de Strasbourg, les tapisseries de la cathédrale et du château de Rohan32. Cette pièce n’aurait pas dû être affectée au dépôt car elle était en bois. Elle était encore occupée par un caporal US et quatre hommes d’un groupe d’observation.

29Les étages supérieurs [du château] avaient été occupés par des troupes américaines et françaises. Ils avaient déroulé une tapisserie pour s’en servir comme tapis et une autre tapisserie pour masquer les lumières de la pièce. Toutes les tapisseries ont été roulées et placées dans une autre pièce à l’abri de l’incendie. On ne pouvait guère déménager ces militaires dans une autre pièce, car cela aurait été encore plus dangereux. »

30À son retour à Strasbourg, Ross a demandé tout de suite au commandement du 6e Groupe d’armées à faire évacuer le château et le faire mettre off limits. De son côté, Hans Haug s’adresse au général de Lattre de Tassigny

Dernières visites

31Haug visite encore les dépôts de Dachstein, Scharrachbergheim, Traenheim, le 17 décembre. Et le 19 décembre, en compagnie de Ross, Walbourg, où ont été déposées les archives de l’œuvre Notre-Dame. Ross intègre le rapport de Haug à Jaujard, directeur des Musées nationaux du 20 décembre 1944, à son propre rapport du 4 janvier, sans même prendre la peine de le traduire en anglais.

  • 33 . NARA, Roberts Commission AMG 81. Ross à Officiers MFAA - Information from Documents recovered at (...)

32Il fait une circulaire d’information aux autres officiers MFAA le 10 janvier, avec la liste des dépôts de repli d’Allemagne dont Heilbronn33.

Conclusions : Famous painting found in castle by US officer

Grünewald and The Madonna of the Rose Garden

33Le SHAEF attend le 29 décembre 1944 pour communiquer la découverte à la presse.

  • 34 . Martin Schongauer et Hans Burgkmair : étude sur une Vierge inconnue, Strasbourg, Istra, 1938.

34« Famous painting found in castle by US officer, masterpiece intact, in good condition », titre le Chicago Daily Tribune. Et son correspondant de guerre, Larry Rue, de citer le capitaine Ross – (de Baltimore, Maryland !) – qui fait le récit des découvertes du Grünewald au Haut-Koenigsbourg : « Nous ne savions pas que nous allions l’y trouver. Au cours de la première guerre, l’œuvre avait été emmenée à Berlin, et plus tard rendue à la France. Le directeur des musées de Strasbourg était si ému de la voir là, intacte, qu’il n’a pas vu à coté, un autre chef-d’œuvre, la Vierge au buisson de roses par Schoengauer. Et pourtant, il avait écrit un livre sur elle34 ».

  • 35 . Journal de Genève, 31 décembre 1944.

35L’article date du 30 décembre 35.

36Ce jour-là, les Américains commencent à retirer leurs troupes de Strasbourg, avant de se raviser le 5 janvier.

Le caractère des anciens villages alsaciens

37Ross est retourné à Versailles le 20 décembre. Il complète son grand rapport du 4 janvier en indiquant l’état des villages qu’il avait traversés sur ses trajets, outre ceux de son inspection au Haut-Koenigsbourg : Ittenheim, Furdenheim, Marlenheim, Kirchheim, Odratzheim, Soultz-les-Bains, Wolxheim, Ergersheim, Dachstein, Ernolsheim, Kolbsheim, Breuschwickersheim, Niederschaeffolsheim. En Lorraine, Blamont a été le siège d’importants combats, et des bâtiments publics et vieilles maisons sérieusement endommagés. Conclusion de l’officier Monuments, Fine Arts and Archives : « Ces notations prises au vol, sont cependant suffisantes pour assurer que le caractère des anciens villages alsaciens a peu souffert ».

Retour à Baltimore

  • 36 . NARA. Roberts Commission. Dossier Marvin C. Ross. Les sources ne permettent pas de déterminer les (...)

38Le capitaine Ross a été rappelé auprès du commandement des Marines en mars 1945 et transféré à New York, pourvu des témoignages les plus élogieux du colonel Webb. Il est démobilisé en septembre 1945. Il se plaint alors auprès de la Commission Roberts du flux ininterrompu d’articles du chef des MFAA anglais, l’archéologue et agent secret anglais, Sir Leonard Woolley – aux capacités rédactionnelles déjà légendaires – dans les périodiques anglais d’art. Il exploiterait les rapports des officiers MFAA américains dont les mérites ne semblaient pas suffisamment reconnus. Ross estime de son devoir d’y remédier36.

  • 37 . Le College Art Journal de novembre 1945 débute par l’article « Troyes » et relate l’inspection qu (...)

39Le périodique professionnel d’histoire de l’art américain, le College Art Journal, proche du groupe de Harvard, consacre donc en 1945 et 1946 plusieurs articles à l’activité des officiers MFAA américains37.

  • 38 . James Rorimer (1905-1966), élève du Professeur Sachs à Harvard, tout comme Ross, entre au Metropo (...)
  • 39 . NARA. RG 331 Gen Staff G-5 Box 19. Lieutenant Dupont (gouvernement militaire français de Bade) et (...)

40C’est le lieutenant Rorimer38, jusqu’alors MFAA dans la zone de communications de l’armée américaine en France (soit la France de l’Ouest et la région parisienne, avec ses nombreux châteaux !) qui est nommé en avril 1945, officier MFAA auprès de la 7e armée américaine. C’est lui qui récupère le 7 juin 1945 les œuvres d’art d’Alsace stockées dans les mines de sel de Heilbronn, dont l’accès avait été jusque là interdit aux officiers Monuments et Beaux-Arts français, les lieutenants Dupont et Jardot39. Il est vrai qu’au début d’avril 1945, le colonel Webb lui-même s’était vu refuser l’accès aux dépôts d’art des mines de sel de Merker, situées dans la future zone soviétique, que seuls les officiers MFAA américains avaient pu inventorier, avant leur transfert à la Reichsbank de Francfort, avec les réserves d’or de la Reichsbank de Berlin.

  • 40 . Tessa Friederike Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit. Comp (...)
  • 41 . Martin a fait l’objet d’enquêtes des services MFAA américains ainsi que du service spécial OSS de (...)

41Voilà qui ouvre le chapitre des conflits et transactions embrouillées entre Alliés, gouvernements militaires, administrations des Beaux-Arts et musées40. Y compris celles qui concerneront Haug et son Musée de Strasbourg et Kurt Martin, de retour à Karlsruhe et couvé par les MFAA français et américains41.

Haut de page

Notes

1 . Larry Rue (correspondant de guerre), « Famous painting found in castle by US officer, masterpiece intact, in good condition », Chicago Daily Tribune, 30 décembre 1944.

2 . Hans Haug, L’Art en Alsace, Paris 1962. Introduction, p. 9-10.

3 . Dont le « groupe de Harvard » autour du professeur Sachs.

4 . National Archives and Records Administration, Washington (NARA), M. 1944. Records of the American commission for the protection and salvage of artistic and historic monuments in war areas (the Roberts Commission), 1943-1946. Abrégé NARA. Roberts Commission.

5 . Report of the American War Commission on the protection and salvage of Artistic and Historic monuments in war areas, Washington, 1946.

6 . Geoffrey Webb, professeur d’histoire de l’architecture médiévale de l’université de Cambridge (G.-B.) https://www.monumentsmenfoundation.org/the-heroes/the-monuments-men.

7 . NARA. Commission Justice. Dossier Ross. Né en 1904, Ross fait ses études à Harvard (1927-1930) avec un semestre à Berlin (1927), docteur de l’Université de New York (1934), conservateur du Walters Art Museum de Baltimore à partir de 1934. Séjours d’études ou voyages tous les ans de 1934 à 1938 : Espagne, Portugal, France, Angleterre, Irlande, Allemagne, Autriche, Belgique, Turquie, Italie. En 1939, se spécialisant en art byzantin, Ross voyage en Angleterre, Turquie, Scandinavie, Russie. Voir aussi https://www.monumentsmenfoundation.org/the-heroes/the-monuments-men. Ross a déjà combattu 18 mois dans le Pacifique.

8 . NARA Roberts Commission. MFAA Field Report. Traduction en anglais du rapport Herzog au ministre de l’éducation nationale, 27 septembre 1944.

9 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, Munich 2012. Publie une photocopie du rapport Haug du 15 septembre 1944, p. 368-370.

10 . Ibid.

11 . NARA Archives du SHAEF. RG 331 Entry 54 Box 168. Colonel Parkmann, Civil Affairs Groupe d’Armées à SHAEF. Report on Strasbourg, 1/12/1944.

12 . Mesures de protection antiaériennes, protection du patrimoine, bibliothèques et objets d’art. NARA. Roberts Commission, 1943-1946. AMG 81. Captain Marvin C. Ross visit to Strasbourg, 10-17 décembre 1944.

13 . Fondé sur les sources strasbourgeoises et colmariennes : élodie Thouvenin, « Kurt Martin et les musées alsaciens pendant l’Occupation (1940-44) », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (CAAAH), No 44, 2002. Sur le transfert au Haut-Koenigsbourg des fonds de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, également revenus de Hautefort, Hubert Meyer, « Les pérégrinations et les locaux de conservation de la Bibliothèque humaniste du XVe siècle à nos jours ». Annuaire de la Société des Amis de la Bibliothèque de Sélestat, 2019, p. 18. Dernièrement, Bernadette Schnitzler, Patrimoine en danger ! : l’évacuation et la protection des biens culturels en Alsace (1938-1945), Strasbourg, Société savante d’Alsace, novembre 2019.

14 . Au retour des caisses de Hautefort, en décembre 1941, un débat a opposé les autorités allemandes sur la destination future des caisses du musée Unterlinden (retable) et de la Vierge au buisson de roses de Saint-Martin. Fallait-il ramener le retable à Munich, comme en 1914‑1918 ? On décide avant tout de les mettre à l’abri. Décision a été prise de les déposer au château du Haut-Koenigsbourg choisi pour être à l’abri des bombardements aériens. Le musée Unterlinden Colmar est nationalisé en 1942. Le retable est placé en novembre 1942 dans des pièces de la cave du château, que l’on s’efforce de tenir à une température adéquate (sans pouvoir climatiser faute d’électricité). Le dépôt de repli du Haut-Koenigsbourg avait été gardé le plus secret possible par l’administration des musées allemands (Martin, Schlippe, Denkmalamt). Archives municipales de Colmar (AMC), 2 R 1 bte 19. Musée des Unterlinden – Repliement et mise en sûreté des objets et œuvres d’art (1939-1945). Voir aussi les mémoires de Kurt Martin, « Schicksale des Isenheimer Altars. Erinnernngen aus der Zeit von 1936 bis 1945 », CAAAH, 1967, p. 211‑216.

15 . NARA. Roberts Commission. AMG 334. Ross en tirera plusieurs notes, sur les procédures du Kunstschutz allemand et ses méthodes de recel, ainsi qu’un historique de la politique muséale et archivistique des équipes du Gau Baden Elsass en Alsace, Information from documents recovered at Strasbourg, du 10/1/1945.

16 . L’exploitation des archives, à Versailles, à Vittel et à Strasbourg se poursuit jusqu’à la fin de janvier.

17 . Bernadette Schnitzler, « Les années de guerre », rapport adressé à A. Henraux, président de la Commission de récupération artistique, le 8 décembre 1944 in Bernadette Schnitzler et Anne-Doris Meyer, Hans Haug, homme de musées, une passion à l’œuvre, Strasbourg, 2009, p. 168‑169. Également, Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit. Photocopie, p. 383‑384.

18 . Czarnowsky est maintenu à Strasbourg en 1940 pour assurer la protection des monuments historiques d’Alsace. Après l’Annexion de fait, il intègre le Landesdenkmalamt de Joseph Schlippe comme Oberbauinspektor chargé des travaux techniques (levés de plans, rapports pour les réparations et l’inventaire). Il ne s’est pas compromis et, après la Libération, il reste architecte des monuments historiques du Bas-Rhin chargé de la surveillance des travaux dans les bâtiments les plus importants. Voir Nicolas Lefort, Patrimoine régional, administration nationale : la conservation des monuments historiques d’Alsace de 1914 à 1964, thèse de doctorat en histoire sous la direction de François Igersheim, Université de Strasbourg, 2013, vol. 2, p. 664, 679, 720 (en complément du NDBA, incomplet).

19 . NARA. RG 331 Gen Staff G-5 Box 19. Rapport de Marvin C. Ross, transmis par Webb à SHAEF Information le 29/12/1944.

20 . NARA. Roberts Commission. AMG 81. Report on visit to Strasbourg 10-17 Dec. le 4/1/1945. Ce rapport est classé « secret » le 15 janvier 1945, par arrêté du général Hildring, commandant de la Division Civil Affairs du War Department de Washington et dans les années qui suivent immédiatement la guerre, Ross ne pourra pas en obtenir copie, pour ses articles du College Art Journal, où il peut publier d’autres rapports, qui n’étaient que « confidentiels ». Voir plus loin.

21 . Christian Lamboley, 40-45 Strasbourg bombardé, Strasbourg 1988. En dernier lieu, Richard Seiler, Les bombardements américains de 1943-1944, objectif Strasbourg, Strasbourg, 2013.

22 . AMG 117. SHAEF Public relations division, communiqué du 14 mars 1945 titré France’s great cultural monuments largely spared according to survey. Le communiqué fait état des résultats des inspections des officiers MFAA sur les 25 monuments français considérés les plus importants, situés dans les zones d’opérations ou de communications du SHAEF. La cathédrale de Strasbourg figure dans cette liste de monuments « largement épargnés », avec Chartres, Amiens, Beauvais, Laon, Reims, Paris (Notre-Dame, le Louvre, la Sainte-Chapelle), Saint-Benoît-sur-Loire, Versailles, Blois, Chambord, Fontainebleau, le Mont-Saint-Michel, Carcassonne, Nîmes (Maison Carrée), Avignon Palais des Papes). Par contre, Chenonceau et Azay-le-Rideau ont été endommagés au cours des opérations de 1940, puis à nouveau en 1944, mais peuvent être réparés. La cathédrale de Rouen a lourdement souffert des bombardements de 1944, mais bien moins, affirme le service MFAA du SHAEF (Webb) que la cathédrale de Reims en 1914‑1918.

23 . La synagogue du quai Kléber est incendiée dès septembre 1940, dynamitée l’année suivante.

24 . Guillemets dans le texte : ces œuvres proviennent des saisies et séquestres.

25 . Le signalement des maisons anciennes remarquables de Strasbourg établi par le service Denkmalpflege date des années 1900 et c’est cette liste, communiquée par Czarnovsky à Ross que parcourt son rapport : Pharmacie du Cerf, maison Kammerzell, rue Mercière, Musée Alsacien, Cour du Corbeau intacts. Mais en face les maisons sont démolies ainsi que la Grosse Metzig (Ancienne Douane). L’Hôtel de la Noblesse immédiate (FEC), le Bain-aux-Plantes, où quelques maisons sont démolies, la Grand-Rue, largement intacte, les petits immeubles XVIIIe de la rue de l’épine…

26 . NARA. Roberts Commission. Ross à Officiers MFAA, informations recueillies dans les archives du Gauhaus, 10 janvier 1945.

27 . NARA. Roberts Commission. AMG 81. Report on visit to Strasbourg 10-17 Dec. le 4/1/1945 et RG 331 Gen Staff G-5 Box 19 - Webb au capitaine MFAA Hammond-Mason 20/12/1944.

28 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit. Photocopie, p. 383‑384.

29 . Quid pro quo ? La question de la restitution des œuvres d’art « appartenant à des collectivités ou à des ressortissants français » selon les catégories de l’arrêté créant la Commission de récupération dépasse le cadre du présent article.

30 . Tessa Friedericke Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit., p. 390‑395. Report on Dr Kurt Martin, par le lieutenant Horn, enquêteur américain MFAA, au Lieutenant Rorimer, MFAA, 7e Armée, du 2 octobre 1945.

31 . Ross nous en donne une traduction en anglais.

32 . Voir aussi AMC, 2 R 1 bte 19. Musée des Unterlinden - Repliement et mise en sûreté des objets et œuvres d’art (1939-1945).

33 . NARA, Roberts Commission AMG 81. Ross à Officiers MFAA - Information from Documents recovered at Strasbourg. 10 janvier 1945.

34 . Martin Schongauer et Hans Burgkmair : étude sur une Vierge inconnue, Strasbourg, Istra, 1938.

35 . Journal de Genève, 31 décembre 1944.

36 . NARA. Roberts Commission. Dossier Marvin C. Ross. Les sources ne permettent pas de déterminer les raisons exactes de ce rappel, peut-être dû à la mésentente croissante entre MFAA anglais et américains ?

37 . Le College Art Journal de novembre 1945 débute par l’article « Troyes » et relate l’inspection qu’y a faite Ross en janvier 1945 : il exprime sa joie devant une ville d’art sauvegardée. En janvier 1946, le College Art Journal publie un numéro spécial sur le service MFAA avec les articles de Ross, devenu conservateur au musée de Baltimore, « SHAEF and the Protection of Monuments in Northwest Europe » ; du capitaine Hammett, (officier MFAA dans la zone de communication française Normandie-Bretagne-Paris-Nord) redevenu professeur d’architecture à l’Université du Michigan, « Comzone and the Protection of Monuments in Northwest Europe » ; et du capitaine Posey (officier MFAA de la 3e armée qui avait libéré Nancy et Metz), architecte à New York « Protection of Cultural Materials during Combat ». Ce numéro publie également le texte de la protestation des 24 officiers MFAA des forces d’occupation américaines en Allemagne sur 32, contre le transfert des 200 tableaux des Musées de Berlin découverts dans les mines de sel de Merker à la National Gallery de Washington, dans des conditions qui pouvaient faire penser aux procédés du Kunstschutz allemand, que le service MFAA avait eu pour mission de traquer et de sanctionner. En mars 1946, le Journal publie une nouvelle série d’articles d’anciens officiers MFAA. Le capitaine Mason Hammond, professeur de latin et de grec à Harvard, ancien chef des officiers MFAA des forces d’occupation américaines en Allemagne (jusqu’à octobre 1945) donne un article sur « The War and art treasures in Germany » qui fait un tableau fort noir de l’étendue des ravages dans les villes allemandes. Et comme par contraste, Ross fait une belle description d’une excursion par une belle journée de septembre 1944 – en stop par camion gazogène ! – à Chartres qui a bien moins souffert. L’article, sur le modèle des grands rapports Ross (Bretagne, Strasbourg), passe en revue toute l’Eure-et-Loir. En mai paraissent : « Experiences of a Monuments Officer in Germany », du capitaine Walker Hancock – de l’équipe française des officiers MFAA –, sculpteur et professeur de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Pennsylvanie (Philadelphie) alors que Ross publie une description du service Kunstschutz allemand : « The Kunstschutz in Occupied France » et que le capitaine Ritchie – qui n’avait pas fait partie des MFAA pendant la guerre, mais a succédé au capitaine B. Lafarge à la tête de la Section MFAA des forces américaines d’occupation en Europe – publie un compte rendu sur la récupération des œuvres d’art pillées en Autriche, « Return of Art Loot from and to Austria ».

38 . James Rorimer (1905-1966), élève du Professeur Sachs à Harvard, tout comme Ross, entre au Metropolitan Museum (N.-Y.), en 1927, MFAA 1943, chargé de la protection des monuments historiques de l’Ouest français et de la région parisienne puis à la 7e armée. À partir de 1955, directeur du Metropolitan.

39 . NARA. RG 331 Gen Staff G-5 Box 19. Lieutenant Dupont (gouvernement militaire français de Bade) et capitaine Jardot, Monuments et Beaux-Arts français à général Marlière, gouverneur militaire français de Bade, 10/6/1945.

40 . Tessa Friederike Rosebrock, Kurt Martin und das Musée des Beaux Arts de Strasbourg, op. cit. Compte-rendu par Rainer Möhler, Francia-Recensio, 2012-3, 19./20. Jahrhundert – Histoire contemporaine, téléchargé depuis recensio.net [DHIP-IHA] Texte français Kurt Martin et le Musée des Beaux-Arts de Strasbourg. Politique des musées et des expositions sous le IIIe Reich et dans l’immédiat après-guerre [trad. française Maison des Sciences de l’Homme, Paris, parue 12/12/2019].

41 . Martin a fait l’objet d’enquêtes des services MFAA américains ainsi que du service spécial OSS de répression du pillage des œuvres d’art, l’Art Looting Intelligence Unit (ALIU). Une fiche Kurt Martin figure dans le grand rapport établi en 1946, https://www.lootedart.com/MVI3RM469661 (17/12/2019). Martin, Dr Kurt. Karlsruhe, Stephanienstr 13. Former Director of the Kunsthalle, Karlsruhe and Director of all the museums in Alsace during the German occupation. Personal expert for Abetz. Active in Paris in acquiring works of art for German institutions by purchase. Widespread reputation as a man of integrity and strong anti-Nazi leanings. According to one authoritative source, however, he played a double game.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Martin Schongauer, La Vierge au buisson de roses, 1473
Légende Retable sur bois, 200x114,5 cm, actuellement exposé dans l’église des Dominicains de Colmar
Crédits Wikimedia Commons.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre Les camions de la 7eArmée US dans le col des Bagenelles en janvier 1945
Crédits Photo US. Collection Lise Pommois, Des Vosges à Colmar, le Val d’Orbey dans la Tourmente, Strasbourg, 1993.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Stars & Stripes, 6 décembre 1944
Légende Le quotidien de l’armée américaine est imprimé à Strasbourg depuis le 5 décembre 1944. Le 6 décembre, il titre sur la libération de Sélestat et de Ribeauvillé ainsi que de Mutzig par la 7e Armée US et de Sarrelautern (Sarrelouis) par la 3e Armée US.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/4338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945 »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 269-292.

Référence électronique

François Igersheim, « Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945 »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4338

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Professeur émérite d’histoire de l’Alsace, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search