Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Actes du colloque "L'honneur des ...Le rôle des officiers Monuments, ...

Actes du colloque "L'honneur des Alsaciens"

Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945

The role played by US army officers in charge of Monuments, Fine Arts and Archives to contribute to the rescue operations of works of art in Alsace (1944-1945)
Die Rolle der Offiziere der Monuments, Fine Arts and Archives der amerikanischen Armee bei der Rettung elsässischer Kunstschätze 1944-1945
François Igersheim
p. 269-292

Résumés

Dans un rapport du début décembre 1944, le capitaine Marvin Chancey Ross décrit le soulagement, l’émotion, l’émerveillement de Hans Haug, découvrant dans ce demi-jour hivernal d’une pièce du Haut-Koenigsbourg, la Crucifixion du retable d’Issenheim dont il ne parvient pas à détacher les yeux. Tout près de là, contre un mur, la Vierge au buisson de roses. Et pourtant, souligne Ross, Haug a écrit un livre sur la Vierge au Buisson de roses. L’officier et conservateur américain avait associé son confrère français à la recherche des dépôts d’objets d’art des musées alsaciens. Depuis 1918, conservateur des musées que Strasbourg s’est fait un devoir et un honneur de développer après 1871, Haug a donné à sa mission un sens particulier qu’il exprime éloquemment dans son L’Art en Alsace : « A toutes ses grandes époques, l’Alsace a fait preuve d’un génie créateur : introduisant sa propre poésie, son propre humour, sa propre introspection dans l’esprit et la matière des choses […] elle voit périodiquement naître sur son sol des œuvres qu’on ne saurait voir ailleurs ». Et il ajoute, parlant de lui, « il a tenté de donner [dans les collections publiques] une image vivante de ce que fut l’Alsace artistique à travers les siècles ». Au mois d’août 1939, Haug avait présenté, dans la Revue du Touring Club de France, un article bilan de son œuvre pour les musées de Strasbourg. Mais dès décembre 1939, la Revue du Touring Club annonçait : « les trésors de l’art français sont à l’abri ». Les trésors de l’Alsace – vitraux de la cathédrale, tableaux et sculptures des musées de Strasbourg et de Colmar, manuscrits et incunables des bibliothèques – avaient été regroupés au château de Hautefort. Ils seront récupérés par les Allemands en octobre 1940, puis en décembre 1942, pour être ramenés en Alsace où ils restent en caisses, pour être à nouveau enlevés et emportés on ne savait où.

De retour en Alsace, Haug participe avec les officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine qui libère l’Alsace, à la recherche des trésors des musées alsaciens enlevés par les Allemands. C’est le rôle de ces officiers dans le sauvetage des trésors des musées alsaciens que se propose de décrire cet article.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2021.

Plan

Trésors de l’art d’Alsace, honneurs de l’Alsace !
Le service Monuments, Fine Arts, and Archives
L’expérience des premiers mois de la libération
La libération de l’Alsace
Strasbourg et le centre de l’Alsace libérés
L’installation des administrations à Strasbourg
Les archives du Reichsstatthalter de Strasbourg
Le MFAA à Strasbourg
Strasbourg, état des lieux
Les dépôts de repli
Châteaux des environs de Strasbourg : dépôts strasbourgeois
Le Haut-Koenigsbourg ; dépôts colmariens et sélestadiens
Les villages sur la route
Les plus importantes œuvres de l’art et de la culture alsaciennes
Dernières visites
Conclusions : Famous painting found in castle by US officer
Grünewald and The Madonna of the Rose Garden
Le caractère des anciens villages alsaciens
Retour à Baltimore

Aperçu du texte

Trésors de l’art d’Alsace, honneurs de l’Alsace !

Les honneurs, se dit, en certaines grandes cérémonies, telles que le sacre des rois, etc. des pièces principales qui servent à la cérémonie ; comme le sceptre, etc. “Ah ! que l’on porte ailleurs les honneurs qu’on m’envoie” ; Racine, Phèdre, III, 1. “Henri IV [au baptême de Louis XIII] nomma le maréchal de Bouillon, quoique huguenot, pour porter les honneurs”, Saint-Simon, 167, 238.

Émerveillement, émotion, soulagement, voilà les sentiments qu’éprouvent Hans Haug et le capitaine Ross, officier Monuments, Fine Arts and Archives, découvrant dans le demi-jour hivernal d’une pièce du Haut-Koenigsbourg, la Crucifixion du retable d’Issenheim. Haug ne parvient pas à en détacher les yeux, souligne Ross, « et tout près de là, contre un mur, la Vierge au buisson de roses ».

Martin Schongauer, La Vierge au buisson de roses, 1473

Martin Schongauer, La Vierge au buisson de roses, 1473

Retable sur bois, 200x114,5 cm, actuellement exposé dans l’église des Dominicains de Colmar...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945 »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 269-292.

Référence électronique

François Igersheim, « Le rôle des officiers Monuments, Fine Arts and Archives de l’armée américaine dans le sauvetage des œuvres d’art d’Alsace 1944-1945 »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4338

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Professeur émérite d’histoire de l’Alsace, UR3400 ARCHE, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search