Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusGrodwohl (Marc) et Michel (Gérard...

Comptes rendus

Grodwohl (Marc) et Michel (Gérard), Cochons de ville, cochons des bois. Une histoire environnementale des collines sous-vosgiennes. I. Les forêts

Strasbourg, Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, 2019, 326 p. (Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, Hors-série no1)
Georges Bischoff
p. 383-386
Référence(s) :

Grodwohl (Marc) et Michel (Gérard), Cochons de ville, cochons des bois. Une histoire environnementale des collines sous-vosgiennes. I. Les forêts, Strasbourg, Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, 2019, 326 p. (Cahiers Alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, Hors-série no1)

Texte intégral

1Comme l’indiquent ses titres, ce livre n’est pas une monographie même s’il ne traite que d’un secteur limité de l’espace alsacien, Rouffach et ses forêts. En effet, à travers cet exemple remarquable on est à même de saisir un paysage dans toute son épaisseur, en se fondant aussi bien sur des sources écrites, revisitées, que sur le terrain, visible ou non. En croisant la démarche de l’archéologue et de l’anthropologue, en se servant des outils proposés par le site Infogéo68, M. Grodwohl et G. Michel sont à même de proposer une histoire « augmentée », décryptant le passé sur l’épiderme du présent.

2L’ouvrage s’articule en deux parties, en inversant les termes de l’étiquette, l’environnement d’abord (M. G.), puis les cochons, ses acteurs (G. M.). Comme dans les précédents ouvrages de M. Grodwohl, l’expérience personnelle est au cœur de la recherche. Elle est aiguillonnée par les sciences « dures », notamment par les travaux menés par D. Schwartz sur les murgers des environs d’Osenbach et étayée par des comparaisons bienvenues avec d’autres sociétés traditionnelles. Ses investigations sont servies par une série unique de cartes et de plans (p. 283‑284), avec les vues cavalières de la plaine en 1583 (p. 34‑37), et du Hochwald, en 1599 (p. 140‑141, 143) – auxquelles on ajoutera l’exemple du Lengenberg, plus au nord –, les relevés des ingénieurs de l’Ancien Régime – Broutin, Régemorte, v. 1730 – et par une collecte exhaustive des toponymes (p. 303‑323). L’intelligibilité de l’espace procède de la confrontation et de la superposition de ces « coupes ».

3La méthode fait ses preuves dans un premier exercice, à propos du Niederwald et de la Sommerau, le long de la Thur : la juxtaposition du paysage « enregistré » en 1583 et des plans de 1757‑1760 (p. 32 et 39) corrobore la pertinence des relevés anciens. En superposant les données cadastrales aux images du lidar, il est possible de proposer un séquençage des déboisements et des labours (p. 47) et d’y inscrire la chronologie des archives, la concurrence entre les familles nobles de Hattstatt-Schauenbourg, qui exploitent les troupeaux de leur Schweighof (mentionné depuis 1315) et les bourgeois de Rouffach.

4Le cas des collines du Pfingstberg et du plateau du Schaefferthal, sur le flanc ouest de la vallée de Soultzmatt bénéficie d’informations encore plus riches : le passage des forêts seigneuriales (p. 53 et 56) aux mains de la communauté villageoise se fait au xvie siècle, en se focalisant sur le pèlerinage marial promu par celle-ci autour d’une chapelle bâtie en 1511. Situé en limite du vignoble, aujourd’hui boisé et fractionné en nombreuses parcelles, le Petit Pfingstberg a été le théâtre de plusieurs phases de conquête, avant le milieu du xive siècle, fin xve-début xvie puis, à nouveau v. 1734‑1737. Contredit par celui de la forêt en question, le plan de finage de l’Intendance camoufle ces vignes en pâturages (p. 80).

5On passe aux travaux pratiques dans un chapitre sur « L’apport de l’archéologie sous forêt » (p. 85-130) qui révèle les aménagements du site : chemins, murgers, soutènements, bâtiments, etc. L’identification des structures s’accompagne de sondages menés avec D. Schwartz, B. Dottori et C. Uricher, en suggérant leur antériorité – avant 1500‑1600 – et en confirmant le phasage des archives. Les déprises successives sont-elles liées aux aléas de l’économie ou à d’autres enjeux, politiques ou environnementaux à l’origine de la tutelle administrative de la forêt au XVIIIe siècle (p. 122‑134) ? En attirant l’attention (p. 179‑212) sur les structures fossiles et les établissements humains, M. Grodwohl jette un jour nouveau sur ces processus d’anthropisation, et, particulièrement, sur les installations à usage saisonnier, enclos à bétail (p. 191‑197, 202‑210, 212), abreuvoirs (p. 198‑201). Cette problématique est au cœur du massif forestier du Hochberg/Hochwald (p. 135 sqq.), un ensemble de 1300 hectares partagé entre Rouffach, Gueberschwihr et Pfaffenheim mais ouvert aux habitants de Soultzmatt, qui jouissent d’une enclave. Son accessibilité par les différents Viehwege (p. 151) et les abornements conservés (p. 148) en font un laboratoire à ciel ouvert.

6L’enquête menée par G. Michel confirme l’importance de l’élevage des porcs avant la Révolution française. Les 26 porcheries signalées à Rouffach en 1666 font écho au chiffre des 710 cochons de la ville présents au Hochberg en 1619, sur un total de 1500 (p. 219).

7On appréciera les remarques relatives à la gestion de la ressource : glands et faines sont fonction de la météo et d’autres facteurs, comme le bûcheronnage – les 80 chênes abattus par le prieur de Saint-Marc (p. 233) équivalent à la perte annuelle de plusieurs dizaines de tonnes de glands –, ou comme la divagation des chèvres, qui compromet la régénération de la forêt. Ces tensions provoquent des stratégies de repli – la transhumance lointaine des troupeaux de porcs, illustrée par le contingent de 300 bêtes envoyées dans la hêtraie de Chenebier, dans le comté de Montbéliard, en 1555 (p. 250), ou à Châtenois les Forges un siècle plus tard. Des pratiques durables jouant dans les deux sens – Soultzmatt accueille les porcs de Romagny et de Roppe. Sont-elles sous-tendues par une sorte de « mercato » de la glandée, des connexions bien au-delà de la frontière linguistique et confessionnelle ? Elles renvoient aux aspects logistiques de la question et, bien entendu, aux travaux pionniers d’A.‑M. Burg pour Haguenau et à ceux de J. Vogt sur le commerce de bétail.

8Les pages consacrées au fonctionnement de la paisson (p. 259‑272) éclairent le prodigieux dossier des structures fossiles du terrain (p. 179‑212) ; leurs pièces justificatives sont des morceaux d’anthologie (p. 285‑302).

9Les matériaux et les analyses de ce livre invitent à un essai d’histoire totale, en revenant sur la doxa qui tend à minimiser le porc lors du « tournant carnassier » des xve-xvie siècles. P. Delsalle a récemment mis l’accent sur l’omniprésence des porcins dans les campagnes de Franche-Comté. Ici, en Alsace, le porc est doué d’une vertu d’éternité qui mériterait sans doute d’être nuancée, même si Bock écrit, dans sa Speisekammer de 1550 que « nos paysans le mangent plus volontiers bien gras, bouilli ou rôti, et le préfèrent à la volaille en disant que si une truie avait des plumes et pouvait voler, elle surpasserait tous les oiseaux ». En prenant fin sous la Révolution, les usages communautaires décrits par les auteurs font place à d’autres pratiques, mais qu’en savons-nous ? L’histoire contemporaine du lard et du jambon reste à écrire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Grodwohl (Marc) et Michel (Gérard), Cochons de ville, cochons des bois. Une histoire environnementale des collines sous-vosgiennes. I. Les forêts »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 383-386.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Grodwohl (Marc) et Michel (Gérard), Cochons de ville, cochons des bois. Une histoire environnementale des collines sous-vosgiennes. I. Les forêts »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4398

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search