Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusEl Gammal (Jean) et Pozzi (Jérôme...

Comptes rendus

El Gammal (Jean) et Pozzi (Jérôme) dir., Le Grand Est 1870-2019. Forces et cultures politiques

Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, 2019, 336 p.
Renaud Meltz
p. 411-412
Référence(s) :

El Gammal (Jean) et Pozzi (Jérôme) dir., Le Grand Est 1870-2019. Forces et cultures politiques, Nancy, Presses universitaires de Nancy-Éditions universitaires de Lorraine, 2019, 336 p.

Texte intégral

1Dix-huit interventions de trois générations de chercheurs (du professeur émérite aux doctorants), venant d’autant de disciplines (histoire, littérature allemande, sciences politiques), constituent cet ouvrage bienvenu par la nouveauté de sa documentation. Abordant l’histoire politique du point de vue des « cultures », l’ouvrage suit un fil chronologique ; son périmètre spatial est défini par le cadre actuel et récent de la région Grand Est.

2Le livre ne rappelle pas son origine, un colloque organisé en octobre 2018, dont il reprend presque exactement les contributions. On y relève trois types d’exercices. Des biographies d’acteurs, parfois d’envergure nationale, comme Louis Marin (hélas pas jusqu’aux années 30, où son rôle dans la modernisation de la droite a suscité des travaux stimulants, tels ceux de Kevin Passemore), ou Alexandre Millerand (vu depuis le prisme local de la presse et des élus vosgiens), mais aussi des figures régionales (Georges Laederich, industriel vosgien, incarnation d’une droite anticommuniste puis pétainiste, fédéraliste enfin). Plus nombreuses sont les études sur des mobilisations (autour de l’Affaire Dreyfus et de l’antisémitisme en Lorraine), des mouvements (la droite conservatrice, le gaullisme, le bonapartisme, la démocratie chrétienne du Sillon et de Jeune République) et des partis (la SFIO, le PCF, le parti radical-socialiste, le Centre des Démocrates Sociaux.) Enfin, des chapitres combinent partis, mouvements ou syndicats et biographies d’acteurs (le parti catholique alsacien à travers Aloyse et Joseph Guthlin ; Jacques Chérèque et la CFDT ; le gaullisme dans l’Est à travers une typologie des figures qui l’incarnent).

3La place manque pour résumer ces dix-huit contributions qui ne relèvent pas unanimement le défi d’une histoire culturelle du politique ou du moins d’une histoire des cultures politiques : on la trouve essentiellement chez les directeurs de l’ouvrage. Quant à la démarche comparative, entre telle région et le reste de la France, telle partie de l’actuel Grand Est et telle autre, ou de part et d’autre de la frontière, synthétisée dans la lecture finale proposée par J. El Gammal, elle ne caractérise qu’une minorité des contributions. On trouvera par exemple d’utiles aperçus sur les relations entre les socialistes lorrains et leurs homologues du SPD, et leur place dans l’Internationale, illustrant un aspect de la thèse en cours de Morgan Fortuna, ou dans l’intervention de Paul-André Havé sur le CDS. La typologie des figures du gaullisme dans l’Est de la France proposée par Jérôme Pozzi repose sur une articulation entre les différentes échelles, du local au national, entre enracinement et parachutage.

4La logique spatiale qui prévaut à la structuration des cultures politiques régionales, est elle-même largement tributaire de l’histoire, et notamment de l’héritage des conflits franco-allemands. La spécificité de l’Est dans la vie politique française trouve peut-être son expression la plus aiguë dans l’entre-deux-guerres, période qui reformule question de l’identité régionale, entre l’internationalisme triomphant en Russie et les exacerbations nationales des fascismes. Le livre y fait droit avec le chapitre proposé par Pierre Krieger : la question de l’Alsace-Lorraine constitue en effet un laboratoire idéal pour considérer le tournant patriotique des communistes et la bascule du PCF de l’internationalisme au Front unique contre le fascisme.

5Au final, la lecture de l’ouvrage fait apparaître une géographie électorale assez fine, avec ses traditions et cultures politiques propres, ce dont la conclusion de l’ouvrage ne rend pas assez compte : reprenant les apports successifs, elle ne propose pas une vision d’ensemble qui offrirait un aperçu synthétique de ce Grand Est, si divers dans ses rapports aux grandes thématiques et aux idéologies nationales, mais aussi aux sociologies et pratiques qui caractérisent les « cultures politiques ». On regrettera par ailleurs l’absence d’un index qui aurait permis de naviguer plus aisément d’une intervention à l’autre, en suivant les fils conducteurs implicites de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Meltz, « El Gammal (Jean) et Pozzi (Jérôme) dir., Le Grand Est 1870-2019. Forces et cultures politiques »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 411-412.

Référence électronique

Renaud Meltz, « El Gammal (Jean) et Pozzi (Jérôme) dir., Le Grand Est 1870-2019. Forces et cultures politiques »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4518

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search