Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Comptes rendusWahl (Alfred), Les autonomistes e...

Comptes rendus

Wahl (Alfred), Les autonomistes en Alsace (1871-1939)

Strasbourg, Éditions du Château, 2019, 318 p.
Claude Muller
p. 412-414
Référence(s) :

Wahl (Alfred), Les autonomistes en Alsace (1871-1939), Strasbourg, Éditions du Château, 2019, 318 p.

Texte intégral

1A. Wahl était, avec François Igersheim, un des jeunes contributeurs de l’équipe réunie par Fernand L’Huillier, en 1970, pour publier L’Alsace pendant la guerre de 1870-1871. Près d’un demi-siècle plus tard, le même auteur rassemble toutes ses nombreuses études et réflexions disséminées pour parachever son puzzle sur les autonomistes alsaciens. Le tableau final, disons-le d’emblée, constitue une belle synthèse incontournable qu’il faudra bel et bien connaître avant de se lancer dans ce sujet délicat. Trois niveaux de lecture doivent cependant être pris en compte pour bien le comprendre : le concret, le concept, le combat.

2Tout comme L’Alsace politique de 1870 à 1918 [cf. R.A., 2017, p. 450-452] de F. Igersheim, autre réactualisation récente, l’ouvrage d’A. Wahl se caractérise d’abord par une extraordinaire érudition, puisée à la fois dans les archives et les livres, la reprise de ses écrits antérieurs étant nécessaire pour retrouver les références. C’est ce foisonnement dispersé et réuni qui fait en premier lieu, sa force et son intérêt. L’accumulation de personnages importants, de faits et de dates, présentés de manière fort concise, donne une densité telle qu’elle oblige à une lecture patiente pour assimiler l’empilement des connaissances. Elle rappelle, fort à propos, que « comprendre, c’est compliquer ». Parmi mille sources, l’auteur s’appuie, à juste titre, sur les mémoires de l’instituteur Philippe Husser (p. 121‑123), dont il avait rédigé la préface de l’édition par Franck Tenot, en 1989. Mais il existe aussi, entre autres, le Charles Spindler d’après-guerre, encore inédit, jalousement préservé par Jean-Marie Gyss en vue d’une prochaine publication [cf. Annuaire Dambach-Barr-Obernai, 2013, p. 175-178], dont Husser avait déjà eu vent. De même que les souvenirs d’Alapetite [Annuaire du vieux Strasbourg, 1978, p. 102‑120 et 1979, p. 83‑105].

3Le concret précède le concept. A. Wahl ne se contente pas d’accumuler une foule impressionnante d’événements. Il les relie entre eux et les explique. C’est là que se situe, sans doute, l’échelon de lecture le plus intéressant. L’auteur hiérarchise les degrés de causes et de conséquences, n’hésite pas à affirmer la complexité des notions d’autonomie, de régionalisme, de séparatisme, pointe du doigt les ambitions politiques personnelles, les unions politiques de circonstance, les changements d’opinions, insiste longuement sur la diversité et la multiplicité des avis. De là vont découler les inévitables discussions des spécialistes : par exemple, les catholiques ont-ils privilégié la défense de l’école et de la religion à la protestation en 1874 ?

4Reste pour finir, après le concret et le concept, le combat. Pour A. Wahl, la publication de son opus didactique se justifie par la mise sur le marché de « livres sur les mouvements de l’entre-deux-guerres, dont la plupart très engagés et par là d’ordre stratégique ». La synthèse se veut donc militante. Nous revoici au temps des polémiques d’un autre temps, celui de Raymond Aron et Jean-Paul Sartre ou de Roland Mousnier et Boris Porschnev, dont le lecteur peut apprécier, sans préséance, l’émulation stimulante ou la stérilité sidérante. Et, pour plonger définitivement dans l’empoignade politique [= les affaires de la cité], peut-on relever ces deux détails dès le début de la lecture. François-Georges Dreyfus, cité p. 7, qui porte sur les séparatistes un regard plutôt négatif à leur encontre, dédicace ainsi sa Vie politique en Alsace (1919-1936) « À la mémoire de mes ancêtres alsaciens qui toujours ont servi la France d’abord ». Cité par A. Wahl, à la même p. 7, le philosophe italien Antonio Gramsci a été un des idéologues mis en avant par le Cerès, animé dans les années 1970 par Jean-Pierre Chevènement. La pondération de l’historien peut-elle aller de pair avec la conviction du citoyen ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Wahl (Alfred), Les autonomistes en Alsace (1871-1939) »Revue d’Alsace, 146 | 2020, 412-414.

Référence électronique

Claude Muller, « Wahl (Alfred), Les autonomistes en Alsace (1871-1939) »Revue d’Alsace [En ligne], 146 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsace/4538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsace.4538

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search